Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Ven 29 Avr - 1:41

MINI RP

Stupeurs, tremblements, panique, mains moites, autant de réactions qui accompagnent parfaitement bien l’idée que je me fais, et ce depuis un certain temps déjà, de l’engagement, quel qu’il soit. En dehors de mon vrai faux mariage sur lequel je ne reviendrais pas, je fuis l’engagement comme la peste, pour des raisons que je ne me forcerais pas à réexpliquer. Interrogez mon père, le connard numéro un, et vous comprendrez en partie pourquoi je suis une fille autant désillusionnée. Bref, revenons sur mes problèmes d’engagement, ou plutôt sur l’engagement tout court, pour comprendre où tout cela nous mène : c’est aujourd’hui, Ô jour grandiose, que nous célébrons, nous anglais (un peu américanisée pour ma part), le mariage de notre très cher Prince de Galles avec la roturière mais néanmoins charmante Kate Middleton. Fuir l’engagement ne signifiant pas que je n’éprouve pas un malin plaisir à l’observer à la télé, c’est donc tout naturellement que je me retrouve affalée dans mon canapé, la télécommande en mode zapping, pour traquer la belle robe blanche qui bientôt fera tant d’envieuses à travers le monde.

Ne me demandez pas pourquoi je suis en vacances, la question impliquant ma grand-mère, je vous jure que vous ne voulez pas savoir. Toujours est-il que je ne travaille pas avant lundi, et que j’ai convié Carolyn à regardé à la maison le mariage tant discuté. « Vraiment ? Tu vas glander toute la journée devant ce truc ? » Mon père passe la tête dans l’encadrement de la porte du salon, un sourire amusé aux lèvres. « Où sont passées les grands principes, le mariage ça pue ? » J’envoie valser vers lui un des coussins du canapé, lui intimant gentiment d’aller travailler le plus rapidement possible afin qu’il disparaisse de ma vue. Il est, en ce moment, particulièrement pénible, fourre son nez partout et s’amuse d’un rien. Il finit par disparaitre définitivement tandis que la présentatrice démarre un speech inutile sur la beauté du hasard et la force du destin. C’est ce moment crucial que choisit Caro pour sonner, et je me lève à la hâte pour aller ouvrir la porte. « Juste à temps. Tu rates en ce moment même un discours d’une grande justesse sur comment nous sommes tous destinés à quelqu’un sur terre. Charmant, vraiment. » Je lui fais la bise et m’écarte pour qu’elle puisse entrer, savourant la tranquillité qui s’offre à moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Ven 29 Avr - 2:13

Mes lèvres s'entrouvrent, cherchant l'air qui ne semble jamais arriver à mes poumons. Respire Caro, respire doucement. Vertige, mes yeux se ferment alors que ma main va rencontrer mon front déjà humide de sueur froide. C'est impossible, c'est un cauchemar duquel je vais me réveiller tremblante mais en vie. Loin de cet endroit et de cette chose. Mon poing se ferme et frappe à la porte quelques coups hésitants que j'aurais voulu rendre plus forts. « Laissez-moi sortir... » Une voix blanche s'échappe de mes lèvres, voix que je ne reconnais pas comme étant la mienne habituelle si ferme et arrogante. « Pitié... » J'entends des rires dans la pièce d'à côté qui me donnent le courage de me relever et de me tourner face à l'objet de mes peurs. L'affiche des Dents de la Mer me fait désormais face, plus grande et plus horrible que je ne l'aurais jamais imaginée -d'ailleurs je ne l'ai jamais imaginée. Je tends la main pour l'arracher mais mes doigts s'arrêtent à quelques millimètres, incapables de la toucher. Je ne peux pas. « Libérez-moi ! Vous allez le regretter ! » Nouveaux rires qui me mettent hors de moi. Mue d'une force nouvelle, je tambourine à la porte du placard dans lequel je suis enfermée jusqu'à parvenir à repousser la malle qui la maintenait close. Libération, je me jette dehors en suffoquant me retrouvant à quatre pattes face aux cinq montres qui m'ont fait subir ça. Ils s'enfuient en hurlant de rire. Je me relève une nouvelle fois. C'est la dernière fois que je fais du babysitting, la dernière. Ces sales gosses savent parfaitement que je suis claustrophobe et que j'ai la phobie des requins. Et je hais les enfants. Je prends ma veste et mon sac avant de partir d'un pas rageur. Au diable mon salaire, j'enverrai la facture par la poste. J'appelle un taxi à qui je donne l'adresse de Blair.

Je reste quelques secondes devant la porte, hésitant à frapper. Tout est si propre et si net. J'ai vu le père de Blair sortir de la maison quelques secondes auparavant, je sais donc que nous serons seules, enfin je crois. Je me décide enfin à sonner pour me retrouver face à une tornade blonde. « Salut Blair, excuse-moi du retard, je travaillais. » Une bise et je pénètre dans l'antre -que dis-je, le palais ! de mon amie et vais m'installer devant la télévision. Je hausse un sourcil en entendant les jolis mots prononcés par la présentatrice et laisse échapper un petit rire. Je n'ai jamais cru à toutes ces choses stupides. « Rappelle-moi pourquoi on regarde ça déjà. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Dim 1 Mai - 18:09

« Pas de problème, tu sais ce qu’on dit, l’argent avant tout. » Je souris à la jeune femme en la laissant entrer, lui indiquant la table et le porte manteau pour qu’elle y laisse ses affaires. La maison n’est habitée que par le calme lancinant de l’absence des deux hommes de ma vie, ce qui est un réel et profond soulagement quand on y pense. Elle connait l’endroit, se dirige vers la télévision qui passe déjà le programme tant attendu de ce vendredi. Je songe à mon père qui fanfaronnait en débattant sur la puérilité des anglais, tous émerveillés qu’ils étaient devant un si grand événement, et ne peux retenir un sourire. Stop par la cuisine, je lance d’une voix forte : « Tu veux boire quelque chose ? » J’extirpe un soda quelconque du frigo, ma tête ne me permettant de rendez-vous avec aucun alcool, et encore moins une des bières abandonnée dans le frigo par mon père ou mon frère.
Je note pour moi-même qu’il est urgent que j’aille faire les courses – vivez donc avec deux hommes, vous verrez. Il était assez étrange de se dire que l’histoire d’une bague de prétendues fiançailles avaient pu amener Carolyn dans mon salon, mais c’était finalement aussi assez drôle. La ville d’Oxford était finalement assez petite, tout comme l’Université qui réduisait d’autant le champ de vision.

« On regarde ça parce que l’amour c’est merveilleux et waouh qu’elle est belle sa robe hors de prix. » Je ne retiens pas le sarcasme que m’inspire un tel mariage, mais rien ne peut être plus ironique cet après midi que de célébrer l’amour dans le fin fond de mon canapé, alors que je n’ai jamais été autant éloignée de l’amour que ces dernières semaines. Mariage exclu, bien entendu, mais c’est une toute autre histoire. Sur laquelle je ne m’étalerai pas. Pas la peine.
Je reviens au salon avec nos boissons et lui tend la sienne. « Et puis la messe, tout ça, c’est vraiment trop mon truc. » En vérité, je n’ai pas mis les pieds à l’Eglise depuis l’enterrement de ma mère. Mais ça aussi, on ne s’y étalera pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Lun 2 Mai - 1:43

« Un grand verre d'eau s'il-te-plaît, ma gorge est sèche à force d'avoir crié sur les garçons que je garde. De vrais monstres. » Je soupire longuement en attendant que Blair ne revienne. Mon regard examine les moindres recoins du salon dans lequel je me trouve, s'attardant sur les tableaux accrochés au mur. Les murs chez moi sont nus de toute autre chose que de leur papier peint de mauvais goût et du calendrier de la poste. Chatons blancs sur papier glacé qui jouent avec une pelote de laine rose en janvier, gros matou roux endormi dans un pot de fleurs en février, le tout jusqu'à la photo finale, le must du must, le gateau sur la cerise, le tout petit chat qui passe malicieusement sa tête coiffée d'un mini-chapeau de paille par la porte. Je ne plaisante pas. Tout ici est tellement luxueux que ça me renvoie en plein visage la médiocrité dans laquelle je vis.

Je n'ai pas besoin de la regarder pour savoir que ses mots sont ironiques puisque je pense la même chose. Voir ma mère nous quitter alors que je n'avais que trois ans pour aller dans un autre pays, sur un autre continent sans nous y préparer et sans divorcer m'a fait perdre toute notion des choses à faire et à ne pas faire en amour. Mon attention s'attarde sur la robe de la demoiselle d'honneur qui me tire un petit sifflement. « Blaiiiir viens voir comme elle est joliiie. » Sourire mi-figue mi-raisin alors que mon amie me rejoint et me tends mon verre dont je vide une bonne partie d'un trait. Je ne m'étais pas rendue compte que le baby-sitting était aussi éreintant.

Pour ma part, je ne suis jamais allée à un seul cours de catéchisme pourtant obligatoire à l'école, par flemme ou par désintérêt. Ma mère n'était -n'est- pas quelqu'un de très porté sur la religion et mon baptême a été une décision de mon père. Tant pis, je brûlerai en enfer si enfer il y a. « Tu voudrais te marier toi ? » Je marque une pause avant de me corriger. « Je veux dire te marier avec quelqu'un que tu aimes vraiment. Une décision réfléchie, avec une cérémonie, une robe et... une bague. » Je lui adresse un clin d'oeil pour faire oublier la puérilité de mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Lun 2 Mai - 22:42

Je fronce le nez en mettant l’eau dans un verre, tendant une oreille attentive pour guetter où en sont les tourtereaux du plus beau jour de leurs vies. Je reviens rapidement au salon, lui tend son verre. « Des monstres, tu dis ? » Répliquer que je n’aime pas les enfants serait assez en accord avec ma composition mais bien trop ironique pour être vrai. Je ne travaille pas au centre tous les jours de la semaine pour rien ; j’aime les enfants. Ceux des autres. C'est-à-dire globalement qu’avoir des enfants est loin d’être un projet pour l’instant. Loin, mais alors vraiment très loin. « En effet, ils t’ont fait courir un marathon peut être ? » Je ris un peu en observant le verre à moitié vide qu’elle repose sur la table basse et m’installe, sceptique. « Oh ouiiiii, qu’elle est beeeelle ! » Je fais mine de m’émerveiller mais mon avis n’en est pas pour le moins objectivement clair : ladite future Princesse, ou Duchesse, ou quelque soit son titre, est réellement une belle femme, et on devine facilement à ses mimiques bienheureuse qu’elle est en train de vivre des minutes extraordinaires. Il est plus sain d’admettre le bonheur des autres, et même si cette histoire a tout du cliché super romantique, c'est-à-dire strictement opposé à ce que je pratique, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a ce qu’elle voulait. Chacun son truc.

Nous dérivons malgré nous, et fatalement, sur des sujets plus importants, plus sérieux. Est-ce que je veux me marier ? Fonder une famille ? Sortir le grand jeu ? J’ai l’habitude de répondre à ce genre de questions par la négative, en affirmant que je suis trop jeune. Mais les années passent et forcée de constater que finalement, je ne suis plus si jeune que ça – pour envisager l’engagement tout du moins. Mais évidemment, j’en suis loin. Je préfère dériver et sauter sur la seule arme qu’il me reste : l’humour. « Mais même sans bague, je l’aimais vraiment, tu sais ? » Je garde mon air sérieux avant de rire doucement de mes propres conneries. Si je n’avais pas un emploi fixe, j’aurais pu à merveille me fondre dans le décor de la fac, avec toutes les histoires qui vont avec. « Nan, sérieusement ? Je ne crois pas. C’est pas vraiment pour moi, toutes ces conventions… » Je secoue la tête en fixant l’écran, presque convaincue. « Et toi alors ? Le mariage en blanc, le prince charmant, tout ça ? » Je lui adresse un clin d’œil en même temps que mon portable décide de troubler notre conversation. Un message, les TroubleMakers. Je fronce le nez, ça ne présage franchement rien de bon ou d’agréable…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Jeu 12 Mai - 0:57

« Si seulement ce n'était que ça... » Je ne m'étends pas, souhaitant éviter au maximum cet horrible souvenir déjà rangé dans un coin de ma mémoire, au milieu des images du film Oxygen et des Dents de la Mer, vus contre mon gré bien entendu. C'est presque attachée à une chaise que mes amis de l'époque, tout aussi intellos que je l'étais, m'ont forcée à regarder l'écran de la télé, les yeux mi-clos. Seul le rire compatissant de Lemon m'avait aidée à surmonter ces terribles épreuves. Et maintenant, qu'est-ce qui m'aidera ? Je n'ai jamais été aussi entourée et pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir autant de gens à mon écoute qu'avant -Léandre et Ambrae mis à part. Je soupire et me reconcentre sur le mariage, peu désireuse de me remémorer l'époque où je vivais cloitrée dans ma chambre 16h/24 (temps où je n'était pas en cours) à lire des romans de science-fiction et à surfer sur le net.

« Si je veux me marier ? Eh bien... » Je prends quelques secondes pour réfléchir à cette question idiote et pourtant existentielle. Jusqu'alors j'ai toujours répondu un non ferme et convaincu quand on me la posait, riant toute seule en m'imaginant en-meringuée dans une robe ridiculement longue qui coûterait sans doute les yeux de la tête et portée une seule fois au cours d'une vie. Je ne souhaite toujours pas me marier mais je suis moins catégorique. « Plus tard peut être. Enfin, je sais pas. Déjà que je pense à mes relations présentes, pour après on verra. Mais je veux une jolie bague, c'est la seule chose qui restera les jours suivants. Jusqu'au divorce six mois plus tard. » Jolie vision très réaliste du mariage. Sourire un tantinet triste quand je pense à ma vie sentimentale désastreuse. Non, pas désastreuse, juste inexistante. Ou presque. Nouveau soupir, j'ai l'impression de passer ma vie à me plaindre, c'est pénible. Et voilà que ça continue. Je ris doucement, interrompue par le téléphone de Blair. Son visage se ferme, elle a l'air contrariée. « Qu'est-ce que c'est ? » Je pince les lèvres, étonnée par ma demande. C'est très peu mon genre de poser des questions comme ça. Si Blair veut partager ce message ce message elle le fait. Où ai-je pioché cette impolitesse ? « Non non ne me réponds pas. Si tu veux m'en parler, attends un peu, juste quelques secondes, le temps pour moi d'oublier que je te l'ai demandé ». Elle n'a pas l'air très heureuse et la curiosité me démange, mais je reste tranquille, faussement omnubilée par l'évènement princier, la messe plus précisément qui touche désormais à sa fin.


Dernière édition par F. Carolyn Stowe le Sam 14 Mai - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   Ven 13 Mai - 11:34

« T’as raison, il vaut mieux sans doute se concentrer sur les relations du moment. » Je hoche la tête, même si en l’occurrence, mes propres relations ne sont pas très difficiles à analyser. Sans attache aucune, et en dehors de quelques extravagances récentes, je ne vois pas réellement qui pourrait venir m’embêter avec des questions d’engagement. Est-ce que le fait me dérange ? Je ne sais pas vraiment, et préfère ne pas le savoir. Le passé forge sans doute les âmes, et la réflexion ne s’est jamais autant bien appliquée qu’à moi. Il ne s’agit pas du fait d’aimer, ça n’est pas la notion qui me dérange. J’aime mon frère, mon père, certains de mes amis. J’apprécie beaucoup de gens. Mais donner son cœur à quelqu’un implique beaucoup de conséquences, et la déception qui s’ensuit vaut sans doute bien la gêne liée à la privation. Annihiler plutôt que de souffrir, c’est là la clé de ma vie. Je ne suis pas assez égoïste pour vouloir que les gens partagent mon point de vue, c’est compliqué mais c’est comme ça. Le relationnel implique de nombreuses difficultés qui sont déjà assez difficiles à traiter sans qu’on y insère en plus des histoires de sentiments, d’affection et surtout, surtout, de dépendance.

« Pourquoi se marier si c’est pour aller si fatalement vers le divorce ? » l’idée me semble étrange, déraisonnable. Comme si la volonté de souffrir était ancrée. Je sais que nous sommes une génération de masochistes, je sais aussi à quel point la vraie souffrance est différente de celle que l’on peut éventuellement rechercher. Les enfants souffrent autour de moi, et c’est sincèrement une motivation suffisante au fait de ne pas vouloir en rajouter une couche. Eux souffrent pour une raison valable. Je ne peux pas imaginer une seule seconde que la souffrance intègre de nouveau ma vie pour des histoires futiles de couple et de ruptures brusques. « Si tu soutiens le mariage, il faut le soutenir positivement. Être sûre que c’est ce qui te rendra heureuse. On a toute une vision différentes des choses, le principal étant de ne pas se laisser prendre dans les visions négatives et exagérées des gens qui t’entourent. » Comme moi. Je n’ai jamais tenté d’imposer à qui que ce soit ma vision fataliste des choses, ou alors sur une dose sérieuse d’alcool ingurgitée.

Nous sommes interrompues par mon téléphone, que je vais donc chercher. Je fronce les sourcils à la lecture du texto, sceptique. « Hmm… » J’esquive momentanément la question de mon amie, relisant le message qui s’affiche sous mes yeux. Je fais des allers-retours entre Caro qui regarde la télévision et mon téléphone, toujours ouvert sur les SMS. Non pas que j’accorde un crédit particulier à ce que disent et racontent les TroubleMakers, mais l’idée est étrangement logique. Je range mon téléphone, affiche un sourire légèrement forcé pour lancer un mensonge gigantesque que je regretterai sans doute. « C’est Tristan. Rien de bien important. » Haussement d’épaules, je retourne camper le canapé. Je déteste mentir plus que n’importe quelle autre activité à laquelle je peux m’adonner, mais je ne peux m’empêcher de vouloir faire la lumière sur cette histoire. Je ne suis même pas convaincue que Tristan connaisse mon numéro de téléphone, mais la bombe est lancée, je guette la réaction de Carolyn en même temps que j’attrape mon verre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't get me wrong, I hate those things | CARO ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» 03. What's wrong with you ?
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: