Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Dim 15 Oct - 1:23

Not welcome in their country, not welcome to their party.

Il faisait encore jour mais la fête battait déjà son plein sur Brick Lane. Rue réputée pour son marché aux épices, et point de rencontre de la communauté indienne de Londres, c’était tout naturellement ici que les célébrations pour Diwali commençaient déjà. La véritable fête n’était que le dix-neuf Octobre, mais en attendant la date exacte, certain avait voulu s’amuser. Musique indienne, vêtements colorés, l’on dansait dans la rue, on chantait par les fenêtres et des petits vendeurs en profitaient pour faire grimper leur chiffre d’affaire en vendant des sucreries aux plus affamés. Pas de feux d’artifice, ni de bougies, mais certain jouait à Holi en se lançant des poudres de couleurs. Ce n’était pas la saison, mais c’était festif et amusant ; puis ça attirait les touristes. Zahra, qui pour l’occasion avait enfilé un sari, se mêlait à la foule, tentant de trouver le point de départ de cette fête, d’où venait la musique. Une vieille amie, sur facebook, avait dit participé à l’événement ce qui avait suffi à piquer la curiosité de Zahra. Elle n’était pas venue pour retrouver son amie, non. Mais plutôt pour retrouver un petit goût de ce qu’elle avait laissé à Mumbai, et pourquoi pas un petit goût de célébrité. Car s’il devait y avoir un endroit en ville où l’on avait vu ses films et écouter ses chansons c’était ici.
Elle se rapprochait, lentement mais surement de l’endroit où un semblant de scène avait été installé et où, un homme avec un turban sur la tête, jouait les dj, debout derrière un ordinateur portable. La chanson qu’il passait, elle la connaissait par cœur. Elle connaissait chaque mot, chaque crescendo, et connaissait la danse sur le bout des doigts. Puisque c’était cette chanson c’était la sienne… ou presque. Ce n’était pas sa voix sur l’enregistrement, mais c’était son visage sur la pochette du cd, et c’était elle qui avait fait connaitre ce morceau en le mettant en scène dans un film à succès. Tout le monde connaissait les paroles et chantaient gaiement. Pourtant lorsque que certaine personne croisait son regard et la reconnaissait, ce n’était plus de la joie qui se lisait sur leur visage mais plutôt de la surprise et du dégoût, voir même de la colère pour certain. Rapidement, Zahra fut stoppé dans sa progression, tirer par le bras. Elle se retourna pour découvrir une fille, d’à peu près son âge, souriante qui lui demandait d’un signe vers son téléphone si elle pouvait prendre une photo avec elle. Une fois la photo prise, elle disparut dans la foule. Et c’est là que le cauchemar commença. Les regards se tournèrent vers elle, mais l’on y trouvait que tu mépris. Il était bien loin le temps où on la regardait avec admiration. « On n’veut pas de toi ici ! » Cria une femme. Une mère tirait sa fille par le bras, comme par peur qu’elle n’ose demander une photo à son tour. Un homme cracha juste à ses pieds, alors qu’un autre, plus jeune la fusillait du regard tout en attrapant une poignet de poudre orange. Zahra eu un mouvement de recul, bousculant quelqu’un qui lui pesta un « Watch it, bitch !» bien agressif. On la bouscula en retour, quelqu’un tira un coup sur le drap de son sari, on lui cria qu’elle ne méritait pas de porter cette tenue, qu’elle n’était pas indienne, qu’elle n’avait pas sa place ici. Pourtant il y avait tout un tas de touristes dans la foule, bien moins indien qu’elle. Mais non, c’était elle la cible. C’était elle qui c’était montrée irrespectueuse en directe à la télévision nationale, elle qui avait craché sur ce pays, insulté ce peuple qui l’avait pourtant si généreusement accueillit et qui avait fait d’elle une star. Alors, forcément, elle n’était pas la bienvenue ici.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Mar 17 Oct - 15:51

C’était son ami Adit qui lui avait parlé de la fête qui se tenait sur Brick Lane. Le jeune indien avait d’abord informé Casey, et puisque celle ci s’était montrée curieuse, il avait fini par lui proposer de s’y rendre avec lui. Propulsée dans cet univers qu’elle ne connaissait que grâce à son imaginaire et avec Slumdog Millionnaire comme seule référence, elle se sentait cependant comme dans un poisson l’eau, attirée comme un aimant par les jolies couleurs, tout comme les différentes odeurs qui ne cessaient pas de lui chatouiller les narines. Tu as dit que la fête s’appelait comment déjà ? Osa t-elle demander à Adit, qui lui répondit avec patience, Diwali. Par un mouvement de la foule, elle se sentit se faire décaler par la droite, accédant à certains stands qui évidemment avait été mis en avant pour l’occasion. Les gens se bousculaient parfois, mais cela n’avait rien à voir avec l’empressement des londoniens pour attraper leur métro ou leur bus, mais plutôt comme une réelle participation aux festivités.

Un vendeur finit par l’accoster, et Casey ne manqua pas de s’approcher pour voir les foulards qu’il lui proposait, aux mille textures et reflets. Elle s’attarda quelques instants pour les observer de plus près, laissant le bout de ses doigts glisser sur les tissus. Elle se retourna pour chercher Adit du regard, et ce fut seulement à ce moment là qu’elle se rendit compte que ce dernier avait disparut, ayant probablement poursuivit son ascension, sans vérifier si elle était toujours en train de le suivre ou pas. Elle releva le menton, dans l’espoir d’y voir un peu plus clair au milieu du monde, mais c’était évidemment peine perdu. Ce n’était sûrement pas le bon moment pour se perdre. Désespérément, elle l’appela plusieurs fois, sa voix se perdant au milieu du brouhaha ambiant. Des exclamations avaient tendance à s’élever néanmoins, et très vite, elle finit par reconnaître des insultes, ainsi que plusieurs injonctions. Désolée, dit-elle d’abord bêtement à l’intention d’un homme, parce qu’elle pensait que c’était à elle que l’on s’adressait, parce qu’elle était arrêtée au milieu du passage, pour chercher Adit. L’étonnement tout comme l’impatience que lui renvoya son regard lui fit comprendre qu’elle n’était pas la destinataire de ces remarques, ce qui la rassura. Elle repéra la malheureuse à qui on s’adressait et sûrement aurait-elle continué son chemin sans faire de vagues si elle n’avait pas constaté qu’en plus de tout, elle se faisait chahuter. Elle se faufila entre deux femmes pour arriver jusqu’à hauteur de la victime, scandalisée d’être la spectatrice d’une agression, car oui, pour elle s’en était une, sans personne pour la défendre. Sans hésiter, elle attrapa sa main, pour la mettre dans la sienne, dans le but de l’entraîner à sa suite. Je pense que maintenant vous pouvez laisser mon amie tranquille, merci. Clairement ce ne fut pas les bonnes paroles pour apaiser les tensions puisque à présent, nul doute que les expressions assassines lui étaient clairement adressées. Elle ne se démonta pas néanmoins, même si elle n’était pas des plus à l’aise, forcément, elle ne se sentait pas en position de force. Venez on s’en va, dit-elle à la brune et d’une démarche sûre et autoritaire, elle commença à chercher la sortie.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Mer 18 Oct - 15:05

Not welcome in their country, not welcome to their party.

Bousculée, chahutée, Zahra regrettait vraiment d’être sortie de chez elle. Pourtant la fête était agréable, la musique était bien et, jusqu’à présent, les gens étaient sympathiques. Mais c’était avant qu’ils ne la reconnaissent. À présent elle était comme l’ennemie numéro un, la personne à abattre, ou du moins la personne à chasser d’ici. Ça se bousculait autour d’elle, tout le monde voulait avoir sa chance, pouvoir lui dire le fond de sa pensé, la regarder dans les yeux et lui annoncer combien elle faisait honte à ce pays, combien elle avait humilié son peuple. Les insultes fusaient à une telle vitesse que Zahra n’avait pas le temps d’y répondre. Mais elle s’y essayait quand même. N’hurlant pas des excuses mais plutôt des justifications bancales, et soulevant le fait qu’ils avaient beau la haïr ils faisaient tout de même la fête sur ses chansons. Mais à quoi bon se fatiguer, ils étaient bien plus nombreux qu’elle et n’avaient de toute façon pas envie de l’écouter.
Puis rapidement elle sentit qu’on lui attrapait la main. Sur la défensive elle tenta premièrement de se libérer, voir même de repousser la personne qui l’attrapait, mais elle s’arrêta net en entendant ce que la jeune femme lâcha. Elle venait l’aider ? C’était tellement inattendu et inespéré que Zahra restait bouche bée, détaillant du regard cette jolie brune qui se faisait volontiers passer pour son amie. Aussi grande qu’elle, un visage de poupée et un air innocent, elle avait l’air profondément gentille. Inconsciente ? ignorante ? qu’importe, elle semblait vouloir la tirer de là, et Zahra remerciait intérieurement dieu pour avoir envoyé cette inconnue jusqu’à elle. Les regards noirs, qui jusqu’à présent n’étaient qu’à l’intention de Zahra, se posèrent sur sa sauveuse. En se présentant comme une amie, elle était mise dans le même sac que Zahra. Rajustant rapidement son sari, cette dernière ne quittait pas des yeux la brune, attendant un mouvement de sa part. Elle l’imaginait déjà renoncer, lâcher sa main et partir. Après tout, elle était certainement venue ici pour s’amuser et pas pour se faire cracher dessus ou bousculer par des inconnus énervés. Mais elle n’en fit rien. Visiblement déterminée, elle annonça à Zahra qu’elles partaient, avant d’entrainer la jeune métisse derrière elle. Evidemment on leur bloquait le passage à coup d’intimidations, de lancer de poudre de couleur et d’insultes. Zahra finit par prendre les devants, tirant la jeune femme dans une direction opposé, se faufilant dans la foule tête baissé. Elle connaissait bien cette rue et ses recoins, elle y venait souvent étant enfant, il était donc temps de faire marcher son petit cerveau pour trouver un coin tranquille et réfléchir à un moyen de rejoindre le métro. Longeant un mur, Zahra ne réfléchit pas à deux fois avant de s’engouffrer dans une petite boutique de vêtements traditionnels. Trainant toujours l’inconnue derrière elle, elle rentrant dans une cabine d’essayage, refermant violemment le rideau derrière elle, avant de se retourner pour planter ses yeux dans ceux de la jeune femme. « T’es folle ? » lâcha-t-elle essoufflée. Elle était perplexe et un peu énervée aussi. Elle ne savait pas trop quoi penser. Elle était reconnaissante qu’elle soit venue l’aider, mais agacée à l’idée qu’elle ait prit des risques pour ça. Qui sait ce qui aurait pu arriver, ou ce qui pouvait arriver maintenant qu’elle était fichée comme étant son amie par une bonne quinzaine de patriotes indiens en colériques. « T’aurai pu te faire tabasser. » Elle frotta le draps de son sari, recouvert de poudre avant d’ajouter d’un air grave : « Ou pire encore. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Jeu 19 Oct - 18:19

Devant les nombreuses réactions, Casey comprit très vite qu’elle devait probablement en train de se faire l’avocat du Diable. Peut être qu’après tout la femme dont elle était en train de prendre la défense était une dangereuse psychopathe, et qu’elle était en train de signer son arrêt de mort. Dans tous les cas, son instinct maternel pris le dessus, peut être que c’était ça d’avoir élevé toute une fratrie de jeunes délinquants, c’était qu’à présent elle était cette bonne samaritaine venant en aide aux plus démunis. Elle ne se démonta pas se disant qu’au milieu de cette foule compacte, elle ne risquait pas grand choses, surtout qu’en soi, elle n’avait rien fait de mal. Elle avait abandonné l’idée de retrouver son ami, et bientôt, elle sentit l’inconnue reprendre partiellement la maitrise de soi, et elles finirent par se diriger dans une boutique. Peu à peu néanmoins, elle repéra un rapport de force s’installer, ce qui l’a fit regretter un instant son geste. Et si cette nana était en fait VRAIMENT tarée et qu’elle était en train de tomber bêtement dans son piège ? Elles s’éclipsèrent bon gré mal gré dans une cabine d’essayage, où Casey réussit à se dégager enfin cette fois-ci. Drôle d’endroit pour discuter, fit-elle remarquer sur le ton de la conversation, mais elle n’en menait pas large. Son courage avait des limites, il était parfois un peu inconscient, comme elle l’avait prouvé, mais sa raison avait parfois tendance à vite reprendre le dessus. La pluie de reproches la laissa perplexe, elle ne s’était pas attendue à ce qu’on la place sur un autel à cause de sa bonne action, elle n’avait même pas fait ça pour son égo, mais quand même, juste merci et bonjour chez vous, c’était déjà pas mal. La montée d’adrénaline n’était pas complètement redescendue et aussi, elle ne se laissa pas impressionner. Elle tenta en tout cas de le faire croire. Pourquoi, c’est toi l’empoisonneuse dont tout le monde parle dans les journaux ? Elle fut étonnée elle-même de sa propre imagination. Elle regardait sûrement trop d’enquêtes criminelles sous sa couette, c’était un signe. Ecoute, je ne sais pas ce que tu as fait, et j’espère que t’as pas essayé d’enlever un gosse, sinon ça veut dire que je suis ta complice et c’est vraiment pas cool… ok elle divergeait peut-être un peu beaucoup du coup. Mais enfin bref, on casse pas la gueule à des gens dans la rue, sorry si j’ai trouvé que ce n’était peut-être pas mérité. Elle commençait malgré tout à avoir de sérieux doutes maintenant… Sa petite tirade lui laissa le temps de la dévisager assez longtemps pour croire que ses traits lui étaient pourtant plus ou moins familiers…  Je suis désolée, tu me rappelle vraiment quelqu’un, pourtant je suis pas sûre qu’on se connaisse.

Le mystère s’épaississait.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Ven 20 Oct - 18:42

Not welcome in their country, not welcome to their party.

Oui c’était effectivement un drôle d’endroit pour discuter, mais c’était l’idéal pour ne pas être dérangé. Après tout, le gérant de ce magasin aussi pouvait voir une dent contre Zahra, donc elle ne préférait pas prendre de risque. C’était plus sûr ici que dans la rue. Ses remarques sonnaient presque comme des reproches pourtant elle était vraiment reconnaissante que la jeune femme l’ait tiré d’affaire. Et au fond elle avait même envie de la remercier de vive voix. Seulement ce qui sortaient de sa bouche ne ressemblait en rien à un ‘merci’. Fierté mal placée ? ou simplement ça façon à elle de montrer qu’elle s’inquiétait pour cette jeune femme qui était visiblement inconsciente ? Difficile à dire. « Pourquoi, c’est toi l’empoisonneuse dont tout le monde parle dans les journaux ? » Zahra redressa la tête, les sourcils froncées. Elle était en train de la perdre. De quoi elle parlait ? Elle reprit la parole évoquant un kidnapping d’enfant et Zahra compris bien vite que la jeune femme n’avait aucune idée de qui elle était, ni de la raison pour laquelle on l’avait agressé en pleine rue. C’est sûr que sans cette information capitale, il fallait être fou pour venir l’aider. Elle aurait pu, effectivement, se retrouver complice de quelque chose qui la dépassait totalement, ou se faire tuer par Zahra dans une ruelle. Bon par chance elle était tombée sur une starlette ratée, donc elle ne risquait pas grand-chose, si ce n’est de regretter son geste, en se rendant compte que Zahra était plus arrogante que le commun des mortels. Quoi que, en cet instant, elle n’avait pas vraiment le cœur à se la raconter, puisque sa fierté venait d’être piétiné. « J’ai enlevé personne. Et empoisonnée personne. » dit-elle en tentant de se calmer un peu. « Où c’est que t’as lu ça d’ailleurs ? » ajouta-t-elle avant de retourner au sujet le plus important : elle. « Et non on n’se connait pas. » Elle marqua une courte pause avant d’ajouter, presque honteuse pour le coup. « J’suis un peu ... Enfin j’étais connu en Inde. » ça faisait mal de le dire. En soit elle était toujours connue là-bas, et pas qu’un peu, seulement elle n’était plus vraiment connue pour les mêmes raisons. Elle ne faisait plus la couverture des magazines, n’était plus dans aucuns spots publicitaires et, surtout, n’était dans aucuns films en salle. Mais elle avait su marquer les esprits, avec quelques rôles, quelques chansons, et puis… quelques mots de trop surtout. « Donc, si t’as une connexion internet, ou une passion pour Bollywood tu m’as peut-être déjà vu. » Mon dieu qu’elle était patiente. Si elle ne venait pas de se faire cracher dessus par une bande d’Indien elle aurait certainement joué les divas. Trop contente qu’une fille aussi pâle que celle-ci et aussi anglaise pense la reconnaitre. Ceci dit, c’était aussi à double tranchant : soit la jeune femme la connaissait et l’aimait. Soit elle la méprisait tout autant que ceux qui étaient dehors et elle allait la laisser là… ou pire dire à tout le monde où la trouver.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Sam 21 Oct - 15:14

L’imagination débordante de Casey lui jouait parfois des tours, c’était le moins qu’on puisse dire. Néanmoins, elle n’était pas toujours si loin de la vérité que ça, notamment quand ça concernait ses frères et sœur. Elle était d’ailleurs bien contente de n’avoir ramassé le corps d’aucun d’entre eux dans une des rues sombres de Londres, même si elle avait parfois dû les tirer de situations… pour le moins cocasse. Comme quoi, c’était à croire qu’elle aimait bien les causes perdues. Non pas que cette fille en soit une, à vrai dire, elle n’en savait rien, peut être que si, peut être que non. Elle ne tarda pas en tout cas à la rassurer, même si à la réflexion, elle n’allait sans doute pas lui admettre de but en blanc qu’elle était une dangereuse psychopathe prête à l’étouffer à coup de sari à la moindre opportunité venue. Dans The Guardian, lui apprit-elle cependant. Ca a fait les gros titres pendant plusieurs jours, ils sont à la recherche d’une femme soupçonnée d’avoir empoisonné au moins deux de ses maris. Enfin, tu vois, grosse ambiance. Elle écouta ensuite les explications de la jeune femme, et pour éviter de ne la dévisager trop longtemps, elle préféra utiliser la bonne vieille technique qui consistait à l’observer à travers la glace de la cabine d’essayage. Elle venait donc d’apporter son aide à une notoriété indienne, et elle avait fait la bêtise de ne pas le reconnaître, forcément, Casey se sentit un peu idiote. A bien y réfléchir, elle l’avait peut-être vu dans un film ou deux quand elle partageait une petite accalmie avec Bryan. En tout cas, elle n’allait pas manquer d’aller vérifier sur Wikipédia dès qu’elle en aurait l’occasion pour se renseigner. Oh cool ! Enfin, je ne sais pas si tu trouve que c’est cool d’être connue ou alors de plus l’être, enfin, j’ai jamais eu à gérer une quelconque célébrité tu vois, donc je sais pas ce que ça fait de devoir porter des grosses lunettes de soleil avec un foulard bariolé sur la tête, enfin voilà, se coupa t-elle d’elle-même en réalisant qu’elle était en pleine diarrhée verbale. Je suis Casey au fait. Elle ne lui retourna pas la question pour le pas la vexer, mais elle espérait qu’ainsi, la brune se présente à son tour. Sans son nom, elle risquait guère de la retrouver sur internet. Bon et alors, ils te voulaient quoi ces gens ? Malgré tout, elle n’était pas sûre de comprendre. Je peux tout entendre hein, t’inquiète pas, j’ai élevé mes cinq frères et sœurs, précisa t-elle, comme pour lui laisser comprendre que les histoires un peu louches et surtout pas très catholiques, c’était monnaie courante chez elle. Mais bon, au bout d’un moment, on s’habitue.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Sam 21 Oct - 16:13

Not welcome in their country, not welcome to their party.

Cette histoire d’empoisonnement avait fait les gros titres des journaux et quelques part c’était presque normal que Zahra n’en ai pas entendu parler. En dehors des magazines people, de Vogue et Cosmopolitan elle ne lisait pas la presse. Et lorsqu’elle cherchait quelques choses sur internet c’était plutôt son nom, histoire de se torturer un peu en regardant ce que certain site people indien pouvait bien raconter sur elle et son exile Londonien. Elle expliqua rapidement à la jeune femme avoir été connue en Inde. Ce n’était pas évident d’employer le passé, mais il fallait qu’elle assume et regarde la vérité en face. Et puis dire qu’elle était connue en Inde, alors qu’elle venait de se faire agresser dans le quartier indien… disons que ça sonnait un peu faux.
L’annonce de sa célébrité semblait ravir la jeune femme qui ne s’arrêtait plus de parler. Elle marqua une courte pause avant de se présenter et Zahra pouvait enfin mettre un prénom sur ce petit visage de poupée : Casey. « Moi c’est Zahra. » répondit-elle presque machinalement, avant que Casey ne reprenne la parole pour lui demander la grande question du pourquoi on l’avait agressé comme ça. Puis comme pour la rassurer elle précisa qu’elle pouvait tout entendre mais Zahra n’était pas sûr de vouloir parler de ça. Admettre à voix haute qu’elle avait merdé, elle avait déjà dû le faire, parce que son publiciste l’y avait forcé, et autant dire que ça n’avait pas été un moment plaisant. Alors elle hésita un peu, se demandant s’il valait mieux qu’elle lui mente en inventant une réalité alternative où elle n’était pas la ratée qu’elle était, ou qu’elle lui dise la vérité, histoire qu’elle ait sa version des faits et pas que ce ramassis d’idioties qu’on pouvait trouver sur internet. « Disons que...  » Elle réfléchit encore un peu avant de lâcher : « Let’s just say I’ve been really rude on tv, because i wasn't really myself, and people hate me for that. » C’était une bonne façon de résumer la chose. Personne ne savait, en dehors de son manager et son publiciste qu'elle était totalement arrachée ce jour là. En live à la télévision nationale, elle avait dit des trucs sans réfléchir, puis on lui avait interdit d'avouer qu'elle n'était pas dans son état normal. Parce qu'elle avait une image clean, de petite actrice prometteuse, idole des jeunes, donc il ne fallait pas qu'elle gâche ça. Conseille débile, puisque de simples excuses n'avaient rien arrangés et voilà où elle en était. « Donc on me bouscule dans la rue. » concluait-elle avant d’ajouter amèrement : « Si tu veux plus de détails google it. I’m famously known to be an ungrateful bitch. » Elle se recoiffa un peu avant de tirer légèrement le rideau pour voir ce qu’il y avait dans le magasin. Il lui fallait juste une casquette ou un châle, bref quelque chose pour se couvrir un peu plus et pouvoir ressortir sans être repéré trop rapidement. Elle n’avait pas envie de courir en tong jusqu’au métro. « Dis, Casey... » Elle referma le rideau pour se retourner vers la jeune femme. « Tu pourrais faire un peu de shopping pour moi ? » Est-ce qu’elle abusait un peu de la gentillesse de la jeune femme ? oui totalement. Est-ce qu’elle s’en rendait compte ? nooooon.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Sam 21 Oct - 21:12

Casey acquiesça brièvement, tout en se répétant mentalement son prénom dans la tête, s’imaginant déjà faire sa recherche Google « Zara actrice indienne » or something like that. Ce n’était peut-être pas très poli, et même un peu voyeur, et la jeune femme se sentit légèrement mal à l’aise à cette pensée, mais bon. Elle n’était sûrement pas la seule à le faire, se dit-elle pour se rassurer. En plus, si la fameuse Zara (sans h d’après elle) n’en savait rien, alors tout le monde était content. Oh mince, c’est vrai que c’est un problème. Elle préféra garder un ton neutre, plutôt que choisir une moue contrariée, simplement pour que la brune ne se sente pas encore plus merdique que cela semblait l’air. Elle préféra ne pas relever, mais effectivement, à présent sa recherche Google s’apparentait plus à « Zara actrice indienne scandale ». Elle se sentit en tout cas un peu embêtée pour elle, même si elle ne savait pas toute l’histoire, elle trouvait que c’était un peu fort en café d’être aussi violent à son égard. Aussi, la demande de celle-ci, son visage s’éclaira, ne voyant aucune malice dans sa requête, ravie de pouvoir rendre service à nouveau. Bien sûr, je peux faire ça ! Qu’est-ce que tu veux exactement ? Là dessus, elle quitta la cabine d’essayage le plus naturellement possible, autant dire que ce n’était pas gagné parce qu’elle jouait assez mal la comédie. C’est complètement con de se sentir coupable quand on a rien fait, se dit-elle dans le but de se ressaisir et de se faufiler dans la boutique, à la recherche des articles de Zara.

Elle dégota plusieurs pièces, notamment des foulards et des châles dont les couleurs pouvaient être susceptibles de bien s’accorder avec le reste de ses vêtements. Autant ne pas trop attirer l’attention non plus avec quelque chose de trop extravagant. Elle ne put s’empêcher de penser que c’était un peu triste d’en arriver là, et elle était bien contente de ne pas être à sa place, car les revers de la célébrité n’avaient pas l’air d’être très sympathiques à gérer. Puisque Casey avait parlé de lunettes de soleil tout à l’heure, elle en dégota une paire, qu’elle attrapa au vol. Libre à son amie ensuite de choisir si elle voulait s’en accoutrer, en plus du reste. Regarde, voilà ce que j’ai trouvé, lui présenta-elle, en se glissant dans la cabine de nouveau, peu de temps après. Elle installa les tissus sur les portes manteaux mis à disposition. Elle évita de laisser aller sa pensée à haute voix, mais elle trouvait cette petite séance shopping improvisée plutôt amusante. Elle n’était pas complice d’une criminelle, mais presque, ça en avait l’idée, et cela avait en fin de compte un petit côté amusant, de lui venir en aide. Je trouve que ce rouge qui tourne vers le bordeaux te va plutôt bien au teint, lui fit-elle savoir, en y ajoutant un petit sourire.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Dim 22 Oct - 12:13

Not welcome in their country, not welcome to their party.

C’était un problème. Oui, ce n’était rien de le dire. Et cette remarque neutre au possible arracha un faible sourire à Zahra. Elle s’imaginait que Casey ne voulait pas prendre parti et donc ne pas la juger trop vite, ce qui était plutôt honorable. Elle était décidément bien tombée. Elle aurait pu se retrouver avec une fangirl collante, un mec mal intentionné, ou simplement quelqu’un de bien sympathique jusqu’à ce qu’il ne refuse de l’aider davantage. Mais non, elle était tombée sur Casey qui semblait partante pour tout, ou presque. Ça rappelait à Zahra l’un de ses films, dans lequel elle jouait une fille de riche rêvant d’aventure, qui se faisait kidnapper et qui finissait par adorer cette vie de cavale. Une sorte de Stockholm syndrom pour les fans de road trip. Et il y avait un peu de ça chez Casey. Non pas qu’elle soit prise en otage par Zahra, mais elle avait vraiment l’air de prendre cette tâche de personal-shopper à cœur. Presque comme si elle était en sortie shopping avec sa meilleure amie. Elle avait l’air de passer un bon moment tout en ignorant le fait que dehors certaines personnes mal intentionnées devaient être en train de les chercher. « Châles, vestes, casquettes… Des trucs pas trop flashy pour me couvrir un peu. » Lui indiqua-t-elle. Et sans plus attendre Casey disparue derrière le rideau. Pendant ce temps Zahra étudia les le plan de google maps pour trouver le chemin le plus court pour rejoindre le métro, avant de défaire en partie son sari pour le porter différemment. C’est fou tout ce qu’on pouvait faire avec un tissu de cette taille ! Après quelques minutes Casey revint dans la cabine d’essayage avec des châles et des foulards et une paire de lunette. Zahra échappa un petit rire en les voyant, comprenant la référence à ce qu’elle avait évoqué plus tôt avec son histoire de célébrité portant de grosses lunettes de soleil. « Tu y tiens à cette histoire de lunette dit donc ! » Fit-elle remarquer en pouffant de rire. Casey se laissa aller à une petite suggestion concernant la couleur du châle pour lequel opté et Zahra attrapa le tissue de couleur bordeaux pour venir recouvrir ses cheveux. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas porter un voile pour sortir. Elle réutilisa l’une des épingles de son sari pour l’attacher solidement, avant d’attraper les lunettes de soleil pour les mettre sur son nez et se retourner vers Casey. « Tu me vois comme ça dans la rue tu te dis quoi ? » elle marqua une courte pause avant d’ajouter : « Réponse ‘A’ : cette personne à un drôle de style. Réponse ‘B’ : elle se prend pour une star. Ou, Réponse ‘C’ : quoi ? quel personne ? je sors juste pour m’acheter un bagel. » Ok, bon peut-être que elle aussi commençait à apprécier cette ridicule séance shopping.
Elle finit par faire un choix, optant pour ce châle bordeaux qui était de toute façon déjà sur sa tête et recouvrait 90% de ses cheveux. Elle sortit son porte-monnaie de son sac à main et confia quelques billets à Casey. « Tu garderas la monnaie en dédommagement. Parce que bon…tu rates quand même la fête à cause de moi.» On se rapprochait presque d’un ‘merci’, même si pour montrer sa gratitude elle lui offrait de l’argent.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Dim 22 Oct - 14:32

Si elle avait su qu’en se rendant à une fête indienne qu’elle allait rencontrer une célébrité qui venait de là bas, et qu’en plus, elle allait même devoir lui venir en aide. Elle se voyait déjà raconter cette histoire à Bryan, en espérant que celui-ci veuille bien la croire évidemment, mais en même temps, il la connaissait assez pour savoir qu’elle n’était pas une menteuse, même si elle avait une imagination débordante, et qu’elle en rajoutait parfois une couche. Elle avait ce don pour romancer les choses, en faire des tonnes, la paranoïa dont elle faisait parfois preuve dans certaines situations faisant le travail à sa place. En même temps avec sa petite ribambelle de frères et sœurs délinquants, il y avait parfois des raisons de virer un peu zinzin et s’imaginer toutes sortes de scénarios possibles, parfois pas tout à fait si éloignés que ça de la réalité. Hmmm, B, elle se prend pour une star. C’est bon, enlève les lunettes de soleil, c’était une mauvaise idée, finalement. C’était peut-être le moyen d’attirer l’attention plus qu’elle ne le voulait en effet, en tout cas avec ce modèle. Le but, ce n’était pas que Zara paraisse prétentieuse, mais plutôt qu’elle se fonde dans le paysage. Elle avait l’air d’avoir assez de problèmes comme ça, pour en plus en rajouter une couche.

Elle lui fit le pouce de la victoire avec un sourire lorsque la jeune femme ajusta une dernière fois son accoutrement, et parut un brin surprise, lorsqu’elle lui demanda de garder l’argent qu’elle lui donnait. Un simple coup d’œil lui permit de voir qu’il y en avait bien plus que ce que valait vraiment les accessoires. Hein, quoi ? Non, attend, je vais pas pouvoir, protesta t-elle parce qu’elle était bien élevée, avant qu’une petite voix ne retentisse dans sa tête, parce qu’elle était dans une position ou chaque livre était bonne à prendre malheureusement. Tu sais, j’ai perdu mon pote dans la fête, je vais sûrement devoir rentrer chez moi. En parlant d’Adit, peut-être qu’il avait finit par se rendre compte de son absence, et qu’il avait essayé de la joindre ? Elle dégaina son téléphone portable, et réalisa qu’il y avait en effet plusieurs messages de sa part, ainsi que des appels en absence. Prise dans le feu de l’action, elle avait totalement zappé qu’au départ, elle était accompagnée. Ah merde, je crois bien qu’il me cherche. Ca va aller tu crois ? demanda t-elle à son interlocutrice. Hors de ce quartier où elle n’était clairement pas la bienvenue, il y avait peut-être peu de chances qu’elle se fasse importuner une fois qu’elle l’aurait quitté. Tu sais quoi, je n’aurais jamais pensé passer cette fête comme ça en tout cas ! Ce n’était sûrement pas l’image traditionnelle que devait renvoyer Diwali, mais elle devait bien admettre que ce retournement de situation avait eu un petit côté excitant.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 28
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Alia Bhatt
▪ âge : 24 ans
▪ statut : En couple avec un gars qu'elle a laissé en Inde. Donc... célibataire (?)
▪ occupation : Ex-Bollywood star, now unemployed failure

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   Dim 22 Oct - 15:45

Not welcome in their country, not welcome to their party.

Zahra retira les lunettes de soleil, hochant légèrement la tête. « Pour une fois j’ai pas vraiment envie d’attirer l’attention. » Lâcha t-elle en esquissant un petit sourire. Autant en rire. Un simple châle suffirait. Elle sortit quelques billets de son porte-monnaie. Billets que Casey refusa poliment, mais Zahra ne voulait rien savoir. « Si tu peux. Suffit d’y mettre dans ta poche c’est pas compliquer. » Insista-t-elle en refermant la main de la jeune femme sur les billets. Elle rangea son porte-monnaie alors que Casey lui expliquait être venue ici avec un ami qu’elle avait perdu dans la foule. Puis comme si ça ne lui traversait l’esprit que maintenant, elle sortit son portable pour voir si ce dernier n’avait pas tenté de le contacter. Elle allait la laisser là pour rejoindre son ami, et une petite part d’elle ne voulait pas la voir partir. Mais ce serait égoïste que de la retenir, surtout qu’elle en avait déjà fait beaucoup. « Oui ça ira. T’en fait pas. » Puis elle marqua une petite pause avant d’enfin dire : « Merci. » C’était sincère, parce qu’il était rare de rencontrer quelqu’un d’aussi sympa et ouvert d’esprit que Casey. Zahra rajusta une dernière fois sa tenue avant de tirer sur le rideau de la cabine d’essayage pour en sortir. « Moi non plus tu vois… je pensais que j’allais pouvoir passer un bon moment, et enfin de compte je vais devoir rentrer chez moi. » Il y avait évidemment un peu d’amertume dans sa voix. Et une toute petite part d’elle regrettait presque d’être célèbre. Même si sans sa carrière elle n’aurait jamais fêté Diwali, ou tout autre fête hindu for that matter. « Bon… nos chemins se séparent ici. J’étai ravis de faire ta connaissance Casey. » Plus de politesse qu’autre chose, elle n’aimait pas trop ce genre de moment un peu emotional où il fallait se dire au revoir. Casey allait payer le châle, histoire que Zahra n’ait pas à discuter avec un autre être humain, puis elles allaient toute les deux se séparer une fois à l’extérieur de ce magasin. Peut-être même qu’elles ne se reverraient plus jamais. C’était un peu triste, mais en même temps peut-être mieux ainsi. Si elles venaient à être vraiment amies, Zahra allait abuser de la gentillesse de Casey chaque jour que dieu fait et cette dernière n’avait certainement pas besoin de ce genre de relation toxique dans sa vie.



HJ : ça clôture, I think (?)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
There's glitter on the floor after the party, Girls carrying their shoes down in the lobby.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Not welcome in their country, not welcome to their party. (Casey/Zahra)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This is how you develop a country by research and development.
» Coco Country Band
» Jump Smokers vs Coco Country Band
» [Libre] Country Road... ♫
» OFFROAD DAY EXC - Honville Cross Country 18 /19 octobre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: westbound to eastbound :: district line-
Sauter vers: