last time I checked we were apart anyway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: last time I checked we were apart anyway    Dim 8 Oct - 1:08

Il est rare que Ciaran ne traine dans les couloirs du Casino. D'habitude, il se contente de faire son travail pour organiser, superviser, gérer. Le tout dans l'ombre d'une chambre ou d'un agenda, à distance de ces pièces immenses et luxueuses qui lui rappellent quelle est la fortune de son père. La fortune dont il a été privé, pour se taper une enfance pourrie avec une mère folle et rancunière, aigrie. Persuadée qu'il était le seul responsable de l'échec de son mariage. Toujours est-il que Mark Hardy ne porte pas vraiment son fils dans son coeur, que William s'en fiche légèrement et que Ciaran a donc pour mission - et pour but ultime - de se tenir discret. Ce soir, cependant, il s'est autorisé un écart de conduite. Il sait de source sure que le père Hardy n'est pas en train de roder derrière les écrans des caméras de surveillance, parce qu'il est dans un sale état et que visiblement, il a été contraint de garder la chambre. Alors Ciaran en profite pour intégrer ce monde qui n'est pas vraiment le sien et auquel il aimerait pourtant tellement appartenir.

Ce monde qui a entrainé sa dernière rupture en date avec un Jonathan ulcéré de découvrir qu'il gérait l'agenda de prostituées. Alors ils ont rompu, encore. Et depuis... depuis, Ciaran n'a plus de nouvelle, et son égo l'empêche d'en prendre. La vérité, c'est qu'il en a un peu marre, aussi. Un peu marre de dépendre des sautes d'humeur et des états d'âme de Jonathan. Un peu marre des idées conçues et de la morale du jeune garçon qui a grandi dans une bulle de protection dorée le privant, sans doute, de la dureté du monde extérieur. Ciaran n'est pas sûr de pouvoir supporter ça d'avantage, l'absence de dialogue ou de compréhension, la peur de se confier, de dire les choses. Il n'a pas envie non plus de faire des sacrifices pour une relation aussi fragile qu'un service en porcelaine, et même si son coeur lui fait atrocement mal à l'idée de penser que Jon l'a rejeté à nouveau, il ne peut pas se résigner à aller s'excuser encore. Et c'est d'ailleurs tandis qu'il pense au jeune blond que ses yeux se posent sur lui, machinalement. Ciaran sursaute et il lui faut quelques secondes à peine pour s'approcher de lui à pas rapides. "Qu'est-ce que tu fous là?" il demande en penchant la tête. "Tu devrais pas être ici, c'est pas un endroit pour toi", il réplique, fermement. A une époque, Ciaran avait envisagé - avant de le connaître - de tenter de recruter Jon, et nul doute que si lui y a pensé, d'autres le feront aussi.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : yep
▪ avatar : rj king
▪ âge : 24
▪ statut : fraîchement célibataire
▪ occupation : en doctorat en littérature

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Mer 11 Oct - 22:28

Jon sait qu'il ne fait que de prendre de mauvaises décisions. Les regards juge de sa sœur et de certains membre de sa famille le lui font bien comprendre. Sa relation avec Ciaran n'est certes pas de celles qu'on envie ou même que l'on peut idéaliser pour être honnête, mais force est d'admettre qu'il ne peut pas simplement tirer un trait sur celle-ci en prétendant que tout va bien et que cette rupture ne l'affecte pas profondément. Ciaran représente cinq ans de sa vie, cinq ans pendant lesquels il s'est construit sans jamais avoir à faire face à la solitude, une solitude avec laquelle il compose difficilement malgré ce qu'il prétend auprès de ses proches ou sur les réseaux sociaux. Aussi c'est sans grande surprise que dans un élan de provocation il a fini par se rendre au casino ou travaille son frère, bien qu'il ne l'ait bizarrement pas croisé près du bar ou il est censé servir. Si il n'a pas très envie de percer à jour les secrets de Zach, il ne peut pas s'empêcher de s’intéresser à ceux de Ciaran puisque lesdits secrets ont fini par faire voler en éclat leur relation. Alors il s'installe confortablement, se demandant pourquoi l'endroit a tant d'importance pour son ex boyfriend. Jon ne s'y sent honnêtement pas vraiment à l'aise, mais il a envie de comprendre, alors il commande un verre jusqu'à ce que Ciaran en personne vienne l'interrompre de façon plus ou moins agressive. « La curiosité. Comme tu dis, c'est pas un endroit pour moi alors il fallait absolument que j'y aille. » Jon lance un peu blasé cela dit. « Un verre ne va pas me tuer, je suis majeur. Je voulais juste voir par moi-même. » Pas comme le soir de leur rencontre par exemple. Ciaran sait qu'il y fait subtilement référence. Ils se connaissent trop bien pour ne pas réussir à interpréter correctement les petites allusions faites par l'un ou par l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Sam 14 Oct - 23:48

Ciaran s'agace de cette énième provocation du blond, même si au fond, il sait ce que la présence de Jon veut dire. Ca signifie que Ciaran lui manque, qu'il est prêt à revenir, qu'il fait un premier pas même s'il est naturellement hors de question de l'appeler ainsi. Pour autant, l'agacement ne le quitte pas vraiment. Il fait tout de même signe au barman de leur apporter deux verres et soupire. "Donc tu me quittes parce que je fréquente cet endroit et puis tu viens y trainer pour voir ce qu'il se passe ?" il demande, ignorant volontairement les sous-entendus de la dernière phrase. Ciaran n'aurait jamais laissé Jon travailler ici, pas après l'avoir rencontré. Parce que même s'il aimerait pouvoir jouer la distance froide, la tête sur les épaules et tout le reste, il doit bien le reconnaître ; la première soirée qu'ils ont passé ensemble est aussi celle où il est tombé sous le charme du blond, si l'on peut dire les choses ainsi. "J'ai beaucoup de travail, je n'ai pas le temps pour une énième dispute. Même si tu n'as pas envie de me croire, même si tu portes un dédain sans fin à ce que je fais de ma vie, sache qu'il y a des personnes qui comptent sur moi pour assurer leur sécurité et que ça nécessite que je sois concentré sur ce que je fais". Le barman dépose deux gin tonic devant eux qu'il règle sans demander son reste. "Je peux pas être concentré si t'es dans le coin," il ajoute en soupirant un peu, agacé et attristé par cette seule réalité. Il aimerait qu'au moins Jon ne le torture pas et qu'ils puissent rompre comme les autres couples. Il est fatigué de ces disputes sans fin, de ces ruptures fréquentes et des réconciliations fragiles.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : yep
▪ avatar : rj king
▪ âge : 24
▪ statut : fraîchement célibataire
▪ occupation : en doctorat en littérature

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 0:19

Jon sait qu'il n'est pas logique, pour autant est-ce qu'on peut vraiment attendre ça de quelqu'un d'amoureux ? Les gens font des mauvais choix, prennent des décisions qui vont les rendre malheureux mais c'est rarement par pure logique qu'ils agissent. Ils écoutent leur cœur, même si celui-ci leur dicte souvent n'importe quoi au final. C'est le cas de Jon qui désapprouve cet endroit et tout ce qu'il représente, mais qui ne supporte pas la solitude, le rejet... Ciaran a l'air de se satisfaire de cette situation. Pas de réconciliation sous l'oreiller, pas de discussion à cœur ouvert ; rien. Tout ça lui convient, ou tout du moins, contrairement à Jon, il sait s'en accommoder ou faire semblant. Jon n'y arrive pas. C'est un gamin dans un corps d'adulte et maturité est son point faible il le sait. Alors il est là, a rechercher la présence de l'homme qui a partagé sa vie beaucoup trop longtemps, comme un drogué qui n'aurait pas sa dose journalière. Il est pitoyable, mais trop manipulable pour s'en rendre compte. Sa présence ici n'a rien de logique non. Le cœur a ses rasons que la raison ignore. « J'essaye de comprendre. » Mais il n'y arrive décidément pas. « J'essaye de comprendre ce que tu trouves à cet endroit. Pourquoi un vrai job ça t'intérésse pas. C'est le fait qu'ils ont tous besoin de toi ? » Sûrement, Ciaran as well has issues bigger than Russia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 0:38

Ciaran soupire et roule des yeux, tirant le tabouret à côté de celui de Jon pour s'y laisser tomber mollement. Visiblement, il ne va pas pouvoir retourner travailler tout de suite. Alors il attrape le verre que le barman lui a servi pour en avaler une gorgée, sans trop savoir pourquoi il doit donner des explications à Jonathan, qui de toute façon est son ex. Et même si Ciaran l'aime, il doit bien admettre qu'ils sont grandement incompatibles, que plus le temps passe, plus ils se disputent. La famille Grayson ne le porte pas dans son coeur et il ne sera sans doute jamais le gendre ou le beau-frère idéal. Il serait mieux pour tout le monde que cette histoire s'arrête là et que Jon trouve quelqu'un de plus stable, de plus gentil. Quelqu'un de mieux. « J'aime cet endroit. J'aime les gens qui travaillent ici, l'ambiance qui s'en dégage. J'aime prendre soin des gens comme je le peux. Ca n'a rien à voir avec le fait qu'ils aient besoin de moi, je pense qu'ils se débrouillent très bien tous seuls, d'ailleurs. C'est moi, c'est un sentiment égoïste d'attachement à l'endroit, même si c'est mal, même si c'est pas idéal. Les gens qui bossent ici l'ont choisi, et ils sont comme une famille. T'as jamais eu besoin de te trouver une famille de substitution, toi, Johnny, parce que ta famille est présente au quotidien et qu'ils remplissent tous parfaitement bien leurs rôles. Mais moi quand ma mère m'a jeté dehors et que Will m'a suggéré de bosser ici, c'est tout ce que j'avais. Je m'attends pas à ce que tu comprennes, pas même à ce que tu pardonnes. Les choses sont comme elles sont, point final », il réplique en avalant une nouvelle gorgée de son verre.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : yep
▪ avatar : rj king
▪ âge : 24
▪ statut : fraîchement célibataire
▪ occupation : en doctorat en littérature

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 1:09

Jon l'écoute parler, et il connaît fatalement assez bien Ciaran pour comprendre ce qu'il veut dire. Le blond n'est pas stupide, et il a des qualités de compréhension que la plupart des gens ne lui soupçonnent pas d'ailleurs, mais tout comme Ciaran, il y a des choses qu'il ne peut pas changer à propos de lui même. Le fait qu'ils éprouvent tous les deux des sentiments très forts l'un pour l'autre est une évidence, mais de plus en plus, ils finissent toujours par se demander si ça sera suffisant à terme. Dans le fond, il n'y a pas besoin d'avoir un QI exceptionnel pour voir que quelque chose dans leur relation ne tourne pas rond, que leur façon de voir les choses à tous les deux bien que respectable en somme, sont fondamentalement incompatibles. Ils attendent tous les deux beaucoup trop de l'autre, et tragiquement quelque chose qu'ils ne sont pas forcément en mesure de s'offrir. La réalisation est difficile, mais Jon ne peut pas s'empêcher de hocher la tête. Ciaran belongs here, et il ne peut pas exiger qu'il tourne le dos à ce qui lui reste de famille, ou même à ce qui lui donne l'impression d'être à sa place, ce serait cruel. Ciaran le ferait sans doute, but it wouldn't be right. Pour ce qui est de Jon, il ne peut pas le forcer à grandir trop vite, ni même renier ce qu'il est non plus. « Je comprends. And I love you, mais ce monde c'est le tien pas le mien. I'm not sure we can make it work. J'aimerai bien tu sais ? Mais peut être qu'on attend beaucoup trop l'un de l'autre... » Jon ne sait pas quoi faire. « I don't want to be my brother Aaron. » Il explique en haussant une épaule. « Ca n'a pas marché pour lui. Il ne se sent à l'aise ni avec nous, ni avec elle. » Jonathan se sent tellement las et déprimé soudainement. Il ne voit pas de solution se dessiner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 12:55

La colère le quitte en même que Johnny jette l'éponge sur les résidus d'espoir de leur relation. Ciaran comprend, aussi. Il y a la famille de Jon qui doit grandement le désapprouver, il y a le contexte, les études, le manque d'argent, et tout un ensemble de choses qui font que leurs deux mondes n'ont finalement que très peu en commun. Il aurait préféré y croire, il aurait préféré rester énervé d'avoir été quitté pour la énième fois de leur relation, attendre que Jon revienne et que les choses reprennent leur cours normal une fois de plus. Le discours qui quitte la bouche du blond sonne définitif, cela dit, et Ciaran termine son verre cul-sec pour avoir la force de poursuivre cette conversation ; commandant une nouvelle boisson d'un claquement de doits. « Je vois », il répond doucement. Il connait les problèmes d'Aaron. Il connait aussi l'opinion de bon nombre des membres de la famille Grayson sur lui. Il sait qu'il n'y aura jamais sa place et que c'est sans doute mieux pour le blond s'il se fait une raison dès maintenant. « C'est fini pour de bon, alors ? » Ciaran demande, tentant de garder le contrôle de son coeur qui s'agite. Il n'en veut pas à Jonathan, mais finalement, voilà une personne de plus qui abandonne, qui lui tourne le dos parce qu'il est trop compliqué, pas assez bien, pas assez standard ou dans les cases. Comme sa mère, son père, sa famille, comme les gens. Cinq années plus tard, rien n'a réellement changé ; il est toujours ce type peu recommandable qu'on laisse volontiers de côté. Rien à voir avec William, qui pourtant travaille lui aussi dans ce milieu étrange. Heureusement pour lui, le peu d'amour propre qui lui reste et sa dignité blessée une fois de plus se battent ensemble pour lui éviter la déconvenue de la tristesse apparente. Il avale le verre qu'on lui apporte à nouveau et prend une inspiration nerveuse. « Je préparerai tes affaires, il m'en reste encore », finit-il par répliquer en hochant la tête, une fois qu'il est sûr que la boule qui occupe sa gorge ne l'empêchera pas d'articuler correctement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : yep
▪ avatar : rj king
▪ âge : 24
▪ statut : fraîchement célibataire
▪ occupation : en doctorat en littérature

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 14:46

Ciaran a l'air fatigué de toutes ces disputes, et Jon le comprend bien, malgré son jeune âge, passer cinq ans à se disputer et à se réconcilier peut devenir pesant à force. Pour être honnête, il ne sait même pas comment répondre à sa question. Son cœur lui fait mal, c'est indéniable. Jonathan a des sentiments pour Ciaran qui ne s'envoleront pas du jour au lendemain. Lorsqu'il essaye de s'imaginer avec quelqu'un d'autre, il doit bien avouer que son imagination ne va pas bien loin et le ramène presque systématiquement à lui, cet homme qui est finalement son premier amour même si leur avenir ensemble est inévitablement compromis. Pour le blond, c'est compliqué, indéniablement. D'un côté il y a sa famille parfaite, ces couples qui s'aiment et son prêts à affronter à peu près tout ensemble, de l'autre il y a ceux ne s'en sortent pas au contraire et viennent prouver que l'incompatibilité n'est pas la par simple effet décoratif et qu'il serait stupide d' ignorer les signes qui le ramènent toujours à la même conclusion. Jon ne peut cependant pas s'empêcher de penser que ces cinq années valent forcément qu'il s'accroche, qu'ils tentent au moins de trouver une solution. Le problème de toutes ces solutions vient du fait qu'elles nécessitent des compromis qu'ils ne sont pas prêt à faire. Jusque là, Jonathan ne s'était pas rendu compte de l'importance du casino dans la vie de Ciaran. Alors évidemment découvrir l'existence de cette variable qu'il n'avait pas inclus dans l'équation rend les choses encore plus difficiles qu'elles ne l'étaient déjà. « Je ne sais pas, Cia. Je suis perdu. » Il lui avoue bien honnêtement en plongeant son regard dans le sien. « La situation ne te convient pas non plus. Ce n'est pas juste moi. Je te suffis pas, t'as besoin de ce casino, de ces gens. It's who you are.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Dim 15 Oct - 18:48

Ciaran soupire et finit par hocher tristement la tête.  « C'est pas ça, mais j'ai besoin d'eux. Autant que j'ai besoin de toi, cela dit », il finit par lâcher en glissant une main dans ses cheveux, las.  « Mais je sais bien que je n'ai rien à faire dans ton monde, que la plupart des membres de ta famille doivent m'avoir en horreur et que je ne ferai jamais partie de ton univers. Je sais aussi que tu détestes cet endroit et ce que ça fait de moi. Je ne suis pas idiot », il réplique.  « Si j'étais comme Chris, ou comme Adrian, peut être que ça ne me poserait aucun problème de te voir flirter avec tous ces gens, errer dans les bars, faire toutes ces choses normales et de ton âge, mais je ne suis ni l'un ni l'autre et je n'ai pas assez confiance en moi pour être indifférent. C'est trop difficile », il finit par lâcher, à regret, tenter de s'ouvrir un peu sur ce qu'il en pense réellement. Parce qu'il n'est pas juste un narcissique jaloux qui fait exprès de faire chier le monde. La vérité, c'est qu'il souffre, et que sa frustration s'exprime mal. « Mais si on est incompatibles ça sert peut être à rien de continuer à se faire mal en s'acharnant », il finit par murmurer, en terminant le verre posé devant lui de quelques gorgées. Il n'est pas sûr d'être prêt à supporter ne serait-ce que la souffrance d'une rupture définitive, mais en même temps, parfois, il faut bien se montrer un peu terre à terre.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : yep
▪ avatar : rj king
▪ âge : 24
▪ statut : fraîchement célibataire
▪ occupation : en doctorat en littérature

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Mer 18 Oct - 21:23

Jonathan en a plus qu'assez du complexe d'infériorité de Ciaran. Il trouve ça triste. Il comprend évidemment qu'il puisse exister avec tout ce qu'il a vécu, mais en cinq ans passés ensemble il aurait espéré qu'il s'atténue un peu et qu'il cesse de voir leur vies comme deux entités séparées par l'argent. L'une pleine de misère et l'autre trop riche et policée pour l'accueillir. Jusqu'à preuve du contraire, sa famille a toujours été respectueuse envers lui. Chris est devenu son ami, Vivian n'a pas hésité à l'accueillir lorsqu'il était adolescent et victime des violences de ses parents. Jon a l'impression que Ciaran finira toujours par lui reprocher son argent et sa famille trop parfaite. Lorsqu'il dit que le monde dans lequel Ciaran évolue n'est pas le sien, il ne parle pas de leur classe sociale, mais bien de la prostitution et du blanchiment d'argent qui semble s'opérer dans ce casino qu'il déteste. Il n'y a rien de mal à vouloir une vie normale qui s'inscrit dans la légalité, et vu son domaine d'étude, il se sentirait bien hypocrite de continuer à faire de la recherche sur l'égalité pour finalement fermer les yeux sur le travail de Ciaran. Oh il sait très bien ce qu'il pense de tout ça. Que les gens ici sont là de leur plein gré, mais pour lui il s'agit d'une forme d'esclavage moderne aussi problématique que fifty Shades of Grey. L'endroit lui même, pue les relations abusives et la misère dissimulée derrière l'argent. C'est le message envoyé par l'endroit qui le dérange. Ce qu'il voit dans ces gens ce n'est pas une vocation, mais un manque d'opportunités. Le même manque d'opportunité qui a conduit Ciaran a penser que travailler là était ce qu'il pouvait faire de mieux. Johnny pourrait passer des heures à lui expliquer pourquoi il pense qu'il devrait faire quelque chose de complètement différent voire essayer de le tirer hors de cette ambiance malsaine, mais il ne peut pas non plus décider pour lui de ce qu'il considère like home. Il a beau ne pas cautionner, il ne peut pas forcer Ciaran à abandonner sa famille. Il ne veut pas finir comme Aaron, mais encore moins comme Elizabeth.

A l'écouter Jon se rend surtout compte qu'il ne le rend même pas heureux. C'est sa personnalité le problème, son âge, le fait qu'ils se soient rencontrés trop tôt aussi peut être. Jon ne se rend finalement compte que maintenant qu'il a passé cinq ans de sa vie avec un homme qui ne lui a jamais parlé d'une partie visiblement très importante de sa vie. Il aimerait pouvoir proposer des solutions mais c'est incontestablement beaucoup plus compliqué que ça ne l'était avant. Ce serait beaucoup plus limpide si leurs sentiments ne venaient pas s'en mêler. Jon se sent oppressé, prisonnier d'une situation qu'il aurait pourtant naturellement évité. Il n'est pas Aaron. Il sait ce qui est bon pour lui, d'habitude. « Ca n'a rien à voir avec Chris et Adrian. And for the record, they have issues too. Ca n'a rien à voir avec ma famille non plus. T'as l'air de croire que c'est l'argent, l'éducation, peu importe, qui compte. They just want me to be happy, because that's what we are : happy people. Ce qui leur importe c'est que notre relation ne me fasse pas de mal Cia... » Jonathan ne sait pas comment expliquer tout ça. « Le problème ce n'est pas ta place dans mon monde, mais la mienne dans le tien en réalité. » Il explique en tentant d'être le plus clair possible. « Tu me l'as dit toi même, je n'ai rien à foutre là. Et c'est vrai, j'ai rien à faire là, je réalise simplement que même si tu me l'as caché pendant des années, ce n'est pas quelque chose que tu as envie de foutre en l'air pour être avec moi.» Et si il n'y avait que ça. Jon pourrait faire une liste entière de ce qui rend leur relation compliquée. « Qu'est-ce qui va rester de ce qu'on aime l'un chez l'autre si le seul moyen de faire fonctionner cette relation c'est d'exiger que l'autre change complètement ? Je sais même pas ce que tu voudrais que je sois. » Plus mature sans doute, mais ce n'est pas quelque chose qui arrive comme ça. C'est la première fois que Jon se retrouve à devoir parler de tout ça, et ça n'a rien de très agréable. « Enfin si, t'aimerais que je sois comme mon frère, plus calme, plus mature mais aussi capable de t'accepter comme ces gens qui bossent ici. Tu voudrais les deux en même temps et c'est juste impossible ? C'est ma personnalité le problème on dirait. Je ne sais pas, je ne sais plus, mais j'en ai marre de me sentir mal tu sais.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 43
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Gaspard Ulliel
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : /

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    Hier à 18:24

Les remarques de Jon blessent Ciaran. Pas parce qu'elles sont méchantes ou mal intentionnées, pas parce que le blond cherche à le blesser. Parce qu'il n'a pas envie qu'elles soient vraies, et qu'elles le sont sans doute un peu. « Je n'ai pas envie que tu sois comme ton frère. Je savais à quoi m'attendre quand j'ai commencé à sortir avec toi, à cause de la différence d'âge. Et c'est sans doute de ma faute si nos modes de vie sont une difficulté aujourd'hui, mais Johnny, tu peux pas vraiment me dire que je suis le gendre idéal pour ta mère. Elle sait depuis longtemps que je suis un garçon en difficulté. Et ma vie à moi, c'est elle qui m'a mené jusqu'ici, dans ce Casino, à faire ce job - c'est ça qui a fait de moi qui je suis », il finit par lâcher en soupirant un peu. C'est bien la première fois, sans doute, qu'ils ont une conversation aussi profonde et aussi sincère, et pourtant, son coeur lui fait horriblement mal. « C'est toi que j'aime, pas l'idée que je me fais de toi », il proteste encore, jouant avec le verre vide entre ses mains. « Je ne pense juste pas que je te convienne. T'as besoin de quelqu'un qui est comme toi, comme tu le disais. A happy person », il poursuit, en haussant une épaule. « Je ne serais jamais comme ça, et tu le sais. T'as peut être raison, le problème vient sans doute de moi ». Il commande un autre verre et se masse les temps désespérément. « Mais j'y arriverai jamais. J'arrive toujours pas à comprendre, toutes ces années, tous ces rejets, de mon père, de ma mère, des gens en général, et tout le reste. Je voulais plus me mettre en danger. Ici, les gens sont contents de me croiser, et y'a pas d'attente particulière. Je pensais pas que je me mettrais en danger après tout ça, et tu m'es tombé dessus, mais finalement, je suis pas sûr de pouvoir être le genre de personne que qui que ce soit parvienne à aimer. » Il hausse une épaule, fataliste, sans doute, la gorge serrée et le coeur en miettes, parce que c'est ça, la conclusion de tout ça. Il n'est pas en colère contre Jon - il ne l'est plus, en tout cas. Il est en colère contre lui-même, et contre sa peur maladive d'être abandonné encore, et encore. « Mais c'est pas juste que tout ça repose sur toi. Tu l'as dit toi-même, t'en as marre de te sentir mal. Je crois qu'on sait tous les deux ce que tout ça veut dire, il faut juste l'admettre ». Et l'admettre... Ciaran intercepte le verre qu'on lui porte et le descend cul sec.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ω WHEN WE WERE YOUNG Ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: last time I checked we were apart anyway    

Revenir en haut Aller en bas
 
last time I checked we were apart anyway
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: northbound to southbound :: victoria line :: casino hotel :: bar-
Sauter vers: