come back (wilabel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 62
▪ dispo pour un rp ? : Yes i doooo
▪ avatar : Luke Evans
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Officier à la brigade des Stups

MessageSujet: come back (wilabel)   Mar 20 Juin - 23:53

Tu as toujours aimé partir en mission, c’était le piment de ton quotidien quand tu étais avec Lauren ça vous permettait de vous retrouver. Et puis ça te permettait de prendre l’air, de devenir quelqu’un d’autre l’espace d’un instant, ou de quelques jours. Mais cette fois c’était différent tu n’avais pas envie d’y aller le contexte ne te parlais pas, tu n’avais pas envie d’enquêter et de faire justice sur ce cas là. Mais il faut aussi dire que tu n’étais pas trop concentré tu avais bien autre chose dans la tête. Un message laissé sur ton mur facebook, te disant qu’elle pensait à toi. Bizarrement, ça t’avait remotivé complètement. Là t’avais clairement envie de venir au bout de ce truc, de rentrer et d’avoir enfin les quelqus putain de jour de vacances qu’on t’avais promis. Tu t’étais bougé, tu avais arrêté de trainer et les choses avaient suivi leur cours. Tu ne pouvais t’empêcher de regarder ce message, tu ne la pensais pas comme ça et puis surtout tu ne pensais pas qu’elle était du genre à penser à toi, tu ne sais pas vraiment comment elle est en fait. Si tu marches sur des substances jaunes dégoulinantes sur les cheveux de Caro à chaque fois que tu parles à une femme, là tu marches carrément sur des charbons ardents. Tu ne sais jamais quoi dire ou faite, tu as le temps peur de dire quelque chose qu’il ne faudrait pas dire, de faire une boulette et d’avoir le retour de bâton… Enfin, elle était quand même bien dans ta tête ces derniers jours la jolie Jezabel.
Et voilà, 15 heures. Tu te retrouves devant le bureau. Tu as fait la paperasse urgent, le reste attendra. On t’a dit qu’on ne voulait pas te voir avant la fin de la semaine, ouf. Tu as besoin de repos là. Et de calme. Mais plus que ça, tu as quelqu’un à voir. Elle sortira peut-être de ta tête comme ça, tu espères. Tu commences à prendre le chemin de chez elle mais une douche serait peut-être de bon ton, tu as remis les fringues que tu avais la dernière fois enfin bref c’est pas la joie… Tu roules jusqu’à chez toi pour aller prendre une douche. Tu cherches des fringues propres et tombes sur un tee shirt et un jean. Bon y’a mieux mais tu feras avec, de toute façon tu n’as pas eu le temps de faire des lessives ces derniers jours t’as eu un emploi du temps plutôt chargé c’est le moins que l’on puisse dire. Tu te dépêches t’as des choses à faire, tu sors de la douche enfilant donc ce tee shirt gris et un vieux jean délavé tes rangers et ton bombers. Juste, William, tu as oublié de la prévenir tu ne sais même pas si elle sera là, si elle a envie de te voir en fait. Ce sont les doutes qui t’assaillent que tu marches jusqu’à chez elle. Tu ne l’as même pas prévenue que tu n’allais pas être là, que tu allais être en mission. T’es un goujat en fait.
T’espères juste qu’à l’heure qu’il est, elle n’est pas en train de cuisiner t’as pas envie de te prendre un coup de poêle sur la tête… Tu t’arrêtes en passant, et tu rentres chez un fleuriste où tu récupères un bouquet de pivoines. Chose que tu n’as jamais faite pour ton ex-femme en passant. Mais tu espères que là ça t’évitera de te prendre un mauvais retour. Et puis si elle n’était pas là tu déposerais le bouquet avec un mot. Arrivé devant sa porte tu te rends compte qu’il est possible que les colocataires pourraient t’ouvrir... Qu’est-ce que tu dirais si c’était le cas ? Qu’est-ce que tu dirais à celle qui t’as vu chemise entre-ouverte la dernière fois ? Tu étais ridicule. Tu prends une inspiration et tu sonnes à cette porte, en te mordillant la lèvre. Tu attends.
« Salut… »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

BLEU NOIR

toutes nos écorces se cassent avancer de SOS en cris d'guerre grâce à mes cordes vocales ou de promesses en prières, font de moi un homme stable passer de la haine à l'amour, puis d'l'amour à la haine y'a toute une morale à perdre, tout un combat à refaire ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 76
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Mer 21 Juin - 0:25

Cela fait quelques temps que tu n'as pas de nouvelles de lui, un simple message sur ton mur facebook pour te dire qu'il n'avait pas de téléphone et qu'il t'appelerait. Plus tard. Tu te demandes plus tard, c'est combien de temps. Tu ne réfléchis pas trop, tu t'occupes les pensées au travail, puis tu sors aussi, tu vois des gens, pleins de gens. Et ça t'occupes l'esprit. Tu ne veux pas qu'il prenne le contrôle de tes pensées, non. Tu ne lui en donne pas le droit, tu ne veux pas qu'il te contrôle, tu ne le supporterais pas. Pauvre lui, tu ne veux pas le faire souffrir, tu ne veux pas lui faire du mal. Tu n'es juste pas habituer à tout ça, les relations, les trucs où on se dit qu'on s'aime, qu'on se veut pour la vie, qu'on se veut plus que pour une nuit, non. Ce n'était définitivement pas ton truc. Mais vous n'en avez pas parlé, alors tu supposes que c'est la même chose de son côté non ? Peut-être, tu ne veux pas l'empêcher d'aller voir d'autres femmes s'il le désire. Non, tu n'es pas le genre de filles à piquer une crise de jalousie, ou presque. Tu n'en as jamais vraiment eu l'occasion. Les relations que tu pensais sérieuse ne l'étaient pas. Tu n'as jamais eu le loisir de dire que tu étais jalouse, on te plantait un couteau dans le dos à chaque fois. Tromperie, trahisons. Enfin, voilà, maintenant tu ne t'attaches plus, tu ne veux plus t'attacher. Toujours est-il que tu dois aller travailler ce soir, et que tu dois te préparer. Parce que tu dois passer tu ne sais pas trop où avant, il faut que tu relises le texto de Jaya qui te demandais de passer acheter un truc pour elle. Bien sûr. Après tout, tu peux bien lui faire cela. Quand tu passes sous la douche, tu entends ton téléphone qui sonne, un message. Tes yeux se ferment instantanément et tu te retiens de ne pas courir en dehors de là parce que ça signifierait que tu es accroc. Ce n'était pas lui de toutes façons, tu arbores une petite moue, remercie ta collègue qui te dit qu'elle te laisse venir deux heures plus tard, donc à vingt-deux heures parce qu'elle a des heures de retard. Mais de toutes façons, tu iras certainement plus tôt parce que tu ne supportes pas d'être en retard. Tu enfiles alors ta robe et tes talons, comme une bonne réceptionniste et tu te maquilles, tu allais être à la dernière étape du maquillage quand on toque à ta porte. Putain. Tu soupires, balances ton mascara dans le pot qui doit l'accueillir et tu cours ouvrir, des fois que ce soit le livreur qui t'apportes tes nouvelles chaussures. Mais non, tu restes interdite un instant, fronce un peu les sourcils, étonnée. « Hey.. tu lui souris et tu le laisses entrer pour une fois tu ne lui hurles pas dessus. C'est rare et ça mérite d'être souligné. Tu passes une main dans tes cheveux en le regardant et tu balbuties un peu « Je ne m'attendais pas à te voir ! Tu veux boire un truc ? Du café, du thé ? Un coca ? Un truc frais ? Il fait chaud dehors. Je déteste cette chaleur, et puis il faut que j'aille bosser dans environ cinq heures je vais mourir. Et puis je parle trop aussi.. pardon. » Et délicatement, tu viens doucement embrasser sa joue. Pour une fois que tu n'as pas besoin de te mettre sur la pointe des pieds, tu en profites. Tu l'as bien vu le bouquet, et tu te dis que ça ne peut pas être pour toi, alors ton monde s'écroule un peu quand tu te dis qu'il a dû se trouver quelqu'un, ce qui expliquerait l'absence, le manque de coup de téléphone. Ce qui expliquerait tout en vérité.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 62
▪ dispo pour un rp ? : Yes i doooo
▪ avatar : Luke Evans
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Officier à la brigade des Stups

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Mer 21 Juin - 1:08

Enfin. C’est la première chose que tu avais pensé en te débarassant enfin de ta peau de flic et en laissant toute la crasse brassée ces derniers jours au vestiaire dans lequel tu avais remis tes vêtements de civil. Et puis enfin parce que tu avais quelqu’un à voir. Tu t’étais dépêché, prenant une douche rapide avant d’arriver jusqu’à sa porte avec ton bouquet. On aurait dit un gamin de primaire au vu de ton malaise. Drôle. Quand la porte s’est ouverte tu t’es demandé sur qui tu allais tomber, ses colocataires ? Et non ouf. C’était elle. La voir t’as fait un petit flashback de votre dernière entrevue, de ce moment où tu partais après que vous vous soyez disputés et où elle t’as demandé de l’embrasser. De ce moment où tu l’embrassais fièvreusement dans l’entrée. De ce moment où elle t’avais entrainé dans sa chambre et enfin bref la très agréable suite quoi. En la voyant, un sourire s’était dessiné sur tes lèvres, tu étais clairement content de la voir. Elle était surprise. Mais elle ne t’avais pas hurlé dessus, au contraire. Tu n’avais pas pu t’empêcher de faire une blague là-dessus.
« Eh bien, tu ne me hurles pas dessus ? »
Ce sourire moqueur et provocateur sur le visage tu la regardais bafouiller. Tu allais répliquer un truc lorsqu’elle est venue embrasser ta joue et là ça t’a coupé la chique pendant quelques secondes tu ne t’y attendais pas. Tu ne sais pas vraiment à quoi tu t’attendais en fait. Ca veut dire quoi un baiser sur la joue ? C’est positif ou c’est négatif ? Tu ne sais pas, t’es un peu perplexe. Et bon tu essaies de passer à autre chose parce que rester là, planté ça ne t’aidera pas.
« Tu n’es pas obligée de bavasser tu sais, tu peux juste le dire que tu es contente de me voir… »
Tu lui adresses un clin d’œil, le genre clin d’œil de beauf persuadé qu’elle va comprendre cet humour pourri et plus que douteux. C’est là que tu te rends compte que tu as toujours un truc dans les mains. Là c’est toi qui est un peu gêné t’espères qu’elle va bien le prendre et qu’elle ne va pas te les éclater sur la tête. Tu lui tends le bouquet.
« Hum… Comme j’ai un peu disparu de la circulation.. Et que j’ai pas pu te donner trop de nouvelles… Et vu la nuit qu’on avait passé ensemble.. Enfin du coup je t’ai apporté ça. »
Ok. Comme toujours, c’est la communication qui pêche. En fait ce que tu veux dire c’est que ces fleurs tu les apportées pour t’excuser parce que tu as du partir en mlission, que tu n’as pas pu donner de nouvelles et que tu ne veux pas qu’elle croie que tu es parti comme un voleur ou voir une autre femme. Au contraire. T’espères qu’elle va te comprendre, qu’elle ne va pas se braquer parce qu’elle aura compris autre chose. Des fois tu te maudis sérieusement de ne pas savoir communiquer correctement. Et puis tu la regardes et tu prends conscience de ce qu’elle porte. Tu la détailles de haut en bas un regard très appréciateur sur le visage. Elle est jolie, cette tenue lui va bien. Tu te mordilles la lèvre et puis tu finis par lui dire.
« Tu es très élégante, très jolie aussi. »
Cette histoire de baiser sur la joue te tracasse toujours et tu ne peux pas t’empêcher de te rapprocher un peu d’elle. Tu la regardes parce qu’en fait t’as envie de l’embrasser là maintenant mais comme tu es bête tu n’oses pas. Tu as peur qu’elle te repousse. ?Tu te contente de passer juste une main dans ses cheveux et de lui sourire. T’as peur qu’elle te foute dehors à chaque instant, très clairement tu n’en mènes pas large…

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

BLEU NOIR

toutes nos écorces se cassent avancer de SOS en cris d'guerre grâce à mes cordes vocales ou de promesses en prières, font de moi un homme stable passer de la haine à l'amour, puis d'l'amour à la haine y'a toute une morale à perdre, tout un combat à refaire ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 76
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Mer 21 Juin - 11:07

Elles sont bien rythmées tes journees Jezabel. Tu ne t'arrêtes pas une seule minute enfin si le soeur Quand tu décides que tu es trop fatiguée Pour faire quoi que ce soit. Tu as des idées de nouveau roman en plus, alors ça fuse, tu passes souvent tes après-midis libres dans un parc avec ton ordinateur pour pouvoir travailler dans un environnement plaisant. Mais tu n’arrives pas à écrire, le syndrome de la page blanche, les pensées trop occupées par ce policier avec qui tu as passé une nuit. Tu aurais aimé que ce soit plus simple, qu’il soit un inconnu dans un bar, qu’il soit comme tout les autres pour arrêter de penser à lui trop souvent. Le genre de type détestable qu'on ne veut plus voir apres une nuit. Mais malheureusement, ce n'est pas le cas, Il est toujours la dans un coin de ta tête, son foutu sourire et le son de sa voix qui résonne dans ton esprit. C’est penible de penser à quelquun comme ça, toi tu n’as pas l’habitude Jezabel, tu préfères voler de tes propres ailes, c’est plus pratique et tellement moins encombrant.  Tu es maîtresse de tes pensées Quand tu ne penses pas à lui, Mais la, tu n'arrives pas à ne pas y penser. Est-ce que tu supporterais s'il lui arrivait quelque chose ? Certainement pas. Tu ne le supporterais pas mais tu fais Avec, apres tout, vous n’etes sensiblement rien l’un pour l’autre. C’est sûrement pour cela que tu te jettes à corps perdu dans le travail. Enfin tu essayes et tu sembles bien feindre la fille occupée. Tu y croirais presque toi Meme. Quoiqu'il en soit même si tu tentes d'écrire un nouveau livre, tu dois travailler au casino aussi Et t’es bien contente de ne pas avoir de jours de repos en ce moment puisque tu rentres et tu t’endors de suite. C’est bien pour stopper le cours de tes pensées. Enfin, tu te dis que t’aurais aimé Que ce ne soit qu'un mirage le fait qu'il soit La devant toi, parce que tu sais que ça va te perturber Je ne hurle pas tout le temps. Puis je ne vois pas pourquoi je devrais te crier dessus. peut-être Pour avoir voulu marquer son territoire sur ton mur Facebook si tu peux dire ça comme ça. Mais tu ne peux pas lui crier dessus Pour être venu ici, Il t’avait prévenu qu'il avait eu une urgence le soir où cela s’etait passé alors tu ne pouvais pas le blâmer. Ce serait chercher la petite bête. Et tu n’as pas envie de te disputer. Pas aujourd'hui. Au contraire tu t’appliques a trop parler, lui raconter des inepties, lui demander s'il a soif. Est-ce que tu es vraiment si empotée que ça ? Stupide cœur qui bat un peu trop vite. Stupides pensées qui s’embrouillent.  Quand il te fait un clin d'œil de beauf, tu ris un peu Avant de secouer la tête Oui je suis contente de te voir et fait attention, tu as le beauf qui pousse. Tu le regardes Avec un sourire enfantin et tu sors ce bouquet de ta tête, jusqu'à ce qu'il te le mette sous le nez. Tu le regardes, puis regarde les fleurs. Te mordilles un peu l'intérieur de la joue et tu prend le bouquet en tremblant légèrement. Qu'est-ce que tu dois faire à cet instant précis ? Wow… merci. Je dois t’avouer que je me suis un peu inquiétée pour toi.. tu fais une petite moue gênée et tu sens fleurs Avant de les prendre dans tes mains et de te diriger jusque la cuisine pour les mettre dans un vase, tu entends déjà les filles te demandaient de qui sont ces fleurs. Quand tu as fini de faire ce que tu avais à faire, tu lui souris un peu et tu l’entend te complimenter. Il est vraiment adorable. Merci ! Tu n’es pas mal non plus. On dirait deux enfants qui ne savent pas quoi faire. Tu as envie de te mettre une baffe mais tu te rapproches de lui et delicatement, tu déposes tes lèvres contre les siennes. S'il te plaît Will, ne fait pas une attaque. Et lorsque tu te recules, tu te blottis doucement contre lui avant de dire Ça a été ta fameuse urgence ? Tu ne sais pas si tu as le droit de lui demander, Ou Meme s’il a le droit de t’en parler. Mais tant pis t’auras essayé.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 62
▪ dispo pour un rp ? : Yes i doooo
▪ avatar : Luke Evans
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Officier à la brigade des Stups

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Mer 21 Juin - 23:47

La vie sociale. ? Tu ne te considères pas quelqu’un de sociable, tu ne sais pas comment te comporter avec les autres. Tu ne dais jamais ce qu’il faut dire, ce qu’il faire pour se faire apprécier des gens, pour gagner leur respect et pour qu’ils aient plaisir à être en ta compagnie. T’es pas doué c’est comme ça tu en as fait ton deuil. Mais le problème, c’est que tu es encore moins doué en ce qui concerne la drague et les histoires d’amour en général… Lauren est partie et tu sais très bien que c’est à cause de toi, même si elle a aussi sa part de responsabilité. D’habitude, tu ne vas pas vers les filles. Elles viennent vers toi plutôt. Tu te poses là tu fais le mec mystérieux et ça marche. Mais là avec Jezabel c’est différent tu es obligé de sortir de ta petite zone de confort, d’essayer d’aller vers elle et tu sens que clairement tu n’es pas très bon à cet exercice. Tu t’étais pointé à sa porte et une des premières choses qu tu lui avais dite, c’était une interrogation concernant le fait qu’elle ne t’ai pas crié dessus. Bien joué. Ça va, elle ne l’avait pas mal pris. Bien sur, comme tu es très bon tu avais fait suivre ça de la parfaite phrase de beauf puis tu avais enfin pensé à lui donner le bouquet que tu avais dans les mains. Sa réaction t’avais touchée. Tu ne t’attendais pas à ce que ça la surprenne, et à travers ses gestes tu avais rapidement compris qu’elle n’avait pas l’habitude de ce genre de présent. Au contraire. Et quand elle t’avait dit qu’elle s’était inquiétée pour toi tu n’avais pu t’empêcher de faire le mec fier. Etrange de ta part parce que tu n’es pas comme ça.
« T’inquiète poupée je suis solide ! Mais j’aime l’idée que tu ai un peu pensé à moi…»
Le tout accompagnée, encore, d’un clin d’œil plus que douteux. Il y avait quand même un registre sur lequel tu étais à l’aise avec les filles c’était celui là, l’humour de beauf. Là pas de soucis, tu sais bien le faire c’est ton truc ça. Tu aimes à en jouer et plus particulièrement avec elle parce que tu sais que ça la fait rire, qu’elle comprends que tu n’es pas comme ça et que c’est juste une forme d’humour. Drôle d’humour il faut en convenir mais c’est le tien.
Puis tu n’y tenais plus, tu avais eu envie de t’approcher d’elle mais tu ne savais pas comment faire, tu ne sais pas comment t’y prendre. Tu étais empoté, un vvrai gosse. Et elle aussi. On aurait dit deux gamins de maternelle qui se tournent autour, ridicule. Tu lui avais caressé les cheveux, lui livrant le fond de ta pensée concernant sa tenue et sa mise en pli du jour. Sa réponse te fait sourire. Et enfin, lorsqu’elle s’approche de toi ton cœur loupe un battement. Elle t’embrasse et tu lui rends ce baiser, ta main retrouvant rapidement sa place dans sa nuque. Tu te sens ridicule là, c’est elle qui a du faire le premier pas parce que tu es empoté et que tu ne sais pas quoi faire, que tu n’es pas doué. Pour compenser un peu tu l’approches de toi et tu lui donnes un vrai baiser, à la hauteur de combien elle t’as manqué. Un baiser fougueux, plein de promesses mais pas trop tendancieux non plus, tu ne voudrais pas qu’elle croit que tu as envie de lui sauter dessus bien que tu ne serais pas contre sur le principe.
Elle prends ensuite des nouvelles de ton opération. Tu souris et tu l’attires à toi encore. Tu déposes un baiser sur sa tempe puis en dessous de son oreille et enfin dans son cou. Tu ajoutes.
« Pas envie de parler de ça maintenant.. »
Tu continues ton exploration suite à ces retrouvailles, venant l’embrasser de nouveau. Rien de clairement sexuel là dedans mais plutôt un besoin de la retrouver. Tu souffles, d’une voix rauque parce que tu n’aimes pas dire ce que tu penses mais qu’il y a quand même un moment où tu es obligé de te dévoiler.
« J’ai pensé à toi pendant cette urgence. Et je suis plutôt content de te retrouver. »
Toujours dans le but de la taquiner, tu ajoutes, te décollant un peu d’elle un sourire en coin aux lèvres.
« Surtout sans me prendre un coup de pelle parce que je n’ai pas pu te donner de nouvelles… »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

BLEU NOIR

toutes nos écorces se cassent avancer de SOS en cris d'guerre grâce à mes cordes vocales ou de promesses en prières, font de moi un homme stable passer de la haine à l'amour, puis d'l'amour à la haine y'a toute une morale à perdre, tout un combat à refaire ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 76
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Jeu 22 Juin - 0:41

Tu t'es engagée sur une pente glissante, tu sais que tu ne t'en sortiras certainement pas indemne, qu'il va bien finir par te faire du mal. Ou alors c'est toi qui va lui en faire, et tu ne veux pas. Tu préfères encore te faire souffrir toi même que de le faire souffrir lui. Il ne le mérite pas, est-ce qu'il te mérites toi ? Tu n'en sais rien. Certainement pas. Mais tu veux bien essayer. Enfin, tu ne promets rien, les promesses ce n'est pas ton truc. Tu ne veux pas promettre, tu tiens à ta liberté. Vraiment. Puis tu penses que lui aussi. Après tout, vous n'en avez jamais parlé et les seules conversations sérieuses que vous auriez pu avoir c'était au poste de police quand tu étais derrière ces barreaux, depuis qu'il t'a libéré, ce n'est plus qu'une histoire de jeu, tu fuis loin, il se rapproche, il s'enfuit, c'est toi qui le fais. Ce jeu du chat et de la souris est bien, mais tu sais que tu vas finir par te lasser, tu en es persuadée. Ou alors lui, et tu n'auras plus qu'à te lamenter. Mais tu te demandes tout de même si tout cela n'est qu'un jeu quand tu vois le bouquet de pivoine qu'il te tend. Tu aimes tellement les fleurs que tu aurais pu devenir fleuriste si tu n'avais pas eu envie d'écrire et si tu n'étais pas tombée amoureuse des mots. Tu ris un peu quand il te ressort une tournure de beauf et tu lèves les yeux au ciel « Poupée... Franchement ! Et tu ne croyais pas que je pouvais penser à toi ? » Enfin en même temps, tu ne lui avais jamais vraiment dit, alors peut-être qu'il pensait que ce n'était que du vent, que des mots en l'air. Mais non, tu avais bien pensé à lui. Un peu trop même. Tout cela est trop étrange, tout va trop vite, bien trop vite, ça te panique un peu mais tu ne peux pas t'empêcher de te dire que c'est sûrement ce qu'il doit se passer. Tu goûtes une nouvelle fois à ses lèvres, d'abord doucement puis avec un peu plus de fougue quand il prolonge ce baiser. Tu n'as jamais autant embrassé quelqu'un que lui. Tu n'as jamais ressenti ces petites palpitations, jamais. C'est bien, ou pas ? Tu ne sais pas. Stupide que tu es. « Pas envie ? Vraiment ? » Ou alors, c'est peut-être quelque chose qui te fera du mal et il te préserve ? Tu n'aimes pas vraiment les secrets mais tu oublies vite le fait qu'il ne veut rien te dire quand ses lèvres parcourt ta peau. Tu fermes les yeux un instant et tu sens un frisson qui te parcours. Il faut qu'il arrête de faire ça, parce que tu sais que tu ne résistes jamais vraiment longtemps dans cette situation. « je suis contente aussi.. » Et si tu arrêtais les phrases limitées Jezabel ? Toi qui est si bavarde d'habitude, il te coupe toute envie de parler, non pas parce qu'il est bête mais parce que tu es intimidée. C'est étrange. Trop étrange. « J'ai eu des nouvelles. Sur Facebook. » D'ailleurs ce soir là, tu avais été un peu en colère quand il t'avait dit ne pas avoir de téléphone mais qu'il postait sur ton mur facebook. A la vue de tout le monde. Non pas que tu n'apprécies pas cela, mais tu te demandes s'il ne l'a pas fait suite à la photo que tu avais posté de ton meilleur ami qui était venu te rendre visite. « D'ailleurs, ma colocataire a demandé un débriefing la nuit où tu es parti. » Tu ris un peu en le regardant « Parait-il que tu avais du mal avec ta chemise. » Et tu joues doucement avec le bas de son tee-shirt en continuant ta phrase « J'ai réussi à ne pas dire qu'on avait couché ensemble cette nuit là. » tu lui souris alors en embrassant la commissure de ses lèvres, comme pour faire passer la pilule. Mais tu n'avais pas envie de le dire, tu n'avais pas envie de le crier sous tout les toits il était un peu ta faiblesse inavouée. Comme si tu voulais garder cela secret. C'était peut-être ça, après tout pour vivre heureux, vivons caché non?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 62
▪ dispo pour un rp ? : Yes i doooo
▪ avatar : Luke Evans
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Officier à la brigade des Stups

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   Ven 23 Juin - 22:51

Clairement Will, on ne peut pas dire que tu sois quelqu’un de réfléchi. Tu ne sais pas planifier ou réfléchir avant d’agir. Pour toi tout ça ce sont des conneries. Là seule chose qui compte ce que l’on fait, ce ne sont pas les minutes de réflexion qui définissent qui nous sommes mais bel et bien nos actes. Et ce mantra, tu l’appliques au pied de la lettre. Tu sais ce que tu es, et tu sais que n’es pas calculateur. C’est bien pour ça que directement après la fin de ton boulot tu t’étais précipité chez Jezabel. Et tu ne t’attendais pas à ce que ça se passe aussi bien en fait. Se pourrait-il que tu lui ait manqué ? Qu’elle ait pensé à toi ? A ta façon à toi, c’est-à-dire extrêmement maladroite tu lui avoues que tu as pensé à elle mais également que tu es désolé de ne pas avoir pu donner plus de nouvelles… Quand elle te répond qu’elle aussi a pensé à toi t’as un sourire à la con qui vient éclairer ton visage. Le genre de sourire niais qui donne envie de te coller une claque. Mais bon, ce sourire il est là quand même. Et puis elle te parle de Facebook et tu ne sais pas trop si tu dois rebondir ou pas. Effectivement, quand tu avais vu une photo d’elle très proche d’un autre homme ça t’avais un peu travaillé et tu avais mis un message sur son mur pour la prévenir que tu n’avais pas accès à un téléphone mais que tu l’appellerais dès que ce serait le cas. Et visiblement, vu la façon dont elle te parle de cette histoire, elle a bien grillé ton petit jeu. Ridicule William. D’autant plus que tu n’es pas vraiment du genre possessif et tout ça. Depuis ta rupture avec Lauren la fidélité et toi ça faisait clairement deux. Mais là cette photo elle a un peu changé la donne. Tu trouves ça étrange. Et puis elle te parle de sa colocataire. Cela te fait sourire mais un peu jaune quand même. Tu as eu honte quand tu es sorti de la chambre de Jezabel, à peine habillé, la chemise ouverte et les cheveux en bataille. Il n’y avait aucun doute quant à ce que vous veniez de faire… Effectivement rien d’étonnant à ce que sa colocataire l’ait interrogé tu aurais fait pareil. Sa dernière phrase te fait sourire. Elle n’as rien dit alors. Etrange. Tu préfères ne rien répondre et ne pas t’engager sur cette pente qui pourrait être glissante. Tu n’as pas envie de parler d’ailleurs, pour le coup le silence te va mieux. Enfin le silence oui et non. A la fin de sa phrase, tu te diriges vers elle pour l’embrasser de nouveau la collant tout contre toi. Un baiser fougueux et passionné qui cette fois relève de l’ambiguïté parce qu’elle t’as manqué c’est vrai. Tes mains se font un peu plus baladeuses un peu plus osées tandis que tu la soulèves dans tes bras, pour la mettre au même niveau que toi et surtout l’avoir tout contre toi. Voyant qu’elle réponds à tes avances à peine voilée tu la portes jusque dans la chambre avant de claquer la porte. A partir de maintenant, c’est juste vous deux. Et bon dieu ce que ça t’avais manqué…

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

BLEU NOIR

toutes nos écorces se cassent avancer de SOS en cris d'guerre grâce à mes cordes vocales ou de promesses en prières, font de moi un homme stable passer de la haine à l'amour, puis d'l'amour à la haine y'a toute une morale à perdre, tout un combat à refaire ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: come back (wilabel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
come back (wilabel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: