like the white rabbit ◊ Bryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: like the white rabbit ◊ Bryan   Dim 9 Avr - 20:33

Elle était en retard. Casey était systématiquement en retard même si en soi, pour répondre au téléphone, ce n’était pas censé être un problème. Quand on prétendait travailler dans un restaurant de la ville, pour garder la face, c’en était une autre. Mener plusieurs vies de front n’avait rien de reposant, c’est clair, surtout quand on devait prétendument changer deux fois de bus, et compter les embouteillages pour arriver au Pho. Elle avait fait les choses correctement. Elle avait tout calculé. Réellement, ce n’était pas cet itinéraire qu’elle comptait emprunter, mais ça, les autres n’avaient pas à le savoir. Ou en tout cas, il ne valait mieux pas.

Elle enfila sa veste à la volée, son sac par dessus, il ne lui manquait plus que ses clés, habituellement rangées dans la panière de l’entrée… Oh please Bryan, don’t tell me you stole my keys! Where’s my keys, I’m late! maugréant et n’attendant aucune réponse, elle fit machine arrière pour retourner dans sa chambre afin de mettre la main dessus, sans succès. Okay, so the next time I leave on the doorstep, I promise! tempéra t-elle. Paranoïaque, elle l’était toujours un peu, et il y avait de quoi, quand on avait une flopée de frères et sœurs ! Rien ne prouvait que son cousin était le coupable, et il y avait une raison logique à tout cela, c’était certain, mais étant donné qu’il était le seul à proximité, il était aussi le seul contre lequel elle pouvait avoir des soupçons, infondés.

Elle s’empressa de retourner dans le salon pour passer en revu où elle aurait pu abandonner ses maudites clés, et cette fois ci, son inspiration fut la bonne : tout simplement là où elle les avait laissé hier soir, entre la console de jeu et la télé. Elle les brandit, au moment même ou Bryan apparut dans l’encadrement de la pièce à vivre. Fine, I’m really sorry. Elle eu un sourire d’excuse, et consulta sa montre. Damn it, I’m late for good right now! Elle allait vraiment finir par croire aux gros mensonges qu’elle racontait.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 30
▪ dispo pour un rp ? : oui !
▪ avatar : charlie heaton
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : mathématicien pour un fonds spéculatif

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Jeu 13 Avr - 1:34

Les chiffres s'additionnent avec facilité dans la tête de Bryan, les numéros se transformant l'un à la suite de l'autre, comme il vérifie un rapport mensuel de la compagnie. S'il ne prend pas plaisir à faire l'activité, il y détient un talent certain et une aisance évidente. Les supérieurs de la compagnie l'avaient déjà approché afin de souligner sa productivité et discuter d'une éventuelle promotion. Néanmoins, leur méfiance à son égard a su transparaitre à travers leurs échanges. Sans vergogne, ils ont interrogé le jeune homme quant à ses intentions regardant le fonds spéculatif. Ils avaient vu en Bryan un gosse intelligent, mais indécis. Son amour pour la mer, son intérêt pour la philosophie et sa vie en Amérique élèvent les craintes de ses employeurs, comme si ceux-ci pensent qu'un matin, il disparaitra sans jamais laisser de trace, prêt à voguer vers de nouvelles mers… L'éventualité, Bryan l'avoue, n'est pas impossible, mais les risques qu'il se lance dans une telle démarche sont plutôt minces, maintenant qu'il recherche une certaine tranquillité que la mer ne lui apportait qu'à moitié.

Son oreille se tend comme il entend Casey ruminer dans le salon, l'accusant visiblement d'avoir eu la fourbe de s'approprier son trousseau de clefs. Il se lève, amusé par l'idée qu'il ait pu faire quelque chose de malsain. Comme il pénètre la pièce, il tombe sur sa cousine qui fouille près de la console de jeu, puis qui se retourne, triomphante.

« Don't worry Cass, you are forgiven. » annonce-t-il en souriant. Il s'approche du divan et s'y appuie, une certaine idée en tête. Son estomac tressaille sous la faim qu'il n'a pas encore assouvie.

« Hey, I've got an idea. I'm not feeling like cooking tonight, why don't I just go to the Pho with you? I could finish my work there I'd be nice. It's not like I've got anything else plan. What do you say? »

Plus il y songe, plus il en a envie. L'idée même de se mettre à cuisiner lui donne la migraine. Pourtant, les arts culinaires puissent énormément dans les mathématiques, dans ce cas, pourquoi n'y avait-il pas la même facilité? Son regard supplie presque celui de sa cousine, comme celle-ci semble sur son départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Dim 16 Avr - 19:47

Casey regretta très vite d’avoir accusé son cousin. Il ne prit pas mal ses accusations, ce qui, somme toute, était une bonne chose. Ce qu’elle n’avait pas prévu cependant, c’était sa réaction. De toutes les idées que Bryan avait eu, c’était nul doute la plus mauvaise. Il n’en avait absolument rien évidemment, mais Casey avait un avis assez précis sur la question. Evidemment il ne pouvait pas l’accompagner, puisque évidemment elle n’était pas serveuse au Pho. Et évidemment il ne savait pas. Personne dans sa famille ne savait. Il ne fallait pas. Elle fit mine de considérer la question, même si c’était bien sûr tout réfléchi.

An other time, maybe? fit-elle, sans laisser transparaître qu’elle était déstabilisée. It’s not the better place for work you know, there are a lot of noises, people talks, blablabla… elle mima son argumentation avec sa main. Il fallait absolument l’en dissuader, il n’y avait pas moyen, et pour ça, il fallait absolument qu’elle ait l’air crédible. Elle réarrangea sa tenue, passa sa main à plat sur ses cheveux, décoiffés pendant ses recherches. I’m really busy over there, and if you’re there, I’m gonna want to discuss with you, and I don’t want my boss sacked me, I need this job! Rigola t-elle, en espérant facilement le dissuader de cette façon. Se pouvait-il que… Non Bryan ne pouvait pas être au courant et essayer de lui tirer les vers du nez, ça n’avait pas de sens ! You know what, I’m cooking for you when I’m coming home later. Just tell what do you want, and I can do that! Elle allait regretter cette proposition, et elle le savait, mais tant pis. Le plus important, c’était d’avoir son secret bien gardé. Oh, and I’m so late, it’s not good at all! Maybe I can tell I’m sick, you think? C’était également une autre solution pour passer entre les mailles du filet, mais elle n’était pas sûre que Bryan soit tout à fait opé pour rentrer dans ce mensonge. Un de plus. Voilà qu’elle se retrouvait stressée de raconter des bobards à un patron qui n’existait même pas !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 30
▪ dispo pour un rp ? : oui !
▪ avatar : charlie heaton
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : mathématicien pour un fonds spéculatif

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Mer 3 Mai - 4:14


Les chiffres commencent à noyer les pensées de Bryan dans leur ouragan. Les mots se dissipent quand tant d'heures sont passées à étudier les formes familières et répétitives de ces dix mêmes symboles empilés les uns sur les autres, couverts de parenthèses ou encore réduit à la tâche d'exposant. Une chose est certaine, sa tête et son corps méritent une distraction. Il y a quelques minutes, l'idée d'observer sa cousine valser entre plusieurs tables et jongler commandes et additions s'annonçaient comme un spectacle suffisamment divertissant pour le stimuler et le sortir de sa paperasse. Néanmoins, un nouveau jeu, un nouveau pari vient de voir le jour. Il sourit, ce sourire de gosse machiavélique qu'il affiche lorsqu'il s'apprête à jouer.

« Casey, you know I know you quite well now right? When you give that many excuses, it's because you try to hide something… » lance-t-il à la blague.

Les scénarios se multiplient dans la tête du mathématicien. Peut-être Casey a-t-elle le béguin pour un co-employé et l'intervention de Bryan la préviendrait de courtiser le Don Juan justement? Ou encore, Casey n'est pas réellement serveuse, mais plutôt plongeuse et désire s'éviter que la vérité sur la nature de son emploi soit découverte. Il peut saisir la gêne d'une diplômée qui doit se contenter de bosser dans les cuisines, bien qu'il saisisse que les bons emplois ne courent pas les rues. Enfin, peut-être est-elle tout simplement une serveuse atroce et elle veut s'éviter d'être révélée au grand jour comme étant un fiasco à un tel emploi?

Néanmoins, quand Casey lui offre de cuisiner pour lui, alors là, Bryan sait. Enfin, il ne sait pas même si elle lui cache quelque chose, mais il devine qu'elle ne veut absolument pas qu'il se présente au Pho. Peut-être est-elle sincère en disant qu'il la distrairait et qu'elle veut éviter le renvoi? Mais si elle le craint tant, pourquoi risquer de se faire prendre à prétendre être malade? À la limite entre l'intrigue et l'amusement, Bryan s'avance à quelques pas de sa cousine et la regarde dans les yeux, tentant de déceler l'étincelle du mensonge. Puis, retenant son hilarité, il ose demander.

« Is there a guy at work you like? Is that it? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Lun 8 Mai - 18:25

A la réflexion de Bryan, Casey préféra hausser les épaules. Elle se connaissait assez bien elle-même que répondre dans ce genre de situation équivalait à s’emmêler les pinceaux encore plus, et autant dire qu’ensuite, à part cracher la vérité, elle n’avait plus vraiment d’options. Elle n’avait pas envie d’en arriver là, la honte aussi de devoir expliquer qu’en plus d’être une serveuse minable, et bien elle ne l’était pas, et qu’elle préférait dire des trucs cochons à des inconnus, à travers le combiné du téléphone à la place. Enfin préférer, c’était un grand mot. Disons plutôt une alternative. Et puis finalement, sans qu’elle s’y attende, la solution vint d’elle-même. De Bryan plutôt, qui lui servit la raison sur un plateau d’argent, et à laquelle elle se raccrocha comme une bouée de sauvetage jetée à la mer. Elle n’était pas très douée en matière de mensonges, mais elle en savait assez sur ces derniers pour comprendre qu’il était plus malin de broder autour des vérités des autres. Même si celles ci n’étaient pas les bonnes. Okay, alright, Casey se posa sur l’accoudoir du canapé, avec un soupir, comme si elle venait d’être prise en flagrant délit. I’m not sick… Well, sick of love, maybe. Au moins, son côté théâtre l’aidait un peu sur ce coup là. On ne savait pas vraiment si elle surjouait comme à son habitude, ou bien plus simplement parce qu’elle ne savait pas raconter de bobards. The cooker is pretty hot, and I’m very like him, but I d’ont think he even know me, he’s always in the kitchen because… is the cooker… you know… Elle commença à jouer avec ses clés, en faisant tourner l’anneau autour de son index. Elle regretta presque son attitude vis à vis de Bryan qui était quand même son super cousin, avec qui elle avait partagé tant de déboires à travers leurs lettres. Elle se dit que sans doute lui aurait-elle dit la vérité depuis le départ, si à l’heure actuelle, il se trouvait de l’autre côté de l’océan… Mais il était bel et bien en face d’elle, et c’était beaucoup plus difficile que prévu de révéler son honteux secret.

Ce qui devait arriver arriva ; ses clés lui échappèrent des mains, volèrent à travers l’appartement, pour terminer leur course dans le pot de fleurs juste en face, qui ne manqua pas d’en tomber à la renverse avec la force du choc. Fuck off! S’exclama t-elle en bondissant de son siège de fortune, pour à la fois constater et réparer le désastre, ramassant de ci de là la terre dans la paume de sa main, et remettre la plante en forme. Elle en fit de même en secouant ses clés. I just don’t want he think you’re my boyfriend, or something like that, yuuuugh, it’s so weird to say that! Elle fit une grimace, tout en espérant que le cuisinier de Pho était aussi canon qu’elle le prétendait.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 30
▪ dispo pour un rp ? : oui !
▪ avatar : charlie heaton
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : mathématicien pour un fonds spéculatif

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Mar 20 Juin - 20:01


Casey n'agit pas comme à son habitude, comme habitée d'une nervosité qui ne transparait pas normalement de son caractère plutôt confiant. Il hésite pendant un moment, songe à respecter le désir de sa cousine, mais quelque chose le pousse à faire autrement. Peut être sa simple curiosité lui donnait envie d'épier avec une évidente maladresse l'homme pour qui sa cousine a le béguin, possiblement même de placer celle-ci dans un doux embarras avec des remarques trahissant subitement son attirance. Des commentaires assez sobres pour qu'elle ne puisse lui reprocher de les avoir dit, laissant pourtant le cuisinier en question dans le doute. Les clefs tombent des mains de Casey et Bryan recule légèrement, surpris par la maladresse de celle-ci. Le fracas retentit et, tandis que Casey se précipite, Bryan se contente d'aller la rejoindre pour lui prêter mains fortes.

Casey soulève la possibilité que le cuisinier méprenne Bryan pour le copain de Casey, l'idée seule suffisant à lui faire faire une grimace.

« Isn't he the cook? Shouldn't he be in the kitchen? He won't be able to see me. Meanwhile, I could "lose myself" and stumble upon him in the kitchen whilst "looking for the restrooms". Come on ! »

Son plan lui parait génial. Il a besoin de se distraire, lui qui contemple les chiffres depuis quelques heures déjà. Il se questionne sur leur pertinence, littéralement et figurativement. Parfois, il regrette son choix d'être devenu mathématicien et songe qu'il aurait préféré devenir marin, tel qu'il le souhaitait au départ. Si une simple excursion dans les cuisines du restaurant où travaille Casey, avec pour mission d'espionner un gars qui lui plait, se présente, il veut la saisir.

« It'll be fun, I'm telling you ! Anyways, I need to get my head off of work, I've missed an entire afternoon of sun and fun to analyse these stupid studies, so I deserve a break. My mind's made up, so you can't change it. »

Décidé, il s'avance vers leur portemanteau et y saisit une veste légère, d'un bleu profond, qu'il enfile avec enthousiasme. Un sourire de gamin s'élargit contre son visage, comme il ouvre la porte et porte son regard vers Casey.

« Don't worry. If he ends up seeing me, I'll introduce myself as your cousin to make sure he knows I'm no competition. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 168
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Kathryn Prescott
▪ âge : 27 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Opératrice pour le téléphone rose

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Dim 9 Juil - 18:31

Clairement c’était un chemin sans retour et Casey le savait. Bryan était aussi borné qu’elle, c’était peut-être là une des particularités des Saylor, allez savoir. Plus elle essayait de s’en sortir, plus la mouise dans laquelle elle se trouvait déjà lui paraissait de plus en plus profonde. Si Bryan était suspicieux à la limite, au moins, il n’avait pas l’aur de trop s’attarder sur cette bizarrerie inhabituelle. Inhabituelle ? Au moins être un peu fantasque au quotidien lui était d’une grande aide pour une fois, car au moins, il n’avait pas l’air de vraiment s’en formaliser. Yeah, obsviously, obviously… marmonna t-elle, tel le savant fou, oubliant un moment la présence de son cousin à ses côtés. C’était ça le problème quand on vivait au quotidien avec un mathématicien. Il était trop logique et manquait cruellement d’imagination, lorsque Casey en avant à revendre. Fine. Fine, fine! S’exclama t-elle, tandis qu’il était en train d’exposer argument sur argument, comme s’il cherchait à l’étouffer avec. Ce qui n’était quand même pas très sympa. But I dare you, it’s really hard to get lost in the Pho. I’ll watch you anyway, le menaça t-elle de son index. Elle claqua sa langue contre son palais alors que Bryan était déjà dehors, et pris le temps de fermer l’extension derrière eux.

Elle le mena jusqu’à l’arrêt de bus correspondant. Au moins, lorsqu’elle avait inventé ce gros bobard, elle avait pris le temps de vérifier l’itinéraire. On ne savait jamais. Et on était précisément dans le cas de figure de ce on ne sait jamais là. Vous suivez ? You rather need a Starbuck, insista Casey, mais elle savait que c’était sans espoir là encore, et à la place, elle grimpa dans le bus, résignée. By the way, what are you working on? Parler un peu plus de Bryan, un peu moins d’elle, C’était ce dont elle avait besoin. Elle tourna la tête en direction de la vitre, afin de regarder le paysage défiler sous ses yeux. Elle n’avait pas la moindre idée de comment elle allait se sortir de là, est-ce qu’elle avait seulement conscience des bêtises dans lesquelles elle s’était embarquée ?  

Elle n’eut pas vraiment le loisir de débattre intérieurement à la question pour la bonne et simple raison que c’était bien connu, un problème n’arrivait jamais seul. Elle sentit son téléphone vibrer dans la poche de son jean, et ne s’inquiéta pas vraiment, jusqu’à reconnaître le numéro affiché sur l’écran. Son sang ne fit qu’un tour. Elle avait quelques clients comme ça, c’était les extras, qui pouvaient l’appeler quand bon leur semblait… mais sûrement pas lorsqu’elle était en compagnie de Bryan ! Elle ne prit pas le soin de répondre et raccrocha au nez à la place, en espérant que ce dernier ait le bon sens de ne pas insister. A croire qu’ils avaient tous décidé de se liguer contre elle aujourd’hui. Elle reporta son attention sur son cousin, le cœur toujours aussi battant, à la perspective que le subterfuge soit découvert. And you, you don’t have a girlfriend to see rather than bother me? Sûrement avait-elle été la femme d’un tueur a gages qu’elle n’avait pas dénoncé dans une autre vie, pour que le karma s’en prenne à ce point à elle.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

She was the kind of girl who breathed in hurricanes of emotions and breathed out gentle rain, just so he could sleep in peace without the sound of the storm crashing against his windowpane. you try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 30
▪ dispo pour un rp ? : oui !
▪ avatar : charlie heaton
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : mathématicien pour un fonds spéculatif

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   Sam 9 Sep - 6:35


La porte du flat se claque comme Bryan et Casey s’aventurent dans le corridor, puis dans la rue. C’est à peine si Bryan ne gambade pas. Londres rugit et il veut se mêler au chant. Il connait si peu de gens dans cette satanée cité, qu’il manque trop souvent la chance de l’explorer. Les détours et les recoins de Canary Wharf sont certes imposants et impressionnants, mais tout comme le sont les vagues en pleine mer ou le ciel étudié le dos dans la pelouse. Il s’intéresse au profond rythme de la Tamise, à la danse des autobus rouges, à la peinture de la pluie battante contre les rues de béton de la capitale. La vraie vie londonienne dont il se considère privé depuis son arrivée. Cette escapade s’échappe de la logique à laquelle il s’est accoutumé depuis quelques années, s’égare de la cohérence des chiffres. Ses poumons grossissent, comme s’ils s’avaient qu’il y avait plus d’air dehors. Par sa remarque, il devine que Casey ne partage pas son exaltation, mais il tente de faire de son mieux pour lui partager la sienne.

« It’s numbers Casey, it’s always the same. Plus this, minus that. Multiply and divide and there you go. You’ve got an answer to a question no one ever asked. »

Pourquoi t’as choisi cette voie alors, demande une voix trop muette dans sa tête. Bryan l’ignore. Il ne déteste pas les chiffres en tant que tel, ni même son emploi. Il aime l’idée d’un défi, il cherche une réponse à l’équation, comme un marin cherche le nord. Et il aime la bourse et les actions, dont les enjeux semblent si intenses, si vifs… d’une intensité et d’une vivacité qu’il n’a jamais connues. Peut-être pas aussi pures que celles de la nature, de la houle de l’océan ou de l’altitude de la montagne, mais qui certes sait empoigner ses tripes avec une prise forte et viscérale. Il en a simplement assez des travaux de recherche, d’étudier des statistiques ennuyantes et de trouver la donnée exacte convoitée par un supérieur qui s’apprête à placer plusieurs milliers de livres dans des actions en lesquelles il croit.

Bryan ne peut s’empêcher de remarquer que sa cousine semble éviter un appel, dans une subtilité boiteuse. Sans n’avoir jamais été indiscret, le garçon se surprend à l’attitude de Casey. Enfin… peut-être imagine-t-il des choses… Des analepses de Seattle, Vancouver et la côte en général lui réapparaissent, des amitiés secrètes, des ententes jamais évoquées : sa vie d’adolescent. Tout son corps lui gueule que Casey n’agit pas… pas comme Casey. Peut-être était-ce plus facile pour elle de se confier à lui quand il était à presque deux océans de distance… maintenant, peut-être a-t-il trop envahi la vie de sa cousine pour que leur relation n’en soit pas perturbée.

« No, not for now… At least, I don’t think so… Hey, I… I won’t go if it stresses you out that much. I would never want to force you to do something you don’t want to, I just got excited I guess. I still don’t know that many people here. »

L’autobus rumine au loin et s’immobilise un coin de rue plus loin. Plus qu’un arrêt ou une vingtaine de secondes avant qu’il n’atteigne le leur.

« Just know that you can always confide in me… you know, like when we were just stupid kids corresponding through these letters. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: like the white rabbit ◊ Bryan   

Revenir en haut Aller en bas
 
like the white rabbit ◊ Bryan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» White Rabbit - Les délires psychédéliques d'Alice
» White Rabbit |Neal|
» [Octobre] Taeyang Lunatic White Rabbit
» White rabbit
» Réception au Grand Hôtel [PV White Rabbit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: westbound to eastbound :: hammersmith & city line :: fulham-
Sauter vers: