[a long time ago] coming out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: [a long time ago] coming out   Jeu 29 Juin - 23:33

Chris se sent mal. Très mal. Ca fait quelque semaines déja qu'il n'est pas dans son assiette. Il aimerait mettre ça sur le compte de l'adolescence, du lycée et des profs trop sévères, de ses camarades qui sont cons quand ils s'y mettent eux aussi... Mais dans le fond il sait que pour une fois ce n'est de la faute de personne d'autre. Seulement la sienne. Ce n'est même pas celle de Logan qui terrorise tout le lycée en bon bully qu'il est et comme on en fabrique des tonnes dans les établissements scolaires. Chris n'a pas à se plaindre lui pourtant. Il a une famille qui l'aime, une côte de popularité qui lui assure une certaine tranquillité au lycée contrairement à son meilleur ami qu'on jette contre les casiers à cause de sa chevelure flamboyante et de son intelligence... Il n'a aucune raison d'aller mal et pourtant l'adolescent se renferme sur lui même. Son problème, c'est qu'il est perdu. Pas perdu, parce qu'il aurait rencontré une jolie fille qui serait malheureusement amoureuse de son meilleur ami, mais parce qu'il ne comprends pas son corps, ses désirs et ses envies. Le tout le met extrêmement mal à l'aise, et il a l'impression d'être en marge du reste de ses amis, différent. Pire encore, il n'a personne à qui en parler.

D'habitude, il partage ce genre de choses avec Adrian, mais pour le coup, l'idée est clairement exclue. Adrian est même en grande partie la source du problème. Il est toujours son meilleur ami, son confident, mais quelque chose a indéniablement changé ces dernière semaines. Et ce qui a changé, ce sont ses sentiments à lui, sa façon de regarder ce garçon qu'il a toujours considéré comme un frère avant de se mettre à le désir. Il a eu beau tenter d'ignorer les signaux envoyé par son corps, par son coeur, Chris a de plus en plus de mal à regarder Adrian Fletcher dans les yeux. Une distance désagréable s'est installée entre eux, et il lutte pour que son ami ne la remarque pas. Mais la lutte ne lui donne que l'impression de se sentir encore plus misérable alors que son regard se perd sur la courbure du dos de l'adolescent roux qui résout des équations au tableau sous les moqueries de leurs camarades. Chris désire un homme, et il ne peut pas s'empêcher de se demander si ses hormones lui jouent subitement des tours ou si ce qu'il ressent est définitif. Il se demande si il va devoir traverser tout ça ou si ses sentiments vont changer si il se persuade très fort que ce n'est pas normal et que ce qu'il ressent n'a pas de raison d'être. Oh il sait ce que diraient ses parents. Il s'imagine un moment bizarre, de l’appréhension au premier abord, pour ensuite trouver un soutien familial fort. Chris sait que ses parents ne sont pas homophobes, qu'ils l'aimeraient quand même, et c'est sûrement déjà plus que ce que pourraient rêver d'autres garçon dans sa situation… Mais ce n'est pas sa famille le problème. Sa vie deviendrait un enfer au lycée, Adrian pourrait s'éloigner de lui, il pourrait souffrir tout simplement… Alors il a espéré, espéré que tout ça lui passe, espéré ne pas être gay, mais rien n'a vraiment marché. C'est donc réellement désepéré qu'il toque à la porte de Jane, le coeur en miette. Parce que si son identité sexuelle n'était pas déjà un énorme poids dans sa vie, il avait fallu qu'il mette en jeu son coeur en tombant amoureux de la seule personne qu'il n'avait jamais eu peur de perdre. « Jane, can I talk to you ? » La porte est entrouverte, alors il s'y engouffre, la gorge serrée, la mine défaite. « I'm not okay. » sa voix se brise un peu et il s'assit sur le lit de sa sœur. Il n'a pas le courage de faire durer le suspens plus longtemps, l'attente en elle même est déjà insupportable. Alors il s'éclaircit la gorge. « I think, I'm attracted to boys. » Il regarde le sol, incapable de faire face à Jane. « One specific boy at school. » Et pas seulement à l'école d'ailleurs. « I thought it would go away but it doesn't. I feel terrible about it Janie... » Elle qui est si tolérante, pourrait penser qu'il exagère. Chris ne comprends pas pourquoi c'est aussi difficile d'en parler alors qu'il sait qu'il peut faire confiance à sa sœur. Il manque de s'étrangler, et des larmes coulent malgré lui sur ses joues d'adolescent. « He has gigner hair, and I think you know who he is. » Il essuie ses yeux, mais ne peut s'empêcher de pleurer. « I just can't love him Janie… I can't, it is so wrong. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 162
▪ dispo pour un rp ? : sure babes
▪ avatar : johanna braddy
▪ âge : 36
▪ statut : very single
▪ occupation : directrice de casting

MessageSujet: Re: [a long time ago] coming out   Ven 30 Juin - 12:05

Je planche sur ma dissertation depuis un moment, ayant esquivé autant que possible les analyses farfelues de mon père sur Shakespeare. Yes, he was probably gay, no, I won't use that angle in my essay. Je me suis réfugiée dans ma chambre après le dîner, après avoir aidé Maman à donner le bain aux jumeaux bien sûr. Ces deux là sont de petites teignes, mais avec des trognes pareilles, c'est difficile de leur en vouloir trop longtemps d'inonder la salle de bains à chacun de leur passage. Je jette un oeil à l'horloge pendue au dessus de mon bureau et me rend à l'évidence. Je n'aurais jamais terminé ce soir. Je continue à travailler néanmoins, ce sera toujours ça de fait, mais je suis vite interrompue par de petits coups contre ma porte. Sans doute un signe qu'il est temps d'arrêter. « Come in, come in ! » J'ai reconnu la voix de Chris et range donc mes affaires rapidement, faisant alors pivoter ma chaise pour lui adresser un sourire. Mais il s'envole bien vite, vu la mine déconfite de mon petit frère et ses propos alarmants.

Je me lève rapidement, manque de trébucher sur le tapis et vient m'asseoir à ses côtés, ma main trouvant la sienne pour lui apporter un peu de réconfort. Je m'apprête à le questionner, mais il a l'air d'avoir réfléchi à ce qu'il allait m'annoncer. Je crains un instant le pire, mais suis presque soulagée quand il m'avoue aimer les garçons. Un garçon en particulier. Oui, ce n'est pas une grande nouvelle Chris, we've all noticed you fancy Adrian. Mais visiblement, cela le tracasse franchement et je mets donc de côté ma réponse toute faite, à base de so what? Si cela lui fait autant de peine, je le respecte et me dois d'essayer de comprendre pourquoi et l'aider à mieux vivre sa situation. Je ne peux pas dire que la comprennes vraiment, mon propre coming out s'est fait si graduellement et naturellement que ce n'en est même pas un. Mes parents et mes amis ont remarqué que je fréquentais des filles comme des garçons, je ne m'en suis jamais cachée, j'en ai parlé une fois avec Maman et j'ai confirmé à Papa que j'avais bel et bien eu un crush sur Baby et Johnny dans Dirty Dancing. La belle affaire.

Mais moi, je n'étais pas amoureuse de mon meilleur ami. Là est toute la différence sans doute. Et je n'ai pas non plus eu à subir le harcèlement scolaire dont est victime Adrian. Rien que d'y penser, ça me révolte. Notre école manque cruellement de ressources quand il s'agit de confronter cette situation, quand nous en avons parlé en conseil des élèves, une prof nous a clairement fait comprendre qu'on devait régler nos problèmes entre nous et qu'après tout, ça forgeait le caractère. J'en ai l'estomac retourné, de voir que c'est cette culture là qui met mon petit frère dans de tels états. Pour l'instant, je ne peux que le prendre dans mes bras et l'écouter. Je l'enlace donc très fort, caresse doucement ses cheveux. « There is nothing wrong with you or who you love. » Je me défais de notre étreinte, pour placer mes mains autour de son visage pour le forcer à me regarder dans les yeux. « Do you hear me Christopher? It is not wrong to love anyone. » Je le relâche enfin, un petit sourire d'encouragement remplaçant mon ton jusqu'alors assez dramatique. « Now, I understand it's hard. You don't want to lose your friend, you're afraid of what might happen if you tell him, you're afraid of how people will react in that bloody awful school. I get it, I really do. »

Les années 90 ont peut-être surfé sur la vague du girl power et des icônes gays, mais tout le monde n'est pas forcément prêt à accepter qu'une jolie blonde de bonne famille soit bisexuelle. Ou que n'importe qui soit un de ces dégénérés qui en veulent toujours plus et couchent avec n'importe quoi. J'ai toutefois la chance d'avoir une famille aimante, de vivre dans une ville ouverte et animée, d'avoir de bons amis. Et de ne pas questionner ou craindre mon identité. « But first of all, I will learn how to kick some arse if necessary and we will take care of those bastards. » Je fais les gros yeux, sachant que je n'ai que peu de crédibilité. Mais c'est l'intention qui compte. « Second of all, I know it's hard, but you should talk to him. It'll eat you alive if you don't and it'll poison your relationship. I guess it's started, I haven't seen Adrian around the house these days. » Ce garçon habite quasiment ici et son absence prend tout son sens désormais. « If you don't talk, you'll never know how he might feel. And the quicker you figure it out, the easier it will be. » To move on. Mais je garde ça pour moi, ne voulant pas instaurer plus de pessimisme dans le petit coeur meurtri de mon frère. Je serais très étonnée qu'Adrian ne partage pas ses sentiments, mais je ne veux pas non plus promettre que tout ira pour le mieux. Je doute que ce soit aussi simple. « No matter what, I'm here for you Chris. We're all here for you. » Je serre à nouveau sa main, cherchant son regard pour lui offrir un sourire chaleureux. It'll be okay baby brother.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: [a long time ago] coming out   Lun 24 Juil - 17:14

Chris aimerait qu'il n'y ait vraiment rien d'anormal dans tout ça. Seulement il ne peut pas s'empêcher de le penser. Qui voit son meilleur ami comme une extension de sa famille, voire presque comme un frère, pour ensuite le désirer et en avoir le cœur complètement broyé ? Personne de son entourage en tout cas. Il se sent bien misérable là tout de suite, à pleurer dans les bras de Jane comme un enfant. Et si le soutien est réconfortant, ça ne change en rien les enjeux du problème épineux auquel il doit faire face maintenant qu'il n'est plus le seul à porter le poids de ce terrible secret qu'il a gardé jusque là. Il devrait se sentir plus léger, mais pour l'instant, les larmes ont juste besoin de couler. Jane qui s'est lancée dans une pep talk dont elle seule a le secret, lui recommande d'être fort, d'en parler à Adrian évidemment, ce qui est la pire des idées qu'elle ait jamais eu au yeux de Chris, même si il doit admettre qu'elle a raison en ce qui concerne sa relation avec son meilleur ami et irrévocable âme soeur. Le rouquin souffre déjà de cet éloignement qu'il ne comprend pas et qu'il ne peut pas analyser sans les informations précieuses que Chris se garde bien de lui fournir, alors comment pourrait-il seulement comprendre ?

La situation semble insolvable à l'adolescent qui reconnaît avoir la chance d'avoir une famille tolérante et compréhensive. Cela apaise les choses, lui offre un espace sécurisant en dehors des murs de son lycée qui sont bien loin de partager cette caractéristique... Mais ça n'efface pas la peur, l'impression d'être différent qu'une famille progressiste seule ne suffit pas à complètement sortir de la tête d'un gamin qui a sous les yeux le rejet constant de la société pour ceux qui refusent se conformer au moule qui leur est présenté. Chris se sent marginal malgré tout, et il sait que maintenant que les choses sont dîtes, il n'y aura plus de retour en arrière et qu'il se sentira probablement toujours en marge. Il s'est aventuré à l'extérieur du moule et il n'y aura désormais plus jamais sa place. A seulement 15ans, tout ça n'en reste pas moins difficile à gérer. « I'm too scared for that. » Chris admet en baissant la tête. « There's almost no chance he would feel the same way. » Il explique l'air contrarié. « I would lose him, and I can't lose him. It will poison our relationship too if he can't feel comfortable around me anymore. » Il prend une inspiration difficile. « I know what you are going to say. That me being gay shouldn't change things, but in reality it does change things most of the time and I am scared ? » Il lève ses yeux plein de lares pour regarder sa sœur. « He would now I want him, and that cannot happen. » Chris lance, incapable de se projeter dans ce que serait leur relation si il décidait de tout avouer à Adrian. « And if he doesn't reject me, he would probably not feel like talking to me about everything like he does now, because I would love him, you see ? He wouldn't talk about girls with me. I wouldn't be his best friend anymore.  » Et c'est surtout cette idée qui lui est insupportable.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 162
▪ dispo pour un rp ? : sure babes
▪ avatar : johanna braddy
▪ âge : 36
▪ statut : very single
▪ occupation : directrice de casting

MessageSujet: Re: [a long time ago] coming out   Jeu 26 Oct - 15:17

L'angoisse de mon petit frère est palpable, je sens que tout ça le travaille depuis un bon moment. J'aurais aimé qu'il vienne me parler plus tôt, qu'il ne reste pas empli d'anxiétés et de doutes. L'important néanmoins, c'est qu'il se confie maintenant. Malgré la douleur que lui cause ses tracas, je ne peux m'empêcher d'être attendrie. Après tout, gay, hétéro, bi ou tout ce qu'il y a sur le spectre, peu importe. Nos petites peines de coeur sont les mêmes finalement, nous souffrons de la même manière, avons des besoins, ne cherchons qu'à être aimé. Et le dilemme de Chris est plus vieux que le monde. Je me permets donc d'esquisser un sourire et prend doucement la main de mon frère dans les miennes. « You know darling, the difficult thing isn't so much that you're gay. Of course, we sadly go to a school full of bullies and the world is an ignorant and small minded place somtimes so it'll be hard. But that's nothing new and you have a supportive family and live in a great city, where you're going to meet tons of people like you and find plenty of spaces to explore your identity. I recognise your pain right now, but trust me, it will be okay. My experience is different than yours, but I've been there nonetheless. » Je lui fais un clin d'oeil complice, essayant de lui rappeler que je suis passée par là avant lui, que j'ai débroussaillé le chemin et que je l'invite volontiers à suivre les traces que j'y ai laissé.

« What's hard here is that you're in love with your best friend. Yeah the gay thing is an extra obstacle but, really, it's not the heart of the matter. You are facing a challenge that has probably featured in every teen movie ever. » Je ris un peu, essayant de détendre l'atmosphère. « Iit's like, what all the Friends subplots are about. Not saying you should seek advice there, those people do not have healthy relationships. » C'est une diatribe pour un autre jour, mais il y a de quoi dire sur le sujet. « And people always say that your partner should be your best friend and I really do believe that. If you tell him your feelings and he shares them - which I think he might, based on pure observation and infinite big sister wisdom - well, then, you'll be off to a really good start as a couple. You already know all the weird quirks and gross details about each other, you just have to take a next step together. I think it can work. And I'm sure that if you don't tell him, you'll regret it and it will make things worse. This way, you'll know. » J'arrête enfin de parler, me rendant compte que je projette mes propres idées et sentiments sur Chris. Certes, il est venu chercher du réconfort et sans doute quelques conseils, mais ma mission première est l'écoute. C'est ce qu'on a appris au stage sur la communication bienveillante avec Maman. Je ne mets pas exactement l'écoute empathique en application actuellement, je suis même plutôt à côte en terme de reformulation et validation du vécu. Il faudra vraiment qu'on aille à la session d'approfondissement. Mais je fais de mon mieux et si Chris se déride un peu et retourne se coucher le coeur plus léger, j'aurais réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [a long time ago] coming out   

Revenir en haut Aller en bas
 
[a long time ago] coming out
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2006 :: westbound to eastbound :: circle line :: kensington-
Sauter vers: