life's too short [fabien & reuben]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 140
▪ dispo pour un rp ? : toujours !
▪ avatar : evan peters
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : fier fabriquant de parapluies

MessageSujet: life's too short [fabien & reuben]    Dim 19 Mar - 23:16


life's too short

Fab déglutit comme il descend de l'autobus. Ses pas ne font pas de bruit contre le trottoir, tout Londres semble plus silencieuse soudain. Quelques cris de sirènes se font entendre, mêlé au son des klaxons, sans pour autant que la mélodie urbaine soit autre chose que douce. Perdu dans sa tête, coincé entre deux pensées, Fab hésite. La confusion s'empare de lui comme il se répète les événements de ce matin. Et comme il pense, il s'imagine les photos, prises dans l'anonymat, dans l'ignorance. Leur allure, il les improvise, citant ces moments qu'il crut anodin, mais qui peut-être lui furent usurpés? Par dessus tout, c'est l'incompréhension qui règne alors qu'il tente de saisir l'effrayante absurdité de la situation.

Plus la distance qui le sépare de la maison s'estompe, plus il en distingue la façade de briques d'un marron rougeâtre… plus son intrigue grandit, mais tout comme sa crainte. Comme s'il croyait pénétrer en zone de guerre civile ou pire, comme s'il rencontrait un vieil ami pour la première fois depuis des années. Fab demeure immobile devant la maison d'Haringey. Il regarde la fenêtre du troisième étage, la sienne, qui fait face à la rue, comme si quelqu'un allait y apparaître. Mais la pièce est vide.

La porte s'ouvre avec ce grincement qui lui est caractéristique. Les murs, couverts d'un papier-peint vieillot et hideux, craquent, accompagnant la porte dans son choeur. Fab s'avance à travers une première porte pour trouver le salon vide. Il se rend de l'autre côté du corridor afin de découvrir la cuisine tout aussi déserte. Il grimpe les escaliers, passant au deuxième étage devant les portes de Rosa et de Lilian, avant de se précipiter au troisième. Une forte lumière parait sous la porte de la chambre de Reuben. Fab hésite, mais bondit dans sa propre chambre. Il appuie sur l'interrupteur et les lumières de Noël qui ornent le plafond de la pièce s'illuminent de leur chaude blancheur. Fab dépose son sac à dos, se change dans des vêtements plus confortable. Gardant seulement son caleçon, il regarde les pièces de vêtements dans sa penderie, hésitant. Il finit par saisir un jeans et puis un pull rouge. Il s'observe dans son miroir, ses longues boucles blondes frôlant maintenant ses épaules. Il soupire. Puis, quitte la pièce.

Cognant à la porte de la chambre de Reuben, directement à côté de la sienne, Fab s'annonce.

« Hey, Reuben ? C'est Fab… Il faudrait qu'on parle de quelque chose ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: life's too short [fabien & reuben]    Lun 27 Mar - 10:58


Fabien & Reuben

life's too short


Il était resté à la maison toute la journée, profitant d'un peu de calme dans la tempête professionnelle qui était la sienne depuis quelques temps. La page Facebook qu'il avait créer pour proposer ses services de photographes fonctionnait bien et il n'avait plus un week end de libre courant de mariage en concert, de concert en fête de famille, ... Autant de grandes occasions qu'il venait immortaliser contre quelques billets qui lui permettait de ne pas s'inquiéter pour le loyer et la bouffe au quotidien. Mais, malgré cette réussite, Reuben n'en restait pas moins un étudiant et sa dernière note en cours théorique l'avait quelque peu refroidie. Si sur la pratique il possédait un talent indéniable, il se devait d'admettre qu'il n'avait pas mis la tête dans ses cours depuis des semaines. De plus, l'appel de ses parents, quelques jours plus tôt l'avait agacé: ils l'aidaient autant qu'ils le pouvaient, c'était la raison pour laquelle Reuben enchainait les petits contrat, mais ils n'avaient pas apprécié ses dernières notes et ne s'en étaient pas cachés. Honteux, piqué dans sa fierté, le roux avait décidé de montrer de quoi il était capable et s'était enfermé dans sa chambre avec ses feuilles bristol dans l'unique but de faire entrer dans son cerveau d'artiste, des choses qu'il devait connaitre par coeur. Ça n'avait jamais été son truc. Non, lui, il fonctionnait à l'instinct ! Au bout de quelques heures, il finit par craquer et attrapa son casque, posé sur son lit, pour se mettre un fond sonore. Mauvaise idée. La concentration n'était pas au top mais il n'en pouvait plus de ce silence. Ce fut à ce moment qu'il regretta de ne pas être plus aller vers ses colocs ... De toute façon, ils n'étaient pas là, mais au moins il aurait été moins gêné d'aller travailler au rez-de-chaussée, là où on pouvait entendre le bruit de la rue sans risque de chopper une grippe. Il soupira, relisant pour la quinzième fois la même fiche sur les lentilles sans parvenir à se concentrer sur le sujet. Un bruit dans les escaliers attire son attention. Un grincement de porte. Fabien a du rentrer. Son regard se pose de nouveau sur le papier mais la conviction n'est pas là. Un soupire: cela avait le don de le faire se sentir bon à rien ! Il allait abandonner quand un coup à sa porte le fait sursauter. La voix de Fabien retentit de l'autre côté de la porte. Parler de quelque chose ? D'un geste nonchalant, Reuben se lève, traversant les quelques mètres qui le sépare de cette porte qu'il déverrouille pour faire face à son colocataire. « Ouais ? Entre si tu veux ... » lui dit-il, toujours de cette voix dépité, encore agacé par ses cours.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 140
▪ dispo pour un rp ? : toujours !
▪ avatar : evan peters
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : fier fabriquant de parapluies

MessageSujet: Re: life's too short [fabien & reuben]    Mer 5 Avr - 0:06

Les cheveux roux et hérissés de Reuben apparaissent comme celui-ci ouvre la porte. Fab porte un regard à la fois sérieux, à la fois doux. Mi-figue, mi-raisin. Il ignore ce qu'il ressent, ses pensées parlent une langue qui lui est étrangère. L'Irlandais l'invite à entrer ; Fab ne se fait pas prier. Il pénètre la pièce et une sensation d'inconfort l'envahit. Ses bras trahissent son malaise en se croisant, les manches du pull, d'un rouge vif, se frottant l'une contre l'autre, hissant des fils hors du vêtement. Le garçon ne porte rien en dessous et met son incommodité sur le dos des fibres qui chatouillent sa peau. Mais il sait. Il devine qu'en mettant les pieds dans la chambre de Reuben, il s'est senti en territoire étranger. Généralement, les colocataires demeurent dans leur chambre ou circulent dans les quelques pièces communes, c'est-à-dire l'une des deux salles de bain, le salon ou la cuisine. Malgré lui, Fab est pris d'un voyeurisme auquel il ne sait résister. Il observe, étudie surtout le décor. Ce qui l'impressionne, ce sont ces clichés pendus ici et là, contre les murs. Ils sont…

« Wow. » murmure-t-il.

Puis, il se ravise. Il sait mieux que s'adoucir. Il poursuit sa courte marche dans la chambre de Reuben, étudiant le mobilier, les couleurs, avant de se retourner vers le rouquin. Il décroise ses bras avec un malaise évident et ses yeux noirs percent le regard de son voisin de palier. Ce regard qui est si caractéristique de Fab. Ce regard qui dit : « Tu ne sais pas qui je suis, tu ne le sauras jamais. Pas vraiment. »  Ce regard qui fait disparaître cette image d'étudiant studieux, de bête de fête ou même d'écrivain solitaire. Mais qui plutôt fait apparaître un garçon vicié, impavide. Ces yeux trop sombres qui trahissent sa nature.

« Dis. Je suis tombé sur quelque chose aujourd'hui. Des photographies. De moi. Par toi. »

Fab n'en ajoute pas davantage. Son attention s'égare, il fixe à nouveau les murs, s'imaginant la vie de Reuben, ses motivations. Il s'imagine être ici et épier Fabien. Il dresse le portrait de cette image. Il écrit le scénario. Il entend Fab descendre les marches, puis se précipite, muni de sa caméra. Il le suit, de loin. Quelques intersections plus tard, Fab s'arrête devant un petit café, s'assoit sur la terrasse. Reuben s'arrête à une distance raisonnable. Il positionne la caméra. L'objectif grince. Et voilà.

« Je ne me suis pas trompé, n'est-ce pas? C'est bien des photographies de moi, prises par toi? »

Son ton n'est pas agressif, du tout. Pas même sec. Le garçon laisse croire qu'il s'interroge, même si ce n'est pas le cas. Même s'il sait très bien que Reuben est l'auteur des clichés. Pourtant, une partie de lui veut l'entendre l'avouer. Une partie de lui veut le voir s'excuser ou s'expliquer peut-être. Fab ne se laisse pas perturber par sa propre hésitation. Son regard ne décroche plus de celui de Reuben et demande une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: life's too short [fabien & reuben]    

Revenir en haut Aller en bas
 
life's too short [fabien & reuben]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» •• reine des neiges • life's too short ••
» Life's Too Short to Even Care at All •• Kaleessi
» (camila) life is too short to think about tomorrow
» Life's too short ☀ Mary Donovan
» Sabri -- life's too short to have some regrets.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: