honesty is the best policy. right, mum? (w/ vivian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 213
▪ dispo pour un rp ? : yas!! (en cours : jane, grace, ashx3, karaoke, jon, halloween, vivian)
▪ avatar : chloë grace moretz.
▪ âge : 24 yo.
▪ statut : dating a dork(ash).
▪ occupation : youtuber (books, tv series, movies; branching out to comedy), fangirl (->), food enthusiast.

MessageSujet: honesty is the best policy. right, mum? (w/ vivian)   Mar 14 Nov - 1:57

I'm a terrible daughter. To my mother, at least. Not my father. Lui, je n'ai pas fait de mon mieux pour l'éviter les deux dernières semaines. Je ne l'ai pas esquivé au point de ne pas me rendre qu'il était furieux contre moi. Ma mère, si. Et je ne l'ai remarqué que ce soir. Enfin, même pas. C'est mon père qui me l'a appris, la mine grave, un peu déçu aussi. That's how bad of a daughter I have been lately. Prise par ma propre vie et emmenée par mon ressentiment contre celle qui m'a mise au monde. Je lui en veux de nous avoir imposé un week-end en famille - sans mon père, d'ailleurs, what's that about ? - dont personne ne voulait à part elle et ma grande sœur. Un symptôme de plus de la raison dudit ressentiment : elle me traite comme une gamine et ça m'insupporte.

Jusqu'à une semaine auparavant, mon frère jumeau - cœur brisé peinant à se remettre de sa rupture - était ce qui me retenait à la maison. Mais il m'a aimablement fait comprendre qu'il ne voulait pas de ma présence, alors je me suis réfugiée chez mon petit-ami. Not that that hasn't been nice, mais il fallait bien rentrer at some point. Surtout que fuir n'a en rien arrangé tout ce qui n'allait pas, malgré tous les efforts d'Ash to make it all better. Mon frère va mal, still, ce qui m'inquiète toujours tout autant. Et ma rancune contre ma mère ne s'est pas miraculeusement envolée.

Après une soirée et matinée passées avec ma meilleure amie, je suis donc rentrée, toujours accompagnée de mon sac plus gros que moi. J'ai quelques affaires qui traînent chez Asherston, chez Grace, aussi, mais mes essentiels prennent beaucoup de place. Donc the big bag lives on. Je le dépose dans ma chambre, me change et descends, prête à parler à ma mère, mais c'est Dad que je trouve, la tête dans le frigo (night snack time, no judging). Long story short, maman en veut à tous ses enfants, à part Jane, pour notre comportement pendant le week-end familial. Again, mon père n'y était pas. Ça ne l'empêche pas pour autant d'exprimer sa déception. Fucking great. « No but, daddy, she made us go. No care in the world if we wanted to or not. And it was so horrible! I don't know what she told you, okay, but it was really horrible. And I know what you're going to say, playing sick was not a very mature thing to do, I'll give you that. But I had stuff going on, and I honestly did not want any part of the Aaron drama. » Il m'arrête d'un geste de la main. Qu'importe. Elle est notre mère et on doit la respecter. Je me retiens difficilement de lever les yeux. « Yes, well, I'm here to talk to her about some things, and I will apologize. Where is she? » Sortie, somewhere, il n'a pas trop suivi. Mais elle rentre bientôt. « Imma wait for her here, then. We really need to chat. » Il hausse les épaules, attrape quelques raisins qu'il fourre dans sa bouche. Il doute sincèrement qu'elle veuille me parler. Et bien... je parlerai dans le vide, s'il le faut. « I will annoy her into talking to me. She has to. » Un petit sourire aux lèvres, il me pince le menton, me demande de mes nouvelles, où je disparais récemment. « I was at Grace's. » Ce qui est techniquement vrai. Je parle d'hier soir, moi. Il ne met pas ma parole en doute, thank God. One talk at a time. « Be nice to your mum, ok? You all really hurt her. She was only trying to do something nice to bring the family closer together. » Je me mords la lèvre, attristée. What's worse than a mad parent? A disappointed one. « Sorry, dad. I'll behave, promise! » Je lui souris avant de l'enlacer. Oui, je suis une fille à papa. Shut up. Je sors mon téléphone pour prévenir Ashton. No going over to his place tonight, I need to deal with this.

Installée dans l'un des canapés du salon, devant une énième rediffusion de Friends, j'entends des talons claquer.  « Muuuuum », je m'exclame en me levant d'un coup. Je me presse jusqu'à la porte qui s'ouvre et accueille ma mère avec un grand sourire. Prête à me prendre le vent de ma vie. « Hi, mummy! »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

But it's too late, she believes in fate. She's absolutely smitten, And she'll never let you go.


Dernière édition par Lizzie Grayson le Dim 19 Nov - 2:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 34
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Michelle Pfeiffer
▪ âge : 55 ans
▪ statut : Mariée
▪ occupation : Critique de cinéma

MessageSujet: Re: honesty is the best policy. right, mum? (w/ vivian)   Mar 14 Nov - 23:27

Vivian n'avait jamais trouvé qu'il était difficile d'être une mère, et pourtant, elle l'était un certain nombre de fois. Au contraire, quand les gens autour d'elle l'interrogeaient sur sa gigantesque famille et sa gestion - mêlée d'un job, tout de même - Vivian se contentait généralement de répliquer d'une phrase un peu philosophique qu'elle ne considérait pas son job de mère comme une corvée. Des mauvaises langues auraient pu croire, ou dire, grand affront, qu'elle n'avait pas réfléchi ou désiré chacun de ses enfants. Mais ce n'était pas la réalité. D'Aaron aux jumeaux, quand les Grayson avaient eu un enfant, quelle que soit sa place dans la famille, ils l'avaient tout autant réfléchi que désiré. Chaque grossesse était attendue, et sous l'apparente désorganisation d'une famille nombreuse, Vivian se souvenait de chaque test de grossesse réalisé, de chaque annonce, de chaque naissance. Les moindres détails de l'enfance de chacun de ses enfants étaient précieusement consignés dans un coin de son esprit.

Jusqu'à très récemment, Vivian n'avait jamais eu l'impression qu'être mère pouvait être difficile. Ses enfants avaient tous fait des erreurs, des bêtises parfois, même de franches conneries. Mais tout ça lui importait peu, parce que dans l'esprit de Vivian Grayson, les erreurs sont ce qui vous construit pour devenir une personne meilleure, plus réfléchie. Elle n'avait jamais vraiment crié, se contentant de tenter la pédagogie, l'humour, ou le laxisme, parfois. Parce que d'extérieur, Vivian pouvait paraître être une mère laxiste.

Récemment, cependant, la donne avait légèrement changé. Parce que d'un coup, les choses s'étaient mises à aller mal. Aaron avait divorcé - quoi que la majorité de la famille soit soulagée par l'annonce - et tentait péniblement de faire amende honorable avec le manque de tact qui le caractérisait, et qui était celui avec lequel il était né et qui s'était manifesté dès ses premiers mots, pour être honnête - car il avait quand même commencé par dire papa avant maman. Evidemment, son accueil dans les rangs de la famille était très défavorable, ce que Vivian pouvait comprendre même si l'idée ne la réjouissait pas. Ensuite, il y avait eu la maladie d'Adrian qui avait fichu Chris par terre, l'apparente tristesse de Gabrielle, qui ne se confiait que très rarement, les frasques de fiançailles de Zach, la rupture de Jon, les études de Lizzie, les crises habituelles, et tout le reste. Finalement, seule Jane semblait encore dans un état à peu près normal.

C'était face à la détresse ambiante de la famille que Vivian avait décidé de convoquer une réunion Grayson. Son mari étant précisément indisponible ce jour là, elle avait décidé de convier ses enfants dans un chalet à la Montagne pour une nuit. Plus qu'une soirée forcée, arrachée à leurs quotidiens respectifs, elle avait réfléchi l'idée comme une réunion de famille surprise qui aurait pu leur donner l'occasion de se retrouver et surtout, de se recentrer - et pourquoi pas, de se confier un peu. L'occasion pour Chris d'exprimer sa détresse, l'occasion pour Aaron de présenter des excuses, pour Jon de se changer les idées. L'occasion d'autre chose.

Et l'armée Grayson avait pris l'invitation pour une corvée, pour une attaque. Sans doute aurait-elle dû annuler en voyant les commentaires s'enfiler sur Facebook. Là était vraisemblablement sa faute. Maintenir l'évènement en constatant qu'il ne faisait plaisir à personne était une mauvaise idée, mais elle avait persévéré, persuadée qu'elle réussirait à tirer quelque chose du week end.

Mais c'était sans compter la mauvaise volonté générale et l'absence totale de communication. Chacun de ses enfants, hormis Jane, avait contribué à rendre cette soirée catastrophique, renvoyant à Vivian l'image d'une famille déchirée se refusant de lui parler de ses problèmes. Et elle, elle avait détesté ça.

Vivian s'était sentie agressée, blessée dans son égo de mère, comme détrônée. Relayée au rang de mère abusive et autoritaire de celle qu'on défie parce qu'elles nous agace. Ce n'était pas ce qu'elle pensait être - et la seule idée qu'elle l'ait été dans l'esprit de ses enfants, même pour un week-end, lui était insupportable. Et elle ne pouvait s'empêcher de leur en vouloir. Alors, elle avait passé les derniers jours à s'occuper d'elle. A sortir, voir des amies, déjeuner avec Jane, faire du shopping, un spa. Evitant les jumeaux - jusqu'au soir où Jon avait fini par craquer pour lui demander un thé et lui parler de Ciaran. Vivian attendait patiemment que ses enfants s'excusent, ce que pour l'heure, aucun d'eux n'avait fait.

Ce soir, elle était sortie à un cocktail professionnel quelconque. Un SMS sur son téléphone - de son mari - lui indiquait que Lizzie l'attendait de pied ferme, et comme Vivian n'était pas cruelle et qu'elle ne voulait pas que sa fille attende trois heures sur le canapé, elle avait fini par écourter sa soirée pour rentrer. Elle n'était pas du genre à fuir les conversations, et était ouverte à toute forme d'argument. Quand elle passa la porte, Lizzie était effectivement là - un sourire gigantesque greffé aux lèvres, plantée devant elle comme si elle voulait se faire remarquer. Et lui donnant du mummy - qui attendrit un peu Vivian, d'ailleurs, même si elle ne le montra pas. « Hello Lizzie. You're not asleep? It's late », lâcha-t-elle en feignant une distance un peu indifférente. Elle retira son manteau pour le suspendre au porte-manteau et retira ses chaussures. « What's happening? »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
honesty is the best policy. right, mum? (w/ vivian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Damming the flood: Haiti, Aristide and the policy of containment.
» The Obama's doctrine of foreign policy
» [RU] Stall Policy !
» Policy Of Truth [Ethan - Hot - Terminé]
» Company with honesty is virtue, vices to flee; company is good and ill but every man hath his free will the best ensue. [PV Iconis, Drakeys et Meya.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: westbound to eastbound :: circle line :: kensington-
Sauter vers: