Funny how the world keeps spinning round [Jaya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Jeu 1 Juin - 4:53

Sanjay GandhiAlec

Bombay était bondée. Presque suffocante. Ingrid et Alec s'étaient jurés qu'ils ne resteraient jamais très longtemps dans les villes trop grosses, au tourisme surfait, mais le, - ou plutôt les, - courriels de Jaya leur avait poussé à revoir leur décision. La perspective d'être accompagnés par la grande amie d'Alec pour leur exploration de la région avait fini de les convaincre. Surtout qu'en guise de compromis, Jaya leur avait promis de les emmener visiter le parc national de Sanjay Gandhi, d'où disait-on, on pouvait avoir une vue imprenable sur les environs, moyennant une randonnée de quelques kilomètres. En contraste avec la tentaculaire Bombay, la fraicheur de l'ombre des arbres était plus que bienvenue. Ingrid avait même fini par retrouver le sourire, elle qui était passablement irritable en marmonnant des "Helvete..." à tout bout de champ depuis leur arrivée dans la capitale indienne. Une carte à la main, Alec scrutait les fines lignes qui partaient dans tous les sens.

"Alors pour le belvédère, il faudrait suivre le sentier A7..."

"Elskling! Tu tiens la carte à l'envers!" pouffa Ingrid, le regard pétillant.

Ingrid

@Jaya Poddar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Jeu 1 Juin - 17:24

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

C'était un retour aux sources pour Jaya. Elle qui était pourtant née en Angleterre, se sentait toujours à la maison lorsqu'elle revenait à Mumbai. Cette chaleur étouffante, cette odeur de friture et d'épice dans les rues, ces embouteillages monstres et ces chauffeurs de taxi qui ne respectaient pas le code de la route et qui passaient leur temps à faire hurler leur klaxon … tout ça la ramenait à son enfance, à traîner les rues de la ville avec ses cousins et cousines durant ses grandes vacances, ou à partir acheter de bon légumes frais au marché avec ses grands parents. Seulement cette fois si, sa venue dans la capitale indienne était bien plus qu'une simple visite de famille. Quelques mois après le décès de son père, elle avait besoin de retrouver les parents de ce dernier, de passer du temps avec eux et pourquoi pas, si elle en trouvait le courage, de se rendre plus au nord du pays pour marcher sur les traces de son père.
Après quelques jours passés en ville, elle avait apprit que Alec y était aussi. Plutôt désireux de quitter Mumbai avec sa petite-amie, car n'étant pas frès fans des grosses villes, Jaya avait réussi à les retenir, en ventant la beauté du coin et en leur promettant de les emmener visiter le parc national de Sanjay Gandhi. C'était l'un des plus grand parc d'Asie, et si l'on avait le courage de marcher on pouvait atteindre un point de vu magnifique, d'où tout le parc, trois lacs et une partie de la ville était visible. Elle avait donc retrouvé le petit couple directement dans le parc, non loin des Grottes de Kanheri et ils c'étaient tout trois lancés en direction des sentiers de randonnée. Jaya ne connaissait pas trop Ingrid, mais elle était contente de voir que la jeune femme retrouvait le sourire à mesure qu'ils s'engouffraient dans le parc. Il ne manquait plus qu'à emprunter le bon sentier pour atteindre le sommet. En soit tout les chemins menaient à des endroits magnifiques, que ce soit un lac, un spot d'escalade ou un temple bouddhiste ; mais Jaya leur avait promis une jolie vue, donc autant ne pas les décevoir. Armé d'un plan légèrement froissé, Alec s'arrêtait pour étudier les lieux. Et pour un aventurier il n'était pas très dégourdit puisque Ingrid lui fit très vite remarqué qu'il tenait la carte à l'envers. Jaya échappa un petit rire avant d'indiquer d'un geste de la main un sentier et plus particulièrement le anneau qui se trouvait près de ce dernier. « Alec, ya des panneaux près des sentiers. » dit-elle presque dans un soupir, alors que le panneau lisait ''गौमुख'' sans autres annotations et que clairement, Alec comme Ingrid étaient incapable de déchiffrer ça.  « Normalement faut continuer sur Gomukh trail... » Une petite hésitation se faisait sentir dans sa voix et elle profita du passage d'un vieillard pour lui demander le chemin. Un mélange de marathi, de hindi et d'anglais qui lui venait étrangement naturellement et que seul les habitants du coin comprenaient, et très vite elle eu les informations qu'elle voulait. Le vieillard leur souhaita bonne chance en pouffant de rire, avant de poursuivre sa route vers le temple. Jaya se retourna vers Alec, presque anxieuse à l'idée de se lancer dans cette ballade que, bien qu'elle ne l'admette pas encore, elle n'avait jamais fait. Étant petite elle était déjà venue dans le parc, surtout dans les parties aménagés où se trouvait les animaux. Mais jamais ses parents, ou ses grands parents, n'avaient osé la forcer dans une randonnée, encore moins dans ce sentier qui était le plus long du parc. « Bon, c'est ce que je disais, on continu par là, mais ça va grimper. J'espère qu'on a assez d'eau pour ne pas mourir en route. » Elle terminait sur une pointe d'humour, essayent de positivé en se disant qu'elle partageait un moment spécial avec Alec et Ingrid et que, malgré la chaleur et le choix de sentier, ils allaient passer un bon moment.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Jeu 1 Juin - 20:46

« Des panneaux certes, mais des panneaux écrits dans un obscur alphabet, » répondit Alec en replaçant sa carte dans le bon sens. Erreur de débutant, et lui qui s’imaginait être un grand aventurier…

« Désolée de ne pas être aussi polyglottes, » compléta Ingrid un peu plus sèchement qu’elle l’aurait voulu et à qui le soupir de Jaya n’avait pas échappé.

Ingrid et Alec s’étaient rencontrés en Nouvelle-Zélande il y avait de cela près d’un an et demi, alors qu’ils travaillaient tout deux dans la même auberge de jeunesse. Leur amour commun de la musique leur avait permis de développer une profonde amitié qui s’était muée près d’un an plus tard en amour sincère. Leur décision de se mettre en couple était toute récente et remontait à quelques semaines à peine. Ingrid était une jeune femme qui, de prime abord, pouvait sembler distante. Le fait d’avoir grandi dans le nord de la Norvège, parmi les Samis y était peut-être en partie pour quelque chose. Le contraste entre Alec et Ingrid pouvait par conséquent surprendre au premier coup d’œil, mais à force de côtoyer le couple, on pouvait facilement se rendre compte qu’ils se complétaient à ravir, qu’ils se nourrissaient mutuellement. Si Alec était le feu, chaleureux, vivant, Ingrid était l’air, discrète, indispensable.

L’anxiété latente de Jaya n’échappa pas à Alec. Bien qu’il n’eût pas vu son amie depuis l’automne 2004, moment où il avait entamé son tour du monde, il sentait que sa tentative d’humour cachait son malaise.

« Es-tu sûre de pouvoir faire l’ascension? » Mais peut-être que lui poser la question directement titillerait son égo et qu’elle répondrait à l’affirmative d’un air résolu, ce que Alec ne voulait pas. Alors il posa une main rassurante sur l’épaule de son amie et la regarda droit dans les yeux. « Sincèrement. » Et si elle détournait le regard, son intuition sur son malaise ne serait que confirmée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Ven 2 Juin - 12:37

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

« fair enough. » La froideur d'Ingrid n'échappa pas à Jaya et elle regretta presque d'avoir osé prendre la parole. En temps normal elle aurait lancé une remarque piquante, histoire de ne pas se laisser attaquer sèchement par une inconnue, mais aujourd'hui elle y renonça, prenant sur elle. Pas question de se prendre la tête avec la petite amie d'Alec. Si Alec l'aimait, Jaya l'aimerait aussi, elle se devait d'accepter la relation de son ami et d'être sympathique avec celle ci, aussi froide et susceptible soit elle. Il y avait certainement un peu de chaleur derrière ce regard glacial et puis au fond, Jaya aurait certainement été aussi cinglante si la jeune femme lui avait fait la même remarque face à un panneau écrit en Norvégien. Donc elles n'étaient peut-être pas si différentes que ça. Alec retourna sa carte se concentrant sur cette dernière pendant que Jaya demandait le chemin. Le vieillard confirma ses doutes : le sentier à prendre était le plus long, et pour atteindre le point de vu il allait falloir grimper un moment. Il faisait déjà chaud, elle n'avait qu'une petite bouteille d'eau dans son sac à dos et sur le coup, l'idée du trajet ne l'enchantait pas trop, mais il n'était pas question de rebrousser chemin maintenant et ce pour deux raisons plutôt évidentes : l'humiliation que serait d'admettre qu'enfin de compte elle n'était pas si sportive qu'elle le paraissait, et la déception de Ingrid et Alec face à une promesse non tenue. Ingrid allait vraiment la détester si elle venait à les abandonner ici... quoi que, peut-être que ça l'arrangerait de voir partir celle qu'elle devait déjà voir comme une jeune femme arrogante et trop sur d'elle. Alec finit par sortir le nez de sa carte et, lisant en Jaya comme dans un livre ouvert, il lui demanda si elle était sûre de pouvoir faire l'ascension. Qu'est ce qu'il essayait de faire ? La convaincre de partir ? L'humilier face à Ingrid qui visiblement n'avait pas peur de faire des heures de marche en plein soleil ? (même si clairement elle allait brûlé dès que le sentier ne serait plus à l'ombre) Ses prunelles brunes plantées dans les yeux d'Alec, Jaya resta silencieuse quelques secondes, alors que le jeune homme venait poser une main voulu rassurante sur son épaule.  « Oui oui, je suis sûre. » dit-elle avant de jeter un bref coup d’œil au sentier puis de reporter son attention sur Alec.  « On y va ? » Fierté mal placée ou véritable envie de faire plaisir à Alec ? certainement un peu des deux. En tout cas il n'était pas question qu'elle laisse Alec ici. Elle avait reporté son voyage dans le nord du pays pour passer du temps avec lui, elle n'allait donc pas rentrer chez mamie Poddar tout de suite.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Ven 2 Juin - 18:51

Jaya avait détourné le regard. L'ascension ne lui tentait donc définitivement pas. Alec lâcha donc l'épaule de Jaya et se tourna vers Ingrid, avec qui il échangea un regard entendu.« Juste une petite seconde...»

Alec se rapprocha d'Ingrid et ils conversèrent à voix basse un bref instant. Ingrid lui fit part qu'elle ne voyait aucun inconvénient à faire l'ascension seule, lui rappelant qu'elle avait un sens de l'orientation plus développé que lui. De plus, bien qu'elle appréciait chaque seconde passée en la compagnie de son cher et tendre, elle ressentait parfois le besoin de se retrouver seule avec elle-même, histoire de se ressourcer, ce que Alec comprenait parfaitement. Alec avait quant à lui du temps à rattraper avec Jaya et pour profiter au mieux du temps dont ils disposaient ce jour-là, se retrouver seul à seule ne pouvait que leur être bénéfique. Après tout, Jaya avait traversé la moitié du monde en partie dans cette optique.

« Bon. Alec préfèrerait voir les grottes bouddhistes. Mais moi, j'en ai vu assez pour le reste de ma vie en Thaïlande et au Vietnam, » déclara Ingrid en prenant la carte des mains de son amoureux. Puis, alors qu'elle se mettait à inspecter la carte d'un oeil expert, Alec s'adressa à Jaya :

« Et moi, je n'en verrai jamais assez! Alors Jaya, si tu veux bien m'accorder cet honneur, j'aimerais que tu me guides jusqu'aux grottes de Kanheri. »

« À tout à l'heure! On se retrouve à l'aire amménagée des félins dans 4h. » Sur ces entrefaites, elle se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un tendre bisou léger sur les lèvres d'Alec, car il devait bien la dépasser d'une bonne tête et demi. Puis elle s'en alla d'un pas léger et le nez en l'air, admirant le paysage qui s'offrait à elle.

«Allez on y va! Allons voir ces fameuses grottes dont tu m'as vanté la beauté! » Avant même de laisser l'occasion à Jaya de protester, Alec la rassura. « Ne t'en fais pas... Elle sait probablement mieux se défendre que moi. Et elle a définitivement un meilleur sens de l'orientation que moi, » finit-il en riant, admettant volontiers ses failles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Sam 3 Juin - 16:53

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Ingrid et Alec s'échangeaient des regards et Jaya avait un peu de mal à comprendre ce qui se passait. Le jeune homme s'éloigna pour rejoindre Ingrid, annonçant à Jaya d'attendre quelques secondes. Cette dernière resta donc dans son coin, à observer de loin le petit couple. Elle n'aimait pas trop ces messes basses et ces regards ; ça lui donnait cette impression désagréable d'être l'enfant qu'on garde à l’écart des affaires d'adultes, celui à qui on cache un lourd secret en étant persuadé qu'il ne peut le comprendre. Mais elle prenait son mal en patiente, gardant de potentiels remarques qu'elle aurait pu lâcher sous le coup de la fatigue. Et alors qu'elle jouait nerveusement avec les sangles de son sac-à-dos, les deux amoureux se retournèrent vers elle et Ingrid annonça que Alec voulait voir les grottes, mais que ce n'était pas son cas. Puis sans rien ajouter la norvégienne récupéra la carte que tenait Alec pour l'étudier plus en détail, alors que ce dernier reprenait la parole, expliquant le changement de programme : Ingrid irait seule jusqu'au point de vu et Alec lui, irait aux grottes de Kanheri avec Jaya. Elle qui se préparait mentalement pour cette randonné et pour découvrir ce fameux point de vu, voilà qu'elle allait devoir aller jusqu'aux grottes. Enfin bon, au fond, la destination importait peu du moment qu'elle pouvait passer un peu de temps avec Alec. Même si, quelques part, ça l'embêtait de se dire que le jeune homme avait changé d'avis, de peur que Jaya ne veuille pas marcher et ne soit qu'un boulet durant la monter. Quoi qu'il en soit, elle n'avait pas son mot à dire, puisque à peine le nouveau programme annoncé que Ingrid s'éloignait déjà dans le sentier qui menait au point de vu, leur annonçant de la retrouver près du parc où les fauves étaient enfermés, dans quatre heures. Jaya reporta son attention sur Alec et entrouvrit la bouche, comptant bien protester. Après tout il n'était pas rare que des jeune femmes disparaissent, que ce soit en Inde ou ailleurs, et ce n'était pas sûr de partir seule dans la forêt comme ça... qui sait sur quoi, ou sur qui, elle pouvait tomber. Sa mère lu avait trop souvent dis de ne pas se balader seule à Mumbai et voilà qu'elle voyait Ingrid enfreindre cette règle sans s'en inquiéter. Mais Alec la coupa tout de suite, avant qu'elle n'ait le temps de dire un mot, lui assurant qu'elle savait se défendre et avait un bon sens de l'orientation.  « C'est dangereux quand même... » marmonna Jaya, forcée de laisser partir la norvégienne. Elle était têtue et le fait que Alec change de programme et laisse Ingrid partir seule la contrariait un peu. Si ça avait été quelqu'un d'autre, une amie de longue date par exemple, elle aurait catégoriquement refusé de la laisser partir. Mais là, elle se devait de faire confiance à Alec. Il la connaissait bien mieux qu'elle.
« Tu veux vraiment voir ces grottes ? Tu fais pas semblant ? » demanda t-elle tout de même, alors qu'ils s'étaient déjà mis à marcher en direction de ces dernières.  « J'veux pas que tu gâches ton séjour ici pour moi... » puis elle s'empressa d'ajouter :  « Non pas que les grottes ne valent pas le coup ! Ça n'a rien à voir avec ce qu'on voit en Thaïlande... mais, j'ai l'impression que tu changes le programme juste pour moi et ça m'embête. » Oui elle voulait passer du temps avec Alec, mais elle ne voulait pas qu'il rate une partie de son expérience à Mumbai juste pour elle.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Dim 4 Juin - 5:06

« Dangereux, certes, mais c'est plus dangereux de ne pas lui laisser son moment de solitude, crois-moi. Tu n'aurais pas aimé la voir à Bangkok. »

Ingrid était une fille de grands espaces et de solitude, de forêt et d'arbres, de nature et de paysage. Les grandes villes, la promiscuité, le bruit ambiant... tout ça l'énervait et l'irritait.

Et voilà que Jaya remettait en question son désir de voir les grottes. En fait, ce que Alec voulait surtout en cette seconde était de passer du temps seul à seule avec Jaya. Les grottes n'étaient qu'un agréable plus.

« En ce moment, mon désir le plus cher est de passer du temps de qualité avec toi, Jaya. Les grottes m'intéressent, certes, tu sais à quel point le bouddhisme me fascine. » Et elle mieux que quiconque probablement, puisqu'ils avaient dû faire un travail d'équipe au secondaire sur le bouddhisme. Alec avait été dénicher une vingtaine d'articles et de livres de plus que ce que leur enseignant leur avait demandé. Au final, ils avaient terminé avec une note pratiquement parfaite, les seuls points perdus ayant été des fautes d'orthographe et de grammaire.

« Alors si je peux passer l'après-midi avec toi ET voir les grottes, je serai l'homme le plus comblé du monde. » Bon il exagérait un peu quand même. Il y avait bien des choses qui auraient pu contribuer à le combler en cet instant précis, à commencer par une délicieuse tasse de thé Earl Grey accompagné d'un scone ou d'un carré de chocolat belge. Mais l'idée générale restait la même. « Tu vois? Ce changement de plan est purement égoïste de ma part. » Il espérait sincèrement que cette fois-ci, Jaya cesserait de se sentir mal, car vraiment, elle n'avait rien à se reprocher. Il s'approcha de nouveau de Jaya et posa cette fois-ci ses deux mains sur chacune des épaules de la jeune femme. « Et je m'excuse de ne pas t'avoir incluse dans ces pourparlers avec Ingrid. »

Il laissa passer un court instant, puis son regard se fit espiègle alors qu'il relâchait son amie. Il lui offrit solennellement son bras comme l'aurait fait un gentleman à sa noble compagne. « Milady, si vous voulez bien me faire l'honneur... Des grottes nous attendent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Dim 4 Juin - 16:07

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Ingrid, dangereuse si on ne lui accordait pas un moment de solitude ? Bon, ça Jaya voulait bien le croire. Alec assura à la jeune femme qu'il voulait surtout passer du temps avec elle bien que les grottes l’intéressaient aussi puisque, comme elle le savait, le bouddhisme le fascinait. Jaya esquissa un petit sourire en entendant ça, repensant immédiatement a cet exposé sur le sujet qu'ils avaient fait au secondaire. Ces heures de recherche, Alec et les bras chargé de bouquin qui venait chez elle, les yeux pétillants, lui résumant tout ce qu'il avait pu lire sur cette philosophie. Elle en avait plus apprit sur l'importance du bouddhisme en Inde grâce à Alec et cet exposé, que durant ses voyages ici. Et aujourd'hui, une nouvelle fois, Alec pouvait joindre bouddhisme et retrouvailles avec Jaya, ce qui semblait l'enchanter.  « Pour une fois que je comble un homme ! » plaisanta t-elle à mi-voix. Elle sortait toujours avec le même homme, celui qu'elle avait rencontré à la fac, avec lequel elle enchaînait les conneries, s'attirait des ennuies. Celui qui la trompait avec la moitié du campus, qui se servait d'elle, profitait de ses sentiments. Alors, comblé un homme, elle le savait, ça ne semblait pas dans ses cordes, mais bizarrement elle s'en amusait encore, certainement pas assez brisée par ce salop pour se rendre compte de la situation, pour s'avouer qu'elle valait mieux que ce misogyne. Mais tout ça, Alec n'en savait certainement rien, puisque ce dernier était à l'autre bout du monde depuis de nombreuses années, et elle se gardait bien de préciser dans ses courriels que son petit ami la trompait et que Gabrielle le détestait.
Pas de concession de la part d'Alec, ou pas vraiment en tout cas, ce changement de plan semblait l'arranger enfin de compte, ce qui rassurait Jaya. « Pas de soucis. » dit-elle simplement alors qu'il s'excusait. Puis elle pouffa de rire en le prenant par le bras pour partir en direction des grottes. « Bon, du coup : c'est quoi le programme après Mumbai ?  » demanda t-elle alors qu'ils marchaient côte à côte. Elle savait que Alec n'allait pas retourner à Londres de si tôt, donc autant savoir où il serait la prochaine fois qu'elle lui enverrait un mail pour avoir de ses nouvelles.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Dim 4 Juin - 18:45

« Aaah! Ne sous-estime pas le pouvoir de ta féminité sur nous, pauvres faibles hommes. » Ce pouvoir qui avait le don de charmer les hommes et parfois même de leur faire perdre la tête. Cette force tranquille que les femmes possédaient et dont les hommes n'avaient même pas idée. Mais surtout, ce pouvoir inestimable de donner la vie. Alec avait encore du mal à comprendre que certains hommes maltraitaient les femmes, les bâillonnaient, les empêchaient de s'épanouir et de s'accomplir. Peut-être était-ce parce qu'une femme qui lisait pouvait s'avérer terriblement redoutable pour un pouvoir autocratique tyrannique et teinté d'autoritarisme.

Alors qu'ils se mettaient en marche, Jaya lui demanda la suite de ses projets de voyage. Le regard acier d'Alec se perdit dans le vide, alors qu'il se caressait la barbe.

« Je sais pas trop en fait... On a fait des demandes de visa vacances-travail pour le Canada. On aimerait y être pour la saison des Pow Wow, mais avec toute cette paperasse... ça devra sûrement aller à l'année prochaine. C'est lourd. Heureusement qu'Ingrid se débrouille mieux que moi avec ça! » Au début de son voyage, Alec avait eu du mal avec ce concept de visa. Il ne comprenait pas que certains pays demandent une autorisation pour séjourner chez eux. Avec son passeport britannique, il n'avait que rarement eu à vivre la galère de demander un visa, mais Ingrid et son passeport norvégien l'avait confronté à une toute autre réalité. « Si tu veux mon avis, il ne devrait pas y avoir de frontières. » Ces lignes imaginaires dessinées arbitrairement par des colonialistes pansus sur la surface de la terre apportaient bien souvent plus de problèmes qu'autre chose. Les peuples devraient avoir le droit de circuler librement, renouer avec le nomadisme d'antan, mais surtout reconnecter avec la terre mère, Gaia. Plus Alec passait de temps avec des peuples autochtones, plus il réalisait l'importance du lien avec la terre, avec la nature, et toute la nécessité de vivre cette relation à un niveau spirituel.

Alec tourna alors la tête vers Jaya, avant de reporter son regard sur le sentier. « Et toi alors? Comment tu tiens le coup? » Perdre son père dans des circonstances aussi atroces qu'un attentat n'avait pas dû être facile pour son amie, mais Alec était content de pouvoir être là pour elle ce jour-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Mar 6 Juin - 12:09

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Bras dessus, bras dessous, ils partaient en direction des grottes. Ça faisait un moment qu'ils ne c'étaient pas vu, pourtant rien ne semblait avoir changé entre eux. Certes, ils avaient grandi depuis ; Alec certainement plus que Jaya d'ailleurs, puisque voyager, c'était grandir, c'était apprendre sur les autres mais aussi sur sois-même et Alec n'avait plus grand chose de l'adolescent qu'elle avait connu. Pourtant il était resté profondément le même. Ce garçon curieux de tout, et sincèrement bon, avec son accent écossais, qui malgré ses nombreux voyages ne le quittait pas. Ça rassurait Jaya de voir que, malgré la distance, malgré son absence, ils avaient réussi à conserver cette belle amitié. Qui sait, peut-être que dans dix ans ils seraient encore amis et Alec reviendrait à Londres avec plein d'histoire à raconter.
Il expliqua qu'après Mumbai, Ingrid et lui comptaient partir pour le Canada mais que la paperasse pour les visa retardait leur voyage. Jaya avait beaucoup de respect pour Alec et pour son mode de vie. Elle savait que, bien que l'idée de voyager autant fasse rêver, elle en serait bien incapable. Se prendre la tête avec tout un tas de papier, devoir refaire ses valises sans arrêt, n'avoir aucun point d'attaches, être loin de sa mère, ne jamais savoir de quoi demain serait fait.... tout ça lui semblait impossible, stressant, et fatiguant. Elle qui avait déjà passé une grande partie de sa vie avec les même personnes et qui, maintenant encore en rentrant à Oxford, se retrouvait avec Gabrielle, n'échangerait pour rien au monde sa petite vie posée. Le frisson elle le trouvait ailleurs, même si clairement ça ne devait pas être la même chose que de mettre les pieds dans un nouveau pays toute les deux semaines. « Vous vous êtes bien trouvés. » commenta t-elle au sujet d'Ingrid, un sourire sincère collé aux lèvres. Alec, le vagabond, qui trouvait enfin une fille aussi folle d'aventure que lui, c'était presque digne d'un comte de fée et ça lui faisait chaud au cœur. Ça lui redonnait peut-être même un peu d'espoir. Si il avait trouvé la perle rare, peut-être qu'un jour elle aussi trouverait la bonne personne. Même si pour le moment elle ne voyait pas vraiment de problème à sa relation actuelle.
Une fois de plus elle retrouvait le Alec utopiste du lycée, celui qui pouvait débattre pendant des heures en classe tant il pouvait croire à un monde meilleur. Sans frontières il était évident que se déplacer serait plus simple, et qu'il y aurait, peut-être, moins de conflits pour délimité ces dernières. Pourtant, aux yeux de Jaya, sans frontières, il n'y aurait plus de chez-sois, plus rien pour délimité où s'arrêterait 'nous' et où commencerait 'les autres'. Perdre les frontières c'était perdre une identité nationale, perdre cette idée d'appartenance à un pays, à une culture. « Sans frontières on perdrait un peu de notre identité. Sans frontières tu serais plus écossais, ni britannique. Tu pourrais voyager, mais tu perdrais peut-être un peu la curiosité de voir ce qui se passe de l'autre côté de cette ligne...ça retirerait un peu cette idée d'exploration, si on était tous une seule et même nation. »
Ils poursuivaient leur chemin, tranquillement, à l'ombre des arbres, alors que Alec posait la question piège. ''Comment tu tiens le coup ?'' évidemment il ne parlait pas d'Oxford, ni de sa vie en colocation avec Gabrielle, il parlait bien du décès de son père. Sujet que Jaya avait pour habitude d'éviter. Elle n'en parlait avec personne et c'était certainement mieux comme ça. Puisque 'tenir le coup' c'était a peu près tout ce qu'elle faisait. Elle qui avait manqué de rater sa dernière année de lycée suite à ce décès, elle n'avait fait que repousser ce deuil, ravaler sa peine, pour se concentrer sur ses études ; se figurant que son père aurait voulu qu'elle fasse de son mieux. Il aurait été terriblement fière de la voir entrer à Oxoford, peut-être un peu moins de la voir perdre son temps à revenir ici, sur ses traces, alors qu'elle pourrait être entrain d'étudier.  « Je tiens le coup. » dit-elle simplement en regardant droit devant elle.  « Je pensais aller sur les lieux de l'accident.... mais je n'sais pas trop. » Alec devait bien se douter qu'elle n'était pas revenue ici, en court d'année scolaire, juste dans le but de passer des vacances en famille ou de le voir lui. Pourtant, c'était la première fois qu'elle le disait à voix haute. Elle n'en avait pas parler à Gabrielle, ni à sa mère, ni même à ses grand parents. Elle était, officiellement, venue pour voir ces derniers qu'elle n'avait pas revus depuis l'attentat et c'est tout. « En faite, c'est plus difficile que ce que je pensais. » Avoua t-elle. La tranquillité du parc et la présence rassurante de Alec, qui était toujours à l'écoute, avait, l'espace d'un instant, raison de sa carapace.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Jeu 8 Juin - 2:08

Alec dut presque se faire violence pour ne pas enchainer sur la question de la diversité culturelle, de peur que le temps fila sans qu'ils aient pu discuter sérieusement. En effet, selon lui, la diversité culturelle existait indépendamment des frontières, car si les frontières étaient dessinées arbitrairement sur des cartes, les cultures naissaient plutôt de l'instinct grégaire des êtres humains désireux de codifier leurs rapports sociaux et de donner sens à l'univers. La naissance, la mort, passer de l'enfance à l'âge adulte, tous les gestes du quotidien... Autant de concepts intimement imprégnés de la culture dans laquelle ils se vivaient.

« Personne n'a dit que ce serait facile, » lui répondit-il avec douceur, la serrant brièvement un peu plus fort. « Tu es forte Jaya. » Plus encore qu'elle le croyait elle-même à ce moment-là. Plus il ajouta d'un air songeur : « Si j'étais toi, je le ferais, ce pèlerinage sur les traces de mon père. Je crois que ce serait une façon de m'approprier son absence. De comprendre aussi. Mais surtout d'aider à faire mon deuil. » Mais il ne pouvait lui forcer la main, même s'il était persuadé que ce pèlerinage serait la meilleure chose à faire dans sa situation.

Car mine de rien, il comprenait bien ce que pouvait vivre Jaya par rapport au décès de son père, car lui-même avait perdu sa mère, qui s'était suicidée quand il n'était encore qu'un enfant. Quand il était allé en Belgique pour la première fois après son décès, il se souvenait qu'arpenter les mêmes rues que sa mère au même âge lui avait procuré un certain réconfort. Le reste de son deuil avait été facilité par la musique, cet universel langage du coeur et de l'âme, partie intégrante de l'expérience humaine à son niveau le plus fondamental.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Ven 9 Juin - 11:27

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Il resserrait brièvement son étreinte comme pour la rassurer. Ce ne serait pas facile, évidemment, mais qui aurait cru que la simple décision de marcher dans les pas de son père serait si dure à prendre. Elle avait bien envie d'oublier cette idée, de rester chez ses grand-parents, se figurant que c'était déjà bien, déjà un pas en avant et une façon de faire son deuil. Alec lui assura qu'elle était forte et entendre ça lui arracha un petit sourire. Il était décidément un bon ami, si bien qu'il lui conseilla de faire ce pèlerinage, assurant qu'à sa place il l'aurait fait. Peut-être qu'enfin de compte il ne lui manquait que ça : un coup de pouce. Elle hocha lentement la tête.  « T'as raison. » dit-elle simplement, comme après avoir peser le pour et le contre. « J'irais demain je pense. » Ouais, elle prévoirait tout ça dés ce soir, tant qu'elle était encore décidée et surtout motivée. Il ne fallait pas qu'elle se dégonfle entre temps et qu'elle rentre sans avoir fait ce pourquoi elle était venue. Elle le regretterait bien trop.
« T'as donné des nouvelles à ta sœur dernièrement ? » demanda t-elle soudain après un court silence. Changement de sujet et c'était mieux ainsi. La question était limite rhétorique puisqu'elle connaissait déjà la réponse. La sœur de Alec avait prit soin de demander à Jaya de foutre un bon coup de poing dans l'épaule de son frère, pour ne pas avoir répondu à ses derniers courriers et pour ne pas tenir sa promesse de lui écrire tout les jours.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Lun 12 Juin - 2:29

Alec fut heureux d'apprendre que Jaya avait finalement accepté de suivre les traces de son père. Ceci étant réglé, le couple d'amis pouvait mieux profiter de la sérénité des lieux, des parfums subtils mais persistants des mauves, du bruissement des feuilles, des chants d'oiseaux et des grillons qui leur répondaient... Moment de quiétude, moment d'éternité. Une marche qui, à elle seule, valait toutes les séances de méditation du monde. Jusqu'à ce que...

« T'as donné des nouvelles à ta sœur dernièrement ? »

Damn. Le charme était rompu. La bulle de paix hors du temps dans laquelle ils se trouvaient venait d'éclater.

« Ma soeur? » répéta-t-il en écho, comme pour gagner du temps. Honteux, il ne pouvait admettre qu'il n'avait pas pris le temps de s'arrêter dans un café internet pour envoyer un petit courriel. Au début, il oubliait, tout simplement. Puis, plus le temps passait, plus il se culpabilisait. Mais ce faisant, il ne pouvait se résoudre à envoyer un petit courriel tout riquiqui en mode : ouais, c'est Alec, tout va bien, t'inquiète. Plus le temps passait, plus il fallait que la lettre qu'il écrirait soit digne de la pénible attente qu'il faisait subir à Sorcha. Il fallait les mots justes, les phrases adéquates... Un exercice mental qui exigeait beaucoup d'énergie, mais surtout de temps. Peut-être anticipait-il trop l'ampleur de la tâche, peut-être était-il un peu trop perfectionniste sur ce point... Mais il ne pouvait s'enlever de l'esprit que plus il ferait attendre Sorcha, plus elle méritait une réponse digne, sincère et authentique. Quelque chose qu'il ne pouvait que transmettre par la musique.

Il baissa la tête, honteux.

« Non... Je... » Il hésita. Quoi? Comment pouvait-il justifier ce silence de sa part? « Non... J'suis juste con. » Il pensa alors à cette partition inachevée destinée à Sorcha qu'il trainait continuellement dans son sac. Une liasse de feuilles plus précieuse encore que son passeport et sur laquelle même Ingrid n'avait pas posé les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Mar 13 Juin - 11:46

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Sorcha et Jaya s'entendaient bien. Elle avait su l'aider pour améliorer ses notes d'anglais et, bien plus qu'une aide aux devoirs, elle était devenue une amie, une grande sœur de cœur. Bien que Jaya n'ai pas l'habitude d'avoir ce rôle, et ne soit pas toujours de bon conseil, elle l'avait toujours accepté avec joie et fait de son mieux pour être un bon exemple pour cette jeune femme qui semblait parfois la prendre pour modèle. Avant son départ pour Mumbai elle n'avait évidemment pas pu cacher à Sorcha qu'elle allait voir Alec là bas. Si premièrement la petite sœur de ce dernier avait voulu venir, se cacher dans la valise de Jaya pour aller retrouver Alec, ne serait-ce que quelques jours, elle avait tout de même finis par se faire à l'idée qu'elle ne pourrait pas faire le voyage. Elle avait donc prit soin de demander à Jaya d'engueuler son frère pour elle, de réclamer plus de nouvelles de sa part et, au passage, de le frapper un peu. Jaya commençait donc par jouer l'innocente, amenant le sujet avec une question dont elle avait déjà la réponse. Alec jouait les échos avant de rester silencieux un moment et d'enfin avouer que non, dernièrement il n'avait pas donner de nouvelle à sa sœur. Et comme simple justification il s'insulta tout en baissant la tête, visiblement honteux de l'admettre. « C'est ce qu'elle a dit. » lâcha Jaya un sourire taquin collé aux lèvres, venant donner un petit coup de coude à Alec.  « Tu devrais répondre plus souvent à ses courriels. Même si c'est juste pour lui dire que tu vas bien, je pense que ça lui ferait plaisir. » C'était même certain que ça lui ferait plaisir. Jaya savait que ce n'était pas toujours évident de prendre cinq minutes pour appeler un proche ou répondre à une lettre. A son départ pour Oxford, elle aussi avait promis à sa mère qu'elle l’appellerait tout les jours, puis petit à petit, le nombre d'appel c'était vu réduit à une fois tout les trois jours, puis une fois par semaine. Parce qu'aussi proche de sa mère soit elle, elle grandissait, faisait de  nouvelles rencontres et n'avait parfois ni la tête, ni le temps d'appeler sa mère pour passer cinq minutes au téléphone et lui dire des banalités. Pourtant, elle avait rapidement appris que même le plus insignifiant des messages faisait plaisir à sa mère et la rassurait. Et ça ne devait pas être vraiment différent pour Sorcha. Elle voulait savoir s'il allait bien, lui dire qu'il lui manquait, lui raconter ses journées de cours, un peu comme elle pouvait le faire lorsqu'il était à la maison. Puis elle était certainement curieuse de savoir ce que son frère faisait à l'autre bout du monde et pouvoir voyager un peu grâce à lui.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 88
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Emile Hirsch
▪ âge : 31 ans, né le 18 mars 1986
▪ statut : En couple/En couple/Célibataire
▪ occupation : Petits boulots/Étudiant/Anthropologue, médiateur interculturel

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Mer 21 Juin - 16:49

Alec haussa un sourcil. Vraiment? Sorcha l'avait juste traité de con? Connaissant sa petite soeur, elle aurait plutôt sorti un chapelet d'insultes dans un mélange confus de français, d'anglais et de gaélique. Il la voyait presque devant lui, vociférant et gesticulant, se préparant à le rouer de simili coups de poings qui chatouillaient plus qu'ils n'étaient douloureux. À cette pensée, il esquissa un sourire, le regard perdu dans la vague, comme s'il regardait dans les yeux sa petite soeur restée au Royaume-Uni.

« Je sais... je sais tout ça... » Il s'interrompit, hésitant. Il savait qu'il était dans le tort, mais l'admettre était une autre histoire. « Et... hmm... Comment va-t-elle? »

Quand Alec était partie il y avait presque deux ans de cela, Sorcha était une jeune adolescente espiègle et joviale. Jamais il n'aurait pu se douter que quelques mois à peine, Sorcha entamerait une descente aux enfers, car ce qu'il ne savait pas, c'était qu'elle vivait une fin de secondaire difficile. Victime d'intimidation, elle devait fournir un effort quotidien pour se rendre à l'école et affronter le regard de ces collègues de classe qui se moquaient d'elle constamment. Chaque semaine écoulée était une petite victoire et la rapprochait inexorablement de l'été salvateur. Heureusement, elle avait une psychologue en or qui l'aidait à surmonter efficacement son anxiété, car le départ de son frère avait réveillé des symptômes restés en latence depuis le décès de leur mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 185
▪ dispo pour un rp ? : Yep, always.
▪ avatar : Priyanka Perfect Chopra, Queen of India. (ouais rien que ça !)
▪ âge : 29/04/86 (31 ans en 2017 - 23, 24 ans en 2010 - 19, 20 ans en 2006)
▪ statut : Célibataire en 2017 et en 2010, en couple avec un connard qui lui brisera le cœur en 2006.
▪ occupation : Hot English teacher at Holland Park.

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   Ven 23 Juin - 11:08

Funny how the world keeps spinning round
→ ALEC & JAYA

Jaya savait bien que tout n'était pas rose pour Sorcha. Elle ne lui racontait pas tout, mais le peu qu'elle lui confiait lui laissait imaginer bien des choses. Être la cible de moqueries, Jaya savait ce que c'était. En tant qu'anglaise d'origine indienne, avec un petit accent qui fait voyager, elle avait bien souvent été insultée par ses camarades, qu'ils soient ignorant, ou véritablement racistes. Elle c'était premièrement dit qu'elle allait si habituer. Puis rapidement elle c'était défendue, parce que c'était plus fort qu'elle. Se faire marcher sur les pieds ce n'était pas son genre. Puis elle avait finit par trouver un groupe d'ami qui l'acceptait telle qu'elle était, ou qui, comme Souhir, comprenait ce que c'était d'être vu comme ''différente''. Son combat contre le racisme restait pour autant permanent, même si aujourd'hui, elle était moins blessée par ces remarques idiotes, que lorsqu'elle était ado. Pour autant, pour Sorcha c'était différent. Et Jaya tentait de l'aider, comme elle le pouvait, en lui sortant des discours voulus motivants, en lui rappelant ce but qu'elle c'était fixé après le lycée. See the bigger picture, and be the bigger person. C'était plus facile à dire qu'à faire et Jaya le savait, mais elle pouvait difficilement faire autre chose. Puisque aller à la rencontre de ses oppresseurs n'arrangerait certainement pas les choses. Elle savait qu'en racontant le peu qu'elle savait et ce qu'elle en avait déduit à Alec elle allait l'inquiété inutilement, voir même le pousser à couper court à son séjour pour aller à la rescousse de sa sœur. Puis c'était un secret que Sorcha lui avait, plus ou moins, confié, quelques choses qu'elle ne racontait à personne. Et il n'était pas question que Jaya perde la confiance de Sorcha en racontant tout ça à Alec. « Elle va bien. » Dit-elle simplement. « Elle travaille dure et elle a hâte d'en finir avec le lycée. » C'était certainement risqué que de cacher ça à Alec, après tout, c'était la santé mental de sa soeur qui était en jeu. Mais Jaya n'avait pas de doute : Sorcha s'en sortirait. Elle aussi avait passé une dernière année de lycée difficile avec le décès de son père et la chute de ses notes alors qu'elle comptait postuler pour Oxford. Mais elle y était arrivée. Et si elle avait pu rentrer à Oxford, Sorcha le pourrait aussi. Elle était forte, Jaya n'en doutait pas, et puis elle était là pour elle si besoin, donc tout irait bien.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Too Good At Goodbyes + I'm never gonna let you close to me Even though you mean the most to me 'Cause every time I open up, it hurts. So I'm never gonna get too close to you Even when I mean the most to you In case you go and leave me in the dirt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Funny how the world keeps spinning round [Jaya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funny how the world keeps spinning round [Jaya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2006 :: Heathrow airport (partie étranger)-
Sauter vers: