Leanstan favourite bromance ever | Léandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    Lun 13 Juin - 5:34

Plus les jours passent, plus je m'enlise. Mes relations avec mes proches se dégradent à vue d'oeil et je ne peux manifestement pas y faire grand chose. Laureline & Lemon sont à des kilomètres et pour ce qui est de Léandre je ne peux pas dire que les choses soient sous leur meilleur jour. Si il est venu à mon anniversaire, nos rapports se sont nettement détériorés depuis l'incident de la lettre de Cally, déclencheur par ailleurs de bien des problèmes que je ne peux pas me targuer d'avoir réglés. Pourtant, je ne peux pas laisser les choses se produire en espérant secrètement qu'elle s'arrangent d'elles-même, l'entreprise est risquée mais nécessaire. Ayant lâchement décommandé beaucoup de nos dîners et sorties au profit d'Andrea, il y a fort à parier qu'il a décidé de mettre son mouchoir par dessus sans pour autant apprécier la situation. Je me sais en tord, mais l'évite par soucis de sincérité, je ne peux décemment pas lui parler de ce qui se passe entre mon cousin et moi, chose terrible en somme lorsqu'on sait que nous avons toujours eu l'habitude de tout nous dire. Cette fois, les choses sont différentes, et elles sont loin de ne concerner que moi, l'équilibre de la famille Faure dépend de cette équation dangereuse.

Pourtant, et même si je sais à quel point c'est stupide, je ne peux pas m'empêcher de me raccrocher à cette relation. Ironiquement Andrea mon cousin est le seul à pouvoir appréhender la relation que j'entretiens avec Andrea mon amant et ce sans jugement. L'étau se referme, je n'ai jamais eu l'impression d'être aussi seul, mais il me reste Andrea, ce qui explique probablement que je passe la moitié de mon temps en sa compagnie. Je ne suis pas malheureux, mais désorienté reniant mes repères les plus importants au profit d'un secret trop lourd à porter que lui seul peut partager avec moi. La lassitude prend le pas sur le reste, je laisse les choses arriver, n'ayant décidément plus un seul contrôle sur elles. Après un rapide tour au starbucks, je présente le drapeau blanc à la villa Von Brezen, tentant un sourire lorsqu'il ouvre la porte. « J'ai pensé qu'un café improvisé avec mon meilleur ami, ne pourrait me faire que du bien, de plus, tu es le seul avec qui je puisse geindre du départ du voyage de Laureline à Paris. » Encore une phrase d'accroche proprement tristanesque, parce qu'inutile et loin d'être la réelle raison de ma venue ici, à croire que les gens changent, je tente l'expérience. « Je tenais à m'excuser. J'aurais pas du le prendre aussi personnellement pour la lettre, j'aurais du t'en parler plutôt que d'annuler à répétition. Parfois c'est juste difficile de me dire que tu es son frère. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    Sam 18 Juin - 21:50

Nouvel appartement en cours d’élaboration, je vois s’étaler au loin l’horizon de l’indépendance au fur et à mesure que la remise des clés se profile. Soulagement n’est sans doute pas le mot le plus adapté, j’aime ma famille et la quitter ne fait pas partie de mes souhaits les plus chers, néanmoins forcé de constater qu’à presque 25 ans il est temps que j’apprenne à compter moins sur mon entourage familial que sur moi-même, Calliope me l’a par plusieurs fois elle-même prouvé. Les parents sont partis quelques jours, et je goute une fois de plus aux prémices de l’indépendance, tout seul dans la grande maison qui a de si nombreuses fois accueillis mes déboires avec ma sœur cadette. L’année écoulée était difficile et le bilan est lourd, de nombreuses pertes et de nombreux obstacles. Finalement, la fin en est presque positive, et avec mon départ de la maison familiale, j’ai presque l’impression de me voir allouée la possibilité de démarrer une nouvelle vie. C’est stupide, d’ailleurs, comme expression, mais bénéfique. J’ai besoin de passer à autre chose, et de regarde plus loin, près des gens sur lesquels je peux vraiment compter. Les problèmes à régler sont encore nombreux, mais l’environnement actuel est sans doute plus propices que celui d’il y a six mois. Oxford se remet peu à peu du départ de sa reine, le seul qui semble encore un peu sur la touche à le malheur d’être mon meilleur ami. Je maudis d’autant plus les relations familiales qu’il n’aurait pas été étonnant qu’il me renie suite à la scène effectuée en beauté par ma cadette. Fort heureusement, je trouve toujours ma place chez les Faure, bien que l’actualité me la refuse légèrement.

Andrea, le cousin prodigue revenu dans des circonstances étranges et rapidement intégré au cercle, omnibule Tristan comme une échappatoire à son monde actuellement bouleversé. Bonne ou mauvaise chose, je ne me permettrais pas d’en juger, mais mon inconscient semble pencher de lui-même vers le pessimisme alourdi d’une méfiance involontaire. Les dires de Carolyn ne sont pas sans m’inquiéter d’avantage. L’affaire me trotte dans la tête avec insistance sans que je ne puisse quitter mon impression bizarre.
La porte sonne, je dépose le verre d’eau que je viens tristement de me servir sur la table. Je me demande qui s’invite à une heure pareille, non pas que les Von Brezen ne reçoivent pas régulièrement, mais il est plutôt rare que les gens ne soient pas au courant du départ de mes parents. Je traverse les pièces qui me séparent de la porte d’entrée et ouvre à la volée, le regard soupçonneux, pour finalement tomber nez à nez avec Tristan, café à la main. J’hausse un sourcil et ne peux cependant retenir un sourire. « Tu as raison, ma porte est toujours ouvertes à tes jérémiades, tu le sais bien. » Mon ton est un peu plus acide que ce que j’aurais voulu, je mets ça sur le compte d’un soulagement certain. Cally est ramenée sur le tapis, pour énoncer une évidence que j’aurais pu établir seul mais qui me frappe d’autant plus qu’il prend la peine de me la confier. Je fronce le nez, hoche tristement la tête. « Je sais tout ça. » Je m’écarte pour le laisser entrer. « Si je pouvais changer les choses je le ferai, malheureusement il n’y a plus rien d’humainement possible que je puisse faire. » Je claque la porte derrière lui, et hausse une épaule résolue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    Mar 21 Juin - 5:09

Je ne devais bien évidemment pas m'attendre à ce que les retrouvailles avec mon meilleur ami soient roses et sans acidité. Je suis conscient de lui en faire baver à lui comme à Laureline, mais je sais également que la vérité fait bien de rester secrète. Je mentirais si je disais ne pas me rendre compte de l'éloignement que je lui impose, mais encore une fois, je sais que je suis pratiquement incapable de gérer la situation de ce côté là. Notre relation a toujours été basée sur la sincérité, aujourd'hui je suis forcé d'admettre qu'elle en a totalement été évincée. Les conversations sont légères, évasives, rien n'est réellement abordé et pourtant sa connaissance extrême de ma personnalité et comportements idiots, lui permet clairement d'entrevoir qu'un détail cloche et il a tragiquement trouvé le coupable parfait. Et si cette désignation suggérée m'irrite, elle n'est pas sans fondement logique. Bien évidemment mon humeur plus que variable, et mes attitudes étranges sont intimement liée à l'arrivée de mon cousin à Oxford, mais peut on vraiment le blâmer pour ce que je ressens ? Je soupire devant l'absence de solution. J'y vais aux talent, on verra bien, je ne me fais pas non plus tellement d'illusions. « Je le sais, moi et mon côté pleurnichard, tu finiras par te lasser... » Remarque piquée, je sens la gêne s'insinuer en moi. Mes répliques sont loin d'être naturelles et je sais qu'il va finir par le remarquer. Je commence à douter que cette initiative soit réellement une bonne idée, ce n'est peut être tout simplement pas le moment.

Je soupire puis entre alors qu'il me laisse passer, j'ai plus qu'intérêt à bien jouer aujourd'hui. Il faudrait tout au moins que je réussisse à lui montrer qu'il compte énormément et que notre éloignement n'est en rien volontaire, mais je ne suis juste pas capable d'être proche de Léandre en ce moment. Je multiplie les soirées avec Caro, car elles sont simples, alcoolisées, passe le reste de mon temps libre avec Andrea, parce que je ne peux tragiquement plus me passer de sa présence, parce qu'il est le seul a l'heure actuelle avec qui je peux me permettre d'être moi-même. La constatation est terrible, je préfère ne pas y penser. Retour sur Cally, excuse à tout, plus vraiment au centre de mes pensées actuelles. Ma relation avec Léandre est décidément mise à mal. « Recevoir sa réponse, m'a fait prendre conscience que les choses étaient mieux ainsi, peut être qu'il fallait simplement que je le réalise, aujourd'hui ca va mieux. » Je suis anormalement détendu en prononçant cette phrase, j'imagine que d'une certaine manière je la pense tout bonnement. Bien entendu ma relation avec Andrea est difficile et parfois éprouvante, mais il arrive également qu'elle me rende simplement heureux, comme aujourd'hui. « Tu me manques beaucoup Léandre, je sais qu'on est pas tellement habitués à ce genre de distances toi et moi, je vais tenter d'arranger ça. » J'esquisse un sourire avant d'aborder un sujet bien éloigné de ceux que je ne veux pas évoquer. « Alors ce Lauréandre, vais-je enfin y avoir droit ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    Mar 21 Juin - 23:30

Il faut un effort colossal pour qu’on se sorte tous deux de la glace terrible dans laquelle la pièce est tombée. De mémoire d’homme, jamais encore Tristan ne m’avait paru aussi éloigné de moi. Faute de pouvoir en ce moment en parler à sa sœur, qui d’habitude m’écoute me plaindre, je garde mes ressentis pour moi en me demandant si j’ai fait quoi que ce soit qui puisse ou ait pu le heurter. Je dois avouer ne pas avoir été très coopératif à l’arrivée de son cousin, mais il faut dire que les soupçons pesants sur sa personne n’étaient pas des moindres. Je trouve toujours assez étrange la relation fusionnelle qui unit les deux, quand on sait qu’ils se sont presque battus lors de l’arrivée de ce dernier à Oxford. Je tais ces détails pour ne pas nuire à Carolyn, mais je sais qu’ils finiront par m’échapper. Le fait par ailleurs que Laureline m’ait confié ses angoisses à propos du jeune Leroy-Duchesne n’arrange pas les choses. L’idée même qu’il puisse représenter un danger pour Tristan ou pour sa sœur jumelle m’arrache des frissons qu’il m’est pénible de supporter. J’essaye de faire des efforts, et me demande souvent si je suis un bon ami ou pas. Il est vrai que ma passion récente et longuette pour Laureline m’a peut être poussé à ne parler que de ça ; je l’ignore. L’année qui vient de s’écouler aurait eu une toute autre couleur si Tristan n’avait pas été là pour m’épauler aux moments les plus délicats. Mais tout ça est révolu, et j’ai désormais l’impression qu’après s’être pour moi, privé de deuil, Tristan est en train de faire le sien. Fait-il une overdose de mes conseils peut être trop paternalistes ? Je n’en sais rien. Le voir ce soir me soulage, mais l’état de nos relations m’inquiète. Je ne sais que faire, ni quoi dire, je suis perdu entre la volonté qu’il mieux et le besoin de comprendre.

« Je ne me lasserai pas, voyons, c’est mon rôle de le supporter. » Je soupire un peu, ne sais trop que dire. L’ensemble de la conversation sonne trop faux pour que j’y crois. Mais sa démarche d’être venu me confirme cependant que notre amitié vaut le coup, chose dont je n’ai jamais douté. Il entre, s’installe. Je bois le café apporté en écoutant une nouvelle justification. Nouvelle question mais déjà mille fois abordée, je ne sais plus quoi penser, quoi faire. « J’ignore quel était le contenu de sa réponse mais je ne peux qu’en deviner les traits. Je suis désolé si elle t’a blessé de nouveau, vraiment. Mais si c’était nécessaire, peut être que c’est une bonne chose. Enfin, ça n’est pas vraiment ce que je voulais dire, mais si tu estimes que ça ne t’a finalement pas porté préjudice, alors… tant mieux. J’espère sincèrement que tu finiras par te remettre de cette histoire Tristan, sincèrement. Je ramènerai Calliope en la trainant par les cheveux si je le pouvais, mais je doute que ce soit une solution envisageable… » Le fait qu’il prononce tout haut ce que je pense tout bas depuis son arrivée me rend mal à l’aise. Je rougis sans doute un peu, me cache en avalant une nouvelle gorgée de café. Je m’assois dans le canapé, ne pose pas de questions. Je sais que de toute façon, la réponse sera éludée, fausse, ou ne répondra pas réellement à mes interrogations. Quelque soit la raison de cette distance, il me semble évident que j’en connais pas la teneur, et même si Cally est une cause supposée, je doute qu’elle en soit la cause intégrale. Tous ces éléments coïncident trop avec l’arrivée d’Andrea. Andrea sur lequel Laureline enquête d’ailleurs en France, j’attend de ses nouvelles pour m’inquiéter encore d’avantage. Nous parlons avec plus ou moins de régularité, je lui ai demandé de faire attention, particulièrement si le cousin menace d’être dangereux. Je ne veux pas tirer de conclusion hâtives, et n’en toucherai, évidemment, pas mot à Tristan. Nouvelle gorgée de café, je réponds à sa question par un sourire un peu timide. « Je ne sais pas, je t’avoue que les choses trainent mais le fait que ta sœur soit de l’autre côté de la Manche n’aide pas franchement. » Je secoue la tête. « J’attend son retour avec impatience, cependant. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    Jeu 23 Juin - 1:32

Son rôle de me supporter, oui très certainement, un rôle que je lui ai donné il y a bien longtemps et qu'il tient merveilleusement depuis des années. Aujourd'hui je culpabilise de ne pas pouvoir le laisser l'honorer. Je suis parfaitement lucide sur le fait que mon attitude lui fait du mal et c'est probablement le pire. Sa réplique est sincère mais je sens la gêne s'insinuer tristement entre nous. Plus il parle plus je réalise à quel point la tentative est désespérée. Tout va se poursuivre avec toujours la même fausseté, je ne suis même pas certain que l'issue même de cette rencontre soit positive. Ma gorge se serre, je n'en montre rien, ce serait probablement idiot. Je réalise que je ne suis pas en mesure d'arranger les choses avec Léandre pour le moment. J'expire lentement, affiche un sourire que je n'aurait pourtant pas voulu aussi triste. « Pas des moindres... » le conversation s'essouffle à peine commencée, le seule chose que je voudrais lui crier détruirait notre amitié, de plus je ne suis prêt. Je ne suis pas non plus sur de l'être un jour, pourtant ma conversation avec Andrea incite clairement à envisager cette éventualité. Je me contente de boire mon café, comme bloqué. Fort heureusement Léandre se lance le premier dans une tirade que je peux écouter avec attention.

Le sujet de Cally est à nouveau abordé, et la vérité me saute une nouvelle fois au yeux, il a raison lorsqu'il dit manquer une partie de ma vie. Soyons plutôt crus, je n'ai plus rien à faire de Cally, le peu de ressentiments encore présents ayant été complétement soufflés par d'autre bien plus intenses. Je tente vaguement d'avoir l'air intéressé par ce qui la concerne mais réplique aussitôt. « J'ai pas envie qu'elle revienne, alors honnêtement t'en fait pas, je me remet parfaitement bien. » Je ponctue ma phrase d'un sourire sincère avant de prendre un gorgée de café. J'aurais pu effectivement mentir, mais je suppose qu'il vaut mieux me mettre en danger que lui infliger cette culpabilité qu'il semble vouloir assumer à sa place. « Et puis tu nous connais, ça n'aurait pas marché bien longtemps. » Je tente un léger rire qui sonne absolument étrangement, peut être n'est ce pas le sujet avec lequel détendre l'atmosphère. « Cally ne savait absolument pas ce qu'elle voulait, tout le contraire de moi, et elle ne m'aimait pas de toute façon. Ulrich ca te rappelle quelque chose ? J'ai juste bien fait de tourner la page tu vois. » Je ne sais même pas pourquoi je me met subitement à débiter une sorte de paroles de remplissage tout à fait pensées à l'heure actuelle, j'ai peut être été guéri par une nouvelle affection biologique qui n'aurait pas été compatible avec celle là. Ou alors j'ai peur de ne pas être convainquant dans mon rôle de meilleur ami qui n'a aucun secret pour le sien. Le sujet de Laureline est nettement plus dans mes compétence et j'affiche désormais le sourire de celui qui connait bien son sujet. « Pourquoi tu ne vas pas la chercher ? Ce serait romantique... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Leanstan favourite bromance ever | Léandre    

Revenir en haut Aller en bas
 
Leanstan favourite bromance ever | Léandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» APRES LE PASSAGE D'ANDRE APAID
» souper andre fraikin
» souper sphaghetti andre fraikin
» Léandre d'Erac [Validé]
» Un geste d'humanité {Léandre de Vallombreuse & Benoît de Courtenvaux}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: