On Tuesdays we play board games

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 162
▪ dispo pour un rp ? : sure babes
▪ avatar : johanna braddy
▪ âge : 36
▪ statut : very single
▪ occupation : directrice de casting

MessageSujet: On Tuesdays we play board games   Sam 6 Mai - 11:02

Avoir une famille nombreuse vous prédispose plutôt bien à la vie en communauté. A la différence que maintenant, je choisie de vivre entourée. Et que partager un appartement avec une ou deux personnes est beaucoup plus simple que d'essayer de gérer une maisonnée de neuf. On a rarement été vraiment tous à la maison en même temps, mais je me souviens de vacances en Italie il y a quelques années. Et je pense que les braves gens qui tenaient le Bed and Breakfast où nous avons séjourné s'en souviennent aussi. Autant dire que trois c'est mieux et deux, alors là, simple comme bonjour. Il y a juste le petit challenge que ma colocataire était interne en médecine quand nous avons emménagé ensemble. Son emploi du temps chaotique et ses tendances de bourreau de travail ont fait que j'ai passé les trois premiers mois de notre cohabitation à hésiter sur sa couleur de cheveux exacte et que j'étais incapable de dire où elle était née et ce qu'elle faisait d'autre. Il s'est avéré que Cait ne fait pas grand chose en dehors de l'hôpital, sauf si quelqu'un d'autre l'y oblige.

Alors, en bonne grande soeur souhaitant réunir son foyer, j'ai instauré un rituel. Ca a moyennement marché au début, Caitlin ne pouvant pas tellement décidé des horaires de ses gardes ou de quand on l'appellerait en urgence. Mais, ça a fini par rentrer tout doucement dans nos habitudes. Je nettoie la cuisine et elle la salle de bains, j'ai la plus petite chambre mais j'ai le droit de m'étaler dans l'atelier pour la peine. Et nous essayons d'organiser une petite soirée jeux de société / sushis tous les mardis soirs. J'ai déjà refusé de me rendre à un événement pour honorer notre petite traditions. Bon, ce sont souvent des événements auxquels je n'ai pas franchement envie d'aller, comme la pièce de la Nativité de ma petite cousine Judy ou un gala mondain avec des gens coincés. Mais c'est le geste qui compte.

Je trie donc rapidement les vidéos d'audition visionnées ou non, réponds à un dernier e-mail, puis quitte finalement mon bureau, avant que quelqu'un ne vienne me réclamer quelque chose. Je passe un rapide coup de fil au traiteur japonais du coin de la rue, qui connaît notre commande et notre heure de livraison par coeur, depuis le temps. J'arrive finalement à la maison, avant ma colocataire, comme c'est souvent le cas. Je sais toutefois qu'elle ne tardera pas. Je jette quand même oeil au tableau noir de la cuisine, mais il n'y a pas de message particulier, seulement la liste de courses qui me juge. Oui, c'est mon tour. Oui, j'y vais demain. Je sors le vin blanc entamé du frigo, sert deux grands verres et me dirige vers l'atelier, où nous stockons aussi notre épatante collection de jeux. J'entends la porte d'entrée s'ouvrir et lance « Hey Cait! » J'émerge finalement dans la grande et lumineuse pièce à vivre, avant de lâcher un peu maladroitement ma pile de boîte sur la table basse. « Je sais pas ce que t'as envie de faire alors j'ai sorti Trivial Pursuit, édition famille, Les Châteaux de Bourgogne ou plus simplement, un Puissance 4 et un Uno. » Je fais un large sourire à mon amie et ajoute « Et évidemment les sushis arrivent et le vin est sorti! Alors, comment s'est passé ta journée? » Je m'installe au comptoir de la cuisine américaine et prend une petite gorgée de vin, toute ouïe. Il s'avère que je pose la question par véritable intérêt et non politesse, ce qui est rare de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 52
▪ dispo pour un rp ? : non (arthur / jane / ciaran)
▪ avatar : Katie Cassidy
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Pédopsychiatre

MessageSujet: Re: On Tuesdays we play board games   Sam 6 Mai - 22:25


Ma recherche d'appartement avait été un peu chaotique. Je m'étais hâtée, de manière tout à fait imprévue et avec à peu près deux minutes par jour à lui consacrer. Pourtant, ça avait résulté en l'une des meilleures décisions de ma vie. Si on était des personnages de jeux de société, Jane serait 'La grande sœur', je serais 'La médecin' définie par ma carrière avant tout alors que ma coloc - malgré (ou plutôt même avec) une carrière épanouie - serait à mes yeux définie d'abord par ses relations. À première vue, notre duo semble plutôt différent, et improbable, pourtant ça fonctionne bien. Ça n'a pas été immédiat et j'ai sûrement une grande part de responsabilité là-dedans. Je n'avais jamais été en colocation auparavant. J'avais vécu avec mon frère, ce qui a eu ses hauts et ses bas, seule, en couple, ce qui avait mal fini d'où la situation actuelle, mais jamais encore je n'avais vécu avec quelqu'un que je ne connaissais pas vraiment par choix. Et c'était un choix. Après ma rupture, je ne pouvais plus voir mon appartement en peinture, et je ne voulais pas me retrouver seule, alors je me suis tournée vers la colocation. Pourtant, au début je ne m'impliquais pas dans la relation, je me noyais dans le travail, pensant que ce serait plus facile, et au final, j'ignorais un peu la personne avec qui pourtant je vivais. Mais Jane n'a pas lâché l'affaire, il s'avère qu'elle peut être incroyablement persistante quand elle le souhaite, et c'est ainsi qu'a commencé notre rituel du mardi soir - et notre amitié. Sushis et jeux de société, une bonne soirée détente toutes les deux. Rituel qui a miraculeusement survi au fil des années, et mieux vaut avoir une bonne excuse si on ne rentre pas à l'heure ce jour-là, croyez-moi. Jane comprenait quand j’avais des gardes ou des urgences, mais elle commençait aussi à bien me connaître et savait que j’avais tendance à me charger moi-même de travail au-delà des obligations que je ne pouvais éviter. Et puis, j’aimais notre rituel, moi aussi, je n’essayais pas d’y échapper, bien au contraire.

C’est donc à une heure raisonnable que je pousse la porte de notre appartement. Comme souvent, Jane est arrivée avant moi et je l’entends me saluer depuis l’atelier « Hey Cait! », avant de la voir émerger, un sourire radieux sur les lèvres et une pile de jeux dans les bras. « Je sais pas ce que t'as envie de faire alors j'ai sorti Trivial Pursuit, édition famille, Les Châteaux de Bourgogne ou plus simplement, un Puissance 4 et un Uno. Et évidemment les sushis arrivent et le vin est sorti! Alors, comment s'est passé ta journée? » « Hey ! » Un grand sourire étire mes lèvres, parfois j’oublie à quel point j’aime le foyer qu’on s’est fait. C’est agréable d’avoir quelqu’un qui nous attend chez nous, qui a envie de nous voir et d’entendre à propos de nos journées, de manger et rire avec nous. « Je commencerais bien par un grand verre de vin, puisqu’il est sorti » je lui réponds en la rejoignant au comptoir, au pied duquel je pose mon sac avant de m’asseoir en face de la jolie blonde. « La journée a été un peu longue, pour être honnête. » Un cas un petit peu difficile ce matin, comme souvent ce n’est pas les petits patients eux-mêmes qui posent tant problèmes, mais les parents qui les accompagnent. « Pour le jeu, je te fais confiance. Comment a été la tienne de journée ? Meilleure j’espère. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 162
▪ dispo pour un rp ? : sure babes
▪ avatar : johanna braddy
▪ âge : 36
▪ statut : very single
▪ occupation : directrice de casting

MessageSujet: Re: On Tuesdays we play board games   Mar 9 Mai - 16:41

Un camarade de fac m'a un jour dit que ma bonne humeur était parfois un peu agressive. Sur le coup, ça m'avait un peu perturbée. J'ai été élevée dans l'idée que répandre la joie de vivre est une vraie mission et je crois fermement au pouvoir des choses simples, comme un sourire et l'envie d'aider les autres. Alors, il m'a été difficile de comprendre que j'étais épuisante par moment. Que ma bonne humeur et mon optimisme perpétuel avait quelque chose d'un rien agaçant, que je pouvais prendre trop de place et mettre les autres mal à l'aise avec mon entrain sans faille. J'ai mis du temps à assimiler cette idée. Et je demeure quelqu'un qui est régulièrement décrit comme solaire, aussi bien à cause de mes cheveux que ma personnalité. Mais je fais des efforts, je suis moins envahissante, moins bruyante, moins, en somme.

Et c'est en partie Caitlin qui m'a permis de m'adapter au monde, sur ce plan là du moins. Réservée, travailleuse, discrète, on aurait pu croire que notre colocation ne marcherait jamais. Et pourtant, nous y voilà toujours, des années après. C'est grandement grâce à notre cohabitation et la nécessité de trouver un terrain commun, un mode de communication, que je suis aujourd'hui capable de ne pas étouffer les autres avec ma bonne humeur. Je suis toujours un peu too much, comme ne le disent sûrement plus les jeunes. Mais j'ai progressé et la population londonienne peut remercier Caitlin Hartford pour ça. Et ils peuvent me remercier de l'avoir initiée aux plaisirs simples et à la notion du temps libre, dont on profite réellement plutôt que de lire ce dernier bouquin intéressant sur la bipolarité chez les adolescents, ou autre joyeuseté.

C'est donc attentive et souriante que je la laisse se débarrasser de son sac et attraper un verre de vin, avant de nous lancer dans le feu de l'action. Je hoche la tête avec compassion quand elle me confie que la journée a été longue. Je veux bien la croire. Son métier est admirable et je trouve qu'elle possède une incroyable force d'esprit et de caractère, mais je ne pourrais jamais faire ça. Tant de tristesse, de familles éclatées, d'enfants malades. Ma version personnelle de l'enfer. Je ne demande donc pas plus de détails, préférant ne pas passer la soirée à imaginer une jeune fille anorexique ou un petit garçon dépressif au fond d'un lit d'hôpital. « Au moins, c'est fini pour aujourd'hui, tu peux souffler et t'y remettre en forme demain. » Je souris et lui réponds, non sans reprendre une petite gorgée de vin. « Ben écoute, ça a été, j'ai regardé des vidéos d'auditions toute la journée. Tu sais, on avait fait un casting ouvert la semaine dernière, pour la série cool là, le "nouveau Skins"? » Je mets délibérément des guillemets visuels, n'étant pas particulièrement fan de cette appellation. Mais bon, vu qu'on a pas tellement le droit d'en dire plus, c'est un pitch qui fera l'affaire pour le moment. « On a vu je sais pas combien de jeunes et là, on s'enfile les vidéos. Ca prend un temps monstre, mais on tient une des actrices principales je pense. » Bon encore faut-il que le producteur et la chaîne valident notre choix, mais je suis assez convaincue que ça peut marcher. Et j'ai encore quatre personnages à trouver. Patience et longueur de temps, tout ça.

« Maaaais, je m'inquiéterai de tout ça plus tard. Ce soir c'est Trivial Pursuit et sushis! » Je lève mon verre pour trinquer avec ma colocataire, appliquant donc mes propres principes. Si je ne mettais pas un point d'honneur à ne pas laisser mon travail empiéter sur ma vie personnelle, je serais encore au bureau à regarder la même gamine émaciée parler langoureusement à la caméra. Il faut avoir ses priorités en ordre et le buzz de l'interphone me fait savoir que l'une d'elle est en route. « Je te laisse installer le jeu, je vais chercher la bouffe! »


Dernière édition par Jane Grayson le Dim 14 Mai - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 52
▪ dispo pour un rp ? : non (arthur / jane / ciaran)
▪ avatar : Katie Cassidy
▪ âge : 34 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Pédopsychiatre

MessageSujet: Re: On Tuesdays we play board games   Dim 14 Mai - 0:28


« Au moins, c'est fini pour aujourd'hui, tu peux souffler et t'y remettre en forme demain. » Je lui adressai un sourire reconnaissant, sans vraiment rebondir sur cette remarque. J'avais grand besoin de souffler, c'était vrai. Mon travail était prenant, fatiguant, en termes d'horaires mais aussi sur les plans physique et émotionnel - pour ce dernier point, j'étais sans doute à blâmer également, m'impliquant plus que je ne le devrais mais mille discours sur l'importance de rester dans l'empathie avec les patients ne seront jamais une préparation suffisante. Je crois qu'aucun médecin ne parvient à garder l'équilibre parfait de son premier à son dernier jour, on finit toujours par avoir des cas où l'on s'implique trop, ou alors on se détache complètement, au moins pour un temps. On reste humains avant tout. Pourtant mon travail n'était en rien une corvée, jamais, et c'est à mes yeux l'important, mais parfois j'avais l'impression que c'était ainsi que ma colocataire le voyait. Mais après tout ça n'avait rien d'étonnant, c'était un métier qui ne lui conviendrait probablement pas, tout comme je ne supporterais pas le sien. On reconnait mutuellement l'importance de nos rôles respectifs, mais on n'échangerait pour rien au monde. « Ben écoute, ça a été, j'ai regardé des vidéos d'auditions toute la journée. Tu sais, on avait fait un casting ouvert la semaine dernière, pour la série cool là, le nouveau Skins? » Je hochai la tête, me souvenant surtout de réponses vagues et de problèmes de confidentialité - un point sur lequel se rejoignaient nos postes, il était difficile de vraiment parler de ce qu'on avait fait de nos journées sans enfreindre cette règle.  « On a vu je sais pas combien de jeunes et là, on s'enfile les vidéos. Ca prend un temps monstre, mais on tient une des actrices principales je pense. » Je n'avais aucune idée de comment ils arrivaient à décider - ou à tenir toute la journée devant des vidéos d'audition d'ailleurs, me connaissant j'aurais probablement oublié comment était la première en arrivant à la troisième - mais j'écoutais avec curiosité, Jane avait le don de susciter l'intérêt, et il était évident quand on l'entendait qu'elle aimait ce qu'elle faisait même si les auditions vidéos en masse n'étaient probablement pas la partie la plus excitante de son travail.

« Maaaais, je m'inquiéterai de tout ça plus tard. Ce soir c'est Trivial Pursuit et sushis! » « Voilà des mots qui me parlent » je répondis avec un sourire rieur en levant à mon tour mon verre de vin pour trinquer avec elle. Et comme s'il avait attendu qu'on laisse nos carrières de côté pour se consacrer pleinement à cette soirée, l'interphone sonne, annonçant l'arrivée du livreur avec notre dîner. « Je te laisse installer le jeu, je vais chercher la bouffe! » indiqua Jane en se lançant vers la porte. Je mets de côté les autres jeux, pour dévoiler la boîte de notre Trivial Pursuit et commence à installer le plateau et tout ce qui l'entoure: cartes questions, petits camemberts caractéristiques du jeux et les petites parts pour les remplir, sans oublier le dé. J'installe le bleu sur la première case avant de demander à Jane : « Tu veux quelle couleur ? ». L'avantage de jouer à deux est que nous avions le choix. En attendant sa réponse, j'allais attraper des couverts et serviettes, histoire que le jeu survive à notre repas - bien qu'en vérité, le plus à risque était le vin. J'avais déjà eu l'occasion de démontrer qu'alcool et uno était un mélange à risque mais ça faisait au moins partie des parties que nous n'oublierons pas. « Hmm ça sent délicieusement bon » je faisais remarquer tandis que la douce odeur des sushis emplissait l'appartement « Plus que ton pion et tout est prêt pour notre soirée »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 162
▪ dispo pour un rp ? : sure babes
▪ avatar : johanna braddy
▪ âge : 36
▪ statut : very single
▪ occupation : directrice de casting

MessageSujet: Re: On Tuesdays we play board games   Dim 14 Mai - 15:21

Je ris légèrement devant l'enthousiasme de ma colocataire. Voilà une attitude qui me plaît et qui présage une bonne soirée. On oublie le travail maintenant et on se concentre sur l'essentiel. Manger et jouer, des piliers de nos sociétés depuis des temps immémoriaux. Les romains l'avaient bien compris d'ailleurs, panem et circences tout ça. Bon eux, c'était pour contrôler les gens et éviter que les pauvres se rebellent. Mais le principe de base peut-être vu de façon plus positive. J'ouvre donc la porte à la jeune livreuse avec enthousiasme, enregistrant la question de Caitlin, sans pouvoir y répondre dans l'immédiat. « Bonsoir Chantelle, ça va? » La gamine hoche la tête, faisant éclater une bulle de chewing-gum et me servant un franc sourire. Je devrais peut-être m'inquiéter de connaître tous les livreurs du restaurant, mais je préfère mettre ça sur le compte de ma sociabilité que mes mauvaises habitudes alimentaires. « Tu peux garder la monnaie sweetie. » Elle glisse les £5 dans sa poche arrière et me remercie avec un clin d'oeil. « Merci Miss G ! A la semaine prochaine. » Je lui fais un petit signe de tête, puis referme la porte d'un acrobatique geste du pieds, mes mains étant un peu encombrées.

Je déballe la succulente nourriture, opinant vivement du chef pour montrer mon approbation à la remarque de Cait. Ce resto fait les meilleurs sushis de la ville. Bon, c'est un jugement tout relatif, principalement basé sur le fait qu'ils font des options véganes à tomber par terre. Mais je reste ferme dans cette opinion, ce qui a suscité plus d'un débat avec ma soeur Gabrielle. Mais en ma qualité d'aînée, j'ai plus d'expérience, donc j'ai raison. Alors que je répartis la nourriture dans les assiettes, je me décide finalement sur la couleur de mon petit camembert. « Je vais prendre le rose. Divertissement, ça devrait me porter chance. » Un master en cinéma devrait quand même me permettre de donner le nom du premier film parlant ou le nom de l'acteur principal dans Citizen Kane. J'enfourne un premier maki, ne pouvant décemment pas me lancer dans un jeu aussi complexe le ventre vide. Je tends le dé vers ma coloc et l'invite à lancer les hostilités. « Vas-y, commence ! »

Elle atterrit sur un case jaune et je pioche donc une carte, un air mutin sur le visage. Je n'ai pas un gros esprit de compétition, mais quand on a six frères et soeurs, les jeux de société deviennent une institution, à laquelle j'ai prit un goût tout particulier. « T'es prête? Alors, quel mot allemand signifie littéralement "arme de l'air"? » Nous connaissant, le jeu va rapidement se transformer en quiproquos et en fous rires, mais pour l'heure, nous partons en quête de nos petites parts de camembert de façon très sérieuse. Et je me repais de nourriture japonaise et de vin blanc. Autant dire que rien ne peux entamer ma bonne humeur ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On Tuesdays we play board games   

Revenir en haut Aller en bas
 
On Tuesdays we play board games
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's play some games {PV : June}
» 05. The games we play
» Maelstrom Games
» Mon Games Day...
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: northbound to southbound :: victoria line :: brixton-
Sauter vers: