avant que le soir ne se pose ▬ Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 111
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: avant que le soir ne se pose ▬ Jane    Dim 8 Oct - 13:21

Maintenant qu'il commence à aller un peu mieux, Andrea réalise que son emploi du temps est trop chargé. La fuite organisée pour tenir les problèmes éloignés, mais la tristesse, aussi, l'a contraint à accepter une quantité redoutable de dossiers, à s'investir dans les associations du quartier, à accepter des choses qu'il aurait dû refuser. Parce que, s'il va mieux, il n'en reste pas moins fatigué, épuisé même, certains soirs. Et qu'il est toujours père de famille, même si Grace a grandi. Plus sans doute maintenant que jamais. Avant, même si Tristan ne prenait pas vraiment l'ouvrage à coeur, ils se partageaient la tâche et Andrea était rassuré dans ses capacités par le soutien de Tris. Aujourd'hui, Grace se sent triste et coupable du divorce de ses parents et malheureusement, Andrea parvient difficilement à la convaincre qu'elle est hors de cause - sans mentionner le fait que les choses n'ont pas l'air si roses à l'université. Quelque part, même s'il a toujours voulu s'éloigner le plus possible du modèle représenté par son père, Andrea en a sans doute conservé certains traits qui font que Grace ne s'autorise pas réellement à se confier à lui. La pudeur qu'ils éprouvent chacun les garde un peu à distance l'un de l'autre, et si Andrea essaie tant qu'il peut de mettre des mots sur ce qu'il ressent, on ne peut pas franchement dire qu'il se soit transformé en livre ouvert. Alors il fait de son mieux, en se blâmant d'avoir accepté de jouer sur tous les fronts comme si son emploi du temps ne demandait qu'à être rempli sans jamais lui laisser le temps de se reposer. Il en a un peu besoin, pourtant, et la maladie ne l'aide pas franchement à maîtriser ses sautes d'humeur quand il est fatigué.

Heureusement pour lui, il a quitté le travail tôt, ce jour là, et il est rentré directement chez lui. Grace n'est pas là ce soir et c'est Jane qui prend le relai et vient dîner, et sans doute regarder tout un tas de prestations musicales avant qu'ils ne s'effondrent tous deux dans le sommeil - parce qu'ils sont tous les deux de gros bosseurs. Si le divorce a apporté une chose positive dans la vie d'Andrea, c'est qu'il lui a libéré du temps pour qu'il s'occupe dignement de cette amitié de longue date qui le sauve un peu aujourd'hui. Il ouvre la porte quand elle sonne d'ailleurs, arrêtant le four dans lequel cuisent des assortiments de légumes qu'il a fait comme un chef - qui eut crû qu'il cuisinerait, d'ailleurs. "Hello", il lance, sourire aux lèvres, en la voyant dans l'encadrement de la porte. Son anglais est parfait mais il n'a jamais totalement gommé le léger accent français qui trahit encore, après toutes ces années son pays d'origine. "Come in. I'm happy to see you".

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 2
▪ dispo pour un rp ? : yes.
▪ avatar : lea michele.
▪ âge : thirty-one.
▪ statut : single.
▪ occupation : west end performer.

MessageSujet: Re: avant que le soir ne se pose ▬ Jane    Sam 14 Oct - 16:28

La vie est une drôle d'aventure. Un jour, tu es en train d'étudier le fonctionnement du système immunitaire dans ses détails les plus complexes, persuadé que c'est ta vocation, ton futur. Et puis te voilà devant une feuille d'examen, incapable de répondre à des questions sur des cours que tu connais pourtant par cœur, réalisant qu'en fin de compte, cette voie n'est pas la tienne. Alors tu décides de tout plaquer pour ta vraie passion. Tu repars à zéro ou presque, à 22 ans. Et huit ans après, tu ne regrettes pas un instant les bas que tu as connus, parce que sans eux il n'y aurait pas eu de hauts, pas vraiment. Si j'ai appris quelque chose dans mon existence c'est qu'il ne faut pas avoir peur du changement. Quand on veut quelque chose, il faut saisir l'opportunité et ne pas se laisser limiter par ses craintes. Il faut juste du travail et de la détermination. Et ça s'applique autant à la vie professionnelle que personnelle. Est-ce que je continue de ranger toute ma collection de disques par ordre alphabétique ? Est-ce que je revérifie toujours au moins une fois que j'ai bien fermé la porte avant de dormir ? Est-ce que j'ai besoin de toujours préparer le thé de la même manière, dans le même ordre, à la même heure ? Oui, oui et oui. Mais j'ai appris à faire de cette façon particulière qu'a mon cerveau de fonctionner un avantage, plutôt qu'un problème. L'organisation est ma première nature, et elle m'aide à rester on top of my game. Et puis, je fête aussi les petites victoires. Comme, par exemple, accepter que quelqu'un d'autre que moi touche à mes CDs, même s'il risque de chambouler mon système de rangement. Ou encore boire un thé que je n'ai pas préparé moi-même, à une heure différente de mon rendez-vous habituel. Et si je réussis à avancer, jour après jour, depuis des années, c'est avec l'aide de mon psychiatre de longue date - qui n'est pas mon père, d'ailleurs, même si c'est sa profession, son amour pour sa fille unique lui a longtemps fermé les yeux à son trouble obsessionnel compulsif - et aussi grâce au soutien et à la patience de mes proches. Qui ne sont pas si nombreux que ça, d'ailleurs. Dans l'aventure qu'est la vie, les gens apparaissent et disparaissent, parfois sans explication, parfois par manque de temps, et seuls quelques uns finissent toujours par revenir. Comme mon meilleur ami, Andrea, que j'ai retrouvé pour de bon, cette fois-ci, j'espère. On ne s'est jamais complètement perdus, à vrai dire. Il me donnait toujours de ses nouvelles, je lui donnais des miennes. Quand on tient vraiment à une personne, on arrive toujours à lui consacrer un petit moment, be it even un rapide coup de fil ou un texto.

Néanmoins, les circonstances qui nous ont rapprochés à nouveau sont loin d'être celles que j'aurais espérées. C'est un divorce, le sien, il y a un peu plus d'un an, qui en est à l'origine. J'ai dû voir Andy, cœur brisé, essayer de s'en sortir et de faire que sa fille aille aussi bien que possible, comme il pouvait. Et c'est donc naturellement que j'ai déboulé dans sa vie sans lui laisser le choix, comme avant. Thés, déjeuners, dîners, dès que possible. Parce que la solitude est l'ennemi. Et je ne pouvais supporter de le savoir seul dans sa bataille. Aujourd'hui, il va mieux, certainement. Mais il traîne toujours sa peine. Entre deux rires, je revois parfois la tristesse avec laquelle il continue de vivre, au fond.

C'est justement lui que je vais, ce soir. Je suis en repos pour deux semaines avant que les répétitions ne reprennent pour le prochain spectacle dans lequel je suis, et j'en profite pour me consacrer à des projets divers et variés, comme un petit concert prévu avec quelques vieux amis de la London school of arts dans quelques jours. Mais aussi pour passer plus de temps avec mes proches. Je fais retentir la sonnette, boîte de brownies faits maison en main. A peine le temps de compter jusqu'à sept, que la porte s'ouvre. « Hello », m'accueille mon ancien penpal, avec un sourire. Je lui souris à mon tour, ravie de voir sa bouille, comme toujours. « Come in. I'm happy to see you. » « Hiii! » J'avance, lui claque une bise sur la joue. « And so am I, my dear. So. am. I. » Je lui tends ma participation au repas du soir. « Here. Fresh off the oven! Low in sugar, high in love. » Je me défais de ma veste et mon écharpe, que j'accroche par habitude au portemanteau.  « Hmmm, it smells amazing. What have you got for us tonight? » Sans attendre de réponse, je fais déjà mon chemin vers la cuisine d'où émane cette bonne odeur de... légumes ? Oui, mais lesquels ? « There are definitely potatoes in the mix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 111
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: avant que le soir ne se pose ▬ Jane    Dim 15 Oct - 19:20

Il n'aurait jamais pensé se mettre un jour à cuisiner quoi que ce soit. Pour être totalement honnête, quand il était marié avec Tristan, la flemme les poussait plutôt à connaître par coeur un certain nombre de numéro de téléphones de restaurants acceptant de livrer aux alentours de leur domicile. Plus rarement, Tristan se tentait à réaliser une omelette ou un plat de pâtes, et lui quelques morceaux de viandes et deux trois légumes vapeur. Plus souvent, ils commandaient ou fréquentaient des restaurants assez luxueux comme les deux insupportables gosses de riches qu'ils étaient. Mais désormais, Andrea est une espèce de père de famille seul, et il n'a pas franchement envie que Grace ne passe sa vie à manger des choses à emporter. Alors, même si la tradition et leur amour pour la cuisine japonaise veulent qu'ils commandent régulièrement à manger, il s'essaye quand même à un peu de cuisine rudimentaire, le tablier glissé sur les hanches et les plats enfournés dans son four hors de prix après qu'il ait passé une bonne demi-heure à déchiffrer les recettes et à angoisser d'avoir manqué une étape. On n'est pas perfectionniste pour rien, et malheureusement, la plupart du temps, ce perfectionnisme habite tous les domaines. Andrea aime être bon - si ce n'est le meilleur - dans ce qu'il entreprend. C'est comme ça, il n'a pas le choix. Son éducation lui a inculqué ces valeurs là.

« Potatoes and a lot of other vegetables I spent an hour peeling », il répond, amusé. « Thanks. I bought vanilla ice-cream to go with those », il précise, avant de ranger précieusement la boîte - pour l'instant, ils ont un tas de légumes à manger avant de passer au dessert. « I hope it's going to be good - you know how bad I was at cooking. Well, bad isn't exactly the word. Maybe... inexperienced would fit my situation better », il ajoute en haussant une épaule. « What do you want to drink ? » Il a sorti une bouteille de vin qu'il destine notamment à son propre usage - il compte se détendre, ce soir, après tout, et a grandement diminué sa consommation d'alcool depuis qu'il a réussi à sortir la tête de l'eau. En plus, prévoyant, il a pris ses médicaments il y a deux heures déjà, histoire d'éviter les mauvaises surprises. Il ouvre le frigidaire pour qu'elle puisse choisir, puis l'avise à nouveau, une fois leurs breuvages respectifs remplis. « So, how are you? How are things? »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: avant que le soir ne se pose ▬ Jane    

Revenir en haut Aller en bas
 
avant que le soir ne se pose ▬ Jane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Une bataille Fratricide dans les plaines du Riddermark

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: westbound to eastbound :: circle line :: kensington-
Sauter vers: