(elliot) are you ready for another bad poem ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 75
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: (elliot) are you ready for another bad poem ?    Ven 12 Mai - 12:05

reprise du boulot, soupir qui sort de ses lèvres maquillées. Si elle avait su à quel point ce serait fatiguant de sourire toute la sainte soirée à des personnes qui la jugent de haut en bas, elle aurait refusé le poste, mais elle a bien trop besoin d'argent pour pouvoir se la jouer princesse des hauts quartiers, princesse qu'elle n'est pas. Adossée contre un mur dans la petite ruelle, elle tire sur une cigarette tirée à un gars un peu trop bourré, elle réfléchit aux options qui s'offrent à elle en matière de travail, mais il n'y a rien d'autres qu'hôtesse d'accueil ou nourrice pour des gosses de riche, et non, jamais elle ne supportera un mioche qui hurle toute la journée, elle les déteste bien trop. Elle ne les aime pas, dans le métro, dans la rue, au supermarché, ils sont omni-présents et elle ne veut pas d'enfants, alors elle ne fera certainement pas nourrice pour le compte d'un mec qui sait pas s'occuper de ses gosses. Elle écrase alors sa cigarette sous son talon, sa pause est finie, il faut qu'elle retrouve son sourire d'hypocrite. Hypocrisie notable qui épouse ses lèvres quand elle voit les jeunes femmes qui s'accrochent aux bras de leurs maris trop vieux, et qui juge la petite hôtesse qui a sûrement raté sa vie. Elle les laisse entrer, leur fait un doigt d'honneur intérieurement et se retourne vers sa seule collègue présente ce soir là « Je vais prendre ma pause, je reviens d'ici dix-quinze minutes. » Elle acquiesce et la regarde partir, regarde la porte qui ne s'ouvre pas et se jette dans le fauteuil avant de lever les yeux au ciel, et encore une fois, elle se demande ce qu'elle fout là. Elle se relève alors automatiquement quand elle voit la porte qui s'ouvre, elle manque d'exploser de rire quand elle voit un type à l'allure débraillé qui pense pouvoir passer les portes du casino. « Excusez moi ? Je suis désolée mais vous ne pouvez pas entrer. » Elle est même prête à le reconduire à la porte s'il le veut, s'il n'en est pas capable. Quand elle voit qu'il ne bouge pas, elle hausse un peu les sourcils avant de rétorquer « Et ce n'est pas une blague, vous ne pouvez pas entrer. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 245
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Peter Does dirty
▪ âge : 30
▪ statut : Marié à Ezra Barckley
▪ occupation : vendeur de space pizzas

MessageSujet: Re: (elliot) are you ready for another bad poem ?    Dim 14 Mai - 23:21

« Ton manteau aussi il est sympa en fait, il a vraiment plein de poches. »

Les ricanements moqueurs redoublèrent aux oreilles du junkie plaqué par plusieurs bras plus épais que les siens contre le mur humide d’une façade d’un bâtiment situé dans une voie sans issue parfaitement déserte. Ses poches, ils venaient de se les faire vider une par une, de la plus évidente jusqu’à celle qui était en vérité son caleçon, et ce jusqu'à ce que le visage du dealer soit devenu assez pâle pour qu’il ait vraiment l’air complètement dépouillé en drogue, argent et téléphone.

« Aller steuplé, t’as déjà tout pris… il fait froid en plus… »

Son chapeau vola sur quelques mètres pour atterrir dans une flaque d’eau et on lui tapota le crâne comme on l’aurait fait à un brave animal sans défense.

« Aller Barckley, j’ai dit que je te frappais pas aujourd’hui, mais… »

Le poing partit tout seul en direction de son nez déjà amoché, comme monté sur ressort, un coup à la Gaston qui lui fit voir mille étoiles. Il ne se rendit même pas compte qu’on lui arrachait son manteau, ni qu’on liait ses lacets entre eux. Par contre, il comprit immédiatement en reprenant connaissance que c’était dans une poubelle qu’ils l’avaient jeté en partant. Ce n’était pas que l’odeur, c’était aussi la texture des déchets partout, autour et sur lui. Il ouvrit le couvercle du bac à détritus, et se laissa glisser par-dessus, avant de se casser la gueule à la première tentative de pas à cause du piège de ses lacets. Respire. Par la bouche, crétin, ton nez est cassé.

Sa situation était critique. Outre le fait qu'il avait l’air pitoyable et avait bien malgré lui une flagrance assez caractéristique, il n’avait vraiment plus rien. En gros, il était dans la merde, et il n’avait plus dix milles solutions qu’aller frapper à la porte du casino pour verser quelques larmes en demandant une avance. Au moins pour sa consommation perso pour une nuit.

Il avait répété son texte pendant tout le trajet, essayant de ne pas trop avoir une voix de canard et donc de paraître crédible. C’était assez compliqué, d’autant plus qu’il n’était pas vraiment dans les bonnes grâces du patron à force de d’y mettre si peu souvent les pieds. S’il avait prévu d’humidifier ses yeux en prévision de la raclée que lui mettrait Papa Hardy, il n’avait pas anticipé de se faire refouler dès la porte d’entrée par une connasse de nouvelle hôtesse.
C’est facile de juger les gens quand on est plus maquillée qu’une voiture volée, surtout si ces derniers arrivent tout droit d’une poubelle et n’ont même plus de lacets à leur vieille paire de converse autrefois blanches. Il aimerait bien la voir dans sa situation cette pouffiasse.

Haussant un sourcil, il la jaugea très sérieusement quelques longues secondes. Vraiment ? Aujourd’hui qu’il n’avait même pas son téléphone pour appeler quelqu’un qui le laisserait rentrer sans casser les couilles ? Il n’était pas vraiment d’humeur à rire, il n’avait plus que… Environ deux heures avant de se sentir mal sans sa prochaine dose.

« T’es mignonne, Winehouse, mais tu vas dégager du passage, j’ai pas mal de choses à régler. »

Elle ne fut visiblement pas convaincue. Il lâcha un soupir et chercha une cigarette dans ses poches vides. Grrr.

« Aller, file moi une clope et dégage de l’entrée, fais pas ta pute. »

Sans vraiment attendre d’invitation, il s’avança à l’intérieur, bien décidé à ignorer ses ridicules protestations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 75
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: Re: (elliot) are you ready for another bad poem ?    Dim 14 Mai - 23:46

Il y a des matins comme ça, ou il ne vaut mieux pas se lever, même si on doit aller bosser. Jezabel, elle le savait pertinemment, qu'aujourd'hui ce serait une journée de merde, non pas parce qu'elle s'est levée du pied gauche mais parce que personne dans la coloc avait pensé à racheter du café, il faudrait donc qu'elle passe à la supérette en rentrant pour avoir sa dose de caféine demain matin, sinon elle ne passerait pas la semaine. Comme une droguée en manque de drogue, c'était un peu ce que le café faisait sur son organisme, mais à contrario, elle n'était pas aussi accro à l'herbe qu'au café. C'était le seul point faible qu'elle avait. Le café et la caféine. Puis au boulot, leur café dégueulasse pour les employés, ce n'était peut-être pas obligé non plus. On dirait du jus de chaussette et elle ne le supporte pas. C'est vraiment une soirée pourrie aussi ce soir, entre les grandes dames avec leurs talons trop haut qui jugent la brune avec leur air hautain, les hommes qui la reluquent parce qu'elle n'a sûrement pas choisi la bonne robe, et celles qui rigolent comme des pimbêches, elle aimerait retrouver son lit et se jeter dedans pour ne plus en ressortir, rester dans son lit toute sa vie c'est la meilleure des solutions possibles.

Enfin quand ce type un peu bizarre se ramène, elle se dit que peut-être cette journée sera plus intéressante, elle n'avait encore jamais eu l'occasion de dégager quelqu'un du casino, ou du moins des personnes de la sorte, c'est à dire vêtu comme un clochard, et qui pue les égouts. Elle aurait pu lui vomir sur les pompes s'il n'était pas en mesure de faire la même chose. Elle est certaine qu'il serait capable de lui gerber dessus et elle détestait le fait de voir quelqu'un vomir alors s'il pouvait lui éviter de perdre du pognon, ça l'arrangerait bien. Vraiment. Elle gardait son sérieux pour lui demander de partir et il ne semblait pas très d'accord pour abdiquer, ce qui commençait sérieusement à courir sur le haricot de la brune. « Vous osez m'appeler Winehouse alors que vous avez la dégaine d'un rat d'égout ? Ca va, c'est pas un peu l'hôpital qui se fout de la charité la ? » Elle serre les dents pour ne pas s'énerver plus et risquer son poste mais quand il commence à l'insulter de pute, elle écarquille un peu les yeux. Il a vraiment osé ? « Ah parce que je suis une pute maintenant ? Désolée, j'accepterais même pas de billets de gars de ton standing. » Elle siffle un peu avant de le rattraper par ce qui semble être une manche quand il se met à avancer pour qu'il se stoppe. « Vous avez pas compris quoi ? Que l'entrée est interdite aux pouilleux ? SI vous ne dégagez pas d'ici trente secondes, j'appelle la sécurité. Je suis claire ? » Elle le tire un peu avant de soupirer parce qu'il n'abdique pas. Elle passe alors derrière le bureau et récupère un vieux paquet de clopes dans son tailleur qui ne contient que des miettes de tabac avant de lui balancer au visage « Va choper ta dose de nicotine et dégage. Je ne le répéterais pas deux fois. » Et elle attend, les bras croisés sur sa poitrine, prête à appeler la sécurité. Ah, peut-être que cette soirée sera bien finalement. Peut-être.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 245
▪ dispo pour un rp ? : Oui
▪ avatar : Peter Does dirty
▪ âge : 30
▪ statut : Marié à Ezra Barckley
▪ occupation : vendeur de space pizzas

MessageSujet: Re: (elliot) are you ready for another bad poem ?    Mar 30 Mai - 9:05

Elliot était parfaitement conscient de ce à quoi il ressemblait. Il lui arrivait régulièrement de croiser au détour d'un miroir la silhouette du camé au teint vampirique qu'il était devenu. Depuis le temps, il aurait espéré avoir perdu son reflet, étouffé par l'aura malsaine qu'il dégageait, qui laissait sur son passage une traînée de haine et mépris dans les regards des honnêtes gens. Oh, il avait l'habitude des confrontations de ce type. Il les chérissait même! Elles lui rappelaient qu'il était encore vivant, et qu'il existait encore quand il soufflait gratuitement des injures. Violence et provocation réchauffaient son coeur proche de l'infarctus, gonflaient ses poumons goudronnés et hérissaient d'excitation les poils de ses bras malmenés par l'aiguille de ses seringues.

Arriver tout droit d'une poubelle ne le ferait pas taire, qu'elle ne s'y méprenne pas. Même ses talons de pouffiasses ne feraient pas le poids face à la semelle trouée de ses bonnes vieilles Converses. La voix de canard que lui imposait son nez sans doute cassé était la seule chose qui l'embêtait vraiment.
Il ne mit pas longtemps à la faire craquer. Elle cessa même de le vouvoyer plus vite encore qu'il ne l'aurait pensé. "Pute" faisait toujours son petit effet, c'était un indémodable, l'incontournable des insultes que l'on peut balancer à une hôtesse d'accueil qui vous bloque l'entrée. Si jusqu'à maintenant elle le faisait bien rire, elle gomma le sourire du visage du client déchu en posant ses pattes trop respectables sur sa chemise. Et vlan, le paquet, vide au bruit qu'il fit à réception, qui vole. Pour le standing du lieu, ils faisaient un fiasco, mais les gens trop riches, trop bourrés et trop occupés à sourire hypocritement à l'intérieur ne voyaient rien, trop aveuglés par la contemplation de leur nombril.

Elle a l'audace de ne pas se démonter, lui a l'impertinence de n'avoir aucune limite. Sans sentiment, il lui cracha en pleine figure avant de lui marmonner quelques nouvelles insultes.

"Appelle la sécurité, salope, et tu viendras pas niquer mes groles en chialant dessus quand tu perdras ton job de merde"

C'est sûrement Nate ou Joe qui débarqueront à l'appel en détresse de la princesse. Aucun risque, une petite tape dans la main, et dans quelques minutes, si tout se passait comme prévu, il serait à genoux devant le patron en train de chouigner pour un peu de came et une avance. Que de réjouissances!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 75
▪ dispo pour un rp ? : of course ! (wilabel, jeby, elliot, lauren)
▪ avatar : mila kunis
▪ âge : vingt-neuf ans
▪ statut : célibataire
▪ occupation : hôtesse d'accueil

MessageSujet: Re: (elliot) are you ready for another bad poem ?    Jeu 22 Juin - 22:22

Elle avait l'habitude des gens pénibles, ceux qui pensent que tout leur est dû, qu'il mérite simplement tout en un seul claquement de doigts. Et Jezabel, elle déteste ces gens-là, elle ne déteste pas grand monde, mais parfois, ça s'accumule et elle a juste envie que ces personnes aillent se faire foutre. La personne en tête de liste pour le moment ? Ce type mal sapé, qui pense qu'il peut rentrer dans le casino alors qu'il a la tête d'un plouc délavé et qui ne sent franchement pas bon. Elle n'a jamais vraiment cotoyé de gros drogués, mais lui il fallait bien croire qu'il en tenait une bonne couche. Malheureusement pour elle et heureusement pour lui, elle ne pouvait pas faire d'esclandres sans manquer de se faire virer, alors elle gardait un sang froid qu'elle trouvait exceptionnel. Cela se passerait à l'extérieur, elle lui en aurait déjà collé une et elle serait partie simplement, mais non, elle avait encore tout son service à tirer, alors elle tentait de calmer le clochard qui voulait rentrer mais elle n'y parvenait pas vraiment. Son sang-froid partait en vacances au moment où il osait l'insulter de pute. Il était au niveau des mecs dans la rue qui sifflait des pauvres nanas parce qu'elles osaient mettre un short ou parce qu'elle osait mettre une robe et jamais, ô grand jamais, elle ne supporterait l'injustice qu'engendrait des tenues un peu trop courte selon les moeurs des mecs en chiens. Elle s'emportait Jezabel, elle était à deux doigts de péter un plomb mais elle se contentait de lui donner sa dernière cigarette pour qu'il la laisse tranquille. Sauf qu'évidemment, il ne le faisait pas. Ca ne suffisait pas, et elle ne savait pas quoi faire, un peu désemparée. Elle ne laissait cependant rien voir. Elle se contenait encore, tentant de le faire dégager avec sa maigre force, mais il ne bougeait pas d'une semaine. Elle jurait dans sa tête pour ne pas passer pour une fille malpolie mais quand il lui crachait au visage, s'en était trop. Elle fermait les yeux, les rouvrait quelques secondes plus tard en essuyant le crachat sur son visage et en secouant la main pour retirer toute trace de crachat avant de serrer le poing et de lui en coller une. Ca résonnait et elle regardait autour d'elle, les gens présents dans le coin la regardait un peu avant de vaquer à leurs occupations « Je t'emmerde ok ? J'suis pas ici pour me faire emmerder par des pouilleux dans ton genre. Pauvre connard. Crois pas que c'est un abruti dans ton genre qui me fera virer. » Sa voix est sèche et cassante, elle fait alors le tour du comptoir, appelle la sécurité qui lui dit qu'ils arrivent dans un instant. Un instant qu'elle trouve bien trop long. Elle tape du pied et quand ils arrivent, elle hausse un sourcil interrogateur quand le pauvre type leur fait une tape dans la main. « Vous connaissez ce pouilleux ? » Ils hochent la tête positivement et elle, elle hallucine. Elle lève alors les yeux au ciel, les bras croisés sur la poitrine « J'espère au moins que tu auras la décence de t'excuser pauvre abruti. » Et elle le fixe de derrière le comptoir, le regard mauvais, le regard bien trop méchant. « Pauvre connard. » Oui, elle est un peu bizarre, elle demande des excuses mais relance les hostilités, bien joué Jezabel. Bien joué.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUN AND MOON. ☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (elliot) are you ready for another bad poem ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
(elliot) are you ready for another bad poem ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELLIOT Berger Mâle 6 ans
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» J'avais dit que je trouverais un prétexte pour avoir un perso nommé "Elliot".
» #0187 • are you ready to live with a boy?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: northbound to southbound :: victoria line :: casino hotel-
Sauter vers: