Drink & Tell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Drink & Tell   Sam 9 Juil - 0:56

Vendredi soir, c'est l'occasion ou jamais de sortir, boire un verre, découvrir un peu la ville et de nouvelles têtes. Je n'ai en effet guère eu l'occasion de fréquenter les lieux branchés et me faire de bonnes connections. Il n'y a pas à se méprendre sur mon compte, j'ai déjà repéré qui était fréquentable, qui ne l'étais pas et ce que chacun de ces étudiants pouvait m'apporter, à leur façon. Merci au blog des TroubleMakers, qui semble faire et défaire les réputations dans le coin. Je les surveille depuis un moment, étudie leurs articles, leurs commentaires et la façon dont les gens réagissent. Je passe aussi un amont de temps considérable sur Facebook, stalkant la faune hype d'Oxford derrière mon écran. Je crois que j'ai déjà fait les bonnes approches et des calculs assez stratégiques. Ma première sortie officielle au Carling, point de rendez-vous idéal s'il en est, sanctifie donc des recherches studieuses et un mode de fonctionnement minutieux. Je n'attends pas de miracle, alors que je m'installe sur un tabouret du bar et commande un Cosmopolitan. Je suis venue principalement en observatrice, espérant éventuellement bavarder un peu. Je reconnais alors la fille assise à quelques mètres de moi, brune, élancée, le teint mat et assez jolie. Carolyn Stowe. Sur ma liste. J'ai d'ailleurs eu loisir de bavarder avec elle et nous avons quelque peu sympathisé. J'ai la nette impression qu'elle est un point d'ancrage intéressant dans tout cet univers, aussi je me lève et vais m'assoir près d'elle, mon cocktail à la main. « Hey girl, comment ça va? »

Je fixe Carolyn quelques secondes, avant de pouvoir me concentrer sur ce qu'elle dit. Non pas que ce soit particulièrement difficile à comprendre, mais je suis un peu déconcertée par son état, disons le assez lamentable. Elle a les yeux vaseux et brillants, comme si elle allait pleurer ou bien arracher la porte de ses gongs à tout instant. Je pense pouvoir affirmer que son taux d'alcoolémie tente un record d'ascension, surtout au vu du temps qu'elle a mis à me reconnaître. On s'est vues il y a quelques jours pourtant, mais quand on torche des whiskys on the rocks, je comprend qu'on ai un peu la mémoire qui flanche. Finalement, je lui réponds, essayant de conserver un sourire aimable et avenant. « Tout va très bien merci. Et oui, je suis venue seule, en repérage dirons-nous. » J'émets un rire léger, cristallin et passablement faux. On ne peut pas trop m'en demander. « Et toi, tu bois seule donc? Un peu déprimant... Tu veux en parler? » C'est un coup un peu osé de ma part, mais je me dis que je dois tenter le tout pour le tout. Le plus j'en saurais, sur Carolyn, sur le reste des étudiants, le mieux ce sera pour moi. J'ai besoin de matière, peu importe laquelle. En recoupant les informations, en faisant en sorte de tout arranger correctement, je peux renverser la balance en ma faveur. Enfin plus exactement, faire en sorte qu'elle reste de mon coté.

C'est décidément bien pire que ce que je croyais. Complètement jetée la pauvre petite Carolyn Stowe. Et surtout, méchamment torchée. Ce qui entre très bien dans mes plans d'ailleurs, les langues se délient quand l'alcool imbibe l'organisme. Alors comme ça, on a un crush pour le seigneur Faure Mlle la Femme Libérée? Ça se tient. Je retiens un sourire et adopte le visage de l'amie concernée, à l'écoute et place une main contre ma tempe, le visage tourné vers elle, attentif. Oui je t'écoute Carolyn, je suis la seule qui est là pour toi ce soir pendant que tu te cuites avec de l'alcool beaucoup trop cher. « Tous les individus sont compliqués Caro, en plus on est jeunes, un peu bêtes, on se cherche... Et Tristan Faure n'est probablement pas le garçon le plus facile à cerner du monde, mais on ne tombe jamais amoureuse du bon hein? » Je lui souris doucement, l'air un peu abattu, comme je comprenais parfaitement sa peine et son estime d'elle-même qui flirte avec le point zéro. Moi aussi, j'ai connu des histoires sentimentales difficiles, n'est-ce pas, je suis comme toutes les filles? J'en viendrai presque à rire tant la pauvre fille est pathétique. Le barman approche et me montre la bouteille de whisky l'air de me demander s'il lui en faut encore un petit. Je lui fait un imperceptible signe de tête, que Carolyn, bourrée comme elle est, ne remarquera pas. Il remplit son verre, tandis que je me tiens prête à écouter ses épanchements d'ivrogne du dimanche. Enfin du vendredi.

Perdue. Voilà une situation dans laquelle j'aime voir mes interlocuteurs. La faiblesse de l'un n'implique-t-elle pas nécessairement la force de l'autre? Et pour le coup, je suis du bon coté de la barrière. Un verre de whisky de plus dans le gosier et voilà Carolyn Stowe en plein remake de Confessions Intimes. Je garde un air concerné et captivé, buvant chacune de ses paroles comme si l'univers en dépendait. Pour une fois, elle se sent importante, écoutée. Et elle déverse donc sa bile à coeur ouvert, ne se préoccupant pas des conséquences qu'il peut y avoir à révéler à une quasi inconnue qu'elle est raide dingue de Trisan Faure. Aka son meilleur ami. En couple. Il faudrait peut-être que je paie une visite cordiale à Lemon Mitchell moi. Mais ce n'est pas absolument pas le problème immédiat. « Tu sais, Tristan est un type étrange, il a ses manières un peu spéciales. Il est instable tu vois. Tu vois, je pense que ce qui t'attire chez lui, c'est aussi ce qui fait que vous ne pouvez pas être ensemble. » Je la regarde, lui fait un sourire réconfortant et pose une main amicale sur son avant-bras. [color=royalblue]« A toi de décider s'il vaut la peine que tu te battes pour lui. »

Je la regarde, pensive. Elle est vraiment raide dingue de lui. Qu'est-ce que c'est chez ce gars là? Les filles, les garçons et même son cousin, tout le monde est fou de Faure. Voilà encore un étrange phénomène social que je ne m'explique pas, mais soit. Jouant l'oreille compatissante à merveille -j'ai dû être psy dans une vie antérieure pour maîtriser aussi bien l'art de faire semblant d'écouter- je souris et hoche la tête au bon moment. Je suis de ton côté Carolyn, tu peux tout me dire. Je suis la parfaite bonne copine, on te le confirmera... Ou pas. En attendant, je suis au bon endroit, au bon moment et avec les bons mots. « Alors il ne sait pas ce qu'il rate. Tu vaux plus que ça, tu es Carolyn Stowe voyons, tu n'as pas besoin de lui. Ni de personne, tu es une battante non? » Je ne connais quasiment pas cette fille et réciproquement. Mais ça ne m'empêche pas d'être gentille. « Allez, je pense que tu as assez bu pour ce soir non? Je te ramène chez toi. »

Fort heureusement elle approuve cette idée et laisse un généreux billet sur la table, assorti d'un « Gardez la monnaie ! » assez enjoué, pour quelqu'un venu noyer sa peine dans l'alcool. Grands dieux, je ne me savais pas douée d'un tel talent pour regonfler le moral des gens et l'estime qu'ils peuvent avoir d'eux-mêmes... Il faudra que je me resserves de ce genre de phrases et de situations, ça a l'air de plutôt bien fonctionner. Nous parvenons à attraper un taxi au vol et je check Facebook sur mon portable, tandis que la brune lutte visiblement contre le sommeil. Son appartement n'est pas loin et nous entrons avec un certain fracas. Heureusement, il n'y a personne à la maison et Carolyn fonce droit vers sa chambre en mode radar. Je suis, préservant mon rôle de brave fille. Elle s'écroule sur son lit comme une masse -ou plutôt comme une fille qui a vraiment beaucoup bu- et me glisse un « Merci... » respirant la sincérité et le whisky. Je souris, chaleureuse et rétorque « Mais de rien voyons ! » en déposant la couverture sur ses épaules découvertes. Je me redresse, prête à partir et vois l'ordinateur ouvert, allumé sur le bureau. Piquée par je ne sais quelle curiosité malsaine, je m'assure que la belle dort bel et bien et y jette un oeil. « OMG ! » ma voix n'est qu'un murmure et ne parvient pas à tirer Carolyn du sommeil. Discrètement, je sors mon téléphone portable de mon sac et prend une photo de la page Facebook étalée devant mes yeux. Je tourne enfin les talons, lançant un dernier regard à Carolyn Stowe. Si tu savais ma jolie, si tu savais comme tu m'as été utile malgré ta naïveté et ta stupidité. Puisses-tu mener une longue et heureuse vie, entrecoupée d'encore beaucoup de confessions alcoolisées. Ce fut un plaisir...

Spoiler:
 


Dernière édition par Elise C. Mercier le Mer 10 Aoû - 23:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Drink & Tell   Sam 9 Juil - 0:59

Mon regard est plongé dans mon verre depuis plusieurs minutes. Plusieurs longues minutes. Peut être même une heure, qu'est-ce que j'en sais. J'ai perdu la notion du temps au moment où j'ai avalé les dernières gouttes de mon quatrième verre. La note va encore être salée... Mon visage se reflète sur la surface ambrée de mon whisky que je fixe tristement. Je ne sais pas pourquoi tout doit toujours foirer avec Tristan, que ce soit en amitié ou plus. Je n'aurais j'amais du lui avouer ce que je ressentais, c'est devenu trop bizarre maintenant, chacune de mes paroles semble teintée de sous-entendu que moi-même je ne capte pas, mais il y a toujours quelqu'un pour me le faire remarquer. Ce soir plus que jamais, après que Blair me soit tombée dessus c'est Andrea en personne qui est venu me... menacer, m'agresser, me mettre en garde ou je ne sais quoi. Je n'ai toujours pas compris la raison d'ailleurs. J'en viens à me dire que continuer à le fréquenter ne nous apporte rien, ni à lui, ni à moi. Nos derniers rendez-vous se sont soldés par des echecs particulièrement humiliants pour moi. Alors que je rumine, quelqu'un vient s'installer à mes côtés. Je lève lentement la tête et reconnais Elise avec difficulté. Je lui adresse un petit sourire avant de la saluer à mon tour « Salut Elise, ça va et toi ? Tu es seule ? » Je m'efforce de ne pas rebaisser la tête mais la regarder me déprime encore plus, elle, ses cheveux blonds, ses longues jambes et son cocktail. Je suis sure que si elle le voulait elle pourrait avoir n'importe qui, même Andrea tiens. Elle parle d'une voix trop aigue pour que je ne saisisse tout, mais l'ensemble m'a l'air intéressant, du moins je crois. Son rire me réveille un peu, je bats des paupières au ralenti et hoche la tête, pour approuver ce que je n'ai pas entendu. Je ne suis qu'une loque, une vulgaire larve imbibée d'alcool.

Je renifle et pose ma tête dans ma paume pour mieux la fixer d'un air absent. Si je veux en parler ? Absolument pas. Je m'entends pourtant répondre « Je déteste Tristan Faure. » avec une telle ardeur que j'y croirais presque. Je sens les larmes me monter aux yeux, je prends mon verre et le vide d'un trait pour me donner une contenance. « Les mecs sont vraiment... trop compliqués. C'est pénible tu trouves pas ? On sait jamais ce qu'ils veulent. » Elle me regarde attentivement, je lui souris avec reconnaissance, enfin quelqu'un qui est là pour m'écouter, quelqu'un sincère et intègre, qui pourra me comprendre. Je voudrais tout lui raconter, Tristan, Andrea, leur relation cachée mais même dans l'état d'ébriété le plus avancé j'en serai incapable, même si j'en veux à mort à Tristan, que je suis malheureuse, piétinée, je ne pourrais jamais dévoiler son secret, pour la simple et bonne raison que je sais à quel point les secrets sont importants. Pourtant rien ne m'empêche de me plaindre sans m'étendre sur les détails. Le serveur aprroche et me ressert sans que je n'ai eu à lui demander. Je prends quelques gorgées avant de me lancer dans mes confessions. « J'étais tellement amoureuse de lui, j'étouffais, tu n'imagines pas. Et lui non, bien sur, j'étais juste la bonne copine avec qui on dérape de temps en temps tu vois ? Moi ça me dérangeait pas tant que je l'avais un peu pour moi. Mais là... il a été méchant, vraiment. Je sais vraiment pas pourquoi. Je sais pas ce que j'ai fait de mal. Je suis perdue. » Je lève les yeux vers elle et attends une réponse, un conseil ou un geste compatissant.

Je ne suis pas déçue, ce qu'elle me dit est sensé seulement... « Y a pas que ça. Le fait qu'il soit en couple doit jouer aussi. J'ai pas envie de m'attirer des ennuis, j'ai pas besoin de ça en ce moment. » Elle parle longtemps, elle dit des choses logiques, des choses que je m'étonne de ne pas avoir pensées avant. Sa main serre mon bras de manière réconfortante, je lui adresse un sourire plein de gratitude avant de réfléchir quelques secondes à sa dernière phrase. S'il vaut la peine que je me batte pour lui ? Oui, sans aucun doute mais j'aurais beau me battre jusqu'à l'épuisement, je ne ferais pas le poids de toutes façons. « Tu sais il l'aime tellement que c'est à peine s'il me voit encore, c'est tellement injuste, j'étais là avant pourtant et je suis passée au second plan. C'est pas facile. » « Alors il ne sait pas ce qu'il rate. Tu vaux plus que ça, tu es Carolyn Stowe voyons, tu n'as pas besoin de lui. Ni de personne, tu es une battante non? » Je relève la tête. « Oui ! Tu as raison ! Je vais pas me laisser faire par un arriviste ! » Pour montrer ma nouvelle résolution, je finis cul-sec mon nouveau verre, elle me rappelle à l'ordre et me propose de me ramener. Cette fille est une sainte. « Ok, viens on va prendre un taxi. » Je la prends par le bras et nous entraine à l'extérieur après avoir jeté une grosse coupure sur la table en guise de paiment. « Gardez la monnaie ! » Nous nous engouffrons dans un cab et je peine à rester éveillée durant le trajet, court heureusement. Nous montons jusqu'à mon appartement, que j'ouvre avec difficulté. « T'inquiète pas, ma mère est pas là... enfin je crois pas. Ma chambre est là-aaaaaah haut. » Je laisse échapper un baillement et monte sans regarder si elle me suit. A peine entrée dans ma chambre, je me laisse tomber sur le lit et parviens à articuler un « Merci... » avant de sombrer dans le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Drink & Tell   Mer 10 Aoû - 23:27

TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Drink & Tell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drink & Tell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» I drink beer because no great story started with someone eating a salad. | Nathaniel
» Would you like a drink? [Pv: Yuna]
» Drink up with me now, forget all about the pressure of days.
» SANGDRAGON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: