THE SHOW MUST GO ON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: THE SHOW MUST GO ON   Dim 3 Juil - 23:35


★ THE SHOW MUST GO ON ★
NOM DU PERSO ★ NOM DU PERSO ★ NOM DU PERSO
9 JUILLET 2011 : UN FESTIVAL EXCEPTIONNEL ORGANISE PAR LA BBC


Le week end prochain se tiendra un concours unique, ou un jury d'artistes se verra élire le grand gagnant d'un contrat dans une maison de disque et d'un album à l'occasion d'un festival qui se tiendra au beau milieux d'Hyde Park à Londres. Les groupes, duos, et chanteurs solos se produiront chacun leur tour le temps d'une chanson devant vous, puis viendra le temps des délibérations. A l'issue de cette soirée exceptionnelle, le(s) vainqueur(s) sera désigné et le groupe Muse clôturera la soirée en interprétant quelques uns de leurs titres phares ! Évidemment le concert sera intégralement filmé et retransmis à la télévision en direct ! Vous pouvez d'ores et déjà réserver vos places en ligne !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Sam 9 Juil - 1:36

Le grand jour, ou plutôt la grande angoisse, je ne sais pas. Rien de stressant dans la démarche, une simple inscription, un simple hommage, don de moi-même, sans prétention aucune. Mais je ne m’appelle pas Leroy-Duchesne pour rien, et j’aimerai si possible, par respect pour mon égo, assurer ce festival auquel j’ai décidé de participer, autant que faire se peut. Je me suis inscrit sur un coup de tête, on peut dire que la virée de mon anniversaire à Londres m’y a un peu poussé. Je sais qu’il est là, quelque part dans la salle, prêt – ou pas – à recevoir l’hommage que je vais ce soir lui adresser. Les autres attendent dans les coulisses, discutent entre eux, papillonnent. Certains s’entrainent, d’autres angoissent, mais je suis seul et je ne veux plus penser aux enjeux ridicules de ce concert. Juste chanter, pour lui, sans me poser d’autres questions, et oublier les quelques moments difficiles qui sont déjà un peu derrière nous. Je profite de la nouvelle accalmie dans notre couple pour fixer les bases solides de ce que je ressens pour lui, une nouvelle fois. Plus question de nier, la force de mes sentiments est ce qui peut nous lier pour toujours, je le sais.

Un type vient, me tend un micro. Sur scène, c’est un piano qui m’attend, comme j’en avais fait la demande quand on m’a demandé comment je souhaité être accompagné. Par moi-même, au piano, simple mais efficace. Je pense un instant à January qui doit être là quelque part elle aussi, qui chantera plus tard et qui m’encourage. Avec un peu de chance, elle a déjà retrouvé Tris, et l’idée me rassure un peu. J’ai l’impression que mêler ces deux parties de mon existence m’apporte une stabilité à laquelle je ne voudrais renoncer pour rien au monde. Je respire un dernier coup, c’est à moi, c’est l’heure. J’oublie tout, mon cerveau n’est plus qu’un vide géant, plus d’émotions, plus d’angoisse. Le silence absolu malgré les gens si proches. Je n’entends que mes pas sur le sol, je fais une révérence. Le bruit du tabouret qui glisse, mes doigts qui entrent en contact avec le marbre blanc. Je ne suis jamais aussi excellent qu’en face d’un piano. La constatation n’est pas prétentieuse, elle est, c’est tout. Je me sens bien quand je sais que je crée quelque chose, un son réinterprété. Ce soir, rien de classique, mais un morceau plein de nostalgie, et plein de sens, aussi. Je sors un instant de mon enveloppe de réserve et jette un œil vers l’assemblée, les gens se taisent petit à petit, attendent. La pression monte, nos yeux s’accrochent, il est là, avec mon amie. Il est là, sourit. Je souris à mon tour, me garderait de quelconques dédicaces pour cette fois, mais j’espère qu’il comprend. J’appuie les premiers accords et mon regard s’accroche de nouveau au piano tandis que les premières notes de la mélodie retentissent. « I’ve been alone with you inside my miiiiiiiiiiind… »

« And I want to tell you so much… » Mes yeux se décrochent de nouveau de l’écran. Je souris, retiens l’émotion qui menace de m’envahir. Je ne le regarde qu’un instant, puis fixe la foule au hasard. « I love you. » Derniers accords, je laisse les dernières notes s’envoler dans la salle tandis que les premiers applaudissements retentissent. Je souris, remercie, m’éclipse rapidement. J’ai besoin d’un instant pour me contenir de nouveau, je tremble. Finalement, on me tend une bouteille d’eau que je vide dans son intégralité. Je me reprends, et m’extirpe des coulisses, direction les deux personnes qui comptent le plus dans ma vie. Je souris en arrivant près d’eux. « Alors, à quel point ai-je été formidable ? » Je frôle la main de Tris et embrasse Jane, sans me départir de mon sourire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Sam 9 Juil - 1:37

Ce soir est un grand soir, qui vaut bien que Tristan Faure fraternise avec l'ennemi. La plaisanterie m'amuse d'autant plus que j'accompagne une membre du Judging Cambridge Club au Festival de Londres afin d'y voir se produire Andrea, dont aucune rivalité oxbridgienne ne saurait altérer le talent. Je présente nos billets à l'entrée en badinant joyeusement à propos de nos universités respectives tout ça ressemble entre nous davantage à un jeu qu'à un réel affrontement d'opinions, il y a d'ailleurs fort à parier que nous serions tous les deux tout à fait amusants à observer dans le public d'une des annuelles courses d'aviron. Aujourd'hui, nous sommes surtout là pour lui, je ne pourrais pas être plus heureux que de le voir faire ce qu'il aime réellement. Londres est décidément la ville de ses rêves, des nôtres en réalité. J'adresse un sourire à January Grace avant de l'entrainer sur l'herbe, ou nous nous installons. D'autres devraient logiquement nous rejoindre, j'apprécie cependant les instants que je passe avec un entourage qui ne me veut que le meilleur. « Tu es venue soutenir Oxford ce soir toi aussi ? » Je ris un peu avant de lui tendre une consommation achetée sur le chemin. Je reporte mon regard sur la scène ou la voix de la présentatrice annonce le candidat suivant, d'un accent anglicisé, Andrea Leroy Duchesne, mon cousin, mon copain. Mon rythme cardiaque s'accélère malgré moi.

l prend place sur scène, s'installe au piano, je ne peux m'empêcher d'offrir un sourire encourageant et admiratif. A la vérité je ne peux pas être plus heureux que maintenant, pris entre fierté et sentiments réels. Il débute, seule la présence maintenant apparente d'Elise, semble ternir le moment. January semble contrariée, et la réplique acide qui sort de ses lèvres est une question à laquelle je pourrais aisément trouver une réponse. Mon regard posé sur Elise, je réponds. « Parfois les gens fuient la vérité, les vrais amis eux ne mentent jamais. » J'adresse un regard tout à fait méprisant à Elise avant de reporter mon attention entière sur Andrea, dont la maîtrise vocale et l'émotion semble créer une aura tout à fait spéciale au sein du public. Je le ne quitte pas des yeux, tout comme January alors qu'il chante, et je chuchote à l'adresse de la Cambridgienne. « Même toi tu ne peux que reconnaître qu'Oxford marque des points là, il est brillant... » Je laisse un sourire s'esquisser sur mes lèvres, perd mon regard une nouvelle fois sur la scène ou je capte celui de mon amant, une fraction de seconde. Je le connais suffisamment pour savoir que le choix de la chanson n'est pas innocent et pas seulement à cause des jeux de mots foireux assigné aux « looking faure  & faure i'ven't got a clue » qu'il nous est donné d'entendre. Mon cœur manque un battement lorsqu'il prononce sa dernière phrase. Je pourrais bien m'étouffer avec ma bière, je ne me ferais sans doute jamais à l'idée qu'il puisse m'aimer de cette manière. Impossible en revanche de céder aux contacts passionnés devant une telle faune, je tente tant bien que mal de contenir ce que je ressens, son effet sur moi est décidément notable. « Je l'aime. » Je le chuchote doucement à l'adresse de January, elle seule peut l'entendre, je serais pourtant capable de le crier maintenant. Elle me réponds, et je ne peux m'empêcher de sourire à l'idée, un sourire simple, qui ne cache rien de ce que je ressens, je jette un coup d'œil à Andrea qui quitte la scène pour nous rejoindre. « Je m'en rend compte, et je ne ferais jamais rien qui le fasse volontairement souffrir, une phrase qui parait toute faite pour sa meilleure amie, mais que je pense sincèrement. » Je me tais, lui apparaît à travers la foule, sa main frôle la mienne dans un contact voulu rapidement interrompu, je tente de retenir un instant sa main avant de renoncer, pas maintenant, pas ici. Je lui administre un sourire sincère limitant mon enthousiasme à des simples félicitations, je ne serais pas certain de répondre de moi si je me laissais aller au moindre contact rapproché. « Comme Cambridge le dit, parfait. » Je soupire, et lui tend ma bière afin qu'il puisse boire dedans et se rafraichir, puis tourne la tête vers January qui prétexte devoir se préparer pour nous abandonner tous les deux, sombre idée. L'envie de poser mes lèvres sur les siennes se veut forte, attrayante, je ne cède pas, jetant un nouveau regard à Elise dont la présence ici me rend décidément nerveux. J'adresse un dernier sourire à January avant de saisir le bras d'Andrea pour l'entraîner ailleurs, loin d'Elise. Enfin hors du champ de vision de la parisienne je m'autorise à me détendre un peu. Je n'ose pourtant rien tenter qui puisse être mal interprété. Mon entourage sait exactement ou nous sommes, ils ne devraient d'ailleurs pas tarder à arriver, pour eux nous ne sommes que deux cousins s'appréciant mutuellement, je dois sortir la notion de couple de mon crâne ce soir, chose difficile pour moi qui ait passé la plupart de mon temps cloitré entre les murs rassurants de son appartement.


Dernière édition par Tristan W. Faure le Dim 10 Juil - 22:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Dim 10 Juil - 0:38

Ce soir est un grand soir, qui vaut bien que January Grace Goodwin fraternise avec l'ennemi. Mais oui, tout à fait. Ce soir c'est soir de fête, de paix. Le premier grand événement de ce mois de juillet et qui plus est musical, je me devais d'y être. Mais la raison principale de ma présence ici ce soir n'est pas ma curiosité difficile à satisfaire ni mon goût certain pour la critique dans les domaines où je me connais ni même mon envie de prendre plaisir à chanter devant un public (plaisir dont je ne me prive jamais d'ailleurs). Non. Si je suis là ce soir c'est surtout pour soutenir l'une des personnes qui compte le plus pour moi, Andrea. Andrea que je n'aurais jamais imaginé pouvoir avoir dans ma vie, en chair et en os, autant que c'est le cas. Il est clair qu'il passe bien trop de temps à Oxford à mon goût mais à présent j'en comprends tout à fait la raison. Mais le fait de le savoir assez près, de pouvoir le voir autant, est sans doute l'un des plus précieux cadeaux que la vie m'ait offerte. Alors j'en profite autant que je le peux et j'espère sincèrement ne jamais m'en voir privée.

On arrive au Hyde Park, Andrea nous quitte déjà pour aller se préparer en coulisses. Faisant partie des derniers programmés, je peux me permettre de m'installer dans le public avec Tristan. Ayant tous deux Andrea en commun, il fallait bien qu'on se rencontre un jour. On s'est déjà parlé quelques fois via Facebook mais aujourd'hui nous avons été présenté formellement, moi la meilleure amie, lui le petit ami. Et à vrai dire jusqu'ici, tout se passe pour le mieux. Les regards bien que discrets qu'il lance à Andy me confortent dans l'idée qu'il tient réellement à lui. Et nous nous entendons plutôt bien. Certes nos discussions reviennent souvent sur le Cambridge vs Oxford mais il s'agit plus d'une rivalité amusante pour nous que d'une véritable adversité. Je sors des mini-coussins de mon sac et nous nous installons sur l'herbe fraîche. J'essaie de ne pas penser aux bestioles, notamment les fourmis, qui pourraient y traîner et tente plutôt de me concentrer sur ce qui se passe autour de moi. « Oh non non non, je ne vais pas te laisser me faire dire ça. Ce soir pas de team Cambridge ni de team Oxford, seulement team Andrea, qu'on soit bien clairs. » Je sens mes jambes me gratter, puis mes bras. Je vérifie, pas de traces de la moindre fourmi. Il faut que je reste calme, c'est tout à fait psychologique. Il n'y pas moyen pour qu'elles atteignent mes jambes vu les collants que je porte. De même, impossible qu'elles arrivent jusqu'à mes bras puisque je les tiens loin du sol. Je sors ma crème antiseptique et en applique sur mes mains comme dans une tentative d'oublier les envies de grattement qui me rongent. Il faut juste que je n'y pense plus. Je regarde dans le public, à la recherche de têtes connues et j'en vois plusieurs mais deux seulement attirent réellement mon attention : Tara et Elise. Je détourne rapidement les yeux sans qu'elles aient le temps de croiser mon regard. « Pourquoi certains ont du mal à reconnaître leurs vrais amis de leurs "amis" ? » ne peux-je me retenir de demander sans pour autant attendre une quelconque réponse. Parce que voilà, c'est ainsi. Les gens se plaisent à se faire des illusions, à traîner avec les mauvaises personnes. Et c'est comme ça que je perçois l'amitié de Tara et Elise. Et si je pense ceci, ce n'est pas par jalousie, c'est tout simplement une constatation. Où était miss France quand ça allait mal pour Tara ? Et maintenant elle débarque et aucun problème, Tara l'accueille à bras ouverts. Je peux comprendre son attachement à cette personne à qui elle a écrit pendant des années ayant rencontré Andrea de la même manière. Mais Elise n'a rien d'Andy qui lui bien qu'à des kilomètres de moi a toujours été là pour moi et inversement. J'ai plus l'impression que les échanges d'Elise et Tara se sont toujours limités au bon côté des choses, à la partie fun. Aujourd'hui, je désapprouve plus que jamais de cette amitié sachant qu'Elise n'a guerre de bonnes intentions envers mon meilleur ami. Mais je ne me vois pas aller parler à Tara pour lui interdire de traîner avec sa chère Elise parce que je le soupçonne de vouloir l'entraîner dans un plan pas du tout net.

L'annonce du nom du futur candidat me tire de mes réflexions et à présent toute mon attention revient à la scène en face de moi et surtout à lui. Entrée en toute grâce, il s'installe et le spectacle commence. Son talent est certain, je le lui ai toujours dit. Et la facilité avec laquelle il emporte le public est tout simplement magique. Il est dans son élément et si les juges ne voient pas ça, ils devraient clairement changer de domaine de travail. « Je te l'accorde. Mais il a chanté à Cambridge avant. » Je ne le quitte pas des yeux, sourire aux lèvres, larmes aux yeux, aussi fière qu'une mère qui voit son enfant accomplir ce qu'il avait toujours craint. Et le voilà sur cette scène, offrant tout ce qu'il a, tout simplement. « Lui aussi. J'espère que tu te rends compte à quel point tu comptes pour lui. » Ma voix est à peine audible également, juste assez pour que Tristan m'entende. Les applaudissements fusent, une standing ovation même. Il ne tarde pas à quitter la scène pour laisser place au candidat suivant et nous rejoint bientôt. « Sur une échelle de un à dix, ta performance mérite disons un vingt ? Non vraiment, c'était parfait. Evidemment. » Je me lève alors que lui s'installe. « J'ai une robe à mettre, des cheveux à arranger et une chanson à chanter, à tout à l'heure. » Je croise Lemon Mitchell avec une amie à elle dont le nom et le visage ne me sont pas inconnus (merci aux réseaux sociaux et à mon excellente mémoire visuelle), alors que je me dirige vers les coulisses. On se connaît depuis quelques temps déjà s'étant rencontrées à des évènements opposant nos universités respectives. Elle est assez sympathique, un peu trop extravertie mais sympathique. J'ai toujours trouvé qu'il y a quelque chose qui clochait dans son comportement par contre mais bon, c'est toujours agréable d'avoir des connaissances amicales du côté rival. Et puis, c'est la fausse petite amie de Tristan, d'après ce qu'en m'a dit Andy. On se salue, Lemon prend de mes nouvelles et moi des siennes rapidement. J'entends qu'on m'appelle, je quitte donc les deux jeunes filles. Il faut que j'aille me préparer, bientôt mon tour de passer sur scène.

(Toutes mes excuses pour ce pavé, mais le fait est j'ai des raisons valables, si si si je vous jure. Alors déjà, ça fait longtemps que je n'ai pas écrit et ceci est mon premier rp avec JGG, en la bonne admin que je suis je n'ai pas fait ma fiche et donc personne ne connaît vraiment encore le perso à part ceux à qui j'en ai parlé, il fallait donc que je parle de toutes ces choses pour le présenter un minimum. Mais aussi, j'étais inspirée. Voilà, bravo à ceux qui auront eu le courage de me lire jusqu'ici et merci pour votre attention.)


Dernière édition par January Grace Goodwin le Mer 3 Aoû - 15:06, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Dim 10 Juil - 15:41

Ce festival Oxbridgien s'avère être du pain béni pour moi. Je ne pensais pas voir autant d'occasions se réunir en un même lieu au même moment. Il faut croire que l'adage qui énonce aide-toi, le ciel t'aidera marche particulièrement bien pour les garces ambitieuses. Devant le miroir de plein pied de ma chambre d'hôtel luxueuse, je souris à mon reflet, replace quelques mèches de cheveux et retrouve ma chère Tara dans le hall. Une des raisons qui rendent ce festival si merveilleux pour moi, la raison principale sans doute. Nous nous enlaçons, avant de grimper dans le taxi que nous avons réservé.

Le parc est bondé, les gens affluent de toute part et je reconnais quelques visages, non sans une certaine satisfaction. Je sors une couverture de mon grand sac et la déploie sur l'herbe, où nous nous installons, un coca light à la main et les yeux rivés sur scène. « Our first candidate, Andwia Leroy-Douchezne ! Give him a round of applause ! » annonce la blonde péroxydée engagée pour faire la présentation. J'échange un regard complice avec mon ami, puis cherche discrètement des yeux ses chers amis... Mes yeux croisent ceux de Tristan, je lui sers un sourire narquois et un air dédaigneux. Il ne fallait pas me chercher Faure, tu vas finir par payer cher. Mais je reporte bien vite mon attention à la scène, où Andrea se lance dans une reprise de Hello, de Lionel Richie. Trop mignon... Je lui adresse un immense sourire alors qu'il assène un « I love you » à la foule et lui fait un petit signe de la main, le regard taquin. Il m'a vu, je le sais, je le vois. Tristan aussi, je sens d'ici le regard assassin qu'il me lance.

Je ris légèrement, puis me tourne vers Tara. « Je sens qu'on va bien s'amuser ma chérie... Cette première prestation était vraiment très touchante, non? » L'ironie ne mes propos transparait sans que j'ai besoin de faire le moindre effort pour. Je vois Andrea rejoindre son amant et sa meilleure amie au nom ridicule. Mais je me passerai de tout commentaires sur elle, Tara l'apprécie, Dieu sait pourquoi. Je me demande ce qu'elle sait sur les amours de son cher ami... Mais mes pensées s'égarent et j'ai bien failli ne pas capter l'air déterminé et assuré de ma meilleure amie. « Tu ne vas pas me dire que tu as encore le béguin pour lui T. ? » Ce ne serait vraiment, mais alors, vraiment pas une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Dim 10 Juil - 17:35

Je suis presque prête et pleine d’enthousiasme à l'idée de me rendre à ce fameux show avec Élise, je n'ai pas mis plus d'une heure à me préparer. Et croyez moi, une heure, c'est court pour moi. Attendant que la meilleure des meilleures descende, je jette un œil à mon reflet et retouche légèrement ma coiffure.
C'est alors qu'une fois arrivée, je me rends compte du nombre de personnes qui sont venues soit pour applaudir ou, comme nous, pour se foutre des gens qui allaient chanter. C'est alors qu'on entend l’arrivée d'un certain Andrea. Je regarde Élise d'un air entendu. Je n'avais jamais compris pourquoi elle tenait tant à fréquenter ce type. Je la regarde et éclate de rire. Hello, de Lionel Richie. Un bon choix de chanson. Aux côtés d'Elise, je souris lorsqu'il arrive à la fin de la chanson avec le "I love you". Je ne peut alors que remarquer le regard échangé entre les deux. Oh ohhh.. ça commence bien ! Je lui adresse un clin d'oeil. Le regard que Tristan adresse à mon amie me fait sourire. Oh oui, il n'y a pas de doutes ! Oh vraiment émouvante j'en aurais laissé échapper une larme... L'ironie se ressent également dans ma voix. Alors que je jette un oeil à Andrea, j'aperçois Tristan. Je suis bien décidée. Que voulez vous, quand je veux quelque chose je l'obtiens, c'est comme ça chez moi. Mais Elise me sort de mes pensées. Je dois dire que Tristan m'intrigue. En plus, il est à Oxford, si c'est pas parfait ça ! Je regarde alors Elise et lève les yeux au ciel. Pourquoi ? En quoi cela peut te déranger ? Au moins, moi c'est pas le bouclé que je vise. Je donne un petit coup de coude à mon amie en lui souriant. Je jette alors un nouveau regard dans la direction de Tristan. J'aperçois January avec eux. Je lui adresse un petit signe de la main, en espérant qu'elle me voit.. Je suis au courant de l'aversion qu'entretient Elise au sujet de J. Je suis à Cambridge avec elle, et c'est déjà une bonne raison qui explique notre amitié. Mais je fais attention de ne pas trop la mentionner quand je suis avec Elise car parler de January avec elle a toujours été source de conflit. Je reporte mon regard vers eux. Alors, c'est quoi ton plan ? Je laisse échapper un éclat de rire puis regarde mon amie.



Dernière édition par Tara M. Dayris le Lun 11 Juil - 11:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Dim 10 Juil - 22:21

Rien qu’à l’idée de me retrouver seul dans la foule scandant les prénoms des candidats, j’avais le poil qui s’hérissait. Plusieurs fois sur le chemin, j’avais envie de rentrer à Oxford, bien au chaud dans mon lit. Mais j’allais sûrement recevoir les foudres de Cecil & Carolyn. Ils m’avaient presque forcé à me rendre à ce festival de musique à Londres ! Je n’avais pas eu réellement le choix, ils allaient se produire sur scène ! Hyde Park à Londres, un parc que je connaissais plutôt bien ; ma ville de naissance, la ville qui m’a vu grandir et qui m’a aussi fait fuir. J’étais dans le public où tous les Anglais attendaient l’ouverture du festival ; une sorte de concours pour des jeunes talents ! Je ne contestais pas l’aptitude de Caro & Cecil à chanter et à se produire sur scène. Mais… c’est les personnes qui m’entouraient ! J’avais une sainte horreur des personnes qui se mettaient à chanter tous en cœur, tout pour se montrer et se faire remarquer ! J’avais fais de mon mieux pour trouver un coin sympa, assez proche pour pouvoir alors voir mes deux amis. La cigarette à la bouche, un jeune oxfordien se produisit ; j’en avais entendu parler, sûrement sur le blog des troublemakers. Une chanson à l’eau de rose, tout pour faire pleurer la ménagère de moins de cinquante ans, et faire mouiller les jeunes filles ! Je ne ressens aucune émotion, je n’étais pas touché par cette chanson. Mais lorsque je regardais la foule autour de moi, je me doutais que la chanson avait plu au plus grand nombre ! Je n’avais pas promis à Carolyn & Cecil que j’allais rester jusqu’au bout, j’attendais seulement leur passage sur scène, puis j’allais me trouver mon vieux bar sur Piccadilly Circus où j’avais l’habitude d’y aller plus jeune. J’allais peut-être attendre la fin du festival pour rentrer avec eux… à moins qu’une tierce personne ne me retienne à un moment donné !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Lun 11 Juil - 5:12

Lorsque j’avais appris l’existence du festival, je n’avais pas hésité une seconde. Trois clics plus tard j’étais inscrite et cinq autres après j’avais une place pour un aller/retour Toulouse-Londres. Je n’avais prévenu personne, même pas Narcisse. J’étais revenue simplement pour tenter d’obtenir le contrat avec une maison de disque prévu pour le gagnant. La gagnante en l’occurrence. Car ce serait moi, je le voulais assez fort pour que tout se passe comme dans mes rêves. Je commençais vaguement à penser à la chanson que je pourrais jouer. Lucy in the sky with diamonds et Knockin on heaven’s door avaient toujours été mes chansons fétiches mais j’avais assez regardé nouvelle star et x factor pour savoir que ce n’était pas ce que le public attendait. Les gens devant la télé sont des gamines de 15 ans qui votent pour celui qui a la plus belle mèche… Ou celle qui chante parfaitement une chanson qu’elles connaissent par cœur à force de l’entendre dans leurs soirées minables.

Je n’avais aucune envie de faire dans le compliqué et Born this way m’apparut comme une évidence. Filles hypes et gleeks voteraient pour moi, c’était le choix parfait. Je descendis de mon avion pile à l’heure et fraiche comme une rose, ce qui étaient en soit deux faits étonnant et pris directement un taxi pour aller sur les lieux du festival. Une bande son m’accompagnerait. J’aurais certes préféré des musiciens mais il était trop tard pour s’occuper de ça. On fait vaguement quelques arrangements pour ma voix et on me montre ma loge. C’est là que je regarde la liste des autres participants : Stowe, Leroy-Duchesne et j’en passe. Super. Au moins le petit mec du glee club, celui qui a un nom de fille (Camille ?), ne s’est pas ramené, c’est déjà ça.

Et c’est déjà l’heure, un assistant me passe un micro, j’entre sur scène, habillée correctement à côté de la première interprète de la chanson, et je commence à susurrer le début de ma chanson. « It doesn't matter if you love him or capital H-I-M just put your paws up ‘cause you were born this way, baby ». Puis je commence à chanter réellement, me déhanchant sur la scène et tentant de faire bouger le public. A la fin toute la salle répète en cœur « Baby I was born this way ». La chanson était décidemment bien choisie. Après un commentaire rapide du présentateur stupide de l’émission, je retourne dans les coulisses sous les applaudissements du public en essayant de ne croiser personne que je connais. Ils sont tous des adversaires aujourd’hui et on ne fraternise pas avec l’ennemi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Lun 11 Juil - 17:29

La semaine a été dure, vraiment dure. Entre le voyage à Dublin et la mise à jour de Ticket To Ride, je n'ai pas vraiment eu le temps de me reposer. Quelle idée faut dire. Mais je ne savais pas que ça allait prendre AUTANT de temps cette màj franchement. Mais il faut dire que dernièrement que ce soit Terence ou moi, on a bien glandé administrativement. Et il fallait se reprendre le plus rapidement que possible. Biensûr on a eu cette révélation la veille de mon départ, ha et on a aussitôt commencé à y bosser. Jour et nuit en conférence sur Skype, on se réveille et on dort dessus. S'il pouvait s'exprimer, il nous aurait dit qu'on abusait. Comme toujours, Terry se chargeait de tout ce qui était écrit et moi du design. Et chacun de nous en a bien bavé cette fois-ci plus que jamais. Parce qu'évidemment, les codes ont décidé de ne pas être coopératifs du tout. Sans prévenir à tout moment des choses bizarres faisaient leur apparition sur le forum. Des marges de vingt pixels de merde qui ne voulaient pas disparaître. Des pages déformées. Des scripts en Java qui buguent. Même pas la peine de penser à utiliser du Jquery. J'vous dis pas l'état dans lequel j'étais. Chandler se faisait sérieusement du soucis pour ma santé mentale vers la fin. Devant mon écran à chialer pour des marges de un pixel qui résistaient. Mais tout de même, j'ai réussi à faire une pause le soir du concert de Glee, quoique le matin même je refusais d'y aller parce que je me devais de finir cette mise à jour, j'en avais marre. Et encore, on n'en était qu'au début. Mais mon cousin m'a finalement convaincue. Heureusement d'ailleurs sinon je l'aurais bien regretté, le Glee Live étant la raison pour laquelle nous étions à Dublin. La soirée a été géniale qui plus est. Mais qu'est-ce que je raconte ? A Londres c'était génial, à Dublin c'était juste FOU, je ne sais même pas comment expliquer. Y a qu'à voir les trucs que j'ai posté sur tumblr. Non sérieux, ça en valait le coup. Ca m'a motivée en plus. Ca m'a fatiguée par contre, ce qui n'a pas trop aidé. ENFIN VOILA QUOI, ça a pas été de tout repos. Mais comme par miracle on a fini l'avant dernier jour de mon séjour à Dublin et avec Chandler on a pu profiter d'une dernière journée tranquille à visiter la ville. Ma fatigue a limité notre joli tour mais on s'est bien éclatés quand même.

Retour à Oxford, j'ai passé hier entre dormir, manger et jouer à des jeux vidéos avec mon cousin et deux amis à moi avec lesquels il s'est d'ailleurs facilement lié. A chaque fois je réalise combien je suis contente qu'il soit venu vivre chez nous. Il a toujours été ce grand frère qui habite à NY que je ne retrouve que chaque été. Et là il est juste tout le temps là et je trouve ça génial.

En ce samedi cependant, je me suis dit qu'il fallait que je reprenne ma vie sociale Oxfordienne en mains et surtout que je passe du temps avec mes deux meilleures amies qui me manquent énormément. Assez dur pour moi de concilier les deux sachant qu'elles ne sont pas folles l'une de l'autre même si elles n'en sont pas au point de refuser de se fréquenter, dieu merci. Rose me propose un programme qui ne peut que me réjouir pour la journée et en soirée ça sera le Hyde Park qu'on squattera et on ne sera pas les seules. Ce soir un festival organisé par la BBC y prend place et pas question de le rater. Freija et Cecil y seront notamment mais en tant que candidats et j'ai hâte d'entendre ce que Frei' nous a préparé.
La journée passe plus vite que prévu et on arrive même en retard au spectacle. « So sorry Rose mais juste deux minutes, il faut que j'aille faire un petit coucou à Freija. Tu... ? » Elle choisit de m'attendre, je lui souris et culpabilisant de la planter ainsi j'ajoute « Mais genre vite fait promis ! » alors que je vais à la recherche de mon autre amie dans les coulisses. Je n'arrive toujours pas à croire qu'il y a quelques temps encore elle et moi étions en froid, l'époque me semble déjà bien révolue. Je la retrouve elle et Cecil assez rapidement alors que je ne sais qui commence chanter (d'ailleurs, oh boy, ça c'est de la voix). « Bonsoir bonsoiiiiiiir vous deuuux. » Je la prends dans mes bras puis je tends ma main au jeune homme, un sourire aux lèvres. « Alors, on se sent commeeent ? » Quelques minutes encore en leur compagnie et je cours retrouver Rose pour qu'on rejoigne les autres.
« Tristaaaaaaaaaan ! Andreaaaaaa ! Ca va bieeeen ? Mais dîtes, vous savez qui chantait là à l'instant ? Non parce que c'était trop bien et je sais pas qui c'étaiiiiiiit. » Une bonne femme me regarde d'un air sévère alors je m'assois et me tiens tranquille alors que Lucy monte sur scène. Mais bon sang, tout le monde participe à ce truc ou quoi ?

(PARDON, PARDON, PARDON. I DID IT AGAIN, CA A FINI EN PAVE. Pour ceux qui ont la flemme vous avez le droit de ne pas tout lire. )


Dernière édition par Lemon J. Mitchell le Lun 11 Juil - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Lun 11 Juil - 17:30

Lemon a été passablement à cran ces derniers temps, pour ne pas dire complètement hystérique. C'était cette période qui revenait encore... Non, non, pas CELLE LA, je veux parler de la mise à jour de son forum de Role-Play. Ne me demandez surtout pas en quoi cela consiste exactement, mais je sais qu'il y a des gros problèmes de pixel et de java script et que ça rend ma meilleure amie complètement marteau. C'est pourquoi je lui ai accordé un jour de repos et que j'ai ensuite décidé de lui organiser une journée fun et détente. Trop de pression repose sur les frêles épaules de la blondinette ou plus exactement, elle s'en met trop. C'est pourquoi elle a déboulé chez moi ce matin à dix heures et que ce soir nous allons au festival d'Oxbridge. Elle commence par me montrer la tonne de photos qu'elle a prises du Glee Live Tour et ses commentaires sont tellement drôles que je ne regrette absolument pas de ne pas y avoir été moi-même. J'en profite pour lui ressortir un vieil album scolaire où Lemon porte un déguisement excentrique au possible, tandis qu'elle prend une pose ridicule auprès de Carolyn. Freija. Peu importe, disons que c'était une photo mémorable des deux meilleures amies. Puisque ce terme est de nouveau à l'ordre du jour, je m'efforce de l'adopter.

Nous entamons ensuite ma réserve de Cadburry en nous repassant nos épisodes favoris de la fameuse série musicale, riant allègrement de la bêtise de Brittany, qui n'est pas sans rappeler le rôle que joue Lemon à la face du monde. Nous ne pouvons pas non plus nous empêcher de souligner la ressemblance physique frappante entre le cousin de Tristan et cet abruti de Jesse St-James... Quelques éclats de rire plus tard, nous finissons quand même par sortir de mon appartement pour nous sustenter. Frozen yogurt oblige, nous avons une réputation de jeunes filles hypes qui ne mangent que des trucs sans viande et boivent des smoothies. Et nous ne voudrions pas décevoir l'assemblée. Attablées dans un petit juce bar du centre commercial, nous picorons avec bonne humeur, planifiant la suite de la journée. Une petite séance de shopping s'impose, ni Lemon, ni moi n'avons réussi à décider ce que nous allions mettre. La solution s'impose donc d'elle-même: il faut racheter des vêtements ! Nous parcourons boutiques après boutiques, faisons des essayages ridicules et je prends de superbes photos de Lemon Jasmine Mitchell en robe rose et talons aiguilles blancs, digne d'une vraie Barbie. Mais le temps passe plus vite que ce que nous pensions et nous devons encore prendre le train de 15h45 pour Londres. Nous réussissons à boucler nos petits sacs, nous enfilons nos tenues de festivalières et filons vers la gare. Le Ciel est avec nous puisque nous sommes à l'heure, ce qui est plutôt rare quand nous sommes toutes les deux. Chandler téléphone à sa cousine, lui annonçant qu'il ne nous rejoindra pas finalement. Il marmonne une histoire de billard et de bière et Lemon n'en demande pas plus, au risque de voir le train démarrer sans nous. Une fois à Londres, nous passons en express à l'auberge de jeunesse que nous avons réservée pour déposer nos affaires et prendre une mini-douche.

ENFIN ! Nous arrivons à Hyde Park et la foule est déjà amassée dans l'herbe. J'aperçois plus d'une tête connue dans l'assemblée, mais Lemon m'attrape la main et m'entraine vers les coulisses « So sorry Rose mais juste deux minutes, il faut que j'aille faire un petit coucou à Freija. Tu... ? » Je souris à mon amie et m'adosse contre un piquet « Je t'attends là, vas-y. » Je ne me sens en effet pas encore capable d'assumer la renaissance de l'amitié entre Freija et Lemon, je préfère me faire discrète encore un moment, le temps de décider et de voir comment les choses vont tourner. J'observe la scène, où vient de prendre place Andrea... Ce type ne m'inspire certes aucune confiance et je trouve qu'il se passe des choses louches entre lui et Tristan, mais je suis bien forcée de lui reconnaître un certain talent. Il maitrise à la perfection sa chanson et la composition au piano, tandis que l'émotion vibrante résonne dans sa voix. J'en serais restée scotchée si je n'avais pas un aussi mauvais feeling vis à vis de lui... Lemon ressort des coulisses, le sourire aux lèvres et nous rejoignons le petit groupe. En chemin, nous tombons sur une jolie brune, amie d'Andrea qui étudie à Cambridge. Je sais vaguement qui elle est, mais je prends tout de même la peine de me présenter en bonne et due forme. « Enchantée, je suis Rose. » Son visage me parle et je pense l'avoir dans mes amis Facebook, ce qui n'empêche que je ne l'ai jamais rencontrée en personne. January se présente à son tour et nous salue, continuant sa route.

« Belle prestation Andrea, c'était... intense. » Je regarde ensuite Tristan, le visage un peu plus fermé. Je ne suis pas particulièrement satisfaite de l'indifférence avec laquelle il me traite ces derniers temps et le temps qu'il passe avec son cousin est plus que douteux. Cette chanson, elle lui semblait tellement destinée, je les ai vus, on aurait véritablement dit qu'ils étaient seuls au monde. Quelque chose ne tourne pas rond, bien que je ne puisse encore mettre de mot sur cette étrange sensation que j'éprouve. Mais l'heure n'est pas à la suspicion et je m'efforce de garder mes doutes et ma mauvaise humeur pour moi. La présentatrice annonce alors la prochaine concurrente, Lucy Thompson. Voilà qui promettait. Non pas que je remette en cause ses talents de chanteuse, mais il n'y a qu'à voir le titre qu'elle a choisi pour voir qu'elle est fade et creuse. C'est impersonnel au possible, encore plus commercial que l'originale. Je lève les yeux au ciel, préférant encore une fois m'abstenir de tout commentaire. Lemon fait ressortir le meilleur de moi-même et j'aimerai bien que cette soirée le démontre.

(SORRY PAVE CLUB, C'EST AHLEM QUI ME CONTAMINEEEE)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Mer 13 Juil - 23:03

Enfin un peu de détente après des jours de stress non stop ! Et ce n’est même pas à cause d’examens, du JCC ou de l’atelier d’écriture, non en fait, tout ça c’est la faute de ce fichu forum que je gère avec Lemon ! Non mais j’adore ce forum, mais parfois il me donne des sueurs froides. J’ai du refuser d’aller à deux fêtes rien que pour ce fichu forum. GENIAL. J’ai prétexté avoir des migraines chroniques, bien que je n’en ai jamais eu de ma vie. J’espère au moins que cette excuse a marché, sinon je ne donne pas cher de ma peau. Bon pas de panique, je n’ai jamais été démasqué jusqu’à présent, c’est pas aujourd’hui que ça va arriver ! Bon et sinon, mis à part ce FICHU forum, à cause de qui j’ai eu des nuits blanches, je suis enfin sorti de mon trou, enfin ma chambre, et j’ai décidé d’aller à Hyde Park, voir un festival organisé par la BBC. Avant tout ces problèmes liés au forum, j’étais allé au Comic Con, et autant dire que c’était un programme assez chargé. Je crois que je n’ai pas du dormir beaucoup pendant ce temps.

J’arrive donc à Hyde Park un peu en retard, et il y a déjà pas mal de monde. Il n’y a pas que Cambridge, mais aussi d’autres universités. Mais moi, les rivalités, c’est pas trop mon truc. J’aperçois certaines filles qui ont tenté de m’attraper dans leurs filets sans succès (je suis peut-être un tombeur, mais je ne suis pas un gars ‘’facile’’), les ignore, salut quelques connaissances de la fac, évite les personnes que je n’aime pas ou qui me sidèrent, et apprécie la musique. Je vois que Tara est là aussi, et lui lance un petit sourire avant de reporter mon attention sur la foule.

J'aperçois Lemon, mais devrais-je aller la voir ?...On ne se parle pas vraiment en dehors du monde d’internet, bien que nous soyons bons amis, nous sommes dans deux universités différentes, et personne ne sait ce que je fais avec Lemon. Elle garde mon secret bien évidemment, mais si on me voit trop trainer avec elle, ça risque de jaser, après tout j'ai une réputation de tombeur, et on pourrait croire qu'elle est ma prochaine proie. Je l'aime bien cependant, et je ne veux pas lui faire de tort. Bon et puis zut hein, je vais dans sa direction, il y a une place de libre à côté d’elle. Le prochain chanteur va bientôt monter sur scène. « Lemon ! » Je n’attends pas avant de m’asseoir à côté d’elle, tout sourire. Je n’évite pas les regards noirs de certains, mais je m’en fiche un peu. Ils ne sont même pas de Cambridge. J’aperçois d’ailleurs certains étudiants de l’université qui ont tenté de rentrer dans le JCC sans succès, et autant dire qu’ils nous en veulent encore. Je fais un signe de la main à la personne qui accompagne Lemon, et redirige mon attention vers elle. « Tu ne m’avais pas dit que tu venais. Bon ok je me tais, je vais me faire lapider sinon. » J’émets un petit rire nerveux, il y a de quoi. Je n’ai pas ma troupe habituelle avec moi, il semblerait qu’ils aient eu mieux à faire, même si certains membres du JCC sont ici. Je suis populaire, mais aussi haï par beaucoup. Peu importe, ils ne peuvent pas me toucher et ils le savent. Donc autant m’amuser, je suis là pour ça non ?



(c'est nuuuul désolée)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Sam 23 Juil - 15:47

Assise en tailleur dans mon siège, menton sur l'épaule de Cecil, je fredonne machinalement les paroles de la chanson que nous allons interprêter dans quelques minutes. Mon compagnon semble beaucoup plus anxieux que moi, il fixe la guitare empruntée à un de ses amis comme si elle allait le mordre. Je me sens un peu coupable de le forcer à participer à ce concours alors qu'il n'a aucun talent musical, mais ça me tient tellement à coeur que je l'ai obligé à apprendre un morceau -simple tout de même- H24 pendant neuf jours. Pas bien difficile. Notre choix, ou devrais-je dire MON choix, s'est porté sur une chanson inconnue du public mais magnifique et touchante. Je souffle les paroles dans l'oreille de Cecil pour le détendre avec une tendresse hypocrite. S'il est trop stressé, il se perdra dans ses notes, et s'il se perd dans ses notes, je me verrai contrainte de le tuer. Je tiens à gagner toutes les compétitions auxquelles je participe, et ce depuis toujours. Je glisse ma main dans la sienne tout en lui sussurant des mots apaisant quand une voix me fait me retourner. « Lemoooooooooooon ! » Je saute sur mes pieds et me jette sur elle. « Bien sur que ça va, c'est cool d'être venu nous voir ! » Je souris franchement, heureuse comme tout d'être face à elle. Qu'elle se soit glissée dans les coulisses pour me saluer me fait chaud au coeur. Je pose ma main sur son bras et lui glisse « Moi ça va, mais Cecil a un peu le trac. » Je jette un coup d'oeil inquiet à mon petit ami, angoissée pour la suite du spectacle. « Enfin bon il va s'en sortir, il a pas vraiment le choix. » Sourire carnassier et éclat de rire, je serre Lemon dans mes bras et m'éloigne tout en lui promettant de la rejoindre à la fin de notre prestation.

Lucy descend de la scène sans nous adresser un seul regard. Je saisis le bras de Cecil pour l'inciter à se lever et l'embrasse avec douceur. « Ca va aller. » Je l'entraine en haut des marches avec assurance et me poste devant le micro. Un regard vers Lemon, un autre vers mon partenaire auquel j'adresse un sourire rassurant et nous commençons. « You don't want me no, you don't need me... like I want you oh, like I need you. » Cecil joue sans hésitation et je m'autorise à me détendre. « And I want you in my liiife. And I need you in my liiife. » Mon regard fouille le public avec minutie. Où est-il ? « I can have you no, like you have me... » Et soudain... une fausse note. Je me crispe légèrement. Une succession de notes trop rapides me fait tiquer, ma voix s'emmêle. C'est impossible, pas si proches de la fin. Je ne sais plus ou j'en suis, quel couplet était-ce à l'instant ? J'abrège la chanson, bafouillant les dernières paroles les larmes aux yeux. Je salue la tête haute et un sourire parfaitement imité aux lèvres avant de me tourner vers Cecil le regard furieux. « Tu as tout gâché » je siffle entre mes dents. Je le bouscule sans ménagement et m'éclipse de la scène avec empressement. Je ne sais pas s'il essaye de me rattraper, je presse le pas vers la sortie. « C'était pourtant pas difficile ! Tu avais quatre accords à apprendre et t'en as même pas été capable ! Tu savais pourtant ce que ça représentait pour moi. TU T'EN MOQUES HEIN ?! » Je le repousse à nouveau le coeur au bord des lèvres. Ce n'est qu'en entendant une rumeur dans mon dos que je me fige et me retourne. Les premiers rangs me dévisagent avec amusement. J'ignorais que la salle était si vaste. C'est un cauchemar. Je déteste me donner en spectacle, devant une salle comble et des caméras encore plus. Je soupire et rejoins Lemon comme si de rien était. « C'est atroce. » Incapable d'en dire plus, je remarque alors la présence du blond cambridgien à ses côtés. « Ah, salut toi. Qu'est-ce que tu fais ici ? » Ma voix tremble mais je m'oblige à rester calme, j'en ai assez fait. J'ignore où est Cecil et je m'en moque, j'ai besoin de calme. J'expédie un rapide texto à Camille. « Merci d'être là pour moi vieux, c'est vraiment super de ta part. » Je me tourne ensuite vers Kael, placé un peu plus loin, et lui fais un signe pour qu'il me rejoigne. Lui au moins est présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Dim 24 Juil - 13:42

Difficile de communiquer sa joie à son petit-ami pas du tout officiel sans se faire repérer par la moitié de la salle, j’ai en plus aperçu Elise, plus garce que jamais, me faire des grands signes pendant ma représentation, comme si la phrase I love you pouvait avoir un quelconque rapport avec son insupportable personne. J’offre donc un simple sourire ravi à Tristan, et passe mon bras sur les épaules de January, lui claquant un bisou sur la joue. « Tu seras parfaite toi aussi, j’en suis sûr ». Je ne suis pas du tout inquiet pour elle, elle possède la scène dans ses gênes les plus anciens. Elle doit aller se préparer, je l’encourage de nouveau d’un clin d’œil. « A tout à l’heure. » Le plan de la soirée est parfait, lui, elle, moi. Le triangle de base de ma vie, mon appuie et mon soutien éternel. Je souris malgré moi, la difficulté réside désormais de se contenir en attendant d’être raisonnablement à l’abris des regards. Elise est plus loin, le regard insistant, avec une de ses amies. Je fronce un peu le nez en attrapant la bière qu’il me tend, pas du luxe comme tenu de l’utilisation que je viens de faire de ma voix. Je tremble un peu, de chaud, d’émotion, d’envie aussi. J’ignore ce que je suis censé dire, les gestes auraient pour moi plus de sens. Finalement, nous nous éloignons un peu des yeux différents qui se braquent avec insistance sur nous. Le risque social de notre relation m’apparait tout à coup, flagrant. Mais il est hors de question que je m’embrouille de pensées désagréables ce soir, le cadre de la soirée représentant à lui-même un moment trop parfait pour être stupidement gâché par mes pensées noires.

Le coin dans lequel il m’entraine est plus calme, et nous sommes rapidement rejoints par Lemon & Rose. Je connais les deux jeunes femmes de vue, mais je sais que mes relations avec Lemon sont meilleures que celles que j’entretiens avec Rose. Son regard se ferme un peu, et même si elle me complimente, je sens sa réserve, saisissante. « Bonsoir les filles. » Je souris un peu, tentant de jouer la carte du cousin super décontracté. La popularité n’a jamais été un problème pour moi mais j’ai renoncé à toute forme de réussite sociale quand j’ai décidé que je volerai Tristan à toutes ses nombreuses prétendantes. Je le sais, et l’accepte. C’est comme ça, le jeu en vaut la chandelle. « C’était moi, Lemon… » Je souris un peu, amusé, et avale une nouvelle gorgée de sa bière, que je n’ose pas lui rendre. « Merci en tout cas. A vous deux. » Je souris aux deux filles qui ne sont pas avares de compliments. C’est au tour de Lucy de monter sur scène, mais j’évite de regarder trop dans cette direction, par solidarité silencieuse pour mon petit-ami. « Vous allez monter sur scène ? » Je regarde Lemon en haussant un sourcil curieux.

Finalement, c'est au tour de Carolyn de monter sur scène pour chanter, avec son petit-ami du moment. Cecil ? Je crois, oui. Le début de leur prestation se passe bien, mais les notes partent en vrille alors qu'ils s'approchent de la fin. Je tourne un regard intrigué vers la scène, non pas que je porte Carolyn dans mon coeur, mais le fait est que je n'aimerai pas être à sa place. Un grand silence se pose soudain sur la salle, tous les yeux sont braqués sur la dispute qui est en train d'avoir lieu. Je fronce le nez, me tourne vers Tristan pour observer sa réaction, un peu mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Lun 25 Juil - 0:37

Au tour de Lucy de monter sur scène, n'adressant pas un regard à ses amis disséminés ici et là. Son attitude bien que proprement détestable me fait rire. Je ne sais pas réellement quoi penser d'elle, nous avons autant en commun que l'un contre l'autre. Bien entendu je pourrais l'apprécier, le fait qu'elle fasse partie des rares personnes à Oxford a s'être autorisé un flirt avec mon petit ami, rend pourtant la chose bien plus difficile. Il m'arrive de l'estimer pour certaines qualités, mais seulement quand elle reste loin de lui. Une bonne moitié d'Oxford ne s'avance pas, mais sait qu'il y a quelque chose de plus ou moins louche entre Andrea & moi, cette atmosphère de suspicion m'arrange d'ailleurs plus qu'elle ne me cause de tord. Ils ne sont ni véritablement surs, ni suffisamment à l'aise pour tenter une approche vers l'un de nous. Lucy semble d'ailleurs ne plus s'intéresser sexuellement à Andrea à moins bien sur que sa crise de jalousie au carling et le talent musical de mon cousin ne lui fasse de l'ombre et qu'elle ait préféré s'en détacher par dépit. Andrea est brillant et personne ici ne saurait prétendre le contraire et c'est une qualité que je lui envie. Lorsque je le regarde, je suis stupidement fier, à chaque fois. Ce n'est pas quelque chose que je saurais lui amputer c'est quelque chose qu'il gardera toujours ancrée en lui. Je ne sais pas ce que l'avenir lui réserve, mais si je l'ai incité à s'inscrire, c'est avant tout pour qu'il voit que je crois en ce qu'il fait, peut être plus que lui même. J'aimerai qu'il réussisse, qu'il puisse s'illustrer dans ce domaine ou il excelle. Si j'ai l'impression de tout lui prendre, je voudrais au moins l'inciter à poursuivre ce rêve. Je soupire et me tire de ma rêverie alors qu'une pluie de compliments s'abat déjà sur lui. Mon entourage ne l'a jamais vraiment apprécié, mais sa musique les relient.

J'aimerai leur présenter comme mon petit ami, mais toujours la distance semble une norme essentielle à toute apparition sociale. Alors que le coup du « tu bois dans mon verre chéri » était déjà quelque peu douteux, je n'en rajoute pas une couche et préfère retourner à ma meilleure arme, le sourire éblouissant digne d'un William Norrington en pleine promo de son dernier film. « Vraiment intense. Mais c'est un garçon plein de ressources, comme vous pouvez le constater. » Lemon s'éloigne nous laissant seuls avec Rose et mon envie lancinante de l'embrasser. Je ne parviens que moyennement à me remettre de la dédicace de mon cousin mais reste contraint de me tenir tranquille. Je capte son regard discrètement avant d'effleurer ses doigts pour récupérer mon verre et en boire une toute nouvelle gorgée. Une certaine tension s'installe comme à chaque fois que nous sommes contraints de ne pas sombrer dans des débordements affectifs destructeurs en public. J'ai envie de jouer avec les sous entendus, mais dois absolument oublier cette idée. « Andrea t'as pas tellement eu l'occasion de faire la connaissance de Rose à mon anniversaire, faut dire qu'on était tous très occupés. Mais puisqu'on a le temps de rattraper ça, voici donc Rose une très bonne amie de fac, que tu vas devoir supporter toute l'année prochaine parce qu'on traine plus que régulièrement ensemble ! » Je fais un clin d'œil à Rose avant de boire une nouvelle gorgée de bière et de la reposer dans la main de mon cousin dans une recherche discrète de contact. « Quand à toi Rose, je suis ravi de te présenter l'homme avec qui on me prête une relation tumultueuse et dont les boucles font le buzz sur le blog des TroubleMakers. » Je passe ma main dans les cheveux d'Andrea et entortille mon doigt autour d'une de ses boucles avant de rire et de stopper là un jeu particulièrement dangereux. « Et tout ca sans mousse coiffante, aucune. Tu n'imagines pas ma jalousie... Enfin je suppose qu'on ne lutte pas contre sa nature capillaire. » Carolyn et Cecil montent sur scène et la diva chauffe déjà sa salle avant d'interpréter une chanson qui tourne après une dédicace a je ne sais quel autre mec qui n'est pas son copain, au vinaigre. Je fronce un sourcil avant de m'ébahir du spectacle qui s'offre à nous. Fausse note, injures, le pauvre Cecil en prend pour son grade. Les caméras se délectent de la scène et il est fort probable que Carolyn fasse la une dès demain. Tous les regards se tournent vers le drame scénique qui se produit y compris Rose. Je profite de la distraction actuelle, pour faire quelque chose de profondément risqué et idiot, mais non sans le délice qu'offre un peu d'adrénaline. Je saisis le col d'Andrea, l'oblige à se tourner vers moi et l'embrasse furtivement avant de le repousser un peu et de lui sourire pour enfin faire comme si rien ne s'était passé en allant de mon petit commentaire. « Je n'imaginais pas Caro si violente. Vraiment, je n'ai pas pu détacher mon regard de ce qui vient juste de se produire. Encore plus scandaleuse que Pippa Middelton. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Lun 25 Juil - 23:32

Born this way. C'est tellement facile. Commercial. Dans le vent. Dans la vague de soutien à la communauté LGBT. Non pas que je n'approuve pas le dit soutien, au contraire, je trouve un peu vil d'utiliser ce type de message pour vendre. Ou se vendre dans le cas de l'amie Thompson. Enfin. Déjà que Tristan me tape sur les systèmes avec ses allusions vaseuses, je ne vais pas en rajouter. « Plein de ressources. » Il se fout franchement de ma gueule. Mais je me contente de sourire et de hocher doucement la tête et de murmurer dans un grognement assez inaudible « Je n'en doute pas. » Je me plonge dans mon verre, dont j'ignore totalement la provenance. De toute façon je me retrouve toujours avec un verre à la main, allez comprendre vous.

Faure se sent alors obligé de faire des présentations formelles, étant donné que son cousin et moi n'avons guère eu le plaisir de bavarder lors de l'anniversaire du jeune homme. Pas comme si ils avaient disparus pendant la moitié de la soirée hein, faisons comme si de rien était. Le français digresse alors sur la toison capillaire de Leroy-Duchesne, passant la main dans ses cheveux, plus longtemps que nécessaire pour démontrer son propos. J'esquisse un sourire tirant sur le jaune et rétorque « Je mise sur TRESemmé. Ils font des produits divins Faure, tu devrais essayer pour entretenir ta mèche de lover. » Mon ton est assez neutre, sans être froid, pouvant simplement démontrer mon côté sarcastique. Après tout ne suis-je pas une vile créature, menteuse, cynique, désabusée et pince-sans-rire? Autant mettre le cousin dans le bain rapidement.

Andrea a la décence de se montrer aimable et avenant malgré tout, nous remerciant de nos compliments, pas exactement plein de bon coeur de ma part mais néanmoins sincères. Il nous demande toutefois si nous allons chanter nous aussi. Lemon et moi échangeons un coup d'oeil furtif avant d'éclater de rire à l'unisson. Je réponds, un sourire en coin plus naturel « Non, non, nous préférons faire montre de nos talents dans la sphère privée. » Un ami de Lemon fait alors irruption, Terence si mes souvenirs sont bons. Je souris, glisse un bonsoir et peut-être quelques banalités, tandis que l'agaçante présentatrice se pointe de nouveau.

Carolyn Stowe est alors annoncée, accompagnée par... son petit ami? C'est toujours d'actualité ça ou il est devenu son guitariste? Je hausse un sourcil dubitatif, écoutant la chanson qui se laisse écouter facilement. Caro a une jolie voix, on sent une certaine émotion sur ses traits et à travers son chant. Ca ne casse pas trois pattes à un canard mais bon au moins, j'aime assez le choix de la chanson. Mais soudain tout part complètement en vrille, une fausse note, un dérapage et la fin de la prestation résonne comme un couac terrible. Cela aurait pu passer si Stowe n'avait pas tapé le scandale du siècle en commençant à pousser une gueulante sur le coin de la scène.

Mon regard se perd sur les écrans géants qui détaillent la scène. Je me retourne vers Tristan pour lui glisser une vanne quelconque et le trouve étrangement proche, physiquement, de son cousin. Leurs visages semblent empreints d'une certaine excitation, voire de désir. Je me détourne bien, me concentrant sur la scène et laissant couler la blague de Faure. La dite drama queen descend alors de scène et s'avance vers nous. Le petit groupe aborde un visage sérieux, le moment est assez solennel tandis que Carolyn lâche un « C'est atroce. » Elle essaie de faire bonne figure auprès de Terence. Mais fort heureusement, la morosité ne dure pas.

Une petite brune juchée sur des talons totalement inappropriés déboule, les cheveux un peu en vrac et une bouteille de champagne à la main. Je fond à travers le petit groupe et hurle « Kiiiiiiiiiiin !!!!!!! » avant de prendre ma vieille amie dans mes bras, souriant avec chaleur cette fois. Je me tourne vers la petite bande et annonce « Voici Kin Eastwood, oui, oui, c'est son vrai nom. Peut-être que January et Terence la connaissent, elle a ce seul défaut d'être à Cambridge. Mais bon, comme elle a du champagne, on lui en veut pas ! » Je tends la bouteille à Tristan et dit « A toi l'honneur Faure. » J'esquisse un sourire, tentant de mettre des côtés les signaux étranges que j'ai reçu depuis le début de cette soirée. Je suis là pour m'amuser. Mais tout ça ressortira un jour, je le sais bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Mar 26 Juil - 14:31

Lorsque je consens enfin à sortir le bout de mon nez de sous la couette, je ne parviens pas à étouffer un cri de détresse et bondit hors du lit comme un diable hors de sa boîte. Un rire que je qualifierais de moqueur accueille mon réveil en fanfare et je jette un regard furieux à Rowan avant de lui balancer un de mes escarpins en pleine tête. Je le traite de vieux pervers, de vil tentateur tout en essayant désespérément de retrouver mes sous-vêtements. Quelle idée aussi de me proposer une sieste crapuleuse en fin d'après-midi ?! Monsieur avait bien de la chance que je sois de passage sur Londres aujourd'hui et que je daigne profiter honteusement de son corps de... Je m'enferme dans la salle de bain avec mes affaires avec un cri de rage. Avec tout ça je suis affreusement en retard, le concert a déjà commencé et... et... J'essaye tant bien que mal d'arranger mes cheveux, mais sans succès.

"Rowan je te haiiiiiiis !"

J'attrape les deux bouteilles de champagne qu'il me tend et en enfourne une dans mon sac avec mauvaise humeur. Il aurait pu me réveiller l'animal ! Néanmoins il suffit d'un sourire, d'un baiser et d'un regard aux magnifiques griffures qui ornent son épaule pour que je retrouve ma bonne humeur. Hahahaha ! Bien fait vieil homme ! Je sais parfaitement qu'il aura des courbatures demain et je m'en réjouis, ça lui apprendra à m'épuiser et à me laisser dormir comme un loir alors qu'un concert qui promet d'être très marrant se déroule en ce moment même. Je l’embrasse à mon tour, lui vole traîtreusement sa chemise en jean que j’enfile par-dessus ma robe et dévale les escaliers de l’immeuble avant d’attraper un taxi. En quelques minutes heureusement, je suis au concert. Zut ! J’ai comme l’impression d’avoir raté le meilleur…

Je hausse les épaules et cherche un endroit où m’installer. Quelques secondes plus tard, le bouchon de ma première bouteille de champagne saute et j’en avale quelques gorgées. Note pour moi-même : emprunter d’autres bouteilles à Rowan, ce champagne est vraiment divin ! Sur mes talons de douze centimètres, je suis plutôt stable et c’est sans trop de problèmes que je m’engage dans la foule jusqu’à ce qu’un grand cri ne vienne interrompre ma progression dans cette marée humaine. Je hurle à mon tour « ROOOOOOOOOOOOOOSE ! KEURKEURKEURKEUR ! » et attrape ma meilleure amie que je serre contre moi avec une exclamation hystérique et proche des ultrasons. D’autorité, elle me tourne vers ses comparses et me présente de manière sommaire, mais tellement efficace. Je souris, moi jolie, moi sociable et moi pas encore éméchée mais bien partie pour le devenir, alors moi gentille avec les autres. Je m’applique à rester stable sur mes talons et donne un coup de coude à Rose d’un air outré « Je ne te permets pas, Cambridge est une excellente université, d’ailleurs je ne comprends pas ce que tu fiche à Oxford, avoue que tu me fuis vilaine fille ! Enchantée de tous vous rencontrer !» Je me tourne vers la petite troupe, file la bouteille déjà entamée au dénommé « Faure » et sort l’autre de mon sac d’un air victorieux. Je lève ma bouteille à la santé des gens suffisamment courageux pour monter sur scène, ou suffisamment inconscients et je fais sauter le bouchon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Sam 30 Juil - 16:17


Voilà, c'est que je disais, tellement tout le monde y passe à ce truc qu'Andrea présume direct que Rose et moi montions sur scène aussi. Eclat de rire de notre part à toutes les deux tellement la situation frôle le ridicule. J'ajoute un « Tout à fait. » pour appuyer mon amie tout en battant des cils. A ce moment précis j'entends une voix familière m'interpeller et sourit instantanément. « Tereeeeence ! » je m'exclame, la surprise teintant ma voix. Il ne se fait pas prier et s'installe à côté de moi. Je fais brièvement les présentations entre lui et Rose. « Non mais, c'est à moi de te demander ce que tu fais ici plutôooot. Je ne te savais pas branché musique ! » je baisse d'un ton pour que lui seul m'entende « Ou alors c'est pour entretenir la réputation de Monsieur ? » Sans même lui laisser l'occasion d'en placer une je continue d'une voix normale « OU ALOOOOOORS, tu viens soutenir quelqu'un qui passe sur scèèèèène. OH OU ENCORE, t'as un rendez-vous avec une jolie demoiseeeeeelle, ouuuh. » Sourire malicieux aux lèvres, je lui donne un petit coup de coude. Pourquoi je fais ça ? Va savoir. « Sûrement. » dis-je en réponse à sa question qui aurait très bien pu être rhétorique si elle ne m'était pas adressée. Je fais mine de ne pas voir son regard dévier vers Rose et concentre mon attention sur la scène où je vois Feija et Cecil déjà installés. Leur numéro commence et plus question de discuter avec mon ami. La voix de Frei résonne aussi belle que d'habitude dans tout le park.

Le jeu de Cecil est parfait et je trouve pendant quelques instants le soucis que semblait se faire ma meilleure amie tout à l'heure dans les coulisses illigitime. Et puis d'un coup, tout dérape. « Oh non. » Je me lève aussitôt. « Tu viens avec moi ? » Terence me suit aussitôt, par chance nous ne sommes pas loin de la scène. J'entends ma meilleure amie quelque peu agresser son copain. Connaissant ses tendances violentes, je m'attends à entendre une guitare cassée peut être ou une gifle administrée mais rien de tout ça, elle arrive plus ou moins à se contrôler. Elle débarque rapidement la mine mécontente. Et encore, mécontente est un euphémisme. Elle essaie de retrouver son état normal mais en vain, il est clair qu'elle ne va pas bien malgré les efforts qu'elle fournit. Elle est franchement contrariée et c'est compréhensible. Nous n'attendons pas Cecil - ce qui vaut sûrement mieux pour lui - et rejoignons le groupe. « Ca aurait pu être pire. Y a pas eu de blessé, c'est déjà ça. Et puis, c'est juste un concours, y en aura d'autres. » je lui dis dans une tentative de la rassurer en lui tapotant l'épaule. Mon amie remarque à ce moment-là la présence de Terence, je me prépare à les présenter mais non ils ont l'air de déjà se connaître. « Mais, vous vous connaissez déjà vous deux ? ». Je les regarde tour à tour l'air de dire « alooooooors ? ». La réponse de Terry ne me convainc pas mais je n'insiste pas pour l'instant, je ressortirai le sujet une autre fois quand il n'y aura pas une jeune fille qui débarque vers nous perchée sur des talons hauts, pas du tout pratique pour un parc et encore moins le Hyde Park rempli comme il l'est. Ma meilleure amie pousse un cri et se lève aussitôt pour accueillir chaleureusement la dénommée Kin. Des retrouvailles semblent-ils, je me sens un peu out devant cette amitié dont je ne connaissais pas l'existence. Pas la peine de faire ma jalouse, je salue Kin poliment et laisse Rose s'occuper de son amie, je l'ai suffisamment abandonnée depuis qu'on est arrivées ici pour que je me permette de m'incruster. Freija elle discute avec Kael. Terence et moi nous installons alors qu'on débouche le Champagne.

L'animatrice finit par se repointer pour annoncer le prochain candidat. « Et bien voilàààà, toi qui posais la question ! » dis-je à Terry. Qu'il s'intéresse enfin au show ne m'étonne pas sachant que lui et January Grace sont tous deux dans le Judging Cambridge Club duquel il m'a parlé à plusieurs reprises. « Elle chante bien au moins ? » La musique commence et la jeune fille se lance. Oh que oui elle chante bien. Elle chante plus que bien même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   Mer 3 Aoû - 16:04

Avant que le concert reprenne, Lemon a le temps de faire les présentations avec Rose, que je ne connaissais pas. Je trouve ça dommage qu’on vienne de deux universités différentes, ça rend les choses difficiles pour avoir des amis communs et sortir de temps à autre. Mais j’ai déjà bien à faire, puis on a toujours l’occasion de se voir ou de chatter pour le forum. « Non mais, c'est à moi de te demander ce que tu fais ici plutôooot. Je ne te savais pas branché musique ! » Je lui souris, haussant les épaules, puis elle baisse le ton pour que je sois le seul à l’entendre. Je savais évidemment de quoi elle allait me parler. « Ou alors c'est pour entretenir la réputation de Monsieur ? » Je pose un doigt sur mes lèvres, comme pour lui dire que c’était notre petit secret, et lui adresse un sourire complice. Elle n’avait pas tout à fait tort, je n’étais pas vraiment un fan de musique, mais il fallait bien que je fasse croire aux autres que j’étais de toutes les sorties et que c’était mon trip. Ou bien que j’essayais de trouver une fille pour la soirée, voir pour la semaine, le mois, que sais-je. Bien qu’une seule d’entre elle m’intéressait vraiment, et ça bien sûr elle ne le savait pas. Avant que j’ai pu lui répondre, Lemon reprend son attitude de blonde allumée et se met à parler fortement, attirant l’attention sur nous. J’évite de lever les yeux au ciel, je connais très bien ses combines depuis le temps. « OU ALOOOOOORS, tu viens soutenir quelqu'un qui passe sur scèèèèène. OH OU ENCORE, t'as un rendez-vous avec une jolie demoiseeeeeelle, ouuuh. » Elle finit par me donner un coup de coude, et je me demande bien ce qui se passe. Bien sûr je vais jouer mon rôle. Je ricane un peu, avant de prendre la parole. « Oui peut-être bien que j’ai un rendez-vous, ça me manque pas de jolies filles ici, tu ne penses pas ? » Je jette un coup d’œil à Rose, histoire de…je ne suis pas intéressé bien sûr, mais il faut bien que je fasse croire à Lemon – et aux autres – que je le suis.

Bon trêve de plaisanteries, le concert reprend, mais rien ne semble se passer comme prévu. Pourtant tout semblait se passer pour le mieux, jusqu’à ce que le guitariste foire ses accords et que la chanteuse – mince je l’ai déjà vu quelque part mais où – le suive sans le vouloir. Je joue de la guitare moi-même, donc je compatis avec ce pauvre garçon. On dirait que le show est terminé pour ces deux-là en tout cas. J’ai à peine le temps de souffler que Lemon m’entraine avec elle, ou plutôt je la suis de mon propre chef, et nous allons dans les coulisses pour voir ce qui se passe. La chanteuse – mais je la connais, sérieusement ! – est très énervée contre son ami, et pourrait même lui fracasser sa guitare sur la tête si elle le voulait. Il y a de quoi, ils se sont ridiculisés devant des centaines de personnes. Lemon est là pour la calmer, moi j’avoue que je ne sais pas trop quoi faire ou quoi dire, alors je reste à côté d’elle. La chanteuse me remarque alors et finit par m’adresser la parole. « Ah, salut toi. Qu'est-ce que tu fais ici ? » Oh zut maintenant je me rappelle. On s’était rencontré à un soirée, et on avait flirté un bon moment, enfin j’avaus flirté mais elle ne semblait pas vraiment intéressé. Voilà pourquoi elle me semblait si familière sur scène. J’évite donc le regarde de Lemon qui doit se demander ce qui se passe – enfin avec un peu de chance elle est trop occupée à consoler son amie – et lance un grand sourire à…Carolyn, oui c’est ça, essayant de ne pas trop montrer mon malaise. « Salut. Il me semble que c’est un concert, donc normalement les gens y vont pour regarder le spectacle. Oh et je suis un ami de Lemon. » Ou plutôt ex-ami dans quelques minutes si ça continue. Bon stop hein. Je me tais donc, et nous rejoignons les autres, mais Lemon décide de poser la question qu’il ne fallait pas. « Mais, vous vous connaissez déjà vous deux ? » J’échange un regard avec Carolyn, et répond avant qu’elle n’ait pu avoir le temps de le faire « On s’est juste rencontré brièvement il y a quelques semaines, rien de méchant. Bon et sinon tu sais qui chante ensuite ? » . Heureusement on est interrompu par la venue d'une fille que je ne connais pas, et ça pousse Lemon à se désintéresser de la question. Je me demande ce qui nous attend ensuite. A peine nous avons le temps de nous réinstaller que quelqu’un d’autre monte sur scène. On annonce son nom. January Grace…January. January ? Je regarde dans sa direction, un air surpris. Oui je n’étais pas au courant du tout qu’elle allait monter sur scène. « Ca devient intéressant ! Non pas qu’avant ça ne l’était pas, hein… » Je dis aux autres. Lemon me demande quelque chose mais je n’y prête pas attention, c’est l’heure pour January de chanter, exposant sa superbe voix.


Dernière édition par Terence A. Hepburn le Mer 3 Aoû - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: THE SHOW MUST GO ON   

Revenir en haut Aller en bas
 
THE SHOW MUST GO ON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: