besoin de sens ft souhir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: besoin de sens ft souhir   Mar 28 Mar - 23:31

Sure, avait répondu Ehsan avant de se rendre compte de ce que ça impliquait. L’homme s’était dirigé vers lui un peu affolé, son frère ou sa mère, il n’avait pas vraiment fait attention à ce qu’il disait, avait annulé à la dernière minute et il devait prendre l’avion dans quelques heures. I’ll be back on Sunday morning, I just need someone to feed the cat. Ehsan ne le connaissait pas si bien que ça. C’était un médecin qui vivait seul et semblait atteindre la fin de la trentaine. Ehsan avait souvent travaillé avec lui mais il savait, quand il lui avait immédiatement donné les clés de son appartement, qu’il était son dernier recours et il s’était senti obligé de ne pas revenir sur sa décision. Ça avait été une mauvaise journée. Aucun des patients dont il s’occupait n’avait été dans un état stable et il avait du courir derrière les infirmiers et infirmières depuis le début de la matinée. Il avait beau essayer de ne pas s’attacher à eux, il avait toujours du mal à les voir souffrir. En quittant le travail, il avait ressenti ce sentiment très fort de ne pas être à sa place. Il avait voulu prendre le métro et rentrer chez lui mais il se faisait déjà tard et le chat n’avait sûrement pas du manger depuis le matin. Du coup, il avait décidé de marcher histoire de se laisser penser. Normalement, il n’aimait pas ça. Il évitait du mieux qu’il pouvait de se laisser perdre dans son esprit. Depuis qu’il n’écrivait plus, ça restait enfoui dans son cerveau sans aucun échappatoire. Avant d’arriver dans la rue de Jack, où était-ce John?, il avait acheté un pack de six bières histoire de rendre ses pensées un peu moins claires.

La maison était située à Little Venice, dans ce qu’il semblait être un autre monde de là où il vivait. En pratiquement six ans, il n’avait jamais été dans cette partie de la ville. Les lampadaires éclairaient des rues paisibles et il s’était arrêté un moment pour observer le canal. L’intérieur était parfaitement propre et rempli de bibelots, souvenirs de vacances et de photographies.  Le chat, un persan gris et blanc, l’avait accompagné jusqu’à la cuisine où Ehsan avait rapidement trouvé la gamelle et les croquettes. Dans le salon, bien que vide, il se sentait envahir l’intimité de son propriétaire et puis il avait envie d’une cigarette. Avant de quitter l’hôpital, le médecin lui avait demandé de ne pas fumer à l’intérieur et Ehsan savait qu’il n’allait pas se sentir à l’aise dans le balcon non plus. En attrapant le pack de bière à la volée, il prit les escaliers avant de se retrouver sur le toit. À Sheffield, il passait son temps sur le toit, scrutant les rues et le ciel. Il s’asseya par terre, les bras croisés sur les jambes, les boissons alcoolisé à sa droite. Il avait presque manqué de remarquer la porte qui se refermait à sa gauche. Sur le toit d’une maison collée à celle où il se trouvait, une silhouette apparue. Il porta sa main à sa poche, sortant son paquet de clopes. "Shit", il s’exclama à voix basse. Il tourna la tête vers l’inconnue. ”Excuse me!” Elle, il en était presque sûr c’était dur à déterminer dans la pénombre, était assez loin et il devait élever la voix pour avoir son attention. ”Do you have a lighter?”


Dernière édition par Ehsan Dier le Lun 29 Mai - 3:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 208
▪ dispo pour un rp ? : yas, si t'es patient/e. (en cours : rose, vivian, jaya)
▪ avatar : emeraude toubia.
▪ âge : twenty-nine.
▪ statut : single lady.
▪ occupation : underemployed.

MessageSujet: Re: besoin de sens ft souhir   Jeu 20 Avr - 1:49

La maison est bondée. Je ne sais trop comment c'est arrivé exactement, mais connaissant mes parents, je peux très bien imaginer. On invite Leyla à diner, et puis on croise Rami, qu'on convie aussi. Il n'a pas revu sa cousine depuis longtemps, it just makes sense to invite him over. Et biensur, Rami, c'est un package deal avec sa nouvelle femme et ses deux filles. Ah et, uy, Dios mío, Gloriana est de passage à Londres par je ne sais quel hasard - il y a toujours un proche, un ami de la famille, une connaissance, qui est en séjour dans la Cité - alors forcément, on insiste pour qu'elle vienne aussi, avec son copain, sa soeur et son cousin. Et somehow, il y a un chien aussi qui est arrivé en bonus avec l'un d'entre eux. On discute et on rigole, entre la cuisine et le salon, jusqu'à ce que le repas soit servi. Le dîner se prolonge,devient une soirée. Ca parle fort et ça s'anime. Je participe allègrement aux festivités. On me surnomme la tranquila dans la famille de ma mère, mais je ne suis franchement pas discrète. Je suis plutôt du genre à rire aux éclats, à m'exclamer et à me lancer dans des tirades en spanglish ou arenglish, selon mon audience.

"So, Souhir, how's work? You're still at that firm... ?" me demande Sandra, la femme de Rami, en se resservant un café. "I can't seem to ever recall the name of the company..." Je ris légèrement - well, that's because I never actually told you - et la rassure, comme si c'était effectivement de sa faute : "Well, that's alright." La première fois que j'ai rencontré Sandra, c'était quelques temps seulement après que l'entreprise pour laquelle je travaillais ait fait faillite. Donc évidemment, j'ai tû son nom par précaution. Aucune envie que toute la famille sache que j'avais tout perdu, du jour au lendemain. Et j'ai bien fait. Sandra n'est pas étrangère au monde de la finance, et à tous les coups, elle a entendu parler du fiasco. Heureusement que Rami ne s'est jamais intéressé à mon travail, il ne risque pas de l'éclairer plus que ça. J'enchaîne avec un grand sourire : "It's going great! We actually just got a really big client, we're pretty excited about it." Elle s'enthousiasme aussitôt, piquée par la curiosité : "Oooooh, whooo? Do tell!" Damn it. Ce n'était pas le but. Bon, il va falloir que je vende ça. Je prends un air mystérieux, fait mine d'hésiter puis lâche : "I'm not at liberty to say... for now. I'll keep you posted." Un beau mensonge de plus, comme on les aime. Je feins un coup de fil et m'éclipse assez rapidement. A mon retour, j'espère qu'elle sera passée à autre chose.

Je monte au premier étage, passe prendre un cardigan dans ma chambre avant de continuer jusqu'au toit. Ca a toujours été mon endroit préféré. Adolescente, dès que j'avais un problème, une difficulté, j'allais sur le toit. Je regardais Little Venice d'en haut, le ciel, respirais l'air frais, et tous mes petits soucis devenaient insignifiants, surmontables. Et c'est ce dont j'ai besoin en ce moment, I guess. C'est épuisant de tenir un mensonge sur le long court. Debout sur le toit, j'inspire profondément, puise dans le calme environnant. Quand un chuchotement tout proche vient perturber mon instant de méditation. Je me tourne instinctivement vers la gauche, à la recherche de sa source. "Excuse me!" m'interpelle une voix. Mes yeux suivent la voix, distinguent la silhouette d'un jeune homme dans la pénombre, sur le toit d'à côté. "Do you have a lighter?” Sans trop y réfléchir, j'avance vers lui. Ce qui n'a absolument aucun sens, puisque... "Sorry, I don't." Sans lui laisser le temps de répondre, je ne peux m'empêcher d'ajouter : "You really shouldn't smoke, you know. Take a fresh breath of air instead. It's way better." Ce que je vois de son visage ne me dit rien, ce n'est pas quelqu'un du quartier. "I've never seen someone on this roof before. And definitely not you. You're new around here?"

(désolée pour le retard monumental )

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
so no one told you life was gonna be this way your job's a joke, you're broke, your love life's d.o.a. it's like you're always stuck in second gear


Dernière édition par Souhir Haddad le Dim 28 Mai - 11:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: besoin de sens ft souhir   Mar 25 Avr - 19:09

Le temps était parfait. Pourtant ça faisait des mois qu’il n’avait pas été satisfait par la météo. Il pleuvait toujours trop ou il faisait trop gris. Aujourd’hui il avait fait beau même si une petite brise traversait l’air de temps en temps. Natif du nord du pays, il n’avait jamais vraiment aimé la chaleur de toute façon. D’un coup, il aurait aimé se retrouver sur le toit de sa maison à Sheffield, là où il pouvait observer les étoiles parce que les lumières n’étaient pas aussi présentes. Le quartier, visiblement résidentielle, était relativement calme comparé au reste de la ville. Il pouvait entendre les criquets et les rires qui sortaient des pubs au bout de la rue. C’était un vendredi soir, la soirée ne faisait que commencer et dans le canal, les bateaux amarrés étaient comme un vilain défaut au milieu de la vie londonienne.

La jeune femme, il en était maintenant sûr, semblait ajuster sa veste. Elle s’approche et il plisse les yeux pour mieux la détailler. Elle est assez petite et ses cheveux noirs bougent au rythme du vent. Il se dit qu’elle doit avoir son âge ou peut-être qu’elle est un peu plus jeune. Elle répond et il détourne le regard, se concentrant sur le paysage en face de lui. You really shouldn’t smoke, you know. Il rit. Pas à cause de ce qu’elle lui dit mais parce qu’il se rend compte qu’il porte encore l’uniforme de l’hôpital et qu’il ne peut pas s’empêcher de remarquer l’ironie. “Thanks for the unsolicited advice…stranger.” Il se rappelait qu’il ne connaissait pas son prénom; il avait l’habitude de beaucoup répéter les prénoms des autres; ça compensait son manque d’expressivité. Il ne l’avait pas dit méchamment mais plutôt comme une déclaration. Stating the obvious, si on veut. Il sent qu’elle le dévisage et il tourne la tête vers elle. Il la voit mieux maintenant. Elle est jolie comme ces femmes bien habillées qu’on voit marcher la tête haute dans les rues de Londres. Il remarque un grain de beauté au-dessus de ses lèvres avant de rencontrer ses yeux. “Oh, I’m just here to feed the cat”, c’était sa façon de dire qu’il n’était personne, qu’il était temporaire, juste de passage. “So what’s the reason?” Elle n’a pas l’air de comprendre la question et il sourit. Il retrouve son briquet dans sa poche arrière, souffle de soulagement et se résout à ne pas fumer au risque de la déranger. “Why are you ditching the family reunion?” Il se rendait compte que ça faisait un peu creepy et il lève les mains comme pour se justifier. “You just have pretty noisy relatives that’s all.” Il avait entendu les exclamations sortir de la maison dès qu’il s’était assit. Les voix étaient graves, aigues, jeunes et vieilles et il en avait conclu que ça ne pouvait être qu’une famille. Avec la sienne, ça faisait le même bruit. Maintenant, c’était plus silencieux mais il savait reconnaître une réunion de famille quand il en entendait une. Et puis s’il se trompait, il était prêt à l’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 208
▪ dispo pour un rp ? : yas, si t'es patient/e. (en cours : rose, vivian, jaya)
▪ avatar : emeraude toubia.
▪ âge : twenty-nine.
▪ statut : single lady.
▪ occupation : underemployed.

MessageSujet: Re: besoin de sens ft souhir   Dim 28 Mai - 16:18

II éclate de rire face à ma remarque. Oh, so he's one of those. De ceux qui ingurgitent du poison et sont résignés à accepter ce qui en suivra. Ou peut-être qu'il est de ceux pour qui la cigarette est un doigt d'honneur à la vie, à ceux qui les entourent, à tout ce qu'ils ne peuvent pas contrôler. Je n'en sais rien, mais ce rire, c'est celui d'un mec qui a arrêté d'essayer de se défaire d'une mauvaise habitude, c'est certain. "Thanks for the unsolicited advice… stranger." Sa réponse me décroche un sourire ironique, et c'est non sans sarcasme que je lance en me tournant vers lui : "Anytime... stranger."

Le jeune homme semble fixer un point dans le vide. Mon regard reste sur lui, curieux. Je pense qu'il est jeune ? Je ne sais pas trop, impossible de poser un âge sur sa voix, sa silhouette... sa blouse blanche ? I'll have to get back to that. De son visage, je ne vois que son profil mal éclairé. Jusqu'à ce qu'il se retourne vers moi. Il est effectivement plutôt jeune, et a l'air fatigué. "Oh, I’m just here to feed the cat." Um, d'accord. C'est une façon plutôt étrange de se présenter. "And who's the cat to you?"

Je sens une brise d'air frais me caresser le visage. Machinalement, je fais glisser légèrement les manches de mon cardigan jusqu'au creux de mes mains puis croise mes bras. Un vieux réflexe. "So what's the reason?" J'interroge du regard mon voisin de toit du soir. "Why are you ditching the family reunion?" Ah. Wait, what? Avant même que je ne dise un mot, il ajoute : “You just have pretty noisy relatives that’s all.” Il me regarde les bras levés, plaidant l'innoncence. Je ris légèrement. "I do, I do. I, myself, am a pretty noisy relative", dis-je en souriant. "But um, it's... complicated." Je me tais quelques secondes avant de reprendre : "Sometimes you find yourself in a certain situation - not by your own doing - and you have to live with it. And then you make a choice, and you need to stick with it. But with time, it gets harder, and messier, and so you need to step away from it all and breathe for a minute, you know?" Je le regarde, attend une réponse sans vraiment en attendre une. Je secoue la tête. "That probably did not make any sense, except to me." Je passe une main dans mes cheveux et change de sujet : "What about you? What's your reason? After all, you came for the cat, and yet here you are on the roof..."

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
so no one told you life was gonna be this way your job's a joke, you're broke, your love life's d.o.a. it's like you're always stuck in second gear


Dernière édition par Souhir Haddad le Sam 10 Juin - 12:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: besoin de sens ft souhir   Lun 29 Mai - 1:11

Il entend des cris qui émanent d’un bar au bout de la rue. But pour Chelsea, il se dit avant d’esquisser un sourire. L’enseigne d’un magasin à sa droite clignote, il y a un bruit strident d’accélération puis plusieurs klaxons, il ferme les yeux pendant une seconde. Il sent son coeur battre de plus en plus vite mais il arrive rapidement à se calmer. À chaque crissement de pneu, il revit l’accident de sa soeur. Pourtant il aime les automobiles, il aime rouler. La voix de l’inconnue le sort de ses rêveries. “No one to be honest. He- or she belongs to my co-worker.” Il hausse les épaules. “Just lending a hand.” Il n’était pas d’ici, n’importe qui pouvait le remarquer. Il n’avait pas le même accent, pas les mêmes manières.

Elle tire sur les manches de sa veste jusqu’à ses paumes. Il ne fait pas particulièrement froid mais dans ce moment là il reconnait une habitude, un réflexe comme celui qui l’habite quand il fait glisser une cigarette entre ses lèvres. C’est étrange, et il ne saurait l’expliquer, mais pendant un moment, à travers ce petit geste, il voit toute l’humanité en elle. Elle rit et il rit avec elle, baissant les bras. Il l’écoute, le regard porté sur ses propres mains qu’il dépose à nouveau sur ses jambes. Elle lui pose une question et il sait qu’elle n’attend pas vraiment de réponse. That probably did not make any sense, except to me. Il secoue la tête à son tour et redirige son regard vers elle. “No, I get it- really.” Du jour au lendemain, il s’était retrouvé sans sa soeur et il devait vivre avec. Il avait décidé de quitter son travail et maintenant il se trimbalait de petit boulot en petit boulot sans aucun objectif.

Elle lui demande sa raison et il fixe le paysage devant lui avant de souffler, un petit sourire apparaissant aux coins de ses lèvres. “I don't know-“, c’était pas vrai. “There’s something quite unusual about roofs, innit? There’s a certain power and a certain helplessness in being up here. You can see them, but they can’t see you. You’re just a mere observer of life. Maybe I feel safe- hidden. Nothing can happen to you if you don’t feel like you exist among all of them. You don’t have a name or a story. You’re just here, above the canal, underneath the stars.” Normalement ça l’aurait agacé de ne pas s’être exprimé comme il le voulait; il était toujours meilleur à l’écrit, mais ça lui avait fait du bien de parler. Inconsciemment il bouge le pied et le bruit du verre lui rappelle le pack de bières à sa droite. Il attrape une bouteille et la tend vers la jeune femme, ignorant le bref moment de vulnérabilité qui venait de se passer. “Care for one?”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: besoin de sens ft souhir   

Revenir en haut Aller en bas
 
besoin de sens ft souhir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2017 :: northbound to southbound :: bakerloo line :: little venice-
Sauter vers: