I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 15 Mai - 20:20


ALIYAH & NOAH : I'll be there for you, now.
© DREAMS ( pour le code de présentation du sujet )

Tant de choses s'étaient bousculées dans ma vie ces temps-ci. Tant de choses avaient changé aussi. Il y avait d'abord eu le retour d'Aliyah et nos émouvantes retrouvailles. Suivies de près par celui de Joanne qui m'annonçait que j'étais papa. J'avouais que je ne savais plus vraiment où donner de la tête et qu'il m'était arrivé plusieurs fois de me demander si tout cela n'était pas un rêve. Ça me semblait tellement... irréel. Alors que ma vie semblait avoir atteint un point de non-retour, - sentimentalement parlant j'entends, c'était catastrophique - voilà que les deux femmes de ma vie réapparaissaient. Toutes deux avec leur lot de surprises, de révélations et de complexités en tous genres aussi. Toutes deux plus belles que jamais. Mais j'étais heureux quand bien même. Ma vie changeait, dans le sens positive de la chose et je ne pouvais que m'en réjouir. Nataniele ? Nataniele se faisait discret quant à lui. Je ne m'avancerai pas en disant qu'il était en colère, mais je me doutais que ce fusse la raison de son silence. J'avais refusé de l'écouter, prenant enfin et pour la première fois depuis bien longtemps une décision par moi-même. Une décision pour moi et, il n'avait pas supporté. Aussi refusait-il et depuis de se manifester. Je n'avais cependant pas la naïveté d'esprit de croire qu'il avait totalement disparu ou bien que j'étais guéri; il me fichait simplement et momentanément la paix; pour mieux réapparaître plus tard et me pourrir la vie. En attendant, je profitais de ma tranquillité d'esprit.

De même, j'avais invité Aliyah à déjeuner. Chez moi. J'avais même cuisiné. J'étais plutôt doué quand je m'appliquais et puis, je voulais quelque chose de particulier, de tranquille. Je voulais partager avec elle un moment un peu plus intime. Je voulais que l'on se retrouve, rien que nous deux et qu'on parle du bon vieux temps. Je voulais retrouver ma sœur, tout simplement. Et mon petit poulet aux épices, cuit et doré à point allait fortement m'y aider. Un repas parfaitement bien réussi, ne pouvant que l'émerveiller. De plus, je n'étais pas sans savoir que c'était son plat préféré. Voilà donc pourquoi, je m'y étais risqué. Ayant toujours eu l'habitude de déguster ce plat, préparé par mes doigts de fée, elle n'en serait pas dépaysée. Elle retrouverait même des saveurs oubliées. Si je me permettais de penser cela, c'était tout simplement parce que j'avais la conviction que ma charmante jumelle ne devait pas manger ce genre de met tous les jours. Elle avait toujours été d'une calamité étonnante en cuisine. D'où les nombreuses tartes aux pommes brûlées chez mamie. Enfin. Je souriais à cette pensée et déposait mon tablier, ajustant une dernière fois la table que j'avais spécialement dressée; quand ma charmante Aliyah se décidait enfin à arriver. Pile à l'heure. Comme d'habitude. Sans plus attendre je me dirigerais donc vers l'entrée et saluais mon adorable petite sœur, comme je me plaisais à la surnommer. J'espérais néanmoins qu'elle ne fut pas aussi impressionnée que Joanne la dernière fois et qu'elle se décide d'elle-même à entrer.

« Ravi de te voir ma belle » lui dis-je en lui baisant les deux joues « Toujours aussi ponctuelle ! » . Je gratifiais cette dernière remarque d'un sourire amusé, sachant pertinemment quel type de pensées pouvait l'accompagner. A coup sûr, elle s'imaginait que rien n'était prêt. Qu'elle n'aille pas trop vite en besogne cependant, j'allais cette fois-ci, l'épater.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Sam 21 Mai - 0:01




« Noah & Aliyah »
I'll be there for you, now


La vie d'Aliyah avait repris un cours normal. Enfin, disons qu'elle pouvait se permettre d'être heureuse à présent. Elle avait retrouvé son jumeau, cette partie d'elle-même. Elle recommençait à vivre en quelque sorte. Aliyah avait de nouveau une famille, elle parvenait un peu chaque jour à faire le deuil de son défunt époux. Ainsi qu'à regarder d'autres hommes et elle avait enfin trouvé un travail, ou tout du moins, elle s'y remettait. Les fins de mois étaient parfois difficiles ( - bien sûr, son frère n'était pas au courant, et elle ne lui dirait rien - ). Cependant, la veille, une femme l'avait appelé en se présentant comme étant notaire. Au début, elle avait pensé à ses parents ou même à Noah mais ce n'était pas cela, alors elle s'était retrouvée complètement perdue. Madame Spencer, comme elle s'appelait lui avait donné rendez-vous à son bureau le plus tôt possible. Aussi, dans l'heure qui avait suivit, elle s'était rendue là-bas. C'est là qu'elle lui avait confié que Tom avait rédigé un testament. Elle serait inscrite sur ce dernier et il lui léguait toute sa fortune. Aliyah n'en était pas revenue. Un testament ?! Cela ne lui avait pas effleuré l'esprit que son époux ait pu écrire un testament. A la limite, on fait cela en fin de vie si on peut dire ou ... NON ! Ce n'était pas possible ! Ou quand on sait que l'on va mourir. Mais ce n'était pas le cas pour lui. La police lui avait dit qu'il s'était retrouvé au milieu de la bagarre. Ce jour-là, la jeune femme s'était posée beaucoup de question. Elle avait donc appris que Tom avait rédigé un testament, qu'elle y figurait, qu'il était riche et que les raisons de sa mort n'étaient pas celles qu'il n'y paraissait.
Mais aujourd'hui, elle souhaitait oublié ces informations ou tout du moins les garderaient dans un coin de sa tête pour plus tard. Pour le moment, elle se préparait : douche en dix minutes, habillage, maquillage et coiffure en trente minutes et elle arriva pile à l'heure chez Noah. Elle soupçonnait ce dernier d'être en retard et que rien ne serait prêt. La ponctualité n'était pas son fort, contrairement à elle. Par contre la cuisine l'était. Alors il pouvait prendre son temps, elle savait que cela valait le détour. En revanche la cuisine n'était pas du tout une spécialité pour la jeune femme, d'ailleurs c'était Tom qui cuisinait. Aliyah se souvint alors que la plupart des tartes qu'elle avait fait chez leur grand-mère étaient souvent brûlées. Bref. Aliyah sonna et son frère l'accueillit les bras grands ouverts. Quel accueil chaleureux ! Cela lui avait manqué. Il l'embrassa et fit remarquer sa ponctualité. La jeune femme sourit :


"Tu sais bien que je déteste en retard. Comment vas-tu ?"

La jeune femme suivit Noah et retira son manteau puis l'accrocha avec les autres. Elle s'attarda une seconde sur la maison de son jumeau C'était assez incroyable ! C'était I-MMEN-SE !! Comparé à son petit appartement. Enfin, elle s'engagea dans le salon et stoppa net. Sur le mur d'en face, il y avait tout un pent de photos et elle reconnut une grande partie d'entre elles : des photos de familles, d'eux deux lorsqu'ils étaient enfants. Elle effleura les cadres : que de souvenirs ! Bon, aller stop à la séquence émotion. Aliyah se retourna et sourit :

"Dis-moi, quelle est donc cette odeur familière ?"

Qu'avait-il donc préparer pour ce repas ? Une surprise peut-être ? En tout cas, elle connaissait cette odeur et pourtant, elle ne parvenait pas à remettre sur le doigt dessus. Quelque chose lui disait que cela serait mémorable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Mer 1 Juin - 23:05

« Tu sais bien que je déteste être en retard » à qui le disait-elle ? J'étais bien placé pour le savoir. D'ailleurs, j'avais et à de maintes reprises fait les frais de cette ponctualité, un peu trop parfaite selon moi. Je me souvenais encore des lundis matins difficiles, où incapable de me lever, je traînais au lit... Aliyah débarquait dans ma chambre telle une furie et s'empressait de me tirer par les pieds, avant de me traîner jusqu'à la cuisine, telle une vieille serviette humide. Heureusement pour moi que je dormais au rez-de-chaussé ! Vous imaginez le délire, si elle m'avait fait dévaler les escaliers ?! Quoi qu'il en soit, Aliyah s'était toujours montrée très ponctuelle et bien que je lui reconnaisse aujourd'hui cette qualité, à l'époque, ce trait de caractère avait plutôt le don de m'agacer. « Comment vas-tu ? » poursuivit-elle tandis que je l'invitais à entrer, dans mon humble demeure. Hum... pas si humble que cela selon elle, du moins elle n'avait pas l'air très à l'aise. Tout comme Joanne quelques jours plutôt, Aliyah s'avançait doucement dans la pièce, ne pouvant s'empêcher de jeter un œil à la mezzanine et au piano; de même elle semblait incapable d'exprimer un seul mot, tant elle était impressionnée par ma maison. Ce que je trouvais parfaitement incongru; elle n'était tout même pas si fastueuse, voyons !

« Je vais bien, je te remercie ! Qu'en est-il de toi ? » Pas de réponse. A présent obnubilée par un pan de mur, sur lequel j'avais disposé de vieilles photos - chères à mon cœur néanmoins - elle ne répondit d'abord pas. D'un geste lent, je la rejoignais alors et, posant une main sur son épaule, j'ajoutais « ah... le bon vieux temps ! Ce qu'on avait l'air heureux et insouciant à l'époque ». Surprise, mon adorable jumelle esquissait un léger sursaut et, reprenant un minimum de contenance, elle reportait son attention sur une toute autre chose. Le déjeuner. Déjeuner que j'avais particulièrement bien préparé et dont l'arôme se dispersait dans l'intégralité de la pièce désormais. Nous chatouillant subitement les narines, l'odeur ne manqua pas d'attiser la curiosité d'Aliyah qui, naturellement, s'empressa de me demander ce que j'avais bien pu lui concocter. Étouffant un rire amusé, je l'invitais alors à rejoindre la salle à manger, où je l'asseyais en lui tirant la chaise, comme on le ferait dans un grand restaurant. Un vrai gentleman, j'en étais conscient. « En ce qui concerne cette délicieuse odeur, je te laisse réfléchir encore un peu. Tu vas bien finir par t'en souvenir; surtout qu'à l'époque et si ma mémoire est bonne, c'était ton plat préféré. En attendant... laisse-moi te débarrasser ». D'un geste rapide, je me munissais de ses effets personnels et les posais dans l'entrée, avant de m'asseoir face à elle et de lui proposer : « un toast ! je pense qu'il serait approprié que nous portions un toast ! A nos retrouvailles, dans un premier temps. Puis à notre collaboration et à ta réussite, bien évidemment. D'ailleurs, je t'ai peut-être trouvé un duo, un jeune, très prometteur. Enfin c'est encore en pour parler... J'organiserai une rencontre, vous ferez des essais et tu me diras ce que tu en penses. Mais je sais déjà que tu vas l'adorer ! Enfin nous en reparlerons, à l'occasion. En attendant dis-moi ? Que penses-tu de la maison ? Je m'en suis pas trop mal sorti finalement, non ? Malgré ce que papa pouvait en dire... Je te sers quelque chose ? Champagne ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 19 Juin - 15:57

Ah nostalgie quand tu nous tiens ! Ces photos étaient sublimes et il est vrai qu'ils avaient l'air insouciant. Pourtant elle ne regrettait pas cette époque, finalement elle était heureuse d'avoir avancé, d'avoir vécu toutes ces choses, bien que tristes. Mais Aliyah souhaitait garder les bons souvenirs. Enfin, elle sortit de sa torpeur et Noah répondit à sa question. Donc il préférait lui laisser l'opportunité de deviner ce qu'il avait cuisiné. Bon, apparemment elle connaissait ce plat. Tandis qu'elle cherchait toujours, son frère lui prit ses affaires et les déposa dans l'entrée. Elle s'assit à table et il prit place en face d'elle. Il décida qu'il était temps de porter un toast. Et bien ce serait avec grand plaisir, un tost à leurs retrouvailles, à leur collaboration & à sa future réussite . Elle espérait que son frère avait raison. D'ailleurs, il lui avait déjà trouvé un partenaire pour un duo potentiel. Il était persuadé qu'ils s'entendraient bien et même qu'elle l'adorerait. Bin et bien, elle avait hâte. Elle regarda autour suite à la question de Noah . Cette maison était immense et réellement jolie. C'était très bien décoré, aucune surcharge . Aliyah sourit :

"Poulet aux épices ! Merci beaucoup Noah, tu as pensé à tout et même à mon plat préféré. Je ne pourrais rien demander de plus. En revanche, je prendrai une coupe de champagne avec plaisir . Et tu as raison, on a pas besoin de papa et maman. D'aucune manière. En tout cas, je suis heureuse de voir que tu as réussi et seul et ..."

Juste à ce moment là, son portable sonna. Lorsqu'elle vit le nom dessus, elle se leva :

"Exuse-moi, je dois répondre."

Elle posa son verre et fila au bout de la pièce. C'était son avocate, elle souhaitait lui parler du testament de Tom. Son frère venait de réapparaitre. Il avait donc un frère? Combien de choses lui avait-il caché ? Il souhaitait faire opposition à ce testament et que finalement, elle ne touche rien, et qu'il devait devenir l'unique bénéficiaire. Elle fondit en larmes. Alors là, c'était trop ! Elle ne connaissait pas son existence, il n'était même pas venue lorsqu'il était décédé et aujourd'hui, il se pointait pour du fric ! Le pire dans cette histoire, c'est qu'il souhaitait la rencontrer. Elle raccrocha après avoir convenu d'un rendez-vous. Elle ferma les yeux un instant et inspira un bon coup. La jeune femme revint près de Noah :

"En fait ça ne va pas si bien que cela. Il faut que je t'avoue quelque chose."

Comment lui annoncer une chose pareille ? C'était assez gros comme histoire et Aliyah commençait à perdre la tête, elle venait tout juste d'apprendre que son mari n'était peut-être pas l'homme qu'il paraissait. Pour elle, il restait celui qui l'avait sauvé mais elle avait peur de ce qu'elle pourrait apprendre en creuser un peu plus. Cependant, elle s'était promis d'être honnête envers son frère, alors elle ne lui cacherait plus rien à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Mer 22 Juin - 23:34

« Poulet aux épices ! Merci beaucoup Noah, tu as pensé à tout et même à mon plat préféré. Je ne pourrais rien demander de plus. En revanche, je prendrai une coupe de champagne avec plaisir . Et tu as raison, on a pas besoin de papa et maman. D'aucune manière. En tout cas, je suis heureuse de voir que tu as réussi et seul et ... ». Super, ma petite surprise semblait faire son effet. J'étais ravi. Les relations entre ma sœur et moi avaient été quelques peu conflictuelles ces six dernières années, voir même inexistantes, je voulais rattraper le temps perdu. Ma confrontation avec Joanne m'avait permis d'apprendre que la vie était trop courte pour passer à côté des rares instants de bonheur qu'elle pouvait nous offrir; il suffisait de penser à cette pauvre jeune femme, brûlée vive dans un incendie, il y a de ça quelques semaines. J'en avais presque les larmes aux yeux, tant son histoire me désolait. Étant de près ou de loin, liée à une famille influente de la ville, les journaux télévisés et magazines en tout genre n'arrêtaient pas d'en parler; j'avais vraiment beaucoup de peine pour elle et je réalisais dans le même temps comme la vie pouvait être précieuse. Dommage qu'il faille des évènements si tragique pour s'en rendre compte, cependant. Mais nous ne changerions pas la nature humaine n'est-ce pas ? Quand bien même elle nous désolait, il était trop tard...

La sonnerie de son téléphone se déclencha. « Excuse-moi, je dois répondre » reprit-elle finalement, interrompant soudainement mes pensées. D'un signe de tête rassurant, je lui notifiais qu'il n'y avait pas de problème. Je fus simplement surpris de constater qu'elle préféra s'éloigner; d'autant plus qu'elle avait arboré une mine crispée à la découverte de son correspondant. De toute évidence, je n'étais pas censé entendre ce que qu'ils avaient à se dire; sans m'en formaliser pour autant, je ne pouvais m'empêcher de m'interroger. J'étais curieux que voulez-vous. - Et profondément stupide, trop confiant, têtu, agaçant, long à la détente... - « Ça va ! Nataniele, j'ai compris. Alors t'es mignon t'es gentil, mais tu retournes d'où tu viens, d'accord ?! » - Certainement pas ! On ne se lève pas de table comme ça, simplement pour prendre un appel quelconque et ce particulièrement quand cela fait plus de six ans qu'on a pas vu la personne qui se tient en face de nous ! Je vais lui apprendre les bonnes manières moi ! - « Petit un, son coup de fil est probablement important et petit deux, ce n'était pas une question ! Tu mets les voiles, sans aucune autre forme de protestations ! ». Débarrassé de la tête de mule qui habitait mon âme, je recentrais bientôt mon attention sur Aliyah, qui réapparaissait alors dans la salle, déboussolée. Quoi qu'ait pu lui dire ce mystérieux correspondant, il l'avait de toute évidence bouleversée. J'avais présentement et véritablement une raison de m'inquiéter. Pourtant, je ne savais pas comment aborder le sujet; peut-être n'avait-elle pas envie d'en parler ? Peut-être n'étais-je pas le mieux placé ? Nous, nous retrouvions à peine, après tout. Aussi et dans l'espoir qu'elle daigne se confier d'elle-même, j'attrapais la bouteille de champagne, remplissais nos deux verre et me munissais du mien, avant d'y tremper mes lèvres, sans dire un mot.

De retour à sa place initiale, elle reposa doucement son téléphone portable et, semblant prendre une grande inspiration; - un peu comme si elle cherchait par là, un peu de courage -elle articulait finalement, hésitante : « En fait ça ne va pas si bien que cela. Il faut que je t'avoue quelque chose ». Sa mine se crispa, de nouveau et elle tortilla nerveusement ses mains. Surpris, - oui et bien quoi ? Qu'allait-il encore se passer ? N'avais-je pas eu mon compte d'émotions fortes ces deux derniers mois ?! Bref, surpris j'esquissais un sourire maladroit et gêné avant de balbutier un « je t'écoute » qui, malgré toute la bonne volonté que j'employais alors, ne parvint pas à cacher mon inquiétude. Mettons nous d'accord, ce n'était pas le genre de phrases qui rassuraient un homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Mar 28 Juin - 18:55

Plus de secrets, plus de cachotteries. Cette période là était terminée. Elle retourna s'asseoir en face de son frère. Il était prêt à l'écouter mais comment faire pour lui expliquer. Elle inspira profondément mais, dans un excès d'angoisse, elle saisit la main de Noah qui était posée sur la table :

"Ecoute, une personne m'a téléphoné il y a peu de temps. Un notaire pour être exact. Apparemment, Tom avait contracté un testament. J'en ai pris connaissance, et il était riche. Il me lègue toute sa fortune et tout ses biens. Après cela j'y ai réfléchit ? Noah je comprends pas, c'est complètement illogique. Il était si jeune, pourquoi faire un testament ? Il n'avait que vingt huit ans ! Pourquoi écrire cela ? A moins de savoir qu'il allait ... mourir . Finalement, je me rend compte que je ne connaissais pas Tom. Qui était-il ? Pourquoi m'avoir caché tout cela ? Je suis perdue Noah. Mais je ... L'appel, que je viens de recevoir, c'était celui de mon avocate. Quelqu'un souhaite réfuter ce testament. Son frère. Donc, il avait un frère. Là encore, je n'étais pas au courant. Il veut devenir l'unique bénéficiaire de ce testament."

La jeune femme ne tenait plus en place. Elle lâcha la main de son frère, qu'elle n'avait cessé de serrer pendant qu'elle parlait pour finalement se lever. Elle se mit à faire les cents pas dans la pièce, tout en essayant de se calmer avant d'ajouter :

"Il n'était même pas là lorsqu'il est décédé ! Et aujourd'hui, il vient réfuter ce testament uniquement pour l'argent ! Certes, en ce moment, j'en ai plus que besoin mais s'il n'y a que ça, j'y renoncerai . Mais ce n'est pas ça qui m'embête, c'est le fait qu'il ne se soit jamais manifesté !"

Aliyah finit par s'arrêter, tremblante. La tête lui tournait, elle n'avait jamais tout annoncé d'un coup enfin, c'était peut-être trop justement . La jeune femme essayait tant bien que mal de retenir ses larmes. Elle devait avoir l'air d'une folle à ce mettre dans un état pareil. Mais pourquoi est-ce que tout cela lui arrivait ? N'avait-elle pas donné assez ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Ven 8 Juil - 23:36

D'un geste réfléchi, elle se saisit de ma main, qu'elle serra très fort dans la sienne. Puis elle commença à énoncer des paroles, un flot d'informations que je ne compris d'abord pas. Dans la précipitation, anxieuse à l'idée de tout me raconter ou simplement sous le choc de ce qu'elle venait d'apprendre, Aliyah s'était mise à parler très vite, avalant presque ses mots, ce qui les rendit d'abord incompréhensibles. Je dus fournir un effort considérable pour la suivre. De même, plus elle en disait, plus elle me broyait la main. J'en souffrais presque, mais je ne dis rien; comprenant sans qu'elle n'ait besoin de me le dire qu'elle ne souhaitait nullement qu'on l'interrompit. Il fallait que ça sorte ! Et je devais bien avouer que sur le coup, je n'y compris rien du tout ! Non, mais qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Non seulement je n'avais pas eu l'occasion de connaître mon beau-frère - rappeler là-haut beaucoup trop tôt -, il avait disparu dans des circonstances plus qu'inquiétantes - une bagarre de rue qui avait mal tourné et dans laquelle il n'était même pas impliqué? si j'avais bien compris à l'époque où je parlais encore à mes parents - et voilà maintenant que son épouse - qui n'était autre que ma sœur - apprenait que celui-ci avait fait rédiger un testament dont elle était l'unique bénéficiaire ? Je comprenais mieux sa surprise, maintenant. N'importe qui à sa place, serait d'ailleurs tombé en syncope bien plus rapidement. D'un sens, Aliyah demeurait relativement calme aux vues des circonstances.

« Quelqu'un souhaite réfuter ce testament. Son frère. Donc, il avait un frère. Là encore, je n'étais pas au courant. Il veut devenir l'unique bénéficiaire de ce testament » lâcha-t-elle comme une bombe, tandis que j'assimilais prudemment, mais surement les faits de la situation. Un mystérieux inconnu qui venait subitement réclamer sa part du pactole ? Classique, pensais-je alors. Parfaitement digne d'un film de seconde zone accompagné d'un cruel manque d'imagination. Après, il était toutefois envisageable que cet homme fusse effectivement le frère de Tom; un frère indigne que le principal intéressé ne portait pas particulièrement dans son cœur certes, mais un frère tout de même; ou bien c'était un escroc, purement et simplement ! Dans les deux cas de figure, il fallait se méfier de ces cocos ! Et à dire vrai, je n'aimais pas savoir ma sœur empêtrée dans ce genre de situation; comme si elle n'avait pas suffisamment souffert.

« Il n'était même pas là lorsqu'il est décédé ! Et aujourd'hui, il vient réfuter ce testament uniquement pour l'argent ! Certes, en ce moment, j'en ai plus que besoin mais s'il n'y a que ça, j'y renoncerai . Mais ce n'est pas ça qui m'embête, c'est le fait qu'il ne se soit jamais manifesté ! ». Elle devait se méfier. Ce type ne m'inspirait rien de bon et ma soeur, fragile, ne pourrait encaisser tout ça. Bien sûr, je ferai de mon mieux pour lui venir en aide, mais je n'aurai pas vraiment mon mot à dire, ça ne me regardait pas plus que ça. Pauvre, pauvre Aliyah, pensais-je tandis qu'elle lâchait ma main et que je dirigeais moi-même la mienne sur mon front, désemparé. Je me sentais si impuissant, face à sa peine, comme incapable de la consoler.

« C'est vrai que c'est étrange comme situation, d'un autre côté c'est asse courant si on y pense. Lors d'un décès et particulièrement quand de grosses sommes d'argent sont en jeu, il arrive couramment que des personnes mal intentionnées se fassent passer pour des membres de la famille du défunt, voir même pour ses héritiers directs. Attention je n'affirme pas que cet homme ment, mais je pense que tu dois rester vigilante, le rencontrer et vérifier qu'il est véritablement celui qu'il prétend être. Quant au testament de Tom, je...» Oh, comment j'allais lui dire ça sans la blesser ? Comment pourrais-je lui affirmer sans la moindre hésitation qu'elle aurait du s'y attendre ? Comment remettre ce personnage en doute, alors qu'elle l'aimait tellement ? - JE VAIS LE FAIRE POUR TOI NOAH ! - NON NATANIELE ATTEND ! Trop tard, je me sentais déjà peiner dans ce que j'avais surnommé "un trou béant". Nataniele n'avait que rarement reprit le contrôle ces derniers-mois et j'avais comme qui dirait baissé ma garde; je m'en voulais maintenant. Il allait se montrer rude, froid, distant, il allait lui faire du mal, verbalement parlant. Le pire dans tout ça, c'est que je ne pouvais rien y faire Encore une fois, j'étais impuissant !

« Quant au camé qui te servait de mari, j'ten prie ma fille arrête de faire l'enfant ! Bien sûr qu'il savait qu'il allait crever; il était né pour ça, il faisait tout pour, il baignait là-dedans ! D'ailleurs et si tu veux mon avis, il ne valait pas mieux que ceux qui l'ont buté, à coup sûr, il leur devait de l'argent! Il se sentait menacé, il se faisait dessus ton beau prince charmant, alors au lieu de se battre il s'est rendu. D'où le testament ! Seulement ne soit pas stupide, que tu le gardes ou non ce fric qu'il t'a soit disant légué, tu sais pertinemment qu'il ne l'a pas obtenu honnêtement ! OUVRES LES YEUX MA CHÉRIE, TON BEL AMANT n'était rien de plus qu'un cafard insignifiant ! Et si tu veux tout savoir, ces sales types t'ont rendu service en t'en débarrassant ! Alors files le pognon à ce prétendu frère et passes à autre chose ! La vie est suffisamment compliquée sans qu'une mijaurée ne vienne nous emmerder avec ses [...] ÇA SUFFIT NATANIELE ! FERME-LA MAINTENANT ! ». Contre toute attente, j'avais réussi à me reprendre. J'aurais dû le faire bien avant. Mal à l'aise, je posais mes yeux sur Aliyah, désolé. Le regard vide, les joues rougies elle pleurait plus que de raison à présent. Je m'en voulais tellement. Abandonnant ma chaise, je m'approchais alors d'elle et ajoutais le regard fuyant « Je suis désolé Aliyah je... ce n'était pas arrivé depuis un petit moment, je pensais aller mieux. Je... tout ce qu'il t'a dit était véritablement blessant, j'en ai conscience, mais... » je soupirais longuement « on dirait qu'il choisit toujours son moment ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Mer 20 Juil - 18:37


❝ I'll be there for you, now ❞

Au moins c'était fait. Elle avait tout dit et le poids qu'elle avait sur le cœur était devenu plus léger. Mais il restait très présent. Elle écouta la réponse de son frère et elle ne pouvait qu’acquiescer. Il est vrai que c'était très courant. Surtout lorsque l'on parlait d'argent. Tout ce qu'il lui disait était on ne peut plus vrai. Il ajouta qu'elle devait être vigilante et vérifier si cet homme était vraiment un membre de la famille de Tom et s'il était son frère. Mais comment faire justement ? Enfin, elle verrait cela avec son avocate. Puis il en vint au testament de son mari ... Il eut comme une absence. Elle savait qu'il allait être honnête avec elle, mais elle ne s'attendait pas à cela :

« Quant au camé qui te servait de mari, j'ten prie ma fille arrête de faire l'enfant ! Bien sûr qu'il savait qu'il allait crever; il était né pour ça, il faisait tout pour, il baignait là-dedans ! D'ailleurs et si tu veux mon avis, il ne valait pas mieux que ceux qui l'ont buté, à coup sûr, il leur devait de l'argent! Il se sentait menacé, il se faisait dessus ton beau prince charmant, alors au lieu de se battre il s'est rendu. D'où le testament ! Seulement ne soit pas stupide, que tu le gardes ou non ce fric qu'il t'a soit disant légué, tu sais pertinemment qu'il ne l'a pas obtenu honnêtement ! OUVRES LES YEUX MA CHÉRIE, TON BEL AMANT n'était rien de plus qu'un cafard insignifiant ! Et si tu veux tout savoir, ces sales types t'ont rendu service en t'en débarrassant ! Alors files le pognon à ce prétendu frère et passes à autre chose ! La vie est suffisamment compliquée sans qu'une mijaurée ne vienne nous emmerder avec ses [...] ÇA SUFFIT NATANIELE ! FERME-LA MAINTENANT ! »

Aliyah resta bouche-bée. Elle mit un certain temps avant d'assimiler tout ce qu'elle venait d'entendre. Pourquoi avait-il été aussi sec ? Tandis qu'elle cherchait une explication à ce soudain changement d'attitude, Noah vint près d'elle et s'excusa. C'est là qu'elle comprit et pour la première fois, elle venait d'être confrontée à Nataniele, sa seconde personnalité. Même si elle savait qu'il n'avait aucun contrôle sur cela, elle pleura d'autant plus mais pas par la brutalité de ses dires. Plutôt parce qu'elle comprenait qu'il avait peut-être raison. Pourtant, cela ne ressemblait en rien à l'homme qui l'avait épousé. Noah n'osait la regarder. Aliyah respira un bon coup et le prit dans ses bras . Elle comprenait ou tout du moins, elle tentait de comprendre. Mais cette maladie faisait parti de lui et la jeune femme s'était promis de ne plus le laisser. Quoiqu'il se passe :

« Ce n'est rien. Je peux comprendre. En revanche, si je devais répondre quelque chose à Nataniele ce serait ceci : lorsqu'on ne sait pas de quoi on parle, il vaut mieux se taire. Tu dois trouver ma réaction enfantine, mais tant que l'on ne m'aura pas prouver que Tom était quelqu'un de mauvais, l'image que j'ai gardé de lui restera intacte. Enfin, merci d'être avec moi. Mais ne t'en fais pas, c'est pas très grave pour Nataniele, peut-être qu'un jour on pourra s'entendre.»

Aliyah lui adressa un sourire sincère avant de lui demander où se trouvait sa salle de bain, histoire de se passer un peu d'eau sur le visage. Elle s'y dirigea après avoir obtenu sa réponse et revint cinq minutes après.Noah n'avait toujours pas bougé et l'attendait . La jeune femme le regarda :

« Allez oublions ça, mais si tu veux je te tiendrai au courant de l'avancement de cette affaire. Mais pour tout te dire, je suis affamée, on passe à table ? »

Elle reprit sa place initiale tandis que son frère retournait en cuisine .


Dernière édition par Aliyah S. Coolidge le Dim 6 Nov - 16:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Ven 29 Juil - 18:22

Tout en me prenant dans ses bras, Aliyah essuya les quelques larmes qui humidifiaient encore ses joues. Retrouvant l'usage de la parole dans le même temps, elle balbutia alors, se voulant plus rassurante que jamais : « Ce n'est rien. Je peux comprendre. En revanche, si je devais répondre quelque chose à Nataniele ce serait ceci : lorsqu'on ne sait pas de quoi on parle, il vaut mieux se taire. Tu dois trouver ma réaction enfantine, mais tant que l'on ne m'aura pas prouver que Tom était quelqu'un de mauvais, l'image que j'ai gardé de lui restera intacte. Enfin, merci d'être avec moi. Mais ne t'en fais pas, c'est pas très grave pour Nataniele, peut-être qu'un jour on pourra s'entendre.» Ce n'est rien ? Ce n'est rien ?! Comment pouvait-elle prétendre que ce n'était rien?! Ses mots, mes mots avaient été si durs que j'en arrivais même à me demander comment une personne, quelle qu'elle fusse, puisse à ce point manquer de tact. Ce n'était pas grave, ajoutait-elle ? Elle se fichait de moi ! A peine quelques secondes plus tôt, elle avait fondu en larmes tant mes paroles lui avaient fait mal. Vraiment, je n'arrivais toujours pas à le croire ! Comment, pourquoi ? Par quel concours de circonstances avais-je pu être capable de lui dire des choses comme ça ? Pourquoi diable avait-il pu lui faire ça?! Me faire ça ?! Parce que, quant à moi, je n'avais jamais voulu lui faire du mal. Je n'étais pas rancunier pour un poil et, quand bien même Aliyah m'avait fait souffrir autrefois, jamais je ne me serai abaissé à lui rendre la monnaie de sa pièce. PAS MOI ! Nataniele, au contraire, en était capable ! D'ailleurs, il était responsable de tout cela ! Ces mots, vils, cruels et dénués de toute compassion, lui appartenaient bel et bien ! Ils étaient sortis de ma bouche certes, mais je n'en étais en aucun cas propriétaire. Ca ne prouvait rien ! Car jamais, au grand jamais je n'aurai pu dire ou même penser à de telles choses. Ça ne me ressemblait pas. Sans faire preuve d'une quelconque vantardise, j'étais bien trop... gentil pour ça. Encore une fois, Nataniele était l'unique responsable. C'était clair comme de l'eau de roche, je n'avais rien à voir dans tout ça. Enfin... ça l'était pour moi.

De son côté, Aliyah avait beau essayer de me faire croire qu'elle comprenait, qu'elle me pardonnait, ou n'importe quoi d'autre, je ne la croyais pas. On ne me la faisait pas. Pas à moi! Pour la simple et bonne raison que j'avais parfaitement vu son regard. Celui qu'elle avait arboré, une fois "ma crise" terminée. Comme beaucoup de personnes y étant confronté pour la première fois, elle avait eu CE regard. Ce regard sans compassion, sans sentiment, sans aucune émotion, du moins aucune favorable. Tout ce que ses yeux reflétèrent à ce moment-là, furent du dégoût, de l'incompréhension et même un rejet profond. Le pire dans tout ça ? Le pire c'est qu'elle ne s'en était même pas rendu compte. Comme tous les autres... Pourtant, je ne l'en blâmerai pas, je ne m'en formaliserai pas. J'étais comme ça ! Je m'étais fait une raison. C'est pourquoi et tout en arborant mon plus beau sourire, j'ajoutais moi-même, dans un long soupir « Ouai... Je sais que tu comprends. C'est parfaitement ce que ton regard a reflété tout à l'heure, quand je suis... revenu à moi-même. De la compréhension, de la compassion. Ils comprennent tous de toute façon ». Je marquai une courte pause, un peu ailleurs. Avant de reprendre brutalement, soudainement conscient de mes propos
« Mais... je suis désolé quand bien même. Je me doute que ça a dû être douloureux pour toi, d'entendre ça. D'autant plus que je ne le connaissais pas aussi bien que toi. D'autant plus que je ne le connaissais pas. Je... Il n'avait pas le droit de t'agresser comme ça. Enfin... Pour ce qui est de t'entendre un jour avec Nataniele, à ta place, je n'y compterai pas. Moi-même je n'y arrive toujours pas. Il faut dire qu'il n'est pas quelqu'un de très recommandable ! ». Nouvelle et courte pause dans ma narration, je reculais de quelques pas, quelques peu gêné par l'absurdité de mes propos. Elle n'y comprenait rien, elle n'en croyait probablement pas un mot, je m'en rendais bien compte. C'est sans doute pour cette raison qu'elle s'empressa de rejoindre la salle de bain, s'isolant quelques secondes. Une fois chose faite, elle changea complètement de conversation, prétextant une faim criante pour éviter de parler de ma maladie, pour m'éviter de vaines et multiples autres explications à ce propos. Au fond, je suppose que c'était une bonne chose.

Après avoir préalablement fait - et suite à sa demande - une brève halte en cuisine; je réapparaissais donc à peine quelques minutes plus tard, disposant dans le silence le plus complet, mon plat principal sur la table. Nous servant tous les deux, je jouais ensuite et nerveusement avec mon plat, esquissant un rapide « Bon appétit, j'espère que ça te plaira ». J'essayai de me comporter de manière tout à fait banale, mais après un débordement comme celui-là, je savais pertinemment que la tension resterait palpable. Le problème, c'est que je ne savais absolument pas comment gérer tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 6 Nov - 18:58


❝ I'll be there for you, now ❞

Aliyah avait un peu l'impression d'avoir tout gâché. Ce repas était censé être sympathique, sans embrouille et autres. Il avait fallu que ce mystérieux frère apparaisse de nulle part, qu'elle découvre ce testament, qu'elle ennuie son jumeau avec ses histoires et que Nataniele décide de pointer le bout de son nez au moment le plus inopportun. La jeune femme avait toujours redouté cette confrontation. Mais elle n'avait jamais voulu réagir ainsi, à vrai dire, elle s'était toujours appliquée à faire attention. Elle n'aurait jamais pensé blesser Noah comme cela. C'était la dernière chose qu'elle avait souhaité. Peut-être devait-elle tenter de réparer son erreur ? Parce qu'elle s'en voulait énormément. Ils se mirent à table et s'en suivit un silence aussi gênant que pesant. Lorsqu'elle avait pu retrouver son frère, elle s'était promise de ne pas laisser sa maladie se mettre entre eux. Elle posa ses couverts sur la table et croisa les bras en se calant sur le dossier de sa chaise. Noah connaissait parfaitement cette attitude et il savait qu'elle risquait de lui faire la " morale ". D'ailleurs, il cessa tous mouvements et Aliyah reprit la parole :

" Ecoute Noah, je ne veux pas de ça entre nous. Je ne veux pas ce genre de malaise. Ma réaction, suite à l'intervention de Nataniele, je m'en excuse. Je n'ais jamais été confronter à lui mais la prochaine fois, s'il y a une prochaine fois, il est clair que ma manière de réagir sera toute autre. Je ne peux pas contionner cette gêne entre nous. C'est de ma faute, je le conçois. Mais tu es mon frère alors je voudrais pouvoir parler de ta maladie, qu'il n'y ait pas de regards fuyants ou qu'on cherche nos mots. Je ne veux pas que ce soit un sujet tabou. J'aimerais qu'on puisse en parler ouvertement. Je regrette de t'avoir blessé. Alors maintenant, si tu veux m'en parler, n'hésites pas surtout ."

La jeune femme avait surtout voulu être claire avec lui. Il était hors-de-question qu'il y ait le moindre tabou entre eux.

" Pour en revenir au testament, je vais me montrer forte. Je ne me laisserai pas avoir et je vais faire des recherches sur lui avant toutes choses. "

Finalement, Aliyah lui sourit, un sourire qui se voulait rassurant. Elle se remit donc à manger. Elle appréciait les attentions de son frère pour renouer avec elle. C'était vraiment plaisant, d'ailleurs, la jeune femme se souvint de leur précédent dîner. Elle prit une gorgée et ajouta :

" Au fait, Noah tu m'as dit la dernière fois que tu souhaitais me présenter un nouveau talent pour un éventuel duo, tu peux m'en dire plus ? "

Aliyah s'en souvenait parfaitement et elle avait vraiment envie de se remettre à faire ce qu'elle aimait. Le plus beau dans cette histoire, c'était de pouvoir travailler avec son jumeau. Ce serait encore plus génial ! Elle avait hâte de pouvoir débuter cette collaboration.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 13 Nov - 16:22

Se calant au fond de sa chaise, Aliyah arbora soudainement un air anormalement sérieux; air que je ne lui connaissais pourtant que trop bien. Pour être tout à fait franc, il s'agissait de celui-là même qui lui servait à me réprimander alors que nous n'étions que des adolescents. Il fallait dire qu'Aliyah avait toujours été l'enfant raisonnable de la famille, la tête pensante. La seule capable de suivre des règles et de répondre à toutes les attentes. Les parents l'adoraient, la glorifiaient sans arrêt et je me souviens lui en avoir beaucoup voulu étant enfant. Elle apparaissait si "parfaite" aux yeux de nos parents que je m'en sentais presque transparent. Tout ça remontait à loin maintenant et avec du recul je réalisais finalement à quel point la pression qu'elle portait sur ses épaules avait été, à l'époque, oppressante. Je me sentais même un peu égoïste de l'avoir jugé si durement, de l'avoir détesté autant. Moi-même à sa place, je pense que j'en aurais fait autant. Péter les plombs, mettre les voiles, tout ça me semblait si... cohérent maintenant. Ma maladie qui plus est avait atteint un stade si important de son développement que la vie à la maison était devenue invivable. Nos géniteurs, avec moi n'étaient pas tendres et ma pauvre sœur ne supportait plus de nous voir nous déchirer à longueur de temps, elle était tout bonnement incapable de choisir un clan. Alors à l'écouter se confondre en excuses, comme elle le faisait maintenant, je me sentais plutôt coupable de mon comportement. De mes répliques cinglantes et des pseudos-reproches que j'avais pu lui faire précédemment. Après tout elle n'y était pour rien, si j'étais celui qui avait hérité d'un gène dérangeant. Inconsciemment lui reprochais-je d'être malade, pour autant ? Peut-être bien, oui. Comment le savoir ? Je n'avais aucun pouvoir sur mon subconscient et une thérapie me suffisait amplement. De toutes les manières mon psychologue se concentrait tout particulièrement sur Nataniele, pas réellement sur mon environnement. « J'aimerais qu'on puisse en parler ouvertement. Je regrette de t'avoir blessé. Alors maintenant, si tu veux m'en parler, n'hésites pas surtout » C'est ainsi, qu'Aliyah me sortis de mes pensées. Si ses paroles m'avaient touchées ? Bien sûr que oui, j'étais ému de la compassion et de l'affection dont elle faisait preuve envers moi. Nous avions toujours été très liés et durant toutes les années où nous avions été séparés, j'avais espéré que ce lien ne se briserait jamais. Bien sûr que je l'avais détesté d'être partie, bien sûr que maintes fois j'aurais voulu lui crier au visage que je ne lui pardonnerai jamais de m'avoir abandonné, mais au fond j'étais juste désemparé, parce qu'elle me manquait. Alors réaliser, aujourd'hui que ce lien, jamais rien ne pourrait ne nous l'enlever, ça faisait chaud au cœur. J'étais touché. « Merci Aliyah. Ça me touche, tout ce que tu me dis là et je te promets d'y penser. Maintenant, il est encore un peu difficile pour moi d'en parler. Ma maladie ne constituant pas mon sujet de conversation préféré, tu l'auras deviné ». Souriant à ma réponse en ajoutant que je ferais comme je le sentais, Aliyah continua ensuite sur sa lancée, me rassurant sur ce mystérieux beau-frère qui m'avait tant préoccupé. Ainsi m'assura-t-elle de faire des recherches sur ce dernier, ce qui parvint un tant soit peu à me rassurer. L'un comme l'autre, nous nous remîmes donc à manger, parlant de tout et de rien dans la foulée. Bientôt pourtant, Aliyah coupa court à notre conversation sur les travaux effectués dans le centre d'Oxford - faut dire que ce n'était pas véritablement intéressant - me sciant de lui reparler de ce projet de duo que j'avais évoqué. « Oh oui ! » dis-je en posant mes couverts « j'avais complètement oublié. Enfin, oublié, non mais comme tu ne m'en avais pas encore reparlé, je craignais que tu ne sois pas intéressée, comme je ne voulais pas te forcer la main, j'ai abandonné momentanément l'idée. Mais puisque je me suis trompé, nous allons en parler ! En fait il s'agit d'une voix masculine; un jeune artiste que je viens de signer. Il est extrêmement talentueux. Le hic c'est qu'il est tout aussi prétentieux, têtu, voir un chouilla détestable. J'ai vraiment du mal avec lui, alors j'émets tout de même quelques réserves à le faire collaborer avec toi... ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Sam 17 Déc - 19:01


❝ I'll be there for you, now ❞

Aliyah était soulagée d'avoir pu lui dire ce qu'elle avait sur le cœur. Et cela semblait l'avoir touché. C'était le principal et sa réponse fit quelque peu sourire la jeune femme. Oui c'était évident et elle comprenait parfaitement que ce ne soit pas son sujet de conversation favori. Elle pouvait parfaitement comprendre cela. Ils se remirent à parler de tout et de rien puis finalement Aliyah se souvint d'une proposition que son frère lui avait faite il y a quelques temps déjà.

« J'avais complètement oublié. Enfin, oublié, non mais comme tu ne m'en avais pas encore reparlé, je craignais que tu ne sois pas intéressée, comme je ne voulais pas te forcer la main, j'ai abandonné momentanément l'idée. Mais puisque je me suis trompé, nous allons en parler ! En fait il s'agit d'une voix masculine; un jeune artiste avec qui je viens de signer. Il est extrêmement talentueux. Le hic c'est qu'il est tout aussi prétentieux, têtu, voir un chouilla détestable. J'ai vraiment du mal avec lui, alors j'émets tout de même quelques réserves à le faire collaborer avec toi... »

Ce portrait la fit tiquer. Mais bon, des jeunes artistes prétentieux, il y en avait des tas, malheureusement. Enfin, peut-être parviendraient-ils à s'entendre qui sait ?

" Et bien, dis m'en un peu plus. Peut-être qu'on s'entendra après tout, nous avons la même passion. Je suis ouverte à toute proposition et je te fais confiance pour trouver des personnes formidables avec qui collaborer. De plus, je ne cherche en rien à l'excuser puisque je ne sais pas encore qui est cette personne, talent et jeune âge rime souvent avec prétention mais on pourra certainement remédier à cela et lui faire gagner un peu d'humilité. Logiquement, ça devrait lui passer "

La jeune femme attrapa la bouteille de vin sur la table et les servit tous les deux avant de reprendre gaiement :

" Alors qui est-il ? Quel est son style de musique ? Quel âge a t-il exactement ? Je voudrais en savoir le plus possible "

La jeune femme était réellement emballée par cette collaboration. C'était un nouveau départ pour elle et sur tous les plans y comprit avec sa passion.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 1 Jan - 18:19

Le portrait peu glorieux que je lui avais dressé de mon « jeune poulain » comme je m'amusais à l'appeler, sembla la faire momentanément hésiter. De même je crus voir ses traits se crisper. Il fallait dire que sa réaction était tout à fait légitime, malheureusement et si elle s'en inquiétait déjà, elle n'avait pas fini de se faire du mouron. Car la vérité était que ma charmante sœur n'avait encore rien vu et que le portrait que je lui avais dressé était assez minimisé, voir même très loin de la réalité. La vérité ? La vérité était que ce jeune homme était un véritable casse-cou, insupportable, têtu, borné, buté, exécrable, irrespectueux, voir même complètement stupide dans la foulée. D'ailleurs, j'avais du d'emblée faire preuve d'une certaine autorité, en haussant le ton pour me faire respecter, auquel cas il m'aurait bouffer tout entier. Évidemment j'étais un homme, une pointure dans le métier et Aaron - c'était son nom - savait pertinemment qu'il ne pouvait pas laisser une telle chance de percer dans le métier lui échapper; de fait il avait de lui-même décidé de se tempérer. Le problème, c'est qu'Aliyah ne me ressemblait pas tant que ça, plus douce et souriante elle apparaissait bien souvent comme trop gentille et naïve aux yeux des gens, de même elle était une femme et je savais d'ors et déjà que pour cette raison Aaron se sentirait obligé d'instaurer sa supériorité. Une histoire d'orgueil de mâle, à n'en pas douter ! Qui plus est, il était aussi réputé pour être un séducteur invétéré, ce qui n'était pas s'en m'inquiéter. Aliyah avait vécu des choses suffisamment compliquées par le passé s'en qu'en plus elle ne finisse par s'amouracher d'un homme aussi peu recommandable. Quoi qu'il en soit nous n'en étions pas encore là et, pour le bonheur de ma soeur - qui était belle et bien décidée à relancer sa carrière de chanteuse - j'avais décidé de faire taire mes doutes et de donner une chance à cette collaboration qui, à force d'efforts aboutirait à un duo particulièrement talentueux et adulé, j'en étais persuadé.

« Pour être tout à fait franc, je crains avoir minimisé la chose. Quand je te dis qu'il est difficilement supportable et ingérable, c'est en quelques sortes un euphémisme ». Reposant la bouteille de vin sur la table - après nous avoir préalablement servi - Aliyah fronça de nouveau les sourcils, me lançant un regard faussement réprobateur dans la foulée, pensant probablement que je ne faisais rien d'autre que la décourager de s'engager dans cette aventure. Amusé, je souris à sa mimique, avant de continuer « Non pas que je veuille te dissuader de collaborer avec Aaron, parce que c'est son nom. D'ailleurs ce serait véritablement stupide étant donné que c'est moi qui est lancé cette idée; maintenant je dois sans cesse le recadrer et je crains que tu peines à te faire respecter. Non pas que tu n'inspires pas le respect, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dis, mais c'est une véritable tête brûlée, en perpétuelle haine contre tout et tout le monde et il est franchement difficile à gérer. Faut dire qu'il a tout juste 19 ans,il n'a pas eu une vie facile, il a longtemps galéré et il sort à peine de l'adolescence, je sais que ça fait beaucoup à gérer pour un gamin de son âge. Je sais aussi que ces déboires personnels n'excuse en rien son comportement. Maintenant... il a un incroyable talent et une plume sublime. J'en suis persuadé tu vas adorer. Vous avez pas mal de goûts musicaux en commun, mais votre musique ne se ressemble pas tant que ça maintenant que j'y pense. La sienne manque cruellement de rythme, je veux dire c'est beau, c'est bon, mais il aurait besoin de nouvelles mélodies. Parce que c'est assez répétitif pour l'instant. Comment dire ? Instrumentalement parlant, tu lui apporterais énormément je pense; lui de son côté pourrait te permettre d'évoluer, éventuellement d'envisager des styles différents. Et c'est ça qui m'intéresse vraiment dans le fait de vous faire collaborer, c'est créer quelque chose de nouveau, de différent, d'inattendu, de détonnant, tu comprends ? ». Ma sœur continuait de me fixer, sans rien dire, visiblement ravie par les explications que j'avais bien voulu lui fournir « Maintenant, il va falloir vous montrer très professionnels et tu devras apprendre à le cadrer, car il aurait tout de même tendance à se laisser aller dans le "déjà-vu", dans la "soupe-musicale" et répétitive du moment et je ne veux pas être associé à ça ! J'ai toujours fait dans l'original et je refuse de changer ça. Maintenant je te propose d'essayer et ce titre, sera... » comment lui annoncer la bonne nouvelle ? J'avais simplement dit qu'on essaierait; pas que les choses allaient s'enchainer si vite « le premier de ton prochain album ! ». Subitement elle écarquilla les yeux « j'ai écouté l'intégralité de tes maquettes et tes chansons sont géniales! Quant à mes partenaires, ils sont d'accord avec moi et veulent que l'on te signent au plus vite ! Ils veulent et, je veux que tu entres en studio le plus vite possible. Honnêtement ta musique est géniale, quelques raccordements sons et quelques corrections par-ci par-là, mais je n'en doute pas ton album fera un carton, plus encore avec ce duo. Je m'y engage. Enfin, si toutefois tu acceptes que je produise ton premier album solo ? ».

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Dim 22 Jan - 0:25

Nouveau départ. Voilà les deux mots qui définissaient la vie d'Aliyah aujourd'hui. Nouveaux départs professionnels et personnels. Que demander de plus ? Aliyah était réellement emballée de pouvoir travailler avec Noah . Et quoi de mieux qu'un duo pour se remettre dans le bain ? C'était vraiment une excellente idée. Lorsque l'on fait un duo, c'est magique ! C'est un moment d'échange, de partage, le moyen de dire des choses, et tout cela lié à la musique ! C'était l'une des nombreuses raison pour lesquelles la jeune femme adorait le chant et la musique. Alors pourquoi pas commencer par un duo, sur de nouvelles bases avec un étudiant, un jeune talent ... égocentrique, prétentieux et borné au plus haut point ? Bah oui, on ne peut pas tout avoir non plus hein ? Pas grave, à deux ils finiraient par parvenir à le dompter xD Ou alors peut-être que Nataniele pourrait s'en charger ? Pourquoi pas tiens, il ferait moins le malin devant lui . Non mais ça va pas ! Aliyah Sawyer Coolidge, plus d'alcool pour vous pendant le repas ! Elle délirait complètement la pauvre, pourtant elle tenait assez bien l'alcool généralement. Passons, petite nature va !
La jeune femme se concentra sur son frère et l'écouta attentivement dressé un portrait assez contradictoire de ce jeune prodige. Le début n'annonçait rien de bon et la brunette lui lança un pseudo regard réprobateur. De toute manière, elle était incapable de se mettre en colère contre lui ou alors il fallait vraiment qu'on la pousse à bout, mais ce n'était pas dans le tempérament de son jumeau. Apparemment, Aaron comme il s'appelait, n'avait pas eu une vie facile. Il venait tout juste de sortir de l'adolescence, et avait l'air d'avoir galéré pendant un moment. Il semblait rééllement très difficile à gérer. Et bien, peut-être que travailler avec deux personnes de la même famille, donc soudées et de plus, très professionnelles allait le calmer un peu. En tout cas, ils ne lâcheraient rien, autant l'un que l'autre. Les jumeaux Coolidge en force, le pauvre ! x) Cependant, la manière dont Noah parlait de lui redonna le sourire à Aliyah. Il avait l'air très talentueux, doué pour l'écriture mais des améliorations devaient apparemment être apportées à sa musique, à l'instrumental lui-même. La jeune femme pourrait l'aider, elle-même avait essayé, lors de l'écriture de ses chansons, de faire dans la variété en tentant d'éviter de tomber dans la répétition. Et elle pourrait donc apprendre à son tour de ce jeune homme. Ali' se risqua à une gorgée de vin tandis que Noah continuait sur sa lancée. Il lui annonça qu'il produirait son album ! Elle manqua de s'étouffer . Non franchement, plus d'alcool . Elle écarquilla les yeux encore sous le choc. Ses maquettes semblaient lui avoir plut et le mot était faible à en juger par l’enthousiasme qu'il manifestait. La jeune femme resta sans voix, se contentant de sourire comme une parfaite imbécile, affichant en prime un air béat affligeant.


" Si je suis d'accord ?! Voyons Noah quelle question ! Bien sûr que je le suis ! " Elle se leva de sa chaise et prit son frère dans ses bras. Cela comptait tellement pour elle ." Merci, c'est tellement important pour moi et que ce soit toi qui me lance je n'aurais pu espérer mieux .

Elle retenait ses larmes. Décidément, cette journée était riche en émotions ! Elle le laissa enfin respirer et retourna s'asseoir, un sourire éclatant aux lèvres. Elle se reconcentra quelques instants et ajouta :

" Merci encore Noah. Pour en revenir à ce que tu m'as dit, tu sais à qui il me fait penser ? Nous. Je pense qu'on a des points communs avec lui. Peut-être qu'il faut le traiter comme un adulte, non pas que je doutes de tes compétences en matière de pédagogie. Donc ce serait avec grand plaisir que je ferai ce duo et que j'enregistrerai avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   Ven 2 Mar - 23:28

« Si je suis d'accord?! » s'exclama-t-elle contre toute attente, réalisant difficilement ce qui était en train de se passer. « Voyons Noah quelle question ! Bien sûr que je le suis! » Puis, mêlant le geste à la parole, elle se leva de sa chaise et me serra dans ses bras, histoire d'exprimer une nouvelle fois son immense joie. Ravi que ma proposition l'intéresse et amusé par son enthousiasme, j'accueillais son étreinte sans broncher et lui murmurait gentiment que c'était tout à fait naturel et qu'elle n'avait de fait, aucune raison de me remercier. J'étais son frère après tout, il était normal que je l'aide à se lancer. En plus de ça, elle était extrêmement douée. Professionnellement parlant, je ne pouvais pas me permettre de passer à côté d'une artiste aussi spéciale et motivée. Aliyah se décida finalement à relâcher notre étreinte. Sans doute comprit-elle subitement qu'à force de me serrer tout contre elle, j'allais finir par étouffer. Ou bien en avait-elle assez. Quoi qu'il en soit j'étais soulagé de pouvoir à nouveau respirer. « Merci encore Noah. Pour en revenir à ce que tu m'as dit, tu sais à qui il me fait penser ? Nous. Je pense qu'on a des points communs avec lui. Peut-être qu'il faut le traiter comme un adulte, non pas que je doute de tes compétences en matière de pédagogie. Donc ce serait avec grand plaisir que je ferai ce duo et que j'enregistrerai avec toi » conclut-elle après avoir regagné sa place initiale. Me saisissant de sa main, j'ajoutais alors tout sourire :
« Mais il n'y a pas de quoi, c'est tout à fait naturel voyons. Dois-je te rappeler que tu es ma soeur jumelle ? Je me dois de t'aider. En plus de ça, et vue l'étendue de ton talent tu croyais vraiment que j'allais te laisser filer ? Je suis peut-être un chouilla dérangé sur les bords, mais quand il s'agit de boulot, je sais ce que je fais. Et je t'interdis formellement d'en douter ! » Je marquais une courte pause et reprenais mon sérieux « Quant à Aaron, tu as peut-être raison. Mais je serais toi je ne me ferai pas trop d'illusions, crois-moi avec lui, on va avoir du boulot. En attendant » décrétais-je, en me levant à mon tour « je te propose que nous passions à la suite. Je sais faire beaucoup de choses en cuisine, mais comme tu le sais, hormis les brownies et les cookies, je suis plutôt nul en pâtisserie. Alors il faudra t'en contenter » tandis que je m'éclipsais dans la cuisine pour chercher les dits desserts. Une fois chose faite, nous les dégustions devant un bon café, puis nous passâmes l'après-midi ensemble, à la villa, les yeux pleins d'étoiles, d'ors et déjà en train de fantasmer sur notre imminente collaboration.

THE END .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'll be there for you, now [Pv Aliyah S. Coolidge]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LILY-ROSE J. COOLIDGE ► cailin russo.
» byeol aliyah ≈ ur face makes onions cry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: