Time after time - ft Andrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 0:24

Assis au comptoir du casino, Samuel s'amuse nonchalamment avec la paille de son cocktail, s'en servant pour repousser mollement se glaçons. Sa candeur innocente détonnait un peu, entre ces murs, mais c'était justement sa marque de fabrique, ce que Ciaran lui avait dit de conserver. Bien entendu, pour certains, il n'était qu'un gamin, tout sucre et tout miel, pour d'autres, il était typiquement ce qu'ils recherchaient ; cette douceur attirante, cette fragilité qui n'effrayait pas et qui inspirait la confiance aux plus timides. Il s'était tout de même pris à fumer, depuis qu'il avait commencé à travailler ici. C'était idiot, il n'avalait même pas vraiment la fumée, ce n'était qu'une question d'attitude ; cela le vieillissait quelque peu, lui qui avait l'air d'un gosse au milieu des loups, tout en lui donnant l'assurance qui lui manquait. De son autre main, il écrase d'ailleurs sa clope dans le cendrier avant de hausser un sourcil interrogateur en entendant sa voisine de droite siffler d'un air appréciateur. Il penche la tête, suivant son regard vers l'entrée de la salle de jeux, dans laquelle un jeune homme vient de faire son apparition. Si Sam le détaille avec attention, Ruby (ou quel que soit son pseudonyme) le dévore littéralement des yeux, glissant à l'oreille du blond, sur un ton complice. « Celui-là, je serais prête à lui donner de l'argent, pour l'avoir. » Et puis elle se met à éclater d'un rire cristallin, comme riant à une bonne blague. Une plaisanterie que le blondinet n'avait pas comprise mais il sourit quand même, comme si c'était le cas, pour donner le change et ne pas passer pour un idiot. La rousse incendiaire se fout d'ailleurs bien de sa réponse comme elle a déjà quitté son tabouret et son Gin Tonic, pour fondre sur sa proie, bien décidée à allier travail et plaisir. Lui, plus sage, se contente de détourner le regard, se remettant à jouer avec sa paille, même s'il jette, de temps à autre, un coup d'oeil en direction de cet étrange couple nouvellement formé. Ruby s'accroche à lui comme un naufragé à son ancre alors le môme finit vite par s'en désintéresser, sirotant sa boisson avec application, perdu dans ses pensées. Il rédige mentalement la dernière partie de la dissertation qu'il devra écrire à la va vite, demain, dans le métro, pour la rendre à temps, quand une main vient se poser sur son épaule, le sortant de ses réflexions. Il lève les yeux, se retrouvant nez à nez avec le fameux jeune homme alpagué par Ruby, laquelle est d'ailleurs en train de ruminer dans un coin en lui lançant un regard noir. Il rosit légèrement, se sentant coupable alors qu'il n'y est pour rien, avant de reporter son attention sur le nouveau venu. « Hey, salut... Je veux dire... Bonjour... » Il passe une main rapide dans ses cheveux blonds, lui dédiant un sourire enjôleur. Il ne sait jamais vraiment comment engager la conversation, sans doute Ciaran pourrait-il lui donner davantage de conseils à ce sujet parce qu'il à juste l'air un peu candide. Mais c'est peut-être ce que l'inconnu recherche ? « Tu veux monter ? » Simple, court, direct mais pas forcément efficace, comme il craint soudainement l'avoir brusqué et le voir s'envoler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 0:54

C’est un de ses clients qui a mentionné ce lieu un jour, dans une de leurs conversations. Le type passait devant le Tribunal pour consommation de stupéfiants, et il a expliqué à Andrea, alors obligé par le secret professionnel inhérent à sa profession, qu’il se fournissait au Casino – qui était en outre connu pour développer un réseau de prostitution de luxe, souterrain. La décision ne fut pas vraiment simple à prendre, mais les semaines filant, et son état manquant de s’améliorer, l’idée avait fini par germer dans sa tête et il avait finalement décidé de la mettre à exécution.

Depuis son divorce, il y a un an environ, Andrea n’a connu personne de manière intime. L’envie qui lui manquait, au début, tant il était enfermé dans la dépression et ce qui lui paraissait être une détresse dont il ne parviendrait jamais à se défaire – puis le manque d’expérience, et surtout, l’impression de commettre une faute. Il n’a jamais vraiment réussi à se détacher de l’idée selon laquelle coucher avec un autre homme reviendrait à tromper Tristan. Pourtant, il est persuadé que son ex-mari, bien que discret sur le sujet, ne doit pas vraiment se gêner. Tristan a toujours été un peu coureur de jupons, alors qu’Andrea lui n’a connu que lui – lui et un sale type avec lequel il a couché une fois pour tenter de sauver la place de son mari à Oxford. Sombre histoire dont il n’a pas vraiment envie de faire état dans le cadre de son expérience.

Le contact lui manque, pourtant, depuis le temps. Il a besoin de sentir la proximité de quelqu’un, il a besoin qu’on le touche aussi – et il ne se sent pas capable d’aller draguer. C’est ça, sans doute, qui a motivé sa décision. Payer, c’est plus simple. Ça nécessite moins de conversation, moins de réflexion. Quelques billets et l’affaire est jouée, simplement, sans avoir besoin de se confier, de se livrer, ou de faire l’effort de converser. De draguer, ce dont il ne se sent toujours pas capable. Envisager le sexe pour le sexe est une chose, mais Andrea ne veut pas s’imaginer remplacer Tristan, et le sexe tarifé lui semble encore être le meilleur moyen d’échapper à la réalité. Il ne dira rien, de toute façon, personne n’a besoin de savoir qu’il est là.

C’est donc nerveux qu’il pénètre le Casino sans savoir réellement ce qu’il va y trouver – il est guidé, cela dit, dès son arrivée, on prend soin de lui demander pourquoi il vient et il tente de jouer les habitués en sachant très bien qu’on l’identifiera aisément comme novice. On lui indique le bon endroit, le bon lieu, et il s’y rend sans penser – il a avalé deux verres de vodka avant de partir de chez lui, Grace n’est pas là ce week-end. Il est à peine entré dans ce qu’il identifie comme un bar un peu spécial qu’une jeune femme s’avance, riant à gorge déployée, posant sa main sur son épaule – voilà longtemps qu’il ne s’est pas fait draguer par une femme. Il l’écarte d’un geste de la main et lui explique qu’il n’est pas là pour voir une femme – dans un état étrange, second. La vérité, c’est qu’il ne sait pas comment ces choses là fonctionnent, c’est tellement peu conventionnel pour lui. Il a repéré un homme, installé au bar, un peu plus loin – plus discret, moins… moins quoi ? Vulgaire, peut être. Andrea hausse une épaule et s’approche, presque timidement, déposant une main sur l’épaule du blond qui lui propose immédiatement de monter – ce à quoi Andrea ne s’attendait pas vraiment. « Euh… » il lance, en penchant un peu la tête ; les années ont gommé ce qu’il restait de son accent français. « J’imagine ? Je ne sais pas. C’est la première fois que je viens, » il précise – préfère être honnête. « Je peux commander un verre ? » il demande quand même – pour trouver le courage dans l’alcool, l’idée ne lui semblant pas du luxe. « Je m'appelle Andrea », il lâche, sans oser s'asseoir - dans l'hypothèse où il faudrait "monter" tout de suite.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 1:20

Il a l'air nerveux, plus nerveux que ceux qu'il peut voir dans ces lieux d'habitude, mais ça lui donne un attrait certain. Il n'est pas de ces habitués qui arrivent comme si le monde leur appartenait et qui consomment sans plus de considération que leur café quotidien. Il lui demande malgré tout s'il souhaite monter tout de suite, parce qu'il est encore un peu brut de décoffrage, Sam, et qu'il a encore tout à apprendre des codes subtils de ce monde, de la façon de dire les choses sans vraiment les dire... A son air un brin interloqué, il comprend qu'il s'est manqué et que ce n'était pas ce que le type avait besoin d'entendre. Comme on le lui a appris, il tente d'identifier les besoins du type afin de lui offrir ce qui lui correspondra le mieux. Un client heureux et satisfait est un client qui revient, c'était la devise de Ruby ou peut-être d'une autre d'entre elles. « Euh… » Il penche la tête et Sam lui dédie un sourire encourageant, presque innocent. La candeur de ses traits a tendance à rassurer les plus angoissés et c'est vers lui que se tournent généralement les premiers visiteurs. En tous cas c'est ce qu'il a pu constater, durant ces quelques semaines passées ici. « J’imagine ? Je ne sais pas. C’est la première fois que je viens, » Le sourire du blond se fait plus chaleureux. Qu'est-ce qu'il disait, hein ? Il sirote une gorgée de cocktail, mordillant la paille avant d'acquiescer d'un mouvement de tête. Il comprend et ça ne le dérange pas, c'est ce qu'il semble lui dire de ce simple geste. Peut-être trop subtil, pour le coup ? Décidément, il n'y arriverait jamais... « Je peux commander un verre ? » Le plus jeune laisse échapper un rire cristallin en lui montrant le bar d'un signe de la main, amusé qu'il semble lui demander sa permission, à lui. Après tout, c'était lui, le client alors Sam' ferait bien ce qu'il voudrait... « Je m'appelle Andrea. » Le gosse en prend note avant de répondre à son tour. « Sam. » Bien sûr, ça en jetait moins que les Ruby, Raven et autres Kimi, mais la simplicité avait parfois du bon. « Tu peux t'asseoir, si tu veux, on n'est pas obligés de monter de suite... » Il hausse les épaules, passant une nouvelle fois, une main rapide dans ses boucles blondes. « Tu peux toujours changer d'avis... » commence-t-il, dardant sur lui ses yeux d'un bleu délavé. « Je veux dire... Choisir quelqu'un d'autre, ou juste rentrer chez toi... » Non, décidément, Ciaran ne validerait sans doute pas sa méthode de vente mais il avait son propre style, bien différent de celui des autres hères du coin, et c'était ce qui plaisait aux clients. Ce naturel franc et ingénu, spontané et dénué de toute vulgarité... Il demeure silencieux un moment, le laissant commander son verre et y plonger les lèvres, conscient que l'alcool fournit parfois le courage qui manque aux indécis. Quand il le sent un brin plus détendu, il se décide enfin à reprendre la parole, un sourire doux sur les lèvres. « Sois pas nerveux. C'est presque la première fois, pour moi aussi... J'fais pas ça depuis longtemps... » Un air rieur de lycéen qui fait le mur vient illuminer son visage comme il hausse les épaules. Il ne voyait pas comment le rassurer davantage ; si Andrea n'était pas décidé à franchir le pas, rien de ce qu'il pourrait lui dire ne changerait quoi que ce soit. « Qu'est-ce que tu viens chercher ici ? » Il interroge avec douceur. Même si la question peut paraître idiote, il a bien vite compris qu'ici, au-delà du sexe, les gens avaient des envies différentes et il se demandait bien ce dont lui avait besoin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 13:06

C’est un de ces moments où il ne sait pas s’il a eu une bonne idée ou une idée totalement catastrophique. Il n’est même pas sûr de pouvoir mener tout ça à terme, pas certain d’être capable d’entrer dans une chambre pour coucher avec un inconnu, même qu’il soit un inconnu payé pour le faire. Tristan lui manque, lui qui le connaissait mieux que quiconque. Ce sont ses mains à lui qu’il aimerait sentir contre sa peau – mais il faut bien qu’il se sorte cette idée là de la tête. il est déterminé à tenter d’aller mieux, ne serait que pour Grace, si mature, si généreuse et si fragile en même temps. Ce week end qu’elle passe à Amsterdam est le prétexte à beaucoup de choses, même si, comme il le lui a promis, il lui envoie des messages réguliers pour la rassurer. Il a aussi décidé de ne pas trop boire – ce qui semble mal parti, le verre entre les mains, alors qu’il divague un peu dans ses propres pensées.

« Oh, vraiment ? » il demande en penchant la tête. Ca ne l’empêche pas d’être nerveux, mais quelque part, c’est presque rassurant. « Je sais pas si je suis capable d’aller au bout », il explique, un haussement d’épaule évasif plus tard. « J’ai divorcé il y a un à peu près un an et… » Comment dire ? Le temps commence à se faire long. « Bref. Un peu de réconfort, de proximité, je crois. J’arrive pas vraiment à passer à autre chose, à rencontrer du monde ». Ce qui est la vérité pure et simple. Il ne parvient pas à se lier aux gens, il n’arrive pas à penser comme un homme divorcé. C’est ce qu’il disait à Tristan la dernière fois, il a l’impression de le tromper rien qu’à envisager de coucher avec quelqu’un d’autre que lui. Dans son esprit malade qui voue une admiration considérable et un amour profond à Tristan, envisager de fréquenter quelqu’un d’autre relève ni plus ni moins que du sacrilège, quelque chose de ce goût là. « J’ai juste besoin d’oublier un peu, aussi. Je crois », il ajoute, haussant à nouveau l’épaule. Il n’est pas sûr d’être capable de s’interroger objectivement sur ses motivations. « Alors comme ça, ça ne fait pas longtemps que tu travailles ici ? » il lance finalement en s’installant sur le siège à côté du sien. Il a envie de parler, mais pas nécessairement de lui – et il se dit surtout que s’il apprend un peu à connaître « Sam », il aura plus de facilité à le suivre tout à l’heure – et il en a besoin, de cette soirée hors du temps. De la déconnexion, et du reste. « Tu veux boire quelque chose ? » il propose en faisant signe au barman.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 20:23

« Oh, vraiment ? » Il a l'air surpris, comme s'il s'était imaginé qu'ils avaient tous, ici, toujours fait ça pour gagner leur vie. C'était peut-être le cas pour certains, mais pas pour lui, et puis, de toutes façons, même si ça n'avait pas été le cas, sans doute aurait-il menti à ce sujet. Son air novice ne pouvait que rassurer un type nerveux comme Andrea. « Je sais pas si je suis capable d’aller au bout. » Le gamin esquisse une moue ennuyée bien que discrète ; ça, ça n'arrangeait pas ses affaires... « J’ai divorcé il y a un à peu près un an et… Bref. Un peu de réconfort, de proximité, je crois. J’arrive pas vraiment à passer à autre chose, à rencontrer du monde. » En gros, Andrea était un type paumé, brisé par son divorce et vraisemblablement toujours amoureux de son ex. Il n'avait pas besoin d'avoir fait d'études en psychologie pour le comprendre et il trouvait ça triste, au fond, d'être incapable, après tout ce temps, de se remettre d'une rupture. Certes, il n'avait jamais expérimenté le grand amour alors il ne savait pas vraiment de quoi il parlait, mais quand même... « J’ai juste besoin d’oublier un peu, aussi. Je crois. » Le blond acquiesce dans un sourire compréhensif ; il était au bon endroit pour ça, pour peu qu'il se décide à se laisser faire... « Alors comme ça, ça ne fait pas longtemps que tu travailles ici ? Tu veux boire quelque chose ? » Il remue la tête pour décliner sa proposition ; il devait bien être un des rares à refuser qu'on lui paie un verre mais il en avait déjà bu deux et il ne tenait pas particulièrement l'alcool. S'il ne se régulait pas, il finirait ivre mort sur le bord du comptoir ou sur un lit, et ça ne lui permettrait pas de gagner la moindre livre sterling. « Non, merci, ça va... » Il termine d'ailleurs le fond de son cocktail d'une traite avant de reposer le verre sur la tablette du bar avec délicatesse. « Et non, vraiment pas longtemps. En fait, je suis presque aussi novice que toi... » Ou pas. Il avait un sens non négligeable de la séduction même s'il n'avait commencé à s'en servir qu'à son arrivée ici et un besoin certain d'argent ce qui le poussait à donner le meilleur de lui-même... « En juste un peu moins nerveux... » Ça, c'était une évidence... D'ailleurs, il entreprend de le détendre, ses doigts venant se poser sur son avant-bras avec légèreté, pressant doucement. « Tu devrais te détendre, Andrea. Je ne veux que ton bien... » Il hausse les épaules, ses doigts glissant jusqu'à la paume de sa main avant de revenir jouer avec sa paille, dans son verre désormais vide. « Si tu veux juste parler, je sais écouter aussi... » Il a un sourire radieux. Tant que tu payes... Mais ça, bien sûr, il ne le dira que si leur dialogue s'éternise, ce qui serait bien dommage car Sam' était doué dans bien d'autres domaines que l'art délicat de la conversation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 14 Mai - 22:02

Maintenant qu’il est installé, et qu’il est face à quelqu’un, Andrea prend une inspiration et observe avec plus d’attention le lieu qui les entoure. Il croit savoir qu’un temps, à un moment donné, le Casino a appartenu à Bart Hastings-Bass qui l’a confié à son meilleur ami pour s’occuper de celui qu’il avait, à Oxford. Il espère que Tristan n’y traine pas, d’ailleurs – à peu près certain que ce n’était pas le cas du temps d’Oxford, il espère que son ex-mari ne vient pas se promener ici. Ou peut-être qu’il espère l’inverse. Tristan serait-il jaloux ? Tenterait-il de l’empêcher ? Andrea n’est plus vraiment sûr de rien, et ce soir, mieux vaut il sans doute qu’il ne réfléchisse pas comme ça. Il est là pour lui-même, pour une fois. Pour se détendre, pour profiter, pour découvrir d’autres choses. Pour revenir dans la vie réelle, aussi, et sortir de cette réputation de malade diminué qu’il se traine derrière lui comme un boulet. Il n’a pas envie de faire pitié à Tristan, même si c’est sans doute le principal sentiment qu’il lui inspire ces derniers temps. Il aimerait redevenir un homme sûr de lui et confiant, charmant, avec une vie bien construite et une aura qui donne envie aux autres de s’approcher.

Quelque part, ça le rassure, Andrea, d’avoir à faire à un novice. Il se sent moins vulnérable, moins innocent et moins débutant, aussi. il aimerait avoir l’aplomb de ces gens qui viennent là, se servent et repartent aussi vite qu’ils sont arrivés. Ses envies sont contradictoires, d’ailleurs, parce qu’il n’a pas franchement envie de parler, et pourtant, il lui semble que faire la conversation l’aidera à considérer cette soirée, cette entrevue comme moins étrange. Traitez-le de trop romantique, peut-être, mais il a toujours eu une haute opinion de l’amour et des rapports intimes, une opinion trop haute en tout cas pour être de ceux qui se laissent aller dans des bras inconnus – pas qu’il juge, cela dit. Ce n’était juste pas sa façon de voir les choses.

« Je vais me détendre », il confirme tandis que le barman dépose devant lui le verre qu’il vient de commander. « Je ne veux pas juste parler, non. En fait, je n’ai même pas spécialement envie de parler », il complète en haussant une épaule, un peu perdu, lui-même. Il n’a pas envie de prendre ce type pour son psy, il n’a pas envie de s’étaler non plus sur ce qu’il ressent. Tout le monde s’en fiche de savoir qu’il pleure toujours son divorce des mois plus tard. « Juste un ou deux verres avant de… tu sais. Monter », il explique sans broncher. Voilà. Il est fort, il peut le faire. « Tu travailles ici tous les soirs ? Ca t’arrive de voir les mêmes têtes ? » il demande, parce qu’après tout, si ça se passe bien, peut être qu’il s’offrira le luxe de revenir. Sauf qu’il est avocat, et qu’il vaudrait mieux que tout ça reste discret, bien entendu – mais il a cru comprendre que de toute façon, la discrétion était de mise.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 21 Mai - 19:52

Il lui conseille de se détendre, parce qu'il le sent tendu et qu'un client stressé est davantage susceptible de prendre la poudre d'escampette avant d'avoir lâché le moindre billet. Et ça, ça ne faisait pas ses affaires, encore moins si le dénommé Andrea bloquait une période encore indéfinie de son temps pour finalement fuir, la queue entre les jambes... « Je vais me détendre » Sam acquiesce d'un signe de tête, pas franchement convaincu qu'il en soit capable. Le jeune homme a l'air au bord de la crise d'angoisse et ce n'est pas peu dire. « Je ne veux pas juste parler, non. En fait, je n’ai même pas spécialement envie de parler » « okay... » réplique simplement le blond, bien prêt à se mettre en adéquation avec toutes ses envies, même les plus tordues... « Juste un ou deux verres avant de… tu sais. Monter. » « Quand tu voudras... » murmure le jeune étudiant sur un ton qui ne se veut pas pressant, même si son esprit s'évade déjà. I avait appris, ici, la valeur du temps convertie en argent sonnant et trébuchant. Son index s'amuse avec une goutte d'eau sur le marbre du bar, l'étalant avec nonchalance. « Tu travailles ici tous les soirs ? Ca t’arrive de voir les mêmes têtes ? » Il penche la tête, le regardant siroter son verre, l'alcool colorant légèrement ses joues, sans qu'il le sache sans doute, mais ça le rend davantage séduisant, l'air de rien. « Presque tous les soirs. Pas le jeudi... » répond-t-il sans s'expliquer davantage. Le vendredi matin, il avait un cours de littérature plutôt ardu et il ne pouvait pas se permettre de rentrer tard et d'y passer son temps à dormir. Mais ce genre de choses, il ne le dévoilait pas. Ici, il n'était que Sam, il n'y avait pas de place pour le Samuel qui étudiait les lettres ou pour les histoires personnelles de sa vie. Il fallait bien dissocier vie privée et travail, encore plus quand le travail en question consistait à vendre son corps et l'affection qui allait avec, aux autres. On avait vite fait de franchir la barrière, de se retrouver amoureux d'un client et après, tout était foutu. Il ne ferait pas cette erreur. « Mais oui, ce souvent des clients réguliers... Ils ne choisissent pas toujours la même personne mais leurs visages deviennent vite familiers... » Il hausse les épaules, esquissant un sourire. « La discrétion est le maître mot de la maison. Personne ne saura que tu es venu ici, si ce qui t'inquiète. » Son sourire s'élargit quelque peu comme il passe ses doigts dans ses cheveux blonds, les remettant en place. « ...et peut-être que tu auras envie de revenir... ? » Il aurait pu se faire plus entreprenant mais il gardait ça pour plus tard, quand Andrea se serait décidé à l'inviter dans une des suites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 21 Mai - 23:11

Andrea ne sait pas vraiment si la conversation lui fait du bien ou pas. L’alcool, par contre, oui – il sent une chaleur familière qui l’enveloppe, les premières gorgées, déjà, brouillant légèrement son esprit, juste assez pour que son cœur ralentisse sa course dans sa cage thoracique. Ce n’est pas qu’il tienne l’alcool particulièrement mal – simplement que le traitement qu’il prend n’est pas censé y être mélangé, et qu’il déculpe l’effet de l’alcool sur son organisme, alors tout est plus rapide, prend moins de temps. Il inspire, sa respiration se calme peu à peu pour devenir plus sereine, plus posée. « Ca doit pas être facile », il note, en hochant la tête. Travailler tous les soirs ici, vendre son corps… Il ne peut qu’imaginer comment on se sent quand on le fait – et même l’imaginer est difficile, pour un puriste comme Andrea, qui reste persuadé, malgré le divorce, malgré les années, malgré l’étrangeté de sa relation, que l’on peut tomber amoureux une seule et unique fois d’une seule et unique personne et l’aimer toute sa vie – et être intime avec elle, ou avec lui, toute sa vie. Il faut croire pourtant que le destin tente de lui démontrer l’inverse, tente de le ramener à la réalité pour qu’il comprenne que parfois les choses ne fonctionnent pas ainsi, que parfois les choses se brisent sans que l’on ne comprenne pourquoi et que l’on y peut rien. Lui, à choisir, il aurait préféré continuer à ne fréquenter que Tristan. D’ailleurs, s’il pouvait…

Non. Il vaut mieux qu’il n’y pense pas ce soir, qu’il mette tout ça entre parenthèses – pour oublier ce qui est trop difficile à avaler. Il prend une inspiration et termine son verre sans attendre, laissant ses doigts glisser sur le marbre du bar. Il n’a aucune idée des codes, des bons mots, des bonnes idées. « Je ne suis pas inquiet – peut-être que je devrais. Je suis avocat, je pourrais perdre gros », il précise, sans vraiment savoir pourquoi il raconte ça, à un moment qui lui semble tout à fait inopportun. Il devrait apprendre à se taire, sans doute. « Et oui, peut-être, pour l’envie de revenir. Si ce n’est pas une catastrophe… » il murmure en grimaçant un peu – avant de réaliser que cette remarque pourrait passer pour blessante – ou même faire fuir le jeune homme en face de lui. « Pour moi, je veux dire. Je ne suis pas vraiment habitué, je ne sais pas comment ça fonctionne ». Il grimace de plus belle et se dit qu’à la réflexion, il ferait mieux de se taire tout le long de leur entrevue. « On monte ? Que je me taise... » il demande, d’un murmure à peine audible, en quittant son siège pour se donner de l’élan – du courage aussi.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 28 Mai - 19:12

Il cherche à le rassurer sur le sérieux de ce business, même s'il doute qu'Andrea ait besoin de ça. Après tout, il n'aurait sans doute pas pris de risques s'il avait eu le moindre doute, pas vrai ? Il était un peu tard pour reculer... « Je ne suis pas inquiet – peut-être que je devrais. Je suis avocat, je pourrais perdre gros » Le blond penche la tête sur le côté, intrigué par cette confidence quand il avait plutôt tout intérêt à conserver ça pour lui. Pour autant, Sam n'était pas du genre colporteur, aussi cette information demeurerait entre eux, sans qu'il ne pense seulement à le raconter à qui que ce soit d'autre. « Et oui, peut-être, pour l’envie de revenir. Si ce n’est pas une catastrophe… » L'étudiant se tend, un sourire crispé venant orner ses lèvres comme il détourne le regard ; est-ce qu'il l'insultait ? Andrea sembla réaliser qu'il l'avait vexé et il se reprit presque aussitôt. « Pour moi, je veux dire. Je ne suis pas vraiment habitué, je ne sais pas comment ça fonctionne ». Le blondinet se détend, lui dédiant un sourire compréhensif en hochant la tête. Il préférait cette version, pour sûr... « On monte ? Que je me taise... » Le murmure est si bas, qu'un bref instant, il pense l'avoir rêvé, mais Andrea se lève de son siège et Samuel fait de même, sautant au bas de son tabouret avec la souplesse d'un chat, attrapant la main du jeune homme dans la sienne pour l'emmener à l'étage, à l'abri des regards. Ses doigts accrochés aux siens, il le guide sans mot dire, jusqu'à l'une des suites qu'il sait libre, ouvrant la porte pour les y faire pénétrer tous deux avant de refermer derrière lui... L'endroit était plutôt cosy, dans des tons chauds de rouge et d'orangé, parfaitement étudié pour mettre le client à l'aise et lui donner l'envie de rester. Le clic caractéristique d'une porte qui se referme résonne dans la chambre silencieuse et le sourire de Samuel se fait plus amusé, plus joueur aussi, comme il se glisse derrière le jeune homme pour le défaire de sa veste, qu'il dépose sur le siège tout proche. Il ne lui laisse pas le temps de le repousser, encore moins celui d'hésiter et de changer d'avis, ses doigts revenant glisser sur ses épaules pour y imprimer un massage ferme mais affreusement invitant. Son souffle brûlant vient réchauffer la nuque d'Andrea comme il vient murmurer à son oreille. « De quoi tu as envie, Andrea ? » qu'il chuchote, tel un démon tentateur, laissant ses doigts glisser le long de ses bras, jusqu'à ses poignets, le faisant se retourner pour qu'il lui fasse face. S'il est aguicheur, il n'en est pas vulgaire et, c'est presque avec une lueur candide dans le regard qu'il précise. « Tu peux demander ce que tu veux... » Après tout, le client est roi, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Lun 5 Juin - 22:42

Il aurait sans doute dû commander un autre verre – mais alors il aurait été moins conscient de ce qui se déroule, de ce qu’il se passe, et force est d’admettre que parcourir ces quelques mètres à la hâte, gagner cette chambre un peu mystérieuse, tout ça est assez excitant – aussi excitant qu’inattendu, en fait. Andrea n’a pas l’habitude de ce genre de folies. Son habitude, à lui, c’est le couple, la confiance, le territoire connu. Tristan et lui n’avaient pas une vie sexuelle ennuyeuse ou classique, loin s’en faut – mais il n’a jamais ressenti la peur de l’inconnu, l’enivrement de la pratique presque interdite. Il est habituellement plutôt passionné mais aussi plutôt raisonnable. Il n’a jamais trompé son mari, il n’a connu qu’un seul autre homme dans sa vie, à moitié contraint. Rien de très appréciable. C’est donc une nouvelle expérience qu’il mène ici, ce soir, dans cet endroit si particulier. Etrangement, l’intimité de la chambre le rassure plus qu’elle ne l’inquiète. Ici, au moins, il est sûr d’être à l’abris des regards. Il est sûr de ne croiser personne qu’il connaît, certain de pouvoir s’adonner à ce dont il a envie sans réfléchir. Il laisse Samuel faire, qui lui retire sa veste d’un geste lent, sans doute calculer pour éveiller ses propres muscles, et ferme les yeux en entendant ses chuchotements. L’espace d’un instant, il oublie où il est – il n’a plus qu’une idée en tête, pourquoi il est là. Le voilà qui se retourne, fortement incité par sa conquête passagère, et qui lui fait face, un sourire aux lèvres. C’est tellement étrange, et en même temps, tout semble presque naturel. Sa main glisse le long d’un bras inconnu, jusqu’à effleurer la nuque du blond qui lui demande ce qu’il veut. Il ne sait pas ce qu’il veut – ou plutôt si, il le sait, ce qu’il veut est somme toute assez simple, mais il imagine que les gens qui viennent ici viennent accompagnés de leurs fantasmes, et que c’est ce que veut dire Sam quand il lui pose la question. Andrea se mord légèrement la lèvre inférieure et prend une inspiration. « Rien de particulier », il murmure tandis qu’il comble l’espace qui les sépare encore pour embrasser ses lèvres, d’abord presque timide. Il s’adapte à une sensation nouvelle, étrangère, inconnue – et ferme les yeux, ses mains redessinant le torse de Sam, au dessus de sa chemise impeccable. Puis il prend ses aises et approfondit le baiser qu’il lui vole, sa langue explore, cherche. Le voilà qui rouvre les yeux, qui fait glisser ses mains sur les hanches de son compagnon éphémère pour l’attirer contre lui, cherchant la proximité des corps, celle qu’il n’a pas connu depuis longtemps – ce qui se ressent, peut être, dans son empressement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Lun 5 Juin - 23:21

S'il lui demande ce qu'il veut, c'est bien parce qu'Andrea est un client, que c'est lui qui paye et donc lui qui commande. Il fallait aussi qu'il soit satisfait s'il espérait pouvoir le revoir, à des fins strictement professionnelles, bien entendu. Aussi cherche-t-il à s'appliquer. L'homme se mordille la lèvre, visiblement embarrassé, avant de répondre. « Rien de particulier. » Samuel sourit légèrement en le voyant combler l'espace qui les sépare, se saisissant de ses lèvres avec une timidité presque amusante. Il y avait bien quelque chose derrière ce  »rien de particulier ». Andrea voulait quelque chose qu'il n'était pas lui-même capable de nommer. L'envie de quelque chose qui avait l'air réel et vrai. Quelque chose que le blondinet pouvait tout à fait lui donner. Il le laisse faire alors qu'il prend ses aises, parant à la découverte de son corps, ses doigts traçant les contours de son torse à travers sa chemise, le baiser s'approfondissant, moins réservé, moins retenu surtout. Andrea rouvre les yeux, croisant le regard bleu clair du gamin, cette lueur pétillante dans les prunelles alors que ses mains glissent sur ses hanches pour l'attirer contre lui. Il avait l'air bien moins sage qu'au bar, comme quoi, un peu d'intimité pouvait réveiller même les plus indécis. Le jeune homme laisse échapper un soupir d'aise quand son corps se retrouve contre celui d'Andrea, se détachant de ses lèvres pour lui offrir un sourire rieur, celui du gosse à qui on offre son cadeau de Noël. Si son client du jour avait besoin de quelque chose de vrai, c'était un registre sur lequel il lui serait facile de jouer ; après tout, contrairement à certains autres, Andrea n'était pas désagréable à regarder et il était gentil, ce qui ne gâchait rien. Avec lenteur, ses doigts viennent s'accrocher à la chemise de l'aîné, déboutonnant le vêtement pour laisser apparaître sa peau, qu'il embrasse par endroit avec douceur, laissant échapper des soupirs disséminés avec talent, si bien qu'on les penserait réels. Après tout, c'était son boulot, non ? Une fois son office fait, il remonte attraper ses lèvres le débarrassant purement et simplement du vêtement qu'il balance dans un coin. Avec douceur, sa main vient se déposer à plat sur son torse, le faisant reculer lentement jusqu'à ce que le haut de ses cuisses rencontrent le lit et qu'il y bascule sous son impulsion. Se glissant sur le matelas à son tour, assis à califourchon sur ses hanches, il entreprend de retirer sa propre chemise avec une lenteur exagérément effarante, ses prunelles rieuses plongées dans les siennes. Il était plutôt bon à ce petit jeu, on ne pouvait pas le lui enlever, c'était une certitude. Il décrypte d'ailleurs chacun des gestes d'Andrea, chacune de ses expressions pour savoir ce qui lui plaisait le mieux et poursuivre dans cette voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Ven 9 Juin - 16:20

Le corps prend les choses en charge, laissant quelques instants de répit à l'esprit d'Andrea qui a tendance à trop penser, surtout en ce moment. Il ne songe plus à son divorce, il ne songe plus à la douleur qui lui occupe la poitrine la plupart du temps. La seule chose qu'il a en tête, ce sont les baisers qui descendent le long de son torse, c'est son souffle qui s'accélère imperceptiblement sous le poids de l'envie, du désir -- voire peut-être même du manque, en réalité. Ses gestes perdent leur côté maladroit, l'hésitation dont il était plus tôt habité. Il se laisse embrasser, et sa chemise gagne le sol plus vite qu'il ne l'aurait cru. En quelques instants, il se retrouve allongé sur le lit, de ce genre de lits luxueux qu'on trouve dans les hôtels chers qu'il a quelques fois eu l'habitude de fréquenter. Il s'allonge, s'enfonce dans la couette et le dessus du lit, observant l'homme qui vient se placer à califourchon sur ses hanches. Ce n'est pas Tristan, bien sûr, aucun autre homme ne sera jamais Tristan, comment le pourraient-ils ? Mais Andrea n'est pas si coincé qu'il ne l'aurait cru, d'ailleurs, ses hanches qui ondulent légèrement laissent apercevoir les prémices du désir éprouvé par un corps trop longtemps privé des bonheurs de la chair. Un instant, il reste immobile, à regarder l'étrange spectacle d'un homme qui se déshabille, lentement, pour lui. Il observe les boutons qui sautent un à un, la peau claire qui se découvre. Les gestes de l'habitude, mais ce cinéma ne lui donne pas l'impression d'être dans le cadre d'un échange tarifé, bâclé et rapide, et il en est reconnaissant. Tout bien réfléchi, il n'aurait sans doute pas apprécié si les choses se déroulaient autrement. Il revient à lui, quitte le stade de l'observation, et ses mains remontent les cuisses de son amant d'un soir pour aller embêter la fermeture de son pantalon. Il répand des caresses à son tour, car même s'il se doute que l'habitude du métier permet aux travailleurs du sexe d'affronter n'importe quel client en prétendant le désirer, lui a envie d'éveiller le désir chez son partenaire improvisé, comme une question d'égo, de normalité peut être - il n'en sait rien, n'a pas envie d'y réfléchir. Il déboutonne son pantalon, lentement, ses mains guidées non plus par l'appréhension, mais plutôt par l'habitude et l'envie. Il tire un peu, pour faire glisser le vêtement, et ses mains glissent dans le dos de Sam pour l'attirer contre ses lèvres et le débarrasser du bas. Il soupire un peu au passage, avant de l'embrasser à nouveau, un soupir d'aise, d'envie aussi, presque d'urgence.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Ven 16 Juin - 13:10

Andrea n'est pas un mauvais bougre et Sam ne peut le nier ; il le regarde avec un air qu'il a rarement vu dans les yeux de ses clients, qu'ils soient d'un soir ou régulier, et il reconnaît qu'il y a quelque chose d'agréable là-dedans. Il a bien vite compris ce dont le jeune homme a besoin et c'est donc ce qu'il s'évertue à lui offrir, se positionnant à califourchon sur lui dans un sourire tendre, comme il retire lentement sa chemise. Si ses gestes sont lascifs à souhait, ils n'ont pourtant rien de vulgaires et c'est sans doute ce qui fait la différence... S'il s'amuse du regard qu'Andrea lui offre, il n'en laisse rien paraître ; il voit bien qu'il l'observe avec attention, comme s'il n'avait pas vu de corps masculins depuis un moment. Peut-être que c'était le cas, d'ailleurs... Il se débarrasse du vêtement, le laissant tomber au sol avec délicatesse et se laissant surprendre par les mains de l'homme qui glissent le long de ses cuisses, s'attaquant à la fermeture de son pantalon et prodiguant des caresses à son tour. Il reste interloqué un moment, ses joues rosissant presque ; il n'avait pas franchement l'habitude que les clients qu'il avait eus jusque là se préoccupent de son plaisir. Généralement, les échanges se faisaient simplement dans le but de satisfaire celui qui payait et le reste n'avait pas d'importance... Andrea n'était décidément pas commun, c'est ce qu'il se dit en laissant échapper un soupir de satisfaction, fermant les yeux quelques secondes. Le jeune homme finit par déboutonner son jean, faisant légèrement glisser le vêtement avant de l'attirer vers lui, ses lèvres rencontrant les siennes dans un baiser tendre. Son bas vient très vite rejoindre sa chemise au sol et il laisse échapper un petit rire amusé. « Easy, tiger... » se moque-t-il gentiment, embrassant ses lèvres furtivement avant de redescendre sur l'arête de sa mâchoire, puis le creux de la clavicule, glissant finalement sur ses flancs. A chaque arrêt, il ponctue sa peau de baisers joueurs, ses doigts venant, à leur tour, déboucler la ceinture et déboutonner le pantalon d'Andrea pour l'abaisser sur ses cuisses, faisant suivre le même chemin à son sous-vêtement. Ses lèvres glissentn lentement sur sa hanche, mordillant son aine de façon suggestive, son regard bleuté remontant brièvement se fixer dans le sien, à la recherche d'un quelconque signe d'assentiment ou de refus. Il ne voudrait pas le brusquer, comme il le sent un brin fébrile et c'est bien la première fois qu'il lui faut prendre autant de gants avec un client. Il ne lit rien de dissuasif dans ses prunelles alors c'est finalement sur sa virilité que se posent ses lippes, cherchant à lui tirer les soupirs de plaisir qui présageraient déjà de la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Mar 20 Juin - 22:40

Ca n’a rien à voir avec ce qu’il connaît. Peut être que le fait qu’il paie est en partie responsable de la différence, mais Andrea ne le pense pas vraiment. La principale différence, c’est que ce n’est pas Tristan, et que c’est la première – deuxième, en réalité, mais l’autre fois, le type l’avait forcé – qu’il couche avec un homme qui n’est pas Tristan. Il n’était pas vraiment un homosexuel assumé avant de sortir avec son cousin, et depuis le divorce, il n’avait pas vraiment la tête à ça. C’est d’ailleurs avec pas mal d’appréhension qu’il est venu ici, aujourd’hui, mais finalement, allongé sur le lit, un bel homme entre ses bras, il ne regrette pas. Il est même plutôt fier de l’avoir fait, parce que la chaleur humaine, le souffle court, la douceur d’une caresse ou la violence du désir, tout ça lui manque. Andrea se comporte comme s’il n’allait pas laisser une liasse de billets en quittant la chambre, comme s’il était avec un amant rencontré dans un bar et ramené chez lui. En même temps, il ne pourrait pas se comporter autrement, parce qu’il imagine ces quelques temps passés avec Sam comme devant être les plus naturels possibles, il ne peut pas se résoudre à une baise machinale.

Quand Sam l’arrête, Andrea ne peut retenir un sourire amusé. Il l’observe du coin de l’œil qui, peu à peu, le déshabille et embrasse sa peau. Ca fait tellement longtemps qu’il ne s’est pas trouvé nu devant qui que ce soit, tellement longtemps qu’il n’a pas touché la peau d’un homme, que la seule idée le fait frémir. Le voilà qui remue un peu le bassin, pour s’enfoncer dans l’épaisseur du lit, tête baisser vers Sam qu’il regarde évoluer le long de son torse et entre ses cuisses. Le désir qu’Andrea éprouve en cet instant est à la fois indéniable et violent – un peu désespéré, peut être – sa main droite agrippe le dessus du lit sans le lâcher des yeux. Andrea l’observe qui descend, jusqu’à ce que ses lèvres s’emparent d’un point stratégique, le seul geste, qu’il observe de loin, de haut, lui arrachant un soupir de plaisir et d’envie. Il se mord la lèvre, lutte pour ne pas fermer les yeux, pour imprimer cette image sensuelle dans son esprit, parce que sa vie manque de sensualité. Sa main libre, celle qui n’agrippe pas le dessus de lit au dessus de sa tête, se glisse dans les cheveux de Sam sans brusquerie, pour l’encourager à poursuivre, et ses lèvres à demi-ouvertes laissent s’échapper des soupirs de plaisir et gémissements encourageants. « Continue », il murmure, son bassin ondulant légèrement en même temps qu’il l’encourage dans un soupir rauque. Son dos se crispe et ses muscles se tendent en même temps que le plaisir monte, et il ne sait plus tellement où donner de la tête.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 11
▪ dispo pour un rp ? : always.
▪ avatar : Daniel Sharman
▪ âge : dix-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : Prostitué au casino + étudiant en littérature à l'Université de Westminster

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Dim 9 Juil - 21:18

Il se transforme progressivement en un monstre de sensualité, le gosse aux boucles blondes. Il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre ce dont Andrea avait besoin et le lui fournir. C’était sans nul doute cette acuité-là qui faisait revenir les clients au creux de ses bras. Qui aurait pu croire que le môme timide qui était venu chercher un boulot honnête au casino, aurait pu se révéler de la sorte ? Il ne demeurait pas fier de son job étudiant, c’était un fait, d’ailleurs, il n’en avait jamais parlé à Rhian, qui s’imaginait certainement qu’il était serveur ou plongeur en cuisine. Son colocataire avait toujours été un brin naïf et dans la Lune, il ne pouvait nier que ça l’arrangeait beaucoup, dans ce cas très précis… Les lèvres du jeune homme viennent se poser sur la virilité de l’aîné, prodiguant des caresses savantes qu’il n’avait apprises que récemment ; Samuel avait toujours été un élève appliqué. Dans tous les domaines, même celui-là… Les doigts d’Andrea qui se glissent dans sa tignasse blonde, l’agrippant avec douceur pour l’enjoindre à poursuivre. Ses soupirs en disent long sur le plaisir qu’il éprouve et il n’a même pas besoin d’entendre son « Continue » pour poursuivre. Il se nourrit de ses gémissements, s’en servant pour moduler les caresses qu’il lui prodigue, tantôt effleurant, tantôt plus insistant. Quand il le sent se tendre sous ses lèvres, il finit par s’arrêter, lui dédiant un sourire amusé. Sa bouche remonte progressivement, parcourant le chemin précédemment emprunté en sens inverse, pour revenir se blottir au creux de son cou, embrassant sa gorge en mordillant légèrement sa peau. Sa jambe vient s’imbriquer entre les siennes, son genou pressant légèrement contre cette virilité qu’il avait déjà su si bien stimuler. Ses doigts glissent le long des flancs de son amant, remontant jusqu’à son visage, effleurant sa joue et écartant une mèche rebelle dans un sourire doux. L’on aurait sans doute pu croire que Samuel faisait tout ça par plaisir et par envie, tellement il y mettait de passion et de sentiments… Et, bien qu’Andrea ne soit pas désagréable à regarder ou à embrasser, le blond faisait ça pour l’argent avant tout. Ses lèvres viennent trouver les siennes, les embrassant avec douceur, sa langue se mêlant à la sienne, son corps se pressant contre le sien avec une envie non feinte, pour le coup… C’est dans un murmure concupiscent qu’il vient susurrer à son oreille, comme il ondule déjà contre lui, véritable appel à la luxure. « Comment tu veux faire ça, Andrea ? » Un soupir… Il mordille le lobe de son oreille avec malice.  Il ferait comme le jeune homme le souhaitait, il n’était pas difficile après tout, et le client était roi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 112
▪ dispo pour un rp ? : Ouiiii
▪ avatar : Jonathan Groff
▪ âge : 32 ans
▪ statut : Divorcé
▪ occupation : Avocat

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   Mar 18 Juil - 10:48

Un soupir frustré lui barre la gorge quand Sam s'arrête, brutalement, le ramenant à la réalité de la chambre qu'il avait un peu quittée pour rejoindre des endroits bien plus exotiques. La main d'Andrea glisse dans les cheveux de Sam et il tâche de ne pas se montrer trop pressé, trop empressant, tandis que le blond remonte ses baisers le long de son corps. Andrea tremble un peu, d'un contact trop longtemps oublié qui lui manquait bien plus qu'il ne pourrait l'admettre. Et pour la première fois de sa vie, Andrea apprécie la proximité avec un autre corps que celui de son ex-mari, et l'idée lui fait un peu peur, mais elle l'apaise, aussi. Peut être qu'une page se tourne, doucement mais surement, à son rythme délibérément long, même si Andrea ne doute pas du fait que Tristan saura le ramener à lui dès qu'il le souhaitera, parce qu'ils sont comme ça, aussi. En ayant l'air de vouloir lui laisser de la place, son cousin ne le laisse quand même s'éloigner trop loin. Mais peu importe, rien de tout ça ne compte, en cet instant, la seule chose qui le préoccupe, c'est le désir douloureux qui campe le bas de son ventre et qui ne demande qu'une seule chose. Il reprend légèrement ses esprits et ses mains parcourent à leur tour le corps de Sam, qu'il pousse légèrement, sans violence, pour le forcer à s'allonger sur le lit, sur le dos. Un sourire amusé, presque taquin, au moins joueur, lui anime les lèvres tandis qu'il se redresse pour s'installer au dessus du jeune homme, entre ses jambes. Sa main caresse des zones plus basses, plus tentantes, et ses lèvres rejoignent les siennes. Il ignore pourquoi il attache tant d'importance à un plaisir partagé plutôt que pris au vol moyennant quelques centaines de livres. Il ne s'arrête pas pour autant, se refusant à l'analyse de ses pensées actuelles - peu importe. « Comme ça », il murmure, en tendant la main pour attraper un préservatif sur la table de nuit.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
à quoi ça sert l'amour, si c'est un aller sans retour ?
y'a plus que du vide à la place, mais que veux-tu que j'en fasse ? A quoi ça sert la vie, quand on meurt petit à petit ? s'il ne reste plus que l'absence, à qui veux-tu que je pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Time after time - ft Andrea   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time after time - ft Andrea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» night time, our time (pariver)
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: northbound to southbound :: victoria line :: casino hotel :: bar-
Sauter vers: